villes

  • Les villes contre l'Etat ?

    Imprimer

    villes, communes"Vive la Commune"... mais pas n'importe laquelle ?

    Comme on  vous le serine régulièrement, notre slogan préféré depuis 1871, c'est "Vive la Commune !". Surtout à Genève, où les communes, instituées en 1798 par le régime français dans le même temps où la grande République avalait la parvulissime, sont bien loin d'être l'institution fondamentale de la démocratie que proclament maints discours de cantine. Mais le "Vive la Commune" de 1871, c'est "vive" celle de Paris... et notre "Vive la Commune" d'aujourd'hui, c'est surtout "vive" celle de Genève (certes instituée en 1798 par la France, mais supprimée en 1815 par les oligarques de l'ancienne République revenus au pouvoir dans les fourgons de la Saint-Alliance antifrançaise, et rétablie une génération plus tard par une révolution). Est-ce à dire que lorsque nous clamons "Vive la Commune", il faudrait le traduire par "Vive la Ville" ? Il y a de cela... à condition que la majuscule de "la Ville" (de Genève) laisse place à la minuscule des villes genevoises (elles sont une dizaine) et que l'on mesure bien ce qu'il peut y avoir de danger à n'avoir en tête que les "grandes villes" (ce que Genève n'est certes pas démographiquement, à l'aune européenne, et moins encore mondiale). Un article du dernier numéro du "Monde Diplomatique" (https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/BREVILLE/61548) nous met cette puce à l'oreille : grattons-nous donc là un peu (si l'Office fédéral de la Santé Publique nous y autorise, bien sûr).

    Lire la suite

  • Quelle coordination entre les communes de gauche en Suisse romande ?

    Imprimer

    gauche, commune, villes

    Prendre appui sur les villes

    En Suisse, la droite a perdu les villes -plus encore qu'électoralement, elle les a perdues politiquement. Mais comment faire de cette domination de la gauche dans les villes une force pour la renforcer à l'échelle du pays tout entier ? Parce que si la gauche est majoritaire dans les "grandes" villes suisses, il n'y a que là qu'elle l'est durablement : elle est désespérément minoritaire au niveau fédéral -notamment parce qu'elle l'est dans les périphéries urbaines. Le 22 février, à Renens, à 19 heures à la Ferme des Tilleuls, "Pages de Gauche" organise une rencontre entre et avec plusieur-e-s membres d'exécutifs communaux de gauche en Romandie, sur le thème "quelle coordination entre les communes de gauche en Suisse romande ?". Pour peser plus, pour pouvoir modifier un cadre légal (y compris constitutionnel) défavorable aux villes et à leurs habitants, cette coordination est en effet indispensable. Autant que ces majorités, qu'il s'agit de maintenir, de renforcer et d'étendre. Après tout, le "socialisme municipal" est à la source de la progression de la social-démocratie en Suisse : c'est dans les villes que les socialistes ont conquis leurs premières majorités gouvernementales. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, Suisse 0 commentaire
  • Création de l'Union des Villes Genevoises : Enfin !

    Imprimer

    commune.jpg"La nouvelle répartition des tâches entre le canton et les communes devra aboutir à l'élargissement des compétences communales et à la reconnaissance du statut de ville-centre de Genève", a averti la Conseillère administrative Sandrine Salerno, en présentant les comptes (bénéficiaires) de la Ville pour 2014. C'est peu de dire que l'intention du Conseil d'Etat n'est pas franchement à l'unission des souhaits de la ville-centre et de ceux des autres villes du canton, les six plus importantes d'entre elles (Genève, Vernier, Lancy, Meyrin, Carouge, Onex, rassemblant entre les six plus des deux tiers de la population de tout le canton) ayant créé, le 28 mars, leur propre association, l'Union des Villes Genevoises, non pas concurrente mais complémentaire de l'institutionnelle Association des communes genevoises dominée par les petites communes rurbaines. 
    A la création de l'Union des Villes Genevoises, ses initiateurs avaient invité huit autres communes que les six qui, finalement, ont porté la nouvelle association sur les fonds baptismaux politiques, mais ces huit communes, toutes de moins de 15'000 habitants et toutes dirigées par des majorités de droite, ont décliné l'invitation, alors même que certaines voix (comme celle de la magistrate PLR de Chêne-Bougeries, Beatriz de Candolle) y avaient salué plutôt positivement l'initiative des villes. Car celle-ci s'adressait à toutes les communes répondant à des critères purement objectifs, indépendants des rapports de force politique, mais reposant sur la population (plus de 10'000 habitants) ou la densité (plus de 1500 habitants au kilomètre carré) déjà atteintes ou devant l'être à court terme, comme à Confignon ou Chêne-Bourg. Bref, ce qu'il s'agissait de créer n'était pas, et ce qui a été créé n'est pas, une "Union des Villes de Gauche", mais une "Union des Villes Genevoises". Enfin !

    Lire la suite

  • Candidature socialiste à l'élection partielle du gouvernement genevois : Choisir les villes

    Imprimer

    Si les socialistes étaient joueurs, et joueurs de poker, ils pourraient samedi se rengorger bruyamment : leurs candidat-e-s à la candidature pour l'élection partielle du Conseil d'Etat dessinent un joli carré d'as. Mais les socialistes ne sont pas joueurs -c'est là le moindre de leur défaut (il suffit pour s'en convaincre de voir la tête qu'ils tirent, et d'entendre les commentaires qu'ils font, lorsque l'un-e d'eux s'offre le petit plaisir d'une proposition ou d'ne intervention décalée dans un parlement). Bref, les socialistes genevois ont le choix. Et c'est difficile, un choix. Surtout entre quatre bonnes cartes. Il lui faut un critère, à ce choix. Alors on leur en propose un : les villes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 8 commentaires