lundi, 22 avril 2013

Vidéosurveillance : Le plumeau et l'aspirateur

Au prétexte de prévenir délinquance et criminalité dans la rue, et en expliquant qu'il ne s'agit que de «  tester » un dispositif, le canton prévoit d'installer 21 caméras de vidéosurveillance dans un périmètre restreint des Pâquis. Certains des partisans de cette opération ne cachent pas qu'il s'agit moins de développer un dispositif efficace de lutte  contre les violences, les trafics, les incivilités et les vols que de répondre au « sentiment d'insécurité »  des habitants. Mais il ne fait guère de doute qu'en réalité, la vidéosurveillance d'un périmètre délimité (et un périmètre « vidéosurveillé » ne peut qu'être délimité) ne fait, rapidement, que déplacer vers un périmètre non surveillé les comportements qu'on prétend vouloir rendre impossibles : c'est « l'effet plumeau »  : ça ne fait que déplacer la poussière... il est vrai qu'en période d'élection, ça peut aussi attirer des suffrages :  il y a donc de l'aspirateur électoral dans le plumeau sécuritaire.

Lire la suite

13:31 Publié dans Genève, Sécurité, insécurité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vidéosurveillance, vidéoprotection, délinquance, pâquis | |  Facebook | | | |

mercredi, 31 octobre 2012

Vidéosurveillance : Rassurer le bon peuple

L'aimable Conseil Municipal de l'aimable Ville de Genève a longuement (deux heures de débat...) traité hier d'une pétition de l'aimable parti démocrate-chrétien (qui aurait préféré en faire une initiative mais y avait échoué au stade de la récolté de signatures), en faveur d'un développement de la vidéo-surveillance dans l'espace public de Piogre -cela même à quoi Lucerne appelle à renoncer, pour cause d'inefficacité... Pourquoi cette demande à Genève de ce dont on s'apprête à renoncer à Lucerne, sur proposition de la municipalité elle-même ? Pour lutter contre la délinquance et l'insécurité ? Mais filmer des délinquants en train de se livrer à leurs coupables activités, ce n'est évidemment pas réduire la délinquance, si c'est, peut-être, en accélérer la répression -qui par définition n'intervient qu'une fois l'acte répréhensible commis, et n'empêche donc nullement sa commission. Surtout lorsqu'il s'agit de récidivistes qui se tamponnent le casier judiciaire d'être une fois de plus alpagués... Alors, la vidéosurveillance, pourquoi ?

vidéosurveillance, sécurité, Big Brother


Lire la suite

12:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vidéosurveillance, sécurité, big brother | |  Facebook | | | |

mardi, 20 décembre 2011

Généralisation de la vidéosurveillance : Dis bonjour à la 1358ème caméra...

Selon un rapport du Département de la sécurité, de la police et de l'environnement, pas moins de 1358 caméras filment les Genevoises et les Genevois (et les visiteurs de Genève), dans la rue, les véhicules des TPG, les parkings, à l'aéroport, à l'hôpital, à l'école, dans les musées, la prison, l'Hôtel de police etc... -bref, un peu partout. 169 de ces caméras filment la rue. 366 caméras surveillent le domaine public dans les communes, dont 215 en Ville de Genève... et 69 pour le seul Grand Saconnex, et 33 pour Cologny. « Il est difficile de se faire une idée sur l'utilité réelle des caméras », reconnaît le président MCG de la commission judiciaire du Grand Conseil, car on manque de statistiques comparatives de la délinquance dans les lieux surveillés par caméra et dans les autres. On ne manque pas, en revanche, de propositions d'augmenter le nombre de ces machins dont on ne sait pas précisément à quoi ils servent, sinon à arrondir le chiffre d'affaire de ceux qui les vendent.

Lire la suite

14:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sécurité, insécurité, vidéosurveillance, police | |  Facebook | | | |

lundi, 15 novembre 2010

Généralisation de la vidéosurveillance : Souriez, vous êtes filmés ! (ou fliqués)

Les caméras de surveillance fleurissent dans les communes genevoises : au moins neuf s'en sont déjà équipées (Carouge, en dernier lieu, en septembre, grâce à des défections à gauche).  Ajoutez-y les bus, les parkings, les stades, la gare, et quelques ambassades et autres lieux sensibles, vous aurez un territoire où le panoptisme cher à Jeremy Bentham est une réalité. Or la prolifération des caméras de surveillance se fait dans un remarquable flou statistique : combien y en a-t-il, où sont elles, quand fonctionnent-elles, qui se cache derrière elles, combien de temps les images sont-elles gardées ? mystères. Des mystères auxquels s'ajoute un vide juridique, malgré une loi votée le 9 octobre 2008 par le Grand Conseil, qui prévoit que les caméras de surveillance doivent répondre à une nécessité, ce qui est rarement le cas, et doivent se cantonner à  répondre à  cette nécessité, ce qui est difficilement vérifiable. Résultat : nul ne peut plus désormais échapper, sauf à se cloîtrer, volets clos, chez soi, au regard des caméras.

Lire la suite

13:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vidéosurveillance | |  Facebook | | | |