urgence climatique

  • Urgences sociale et climatique contre lenteurs démocratiques

    Imprimer

    temps.jpg

    Laisser trop de temps au temps ?

    L'urgence politique, quelle qu'elle soit, se heurte à la lenteur des processus institutionnels en démocratie. Il faut être en Chine pour pouvoir construire un hôpital de 2000 places en dix jours. L'urgence climatique et l'urgence sociale (qu'un projet écosocialiste veut relever ensemble) sont ainsi confrontées chez nous aux délais imposés par les lois et les constitutions, par les rapports de force politique et les possibilités de recours judiciaires, par les droits démocratiques eux-mêmes. Il faudrait, pour répondre à l'urgence climatique, prendre aujourd'hui des mesures radicales contre la consommation d'énergies fossiles, le relâchement de CO2 dans l'atmosphère, l'extraction de ressources minières -mais il faut des années à la plus prudente des lois ne faisant que s'engager dans cette voie  pour faire le parcours de sa proposition à sa réalisation. Et si l'on veut des exemples plus bitume à bitume et plus locaux, on n'en manque pas.  L'urgence sociale souffre de la même contradiction avec le rythme institutionnel : il faudrait aujourd'hui instaurer un revenu minimum,  mais pour l'instaurer, il faut modifier la constitution, puis élaborer des lois d'application de cette modification, passer l'étape des recours et du référendum... comptez des années, si ce n'est plus -il aura fallu trente ans pour instaurer l'AVS. Il faut "laisser du temps au temps", susurrait  Mitterrand. Sans doute, mais il est des urgences qui commanderaient de n'en point trop perdre -sauf à renoncer à y répondre.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Donald, Greta, Davos...

    Imprimer

    Davos.jpgOuef ouef ouef !

    Il y a eu deux vedettes à Davos : un Donald et une Greta. Trump et Thunberg. Un déni d'urgence climatique, un appel à la relever. Dans une station de sports d'hiver transformée en camp retranché, un pince-fesse mondialisé (le ouef ) auquel on ne peut participer qu'en claquant 70'000 dollars (ou euros, ou francs suisses, comme vous voudrez). En s'y rendant si possible en jet privé ou en hélicoptère (et pas à pied, comme des centaines de manifestants vont le tenter -eux seront sans doute refoulés). Le tout étant protégé par les F/A-18 de l'aviation militaire suisse -qui prouve ainsi que ses appareils actuels font très bien l'affaire et qu'on n'a pas besoin d'en acheter de nouveaux. Le Ouef a mauvaise réputation, on se demande pourquoi. Et il veut s'en donner une nouvelle, plus présentable. D'où l'invitation à Greta Thunberg. Sans pour autant renoncer aux potentats égocentriques que le Ouef a coutume d'accueillir. D'où Donald Trump. Le plus infantile des deux n'étant évidemment pas celle qu'on pourrait croire. Un cinquième du Ouef devrait être consacré au climat. Et quatre cinquième à caresser dans le sens du poil et de l'amour-propre ceux qui le salopent. Donald y a donc toute sa place. Onc'Picsou aussi. Et Greta qui n'est ni une starlette, ni l'objet d'une tocade des foules, mais peut-être un symbole de tout ce que Davos n'est pas, ni ne peut être.

    Lire la suite