mercredi, 17 avril 2013

« Pensons la ville pour agir » : La ville, champ politique

Vendredi et samedi, un collectif d'associations d'habitants de Genève invite* invite les habitants à « penser la ville pour agir », et à intervenir directement dans le débat public (et politique) pour y défendre un projet de développement urbain qui corresponde aux besoins et aux droits de la population. Ce discours des droits -droit au logement, à un environnement urbain vivable, à des services et des équipements publics présents partout-  est un discours politique. Au plein et vrai sens du terme : celui qui nous vient de la « polis »  grecque -la ville, précisément... là où s'inventa la démocratie, et là où la démocratie prend aujourd'hui le sens d'un « droit à la ville » qui implique sa réappropriation par ses habitants.

*Maison des associations dès 20 heures vendredi,
dès 13 heures samedi

Lire la suite

15:27 Publié dans Genève, Logement, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : urbanisme, ville | |  Facebook | | | |

vendredi, 16 septembre 2011

A propos (ou au prétexte) de l'Usine comme « lieu alternatif »

Contre l'urbanisme séparateur

Petit débat, assez intime, mais fort intéressant, à l'Usine, hier après-midi. Thème : «L'Usine est-elle toujours un lieu alternatif». On n'a pas répondu à la question. On ne pouvait pas y répondre autrement qu'en se disant que l'Usine est un lieu alternatif puisqu'il est perçu et se perçoit lui-même comme tel. Mais si on n'a pas répondu à cette question, on s'en est posées de nombreuses autres. Dont celle-ci : les offensives dont l'Usine fait l'objet (de la part de la droite municipale, de la part aussi de ses voisins...) ne témoignent-elle pas de la mise en oeuvre, dans la Ville, d'une systématique de la séparation, pour un meilleur contrôle ? De la séparation des lieux, des activités, des publics, des temps, alors que le projet de l'Usine, sa situation au centre de la Ville dans un quartier devenu d'habitation, relève d'une logique de confrontation, de juxtaposition, de désordre ? Bref, d'une logique urbaine ?

Lire la suite

14:46 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : culture, usine, urbanisme | |  Facebook | | | |

lundi, 16 mai 2011

Déclassement de terrains agricoles, mobilité douce : 58ha de ville vivable en plus...

Le déclassement des terrains agricoles de la plaine de l'Aire accepté assez nettement et la mobilité douce acceptée, de justesse, grâce au vote de la Ville et des grandes communes : nos propres pronostics craintifs ont été heureusement déjoués par les votes genevois de ce week-end. Si on y ajoute les bons résultats vaudois (acceptation des allocations complémentaires pour personnes à faibles revenus, presque acceptation du revenu minimum), on aura finalement vécu un dimanche référendaire assez heureux. Reste que ce n'est pas parce qu'un déclassement, ou une loi sur la mobilité, ont été acceptés que les actes politiques les concrétisant vont suivre comme par miracle. Gagner un vote, c'est affaire de rapport de force. Le faire respecter aussi : les logements sociaux n'ont pas encore poussé dans la plaine de l'Aire, et les bagnoles n'ont pas encore quitté la ville... N'empêche : 58 hectares de ville en plus, et d'une ville que la mobilité douce va rendre plus vivable, c'est toujours ça de pris, qui fera du bien par ou ça passera...

Lire la suite

13:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : votations, cherpines, charrottons, logement, urbanisme | |  Facebook | | | |

jeudi, 03 mars 2011

Saluons comme il se doit l'ouverture du Salon de l'Automobile

La Ville ou la bagnole ?

Le Salon de l'Automobile de Genève s'est ouvert. Il y a pourtant belle lurette que la bagnole, ni ses avatars, ni ses ersatz, n'a plus grand chose à voir -si jamais elle eut quoi que ce soit à y voir- avec un moyen de transport, et qu'elle n'est plus qu'un signe de conformité sociale, d'adhésion aux normes de comportement et aux apparences du bonheur obligatoire. Le projet consumériste d'une automobile par famille atteignait déjà aux limites de l'imbécillité, franchissant celles du déraisonnable -à supposer que la raison ait quelque chose à nous dire d'un tel projet ; La tendance aux deux voitures par famille dans les classes « moyennes » des pays riches, puis le projet d'une voiture par personne et par année, illustrent la transformation de l'objet en fétiche, et de son utilité supposée en prescription religieuse. Là où l'on faisait carême, on fait Salon de l'automobile.

Lire la suite

12:49 Publié dans Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : urbanisme, automobile | |  Facebook | | | |

vendredi, 05 février 2010

Praille-Acacias-Vernets La crainte du référendum, le commencement de la sagesse



Les belles promesses rendant les référendaires joyeux, les zautorités cantonales et municipales de Carouge, Genève et Lancy ont négocié avec les partis de gauche, les syndicats et l'ASLOCA, qui avaient lancé un référendum contre le préavis favorable de la Ville au déclassement du périmètre PrailleAcacias-Vernets (PAV pour les intimes), un projet d'accord en échange du retrait du référendum (la votation populaire a d'ailleurs été reportée dans l'attente de la réponse des référendaires à ce projet). L'accord est, pour la gauche, tout juste acceptable et ne contient en réalité aucune garantie quant à son respect par les autorités cantonales, alors qu'il implique le retrait du référendum puisqu'il annule (pour la remplacer par une autre) la loi contre laquelle le référendum a été lancé. Il est vrai qu'à tous les stades de l'évolution de la réalisation du projet, d'autres référendums, cantonaux ou municipaux, sont possibles, et que puisqu'il s'est avéré que seule la menace du vote populaire a fait revenir en arrière les partisans du bétonnage intensif du PAV, cette menace, voire le lancement effectif de référendums pour l'appuyer, doit continuer à planer : elle seule peut les dissuader de s'asseoir sur l'accord qu'ils ont dû se résoudre à négocier.

Lire la suite

20:40 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pav, urbanisme, référendum | |  Facebook | | | |

mardi, 12 janvier 2010

Un spectre plane toujours sur le PAV...

On devait voter le 7 mars prochain sur le préavis municipal de la Ville, favorable au projet PAV (Praille-Acacias-Vernets), contre lequel un référendum a été lancé par la gauche, l'ASLOCA et les syndicats. On « devait », mais on ne doit plus, puisque le projet de loi de déclassement de terrains qui faisait l'objet du préavis municipal, et donc du référendum, a finalement été retiré, pour que des négociations entre le Conseil d'Etat, la Ville et les référendaires naisse quelque chose qui convienne à tout le monde. Ce qui tient probablement de l'illusion, mais a au moins l'avantage du moindre mal, tant le projet initial était critiquable. Au point d'être inacceptable. Mais au fond, pourquoi « sortir de l'enlisement » un projet (le PAV) qu'il vaudrait peut-être mieux l'y laisser s'engloutir ? La crainte du référendum reste le commencement de  la sagesse : « la guerre de la Praille n'aura pas lieu », titre « La Tribune » (de Troie). Ah bon ? Un cessez-le-feu, c'est la paix ?

Lire la suite

03:02 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : urbanisme, pav, référendum | |  Facebook | | | |

mercredi, 11 novembre 2009

La Nouvelle Comédie sur les rails du CEVA

Nouveau théâtre dans un nouveau quartier, si le 29 novembre...

Le 2 novembre, Rémy Pagani et Patrice Mugny ont présenté le projet retenu, au terme d'un concours lancé en janvier, pour la Nouvelle Comédie : sur le site de la gare des Eaux-Vives, quatre modules vitrés accueillant ateliers, restaurant, librairie, salles de spectacle... un projet devisé à 70 millions de francs -un peu moins que les extensions des musées d'Ethnographie et d'Art et d'Histoire, beaucoup moins moins que deux ans de fonctionnement du Grand Théâtre, mais une dépense que la Ville sera pratiquement seule à assumer, alors que tout le monde politique, ou presque, s'accorde, au moins rhétoriquement, à admettre que les grands projets culturels d'importance régionale doivent être cantonalisés, sinon régionalisés. On ne s'en étonnera qu'à moitié. Et on n'aura garde d'oublier que ce projet n'a pratiquement aucune chance de devenir réalité si le 29 novembre le crédit complémentaire pour le CEVA n'était pas accepté…

Lire la suite

01:28 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : culture, ceva, comédie, urbanisme | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 mai 2009

Sous le PAV, le référendum

Praille-Acacias-Vernets : un projet à géométrie très variable

L'ASLOCA et les syndicats ont lancé un référendum (soutenu par le PS de la Ville) contre le préavis positif donné par une majorité (la droite plus les Verts) du Conseil municipal de la Ville au déclassement des terrains essentiellement en mains publiques sur lesquels devrait se réaliser le mirifique projet cantonal " Praille-Acacias-Vernets " (PAV). Un projet à géométrie très variable : Il ne se passe plus de semaine sans que le gouvernement annonce sa révision et promette l'augmentations du nombre de logements prévus et de la proportion de logements sociaux. Mais les promesses du Conseil d'Etat n'engagent que lui (et seulement le temps qu'il en change), et ne valent que ce que valent les chances de les faire ratifier par la majorité parlementaire la plus à droite dont Genève ait été affublée depuis la fin de la Guerre Mondiale.

Lire la suite

00:05 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : pav, urbanisme, praille | |  Facebook | | | |

samedi, 14 mars 2009

Ecoquartiers ou boboghettos ?

Vers le développement durable de la ségrégation sociale

Qui n'a pas son projet d' " écoquartier " ? L'implantation d'un " écoquartier " sur le site d'Artamis (en 2011, 2012 ou 2013, quand le site aura été décontaminé de toutes les saloperies laissées par les Services Industriels qui l'occupaient avant les milieux alternatifs) est pratiquement acquise, a annoncé Rémy Pagani; les radicaux ont eux aussi leur projet d' " écoquartier ", à la pointe de la Jonction. Quant aux Verts, trois de leurs députés ont déposé et fait accepter une motion pour en installer un à la Concorde, à Châtelaine, après que la Fondation Emile-Dupont pour des habitations bon marché ait décidé de démolir et de reconstruire une vingtaine d'immeubles du quartier des Ouches. La liste n'est ni exhaustive, ni close. Les écoquartiers sont conçus pour qu'on y privilégie des principes de " développement durable " (énergies renouvelables, toitures végétalisées, récupération des eaux de pluie, potagers etc…), qu'il n'y a cependant aucune raison de réserver à l'usage de quartiers expérimentaux, et qui mériteraient d'être appliqués dans toute la ville. Sauf à n'avoir aucun sens.

Lire la suite

01:07 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : écoquartiers, urbanisme, genève | |  Facebook | | | |

mardi, 07 octobre 2008

Projet Praille-Acacias-Vernets : L'assourdissant silence de la gauche

C'est, nous assure-t-on, le " projet du siècle " à Genève. Mais de quel siècle ? A en juger par son contenu, le projet Praille-Acacias-Vernets est bien un projet du XXe siècle grégorien. C'est-à-dire du siècle passé : des tours, des centres commerciaux, des parking, et entre eux, des logements et quelques équipements publics. Volume de l'opération : cinq milliards (en gros et en francs). Depuis des mois, les milieux immobiliers s'agitent autour du pactole, et assurent que le financement privé du projet ne posera pas de problème, et que d'énormes fonds d'investissements américains sont sur les startings blocks (en anglais dans le texte, forcément). Quoiqu'on puisse nourrir quelques doutes depuis quelques semaines sur la santé financière de ces mammouths (Carlyle, Blackstone, Apax, Apollo)... De toutes façons, la question n'est pas celle du financement, mais celle du contenu du projet. Et sur cette question, dans le tintamarre promotionnel, on a quelque peine à distinguer les positions de la gauche. Et même à savoir si elle en a une, de position, la gauche, sur le PAV.

Sous le PAV, la plage

Le projet "Praille-Acacias-Vernets" (PAV pour les intimes) est bien plus daté qu'il semble : il ressemble comme deux crachées de bétonnière à ce qui se commit dans les grandes capitales européennes il y a vingt ou trente ans. Pour l'inventivité, faudra aller chercher ailleurs. Peu importe d'ailleurs aux promoteurs du machin : ce dont il s'agit est de parfaire la spécialisation de l'espace central genevois (dont le PAV fait partie intégrante) dans ce que le projet d'agglomération, avec la poésie qui caractérise les technocrates, définit comme " les activités à haute ou très haute valeur ajoutée ". On y ajoutera certes quelques bibelots sociaux et culturels -mais comme on place un tableau au mur de la salle d'un Conseil d'administration : parce que ça se fait. Quant aux activités économiques " courante ", au véritable logement social, à la culture alternative (s'il en reste) ou émergente (si on l'autorise à émerger), la périphérie y pourvoira. En attendant quoi, le gouvernement pond des instances comme une poule en batterie des oeufs (un comité de pilotage, une direction du projet, une délégation du Conseil d'Etat, un groupe d'experts) et embarque avec lui les trois communes concernées, sans qu'aucune opposition s'exprime, sinon à la marge (au sein, par exemple, de " l'Assemblée des Mal-LogéEs "). Une marge qu'il nous revient d'élargir. Pour que, le jour où il faudra voter sur les projets de loi autorisant le déclassement de la zone du PAV, des voix critiques se assent mieux entendre qu'actuellement. En édito, la " Tribune de Genève " du 10 septembre reprochait au Conseil d'Etat d'avoir " perdu du temps " et " laissé le doute s'instiller sur sa capacité à conduire l'opération"" Laissons donc du temps au temps. Pour que le doute (et plus) s'instille sur l'opération elle-même, son contenu, ses critères et ses effets…

02:02 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : pav, urbanisme, praille | |  Facebook | | | |