lundi, 13 mars 2017

Quand Erdogan et ses partisans pètent les plombs

Erdogan.JPGReferendummkopf

Le 16 avril, la Turquie votera en référendum sur le désir irrépressible du président Erdogan de devenir un "hyperprésident". Et à l'image de leur Sultan, ses partisans s'agitent dans toute l'Europe pour convaincre les Turcs de l'étranger de rallier le Grand Turc de Turquie. Mais cette agitation se heurte à de fortes résistances : autorisé par Berne, un meeting zurichois du ministre turc des Affaires étrangères a été annulé, le Danemark invite le même ministre à renoncer à tenir un meeting sur sol danois (ce qu'il a pu faire en France et aurait pu faire en Suisse si l'Hôtel où devait se tenir le meeting n'avait pas annulé la réservation de la salle), l'avion du ministre a été empêché d'atterrir aux Pays-Bas où il devait également prêcher la bonne parole, et d'où la ministre turque de la Famille a été expulsée -le Sultan Erdogan s'autorisant du coup à traiter le gouvernement néerlandais de "nazi". Pas moins. Des municipalités allemandes ont également interdit des réunions de partisans du projet d'"hyperprésidence" soumis à référendum. En Suisse, les Verts s'inquiètent de la surveillance exercée par l'ambassade de Turquie sur les opposants au régime d'Ankara, et plus généralement sur les Turcs de Suisse, dont la majorité sont d'ailleurs soit Kurdes, soit Alévis, soit les deux à la fois, ces deux composantes de la société turque étant dans le collimateur du gouvernement et du parti d'Erdogan.

Lire la suite

16:02 Publié dans Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : turquie, kurdistan, erdogan | |  Facebook | | | |

lundi, 28 novembre 2016

Turquie : le coup d'Etat réussi d'Erdogan


La Répression au Sérail

Le 4 novembre, le gouvernement Turc a fait interpeller Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, les co-présidents du Parti démocratique des peuples (HDP), ainsi que neuf autres élus de ce parti.  Principal parti d’opposition en Turquie (il a obtenu six millions de suffrages rien qu'au Kurdistan en novembre 2015), le HDP, seul à défendre les droits des Kurdes, incarne également la lutte pour l’égalité entre hommes et femmes, pour le respect des minorités et contre toutes les formes de discriminations. Muselé par le pouvoir, le HDP a annoncé le 6 novembre dernier se retirer de toute activité au parlement pour protester contre la répression le frappant et frappant toute l'opposition réelle en Turquie, qu'elle soit le fait d'organisations politiques, de media ou d'acteurs sociaux et culturels. Les arrestations d’élus kurdes surviennent en effet dans un contexte de purges et de répression généralisées à la faveur de l'état d'urgence instauré après la tentative de Coup d’Etat manqué du 15 juillet 2016, suivie d'un coup d'Etat réussi -celui du Sultan Erdogan, qui désormais contrôle tous les pouvoirs : le parlement, le gouvernement, la justice, l'armée... et en use contre toutes les oppositions, dans l'apathie généralisée des consciences démocratiques européennes.

Lire la suite

15:48 Publié dans Droits de l'Homme, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : turquie, kurdistan, erdogan | |  Facebook | | | |

lundi, 19 septembre 2016

Trahis après avoir été utilisés : Les Kurdes dans l'étau


Sur le front des combats contre l'"Etat islamique", en Irak et en Syrie, sur le terrain et non dans les airs, les meilleurs combattants sont depuis deux ans les Kurdes. Des combattants qui sont souvent des combattantes. Ils étaient les premiers alliés des Etats-Unis contre Daech. Ils ne le sont plus : les USA ont passé alliance avec la Russie pour sauver le régime de Bachar El Assad, et la Turquie a passé alliance avec la Russie pour que celle-ci la laisse régler à sa manière, toujours la même, la "question kurde". Entre Obama, Poutine et Erdogan, un accord s'est fait sur le dos des Kurdes. Et dans le dos de leurs combattants et de leurs combattantes. Et les voilà, les Kurdes, une fois de plus trahis après avoir été instrumentalisés. On s'allie pour un temps avec eux contre un ennemi commun, puis on les abandonne : vieille histoire : En 1920, lors du partage de l'Empire Ottoman, on leur avait promis une région autonome réunissant ceux de Syrie, d'Irak, d'Iran et de Turquie. Trois ans plus tard, à Lausanne, on pactisait avec la Turquie d'Atatürk. Et on trahissait la promesse fait aux Kurdes. Ils sont aujourd'hui 30 millions, toujours entre Irak, Iran, Syrie et Turquie : cela fait d'eux sans doute le plus nombreux des peuples sans Etat. Un peuple trahi après avoir été utilisé comme chair à canon.

Lire la suite

14:40 Publié dans Solidarité, terrorisme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : kurdes, kurdistan, pkk, pyd, turquie, syrie, daech | |  Facebook | | | |

mardi, 03 novembre 2015

Elections turques : la victoire du pompier pyromane

Des urnes pleines de peur

Nos copains turcs (il est vrai qu'ils sont presque tous Kurdes) faisaient plus que grise mine, hier. Ils étaient abasourdis, comme assommés par le résultat des élections législatives anticipées convoquées fin août par le Président-Sultan Erdogan, tout seul, comme un grand -mais "si Dieu le veut" tout de même. Dieu, et lui : la constitution turque prévoit, en cas d'échec du principal parti à former un gouvernement, la transmission de cette tâche, au principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (social-démocrate et kémaliste), mais le Sultan n'a que faire de la constitution : il a donc décidé tout seul de dissoudre le parlement né des élections précédentes lors desquelles son parti n'avait pas obtenu de majorité absolue, et d'organiser de nouvelles élections avec, précisément, pour objectif d'obtenir cette majorité absolue. Et il l'a obtenue, alors que peu nombreux étaient les observateurs qui le prédisaient. Il l'a obtenue dans un climat de violence et de peur dénoncé par les observateurs internationaux, qui ont fait état de nombreuses attaques contre les candidates et les candidats, les partisans et les locaux du parti de gauche HDP, dont la base est majoritairement kurde. Qui veut la fin veut les moyens est aussi un proverbe ottoman. Le Président-Sultan, en tout cas, l'applique depuis 13 ans.    

Lire la suite

16:14 Publié dans élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : erdogan, akp, turquie, kurdistan | |  Facebook | | | |

jeudi, 25 juin 2015

Après Syriza et Podemos : le Parti démocratique des peuples de Turquie (HDP)

Turquie, Kurdistan, AKP, HDP, Erdogan, Demirtas

Printemps kurde, printemps turc

Après la Grèce et l'Espagne, la Turquie ? selon les résultats officiels des récentes élections législatives en Turquie, le parti islamiste au pouvoir, l'AKP est arrivé en tête du scrutin, mais n'a recueilli que 40,8% des suffrages. Une dégringolade de près de dix points par rapport à son score d'il y a quatre ans (49,9%). Avec 258 des 550 sièges de députés, l'AKP est nettement en dessous de la majorité absolue, et incapable de former un gouvernement sans se coaliser avec un autre parti. En fait, le grand vainqueur du scrutin est le quatrième parti en suffrages : Le HDP (Parti démocratique du peuple), qui a obtenu 13,1% des suffrages et raflé 80 sièges d'un coup pour son entrée au parlement. Les deux autres principaux adversaires  de l'AKP, le parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate et kémaliste), en léger recul,  et le parti de l'action nationaliste (MHP, droite), en légère progression obtiennent respectivement 25% et 16,3% des suffrages et 133 et 80 sièges. Le recul des islamo-conservateurs de l'AKP prive en outre le sultan Erdogan de la possibilité d'instaurer sans passer par un référendum le régime présidentiel dont il rêve.

Lire la suite

18:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : turquie, kurdistan, akp, hdp, erdogan, demirtas | |  Facebook | | | |

mardi, 31 mars 2015

Toilettes historiques à la turque

"Réverbères de la mémoire" et Centenaire du génocide arménien
       
Il y a deux semaines, au Grand Conseil, on a eu droit, à propos de l'édification dans un parc de la Ville de Genève d'un mémorial du génocide arménien, dont on commémorera le centième anniversaire le 24 avril prochain. à une véritable concours d'applaventrissements successifs : Le Conseil fédéral s'est couché devant le gouvernement turc, le Conseil d'Etat genevois devant le Conseil fédéral et le Grand Conseil devant le Conseil d'Etat. Une motion du PDC, soutenue par la gauche, demandait au Conseil d'Etat de favoriser (au lieu que d'entraver, comme il le fait actuellement) l'édification de ce mémorial. A une voix de majorité (et avec trois abstentions dont on se demande ce qu'elles peuvent bien signifier sur une question pareille), cette motion  a été refusée par le PLR, l'UDC et le MCG. Avec des arguments du genre "la Suisse doit respecter la neutralité sur le territoire de l'ONU" (François Longchamp, courageux conseiller d'Etat PLR) -or le mémorial devait être installé sur un parc de la Ville de Genève, hors du "territoire de l'ONU... Pour le soucieux député PLR Patrick Saudan, le mémorial serait "contreproductif" à la reprise du dialogue entre l'Arménie et la Turquie, pour l’œcuménique député UDC Michel Amaudruz, il ne faut pas "discriminer les souffrances" et pour le carrément faux derche Conseiller d'Etat Longchamp, il faut trouver "une solution cette année encore pour pouvoir commémorer le centenaire du génocide", alors qu'il a tout fait pour empêcher qu'une telle solution se trouve et que cette commémoration soit la plus "consensuelle" possible. Qu'est-ce que cela veut dire, au juste, un "consensus" sur un génocide, avec ceux qui le nient ?

Lire la suite

17:03 Publié dans Genève, Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arménie, génocide arménien, turquie | |  Facebook | | | |

lundi, 02 mars 2015

Les gouvernements suisse et genevois complices de la négation d'un génocide ?

Génocide arménien, le spectre de 1915

24 Avril 1915 : la destruction physique de la population arménienne de l'empire Ottoman commence. En moins de deux ans, plus d'un million d'hommes, de femmes et d'enfant sont exterminés, ou laissés à la mort de faim, de soif, de maladie. L'empire ottoman lui-même les suivra dans la tombe,  laissant place à la Turquie moderne. Qui un siècle après ce génocide le nie toujours officiellement, quand bien même une bonne partie de ceux qui s'accrochent à cette négation savent qu'elle n'est qu'un déni de réalité -un déni d'histoire. D'autres en Turquie ont ouvert les yeux sur ce passé -mais d'autres encore en Suisse, avec la complicité des gouvernements fédéral et genevois, exigent que rien ne remette au jour le massacre d'un peuple. Le massacre d'un peuple ? littéralement :  un génocide. La négation d'un génocide ? Objectivement, son approbation. Ce soir, lundi 2 mars, 20 heures, salle Pitoeff, après le film "génocide arménien, le spectre de 1915", se tiendra un débat, introduit par Charles Aznavour, Arsinée Khanjian et Boris Mabillard, sur le génocide des Arméniens, cent ans après, avec Sévane Garibian, Ragip Zarakolu, Robert Fisk.

Lire la suite

15:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : turquie, arménie, génocide arménien | |  Facebook | | | |

jeudi, 11 décembre 2014

Message de Berne à Genève : Il n'y a pas eu de génocide des Arméniens en 1915...

De la pleutrerie au négationnisme

Le Ministre suisse des Affaires étrangères, et par ailleurs encore président de la Confédération, Didier Burkhalter, s'est fendu d'une lettre au Conseil d'Etat genevois pour lui recommander de ne pas accorder à la Ville de Genève l'autorisation d'ériger dans un parc de la Ville, à proximité du Palais des Nations un mémorial des génocides du XXe siècle, et en particulier (mais seulement en particulier, parce qu'il n'a pas été reconnu par les héritiers de ses auteurs) du génocide des Arméniens -qu'on commémorera en avril prochain, un siècle après qu'il fût commis. Le Conseil fédéral suisse se fait ainsi le commis d'un gouvernement turc (et de ses porte.valises et porte-plumes locaux, dont, détail amuant, le MCG...), au prétexte que le mémorial des génocides, prévu pour être installé à proximité des organisations internationales, pourrait gêner quelques diplomates et fonctionnaires internationaux. Ainsi la pleutrerie conforte-t-elle le négationnisme.

Lire la suite

14:58 Publié dans Genève, Histoire, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arménie, turquie, génocide | |  Facebook | | | |

jeudi, 09 octobre 2014

Offensive djihadiste contre les Kurdes de Syrie (et d'Irak) : Daech, sous-traitant d'Ankara ?

1944 : dans Varsovie insurgée, la résistance polonaise lutte contre les nazis. Elle sera écrasée, et la ville ravagée, à portée de canons de l'Armée Rouge, qui en intervenant aurait pu repousser les Allemands et libérer la ville avant le massacre de la résistance par les troupes du IIIe Reich. Elle n'est pas intervenue. Elle a laissé faire le massacre. L'ordre lui était donné : laissons les Allemands nous débarrasser de la Résistance nationaliste polonaise. Une fois cela  fait, et les Allemands partis, l'Armée Rouge entre dans la ville. Les nazis ont fait le boulot.
2014 : en Syrie, la résistance kurde lutte contre les djihadistes de l'«Etat islamique» (Daech). A Kobané, les combats font rage entre des milices kurdes sous-équipées et des djihadistes sur-équipés, que les « frappes » aériennes d'une coalition dominée par les USA n'empêchent pas de progresser. A portée de voix, l'armée turque stationne et laisse faire, pendant que la police turque réprime dans le sang la révolte des Kurdes de Turquie venus soutenir leurs frères de Syrie.  L'ordre a-t-il été donné à l'armée turque de laisser les djihadistes liquider les Kurdes ?

Lire la suite

15:42 Publié dans Monde, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, daech, turquie, kurdistan | |  Facebook | | | |

vendredi, 25 avril 2014

Il y a 99 ans, le Génocide arménien...

Vers la fin d'une dénégation séculaire ?

Genocide_Armenien.jpgCe 25 avril est jour de commémoration :  en avril 1915, était déclenché dans ce qui était encore l'Empire Ottoman, le génocide des Arméniens. Il ne fut de loin pas le premier génocide (l'expansion coloniale les accumula), mais de ceux d'un siècle qui les vit se succéder et en définit les critères comme crime contre l'humanité, il est celui qui tarde le plus à être reconnu comme tel, alors qu'il n'y manque aucun de ces critères. Pourquoi ? Parce que les régimes qui se sont succédés en Turquie après le génocide des Arméniens étaient des alliés trop indispensables aux puissances « occidentales » face à l'Union Soviétique, pour que le risque soit pris de les convoquer au ban des accusés de crime contre l'humanité. Ils ont donc pu, pendant un siècle, nier que le génocide fût commis.

Lire la suite

16:36 Publié dans Droits de l'Homme, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : génocide, arménie, turquie, 1915, négationnisme | |  Facebook | | | |

jeudi, 13 mars 2014

La septième victime du printemps turc de 2013 : Berkin Elvan, 15 ans, tué par la police

Berkin.jpgLe 16 juin 2013 au matin, à Istambul, Berkin Elvan, âgé de 15 ans, avait dit à sa mère qu'il irait plus vite qu'elle chercher du pain pour le petit déjeuner, et était parti l'acheter. Sur le chemin, il a reçu en pleine tête une grenade lacrymogène lancée par la police réprimant une manifestation pacifique. Il est tombé dans le coma. Il y est resté 269 jours. Il est mort mardi. Il est la septième victime de la répression des manifestations nées pour protéger le parc Gezi d'Istambul d'un projet combattu par la population. Ces manifestations s'étaient élargies en un vaste mouvement de contestation de la dérive autoritaire du gouvernement islamiste du Premier ministre Erdogan, empêtré dans une affaire de corruption à quelques semaines des élections municipales.
Une manifestation est organisée à Genève le vendredi 14 mars 2014 à 16h Place des Nations pour dénoncer la répression en Turquie et rendre hommage à Berkin Elvan.

Lire la suite

17:38 Publié dans Droits de l'Homme, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : turquie, berkin elvan | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 juin 2013

Révolte dans les villes de Turquie : Le peuple, tout le peuple ?

En Turquie, depuis bientôt une semaine, les manifestations et leur répression se succèdent, sans relâche. La révolte, qui a produit 235 manifestations dans 67 villes selon les autorités, s'est étendue d'Istambul puis Ankara à l'Anatolie, à Izimir, à Antalya, à Trabzon. En ses cinq premiers jours, sa répression a fait plus de 1700 blessés (dont certains à la tête, par des cartouches lacrymogène tirées comme des balles) dans les rangs des manifestants, dont deux seraient morts, et 115 dans ceux de la police. Plus de 1700 manifestants ont été arrêtés, certains dans des lieux où ils recevaient des soins. « Le peuple ne veut plus d'Erdogan », titre « Le Courrier », à l'unisson des manifestants et des formations politiques de gauche qui les soutiennent.
« Le peuple », vraiment tout le peuple ?

Lire la suite

14:30 Publié dans Europe, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : turquie, erdogan, akp | |  Facebook | | | |

lundi, 02 mai 2011

Génocide arménien : un siècle de dénégation


Un combat odieux et absurde

Il y a 96 ans, en avril 1915, était déclenché dans ce qui était encore l'Empire Ottoman, le premier génocide du XXe siècle, que l'on tienne à la chronologie qui fait commencer ce siècle le 1er janvier 1901, ou à l'histoire qui le fait commencer au déclenchement de la Grande Guerre, en 1914. La Ville de Genève a décidé, sur mandat de son Conseil Municipal unanime, d'ériger sur la Promenade Saint-Antoine une installation commémorative, non seulement du génocide des Arméniens, mais aussi des relations séculaires de Genève avec l'Arménie. Ce geste de la Ville n'a pas été du goût d'une association négationniste turque, qui tempête depuis des semaines pour que la Ville renonce à son travail de mémoire. Et d'en appeler au Conseil fédéral, et à Micheline Calmy-Rey, pour que la Confédération sermonne la Commune.

Lire la suite

15:17 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : arménie, turquie, génocide, genève | |  Facebook | | | |

dimanche, 24 avril 2011

Avril 1915 - avril 2011 : nier l'évidence du génocide arménien ?

Il y a 96 ans, en avril 1915, était déclenché dans ce qui était encore l'Empire Ottoman, le premier génocide du XXe siècle, que l'on s'en tienne à la chronologie calendaire qui fait commencer ce siècle le 1er janvier 1901, ou que l'on adhère à la retrospection historique, qui le fait commencer au déclenchement de la Grande Guerre, en 1914. La Ville de Genève a décidé, sur mandat de son Conseil Municipal unanime, d'ériger sur la Promenade Saint-Antoine une installation commémorative, non seulement du génocide des Arméniens, mais aussi des relations séculaires de Genève avec l'Arménie -Genève ayant notamment été le lieu où se sont créées ou structurés deux des principaux mouvements politique d'émancipation de l'Arménie, le Dashnak et le Hintchak. Ce geste de la Ville n'a pas été du goût d'une association négationnisted turque, qui tempête depuis des semaines et tire toutes les sonnettes (y compris celles qui se trouvent à l'extrême-droite de la porte, sublime ou non) pour que la Ville renonce à son travail de mémoire. Et d'en appeler au Conseil fédéral, et à Micheline Calmy-Rey, pour que la Confédération sermonne la Commune.

Lire la suite

21:41 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : arménie, turquie, génocide, négationnisme, genève | |  Facebook | | | |

mercredi, 02 décembre 2009

Libérez Murad Akincilar !

murad.jpgDéjà trois mois de détention arbitraire

Murad Akincilar, syndicaliste et militant des droits humains, secrétaire syndical Unia à Genève, est retourné en juillet dans son pays natal, la Turquie, afin d'y poursuivre ses engagements syndicaux et d'y faire progresser les droits humains. Le mercredi 30 septembre 2009, Murad Akincilar a été arrêté à Istanbul à son domicile par des agents en civil. Interné sur la base de soupçons dans le cadre d'une procédure d'exception, Murad Akincilar n'est ni inculpé, ni prévenu. Il n'a pas connaissance des accusations portées contre lui et ne peut donc s'en défendre. Il est toujours en prison, et sa santé est menacée. Il est privé de ses droits élémentaires : le contact avec sa famille et son avocate, la connaissance des charges retenues contre lui, des conditions de détention décentes conformément aux engagements internationaux de la Turquie.Il a besoin d'un soutien matériel (notamment financier, pour sa défense), et la mobilisation pour sa libération doit se poursuivre.
UNIA organise
VENDREDI 4 DECEMBRE dès 18 heures, dans la grande salle du syndicat (5 chemin Surinam) une SOIREE DE SOLIDARITE, au prix d'entrée de 20 FS, dont le bénéfice sera versé sur le compte du Comité de soutien.

Lire la suite

00:37 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : turquie, syndicalisme | |  Facebook | | | |