mardi, 07 juin 2016

Comique de répétition : Genève (re)vote la traversée de sa gouille

pont de lianes.jpgUne étape vers une impasse

Un peu moins de 63 % des votant-e-s genevois ont accepté d'inscrire dans la Constitution de la République le principe d'une traversée routière du Petit Lac. C'est la deuxième fois que les Genevois et voises acceptent le "principe" d'une traversée routière de leur gouille : la première fois, en 1988, c'était la rade qu'il fallait traverser, en pont ou en tunnel. Le principe avait été accepté (à une plus forte majorité que celle obtenue dimanche pour la traversée du Petit Lac) en vote populaire, sa concrétisation en avait été coulée en vote populaire huit ans plus tard. Bis repetita ? C'est vraisemblable : on n'a voté ni sur un tracé, ni sur un projet, on n'a pas choisi entre un pont ou un tunnel, on ne sait pas combien de milliards ce machin va coûter (au moins trois et demi, alors que les projets refusés par le peuple en 1988 "ne" coûtaient "que" moins de 500 millions...)  et on ne sait pas où les trouver, mais on en a voté le principe. C'est une "victoire d'étape", chantent les partisans de la traversée. Peut-être. Mais dans une (longue) marche vers une impasse.

Lire la suite

15:27 Publié dans Genève, Transports, urbanisme, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : traversée du lac | |  Facebook | | | |

mercredi, 01 juin 2016

Traversée routière du Petit-Lac : un rite raté, un mythe mité

traversée du lac"Pas de panique, on ne vote que sur un principe, la concrétisation, le financement, on verra plus tard", rassurent les partisans de la traversée routière du Petit Lac, pour convaincre les hésitants et rassurés les inquiets, avant le vote de dimanche. On est vachement rassurés. Ah bon, on ne vote que sur un principe, c'est sans engagement ? C'est comme la référence à "Dieu tout puissant" en tête de la Constitution fédérale, alors ? Une sorte de truc propitiatoire ? Un rite, un mythe ? On peut dire "amen" et aller se coucher ? Que non pas : si cette invocation est acceptée par le bon peuple genevois dimanche, gageons qu'on nous la resservira régulièrement, comme prétexte à ne rien faire d'autre pendant cinquante ans que tenter de lui donner réalité. En oubliant tout le reste. Et surtout en oubliant ce qui, rapidement, efficacement, sans saloper le lac et le paysage, sans ajouter du trafic aux bouchons et des bouchons au trafic, pourrait réellement "débloquer la mobilité à Genève" : le développement des transports publics, des réseaux continus et sécurisés de pistes cyclables et de parcours piétonniers. Le rite est raté et le mythe mité.

Lire la suite

21:27 Publié dans Genève, Transports, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : traversée du lac | |  Facebook | | | |

jeudi, 12 mai 2016

Traversée routière du Petit-Lac : Même ânerie, même refus

Accès-au-lac_205.jpg

Le 5 juin, on votera à Genève sur la traversée routière du Petit-Lac. Ou plutôt, sur son principe. Ce n'est pas la première fois qu'on votera sur la traversée routière de la rade ou du petit-lac. Sur son principe, ou sur un projet. Ni ne sera la dernière fois. On a déjà voté une fois sur le principe de ce machin, et il avait été accepté : ce genre de principe n'engage pas à grand chose tant qu'on n'a pas un projet précis, chiffré, abouti sous les yeux. Et quand on l'a, les prononcements populaires changent. Parce qu'on voit par quoi se traduirait un vote positif. Résultat : après avoir accepté le principe de la traversée, les Genevois et voises ont par trois fois refusé les concrétisations qu'on leur en proposait. Nous avons refusé la traversée en pont, nous avons refusé la traversée en tunnel, nous avons refusé toute traversée de la rade. Alors le principe d'une traversée du Petit-Lac, bien sûr qu'on votera contre. Mais bien sûr, aussi, qu'on ne prendra pas le deuil si elle devait être acceptée. Parce qu'on n'est prêts, optimistes comme nous le sommes, à gauche, par définition autant que par choix, à prendre le pari que cette foutue traversée, on n'en verra pas le commencement des travaux de notre vivant (la statistique nous donnant une espérance de vie d'encore un quart de siècle). Ni même de celui de nos enfants, au cas où, par inadvertance, on en aurait commis. Et qu'en plus de ce pari, on peut prendre un engagement : celui de tout faire pour que cette ânerie récurrente reste là d'où elle n'aurait jamais dû sortir : les archives.

Lire la suite

13:52 Publié dans Genève, Transports, votations | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : traversée du lac | |  Facebook | | | |

mardi, 02 février 2016

L'autoroute lacustre, Graal de la droite genevoise :

traversée du lac, traversée de la radeSauvez la Dame du Lac !


Le Grand Conseil, qui sur cet enjeu s'apparente à une Chambre Introuvable, a évidemment, toute la droite coagulée faisant bloc bétonné, approuvé l'initiative de l'Entente pour une traversée routière du lac -sans préciser si elle devait se faire en pont ou en tunnel, ni combien elle coûtera, et à qui, ni comment elle serait financée, ni même, comme l'a relevé Pierre Vanek, si elle avait elle-même l'illusion que ce projet pourra se réaliser un jour -du moins avant l'assèchement complet du lac dans quelques centaines de milliers d'années. On n'est plus, il est vrai, dans un débat politique (mais y fûmes-nous jamais ?) sur un projet réalisable, mais dans une pantomime, un exercice de postures et de gesticulations dans une parodie de quête du Graal. Mais plutôt que l'aide de Merlin, pour sauver la Dame du Lac c'est sur la reprise du discours même de la droite genevoise sur la nécessité de "faire des économies" qu'il faut compter. Parce que son  Graal, à la droite genevoise, coûterait la peau des fesses, et la graisse qu'il y a dessous, à un canton qui passe son temps à expliquer qu'il faut se serrer la ceinture, réduire la voilure et faire preuve de modestie financière... Seulement lorsqu'il s'agit de prestations sociales et culturelles, et des droits sociaux et salariaux de la fonction publique ?

Lire la suite

15:32 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : traversée du lac, traversée de la rade | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 octobre 2014

Une traversée routière du Petit-Lac de Genève « à l'horizon 2030 » ? Comme dirait Magellan...

Le Conseil d'Etat genevois n'en démord pas : il veut une autoroute sur ou sous le (petit) lac. Et deux semaines après le refus sec et sonnant (mais pas trébuchant) de la proposition de l'UDC d'une traversée de la rade, il nous sort son projet. Fumeux, le projet : la seule chose qu'on en comprend, c'est qu'il s'agit de faire passer des bagnoles d'une rive à l'autre du lac. Mais on ne sait pas si ce serait sur un pont ou dans un tunnel, sur deux ou trois voies, si les utilisateurs du machin devraient ou non s'acquitter d'un péage, si le coût du projet serait de 2,8 ou de 3,3 milliards ou plus, si des partenaires privés le financeraient, en tout ou partie, si la Confédération y mettrait son obole, si... si...  L'« horizon » de la réalisation du projet est, selon le Conseil d'Etat, l'an 2030 du calendrier grégorien. Quelqu'un pourrait-il expliquer au Conseil d'Etat genevois que, comme dirait Magellan, le propre d'un horizon est de s'éloigner au fur et à mesure que l'on croit s'en approcher ?    

Lire la suite

14:27 Publié dans Genève, Transports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : traversée du lac, traversée de la rade | |  Facebook | | | |