mardi, 25 septembre 2012

Zones piétonnes : l'échec d'un compromis foireux

Piéton taine et tonton

Par plus de 65 % des voix, et une participation de 38 % plutôt supérieure à la moyenne, les électrices et électeurs de la Ville de Genève ont refusé dimanche le modeste crédit de 5,36 millions de francs destiné à essayer, pendant un an, de « piétonniser » 50 rues ou tronçons de rue, en guise de première tentative de concrétiser l'initiative des Verts pour 200 rues piétonnes. Seuls quatre arrondissements ont accepté le crédit. Et les majorités négatives ont été d'autant plus fortes qu'elles s'imposaient dans des quartiers non concernés, ou peu concernés, par le projet.

Lire la suite

15:38 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : transports, mobilité, piétons, parkings, zones piétonnes | |  Facebook | | | |

mardi, 11 septembre 2012

Rapport sur les transports publics genevois : L'arrogance et l'autisme

TPG, transports, transports publicsLe Maire de Genève, Rémy Pagani, a rendu public le rapport de deux experts mandatés en mai dernier, le sociologue Vincent Kaufmann et l'urbaniste Antoine Messer, rapport titré « Analyse critique et propositions d’amélioration du réseau de tram genevois ». Un rapport accablant, qui démonte toute l'argumentation développée, il est vrai à grand' peine, par les auteurs, les metteurs en oeuvre et les responsables politiques du changement du système d'exploitation du réseau des trams genevois -et, en conséquence, de tout le réseau des transports publics de la République. Le rapport Kaufmann/Messner est une pièce à charge, qui révèle l'arrogance de technocrates persuadés, ou se persuadant, de savoir toujours mieux que les gens ce qui est bon pour les gens, et l'autisme de politiques qui ne veulent rien entendre des protestations et des demandes des utilisateurs du service public.

Lire la suite

14:25 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tpg, transports, transports publics | |  Facebook | | | |

vendredi, 20 janvier 2012

Le Conseil fédéral reporte sa décision sur la traversée du petit lac : O rage, O désespoir ? Bof...

Le financement fédéral de la traversée routière de la rade ou du petit-lac de Genève est donc renvoyé à une deuxième phase d'études, d'ici 2014, à la grande déploration de ses partisans qui attendaient de Maman Helvetia qu'elle prenne ce projet plus au sérieux qu'il le mérite. Humiliation suprême : la Confédération accepte de financer le contournement autoroutier du Locle, de La Chaux-de-Fonds et de Morges, dans le même temps où elle se donne un délai supplémentaire pour se prononcer sur le fétiche auroutier de la droite genevoise. « Cela démontre que ce projet (celui de la traversée de la rade ou du petit-lac) n'est pas prioritaire pour Berne », s'indigne le directeur de la Chambre de Commerce. C'est assez bien vu. Et ça tombe bien : pour des tas de gens à Genève (dont nous, modestement), ce truc n'a rien, mais alors vraiment rien, de prioritaire.

Lire la suite

14:14 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : routes, transports | |  Facebook | | | |

jeudi, 19 janvier 2012

Noch eine Genferei : Le parking vert

Conseil Municipal de la Ville de Genève, mercredi soir : on se lance dans une discussion sur une proposition du Conseil administratif, demandant un (modeste) crédit de 5,1 million de francs pour la réalisation, à l'essai, de la « piétonnisation » de 50 rues, pour concrétiser une initiative populaire municipale acceptée par le Conseil Municipal et qui demandait la réalisation de 200 rues piétonnes. Et que croyez qu'il advint de cette discussion ? Vous avez gagné : on a parlé de parkings. Pas de zones piétonnes, de parkings. Que l'initiative qu'il s'agissait de concrétiser ne demandait pas. Et à la proposition du Conseil administratif, une majorité composée de l'extrême-droite, de la droite traditionnelle, des Verts libéraux et des Verts tout court a collé, contre l'opposition de la gauche (PS et Ensemble à gauche) motion, résolution et amendements exigeant finalement une compensation de 80 % des places de parking automobile supprimées en surface, voire la réalisation d'un parking sous la zone piétonne.

Lire la suite

14:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, transports, verts | |  Facebook | | | |

jeudi, 22 décembre 2011

Nouveau réseau TPG : C.Q.F.D.

Après une bonne semaine de merdier, la première semaine de mise en service de leur nouveau réseau,  les Transports Publics Genevois font leur autocritique : « Nous n'avons pas été à la hauteur », la nuisance des «points noirs»  (Rive, le pont du Mont-Blanc, les Rues Basses) a été sous-évaluée... Ils sont parfaits, les TPG, dans le rôle du bouc émissaire. Certes, ce sont eux qui ont la charge de faire fonctionner leur réseau. Et ce sont eux aussi qui imposent à leurs conducteurs des temps de travail excessifs, des contrôles tâtillons et des cadences malsaines. Mais ce sont les « politiques », y compris une bonne partie de ceux qui peuplent le Conseil d'administration de l'entreprise, qui persistent à noyer ce réseau dans la circulation automobile, et à refuser de faire place, toute la place, contre la bagnole, aux transports publics en ville. Et ce sont leurs prédécesseurs, il y a deux générations, qui se sont acharnés à démanteler le réseau des trams, laissant aux « décideurs »  du XXIe siècle le soin de le reconstituer, tant bien que mal, et sans leur donner les moyens de l'extirper du magma automobile...

Lire la suite

14:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tpg, transports, automobile | |  Facebook | | | |

jeudi, 13 octobre 2011

Traversée routière de la rade : Roses-verts prêts au ralliement ?

De petites prudences rhétoriques dans les débats électoraux des Fédérales laissent supposer qu'une partie de la gauche soit prête à se rallier au projet de traversée routière de la Rade de Genève. « Une réflexion est en cours », lâche, sibyllin, le président des Verts, Yvan Rochat, confirmé par son homologue socialiste, René Longet : « le non ferme est une position révolue car l'offre des transports a évolué ». On n'ironisera pas (c'est pas notre genre) sur l'hypothèse qu'un « non » ferme, à quoi qu'il soit opposé, ait jamais été de l'habitude du PS ou des Verts. On se contentera de se demander ce qui pourrait bien justifier que la gauche se rallie à un projet qu'elle combattait.

Lire la suite

20:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : transports | |  Facebook | | | |

mardi, 21 juin 2011

CEVA : Perdre du temps, encore ?


Les vingt-deux recours bloquant le début du chantier de la liaison ferroviaire Cornavin-Eaux Vives,Annemasse (CEVA) ont été jugée «irrecevables » et « sans objet » par le Tribunal administratif fédéral, après trois ans de procédure et une année et demie après le « oui » (à plus de 60 %) des Genevoises et des Genevois à ce projet. Ceux qui n'acceptent pas ce vote, et sont près à tout faire pour retarder le début des travaux, peuvent certes encore saisir le Tribunal Fédéral (ils trouveront bien un prétexte, ils en usent de toutes sortes depuis trois ans de procédure), mais il n'est pas du tout évident qu'ils obtiennent ce qu'ils cherchent : non que leur recours soit gagnant, mais seulement qu'il ralentisse le processus de mise en œuvre du projet, et donc sa réalisation, et donc le déferlement sur les beaux quartiers genevois de la racaille d'Annemasse débarquant du train toute animée, forcément, de mauvaises intentions.

Lire la suite

15:27 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ceva, région, transports | |  Facebook | | | |

mercredi, 13 avril 2011

Traversée routière de la rade : Et pont, et pont, petite pâte à pont...

ça faisait longtemps, mais la voilà revenue : la traversée routière de la rade. Depuis les années soixante, elle nous rend visite tous les deux ou trois ans sous forme de projets, d'avant-projets, d'idées de projets, de fantasmes de projets. Et elle fait bien son âge, et son époque, celle du tout bagnole. Bref, le Conseil d'Etat a présenté les résultats de la Nème étude sur le sujet. Et préconise désormais une traversée, toujours routière, de préférence en pont, entre le Vengeron sur la rive droite, et la Pointe-à-la-Bise sur la rive gauche. Y croit-il seulement, le Conseil d'Etat, au projet qu'il fait mine de défendre, et qui ne pourra être financé que par la Confédération, si elle le veut bien -et on ne voit pas pourquoi elle le voudrait, puisqu'il y a mieux à faire, pour trois fois moins cher...

Lire la suite

15:23 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : transports | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 mars 2011

Le maldéveloppement genevois : Changer ou étouffer

La région genevoise se développe. Mais n'importe comment, et au prix d'un déséquilibre croissant entre son centre genevois et sa périphérie française : les emplois ici, les logements là. Et des flux de « pendulaires » entre les deux. On prévoyait 200'000 habitants de plus en vingt-cinq ans, on en déjà gagné 65'000 en cinq ans... dont la moitié se sont installés en France faute de logements disponibles à Genève, alors que dans le même temps et le même espace le nombre de places de travail s'est accru de 36'000 (soit en cinq ans le tiers de ce qu'on prévoyait en vingt-cinq ans) -mais essentiellement à Genève, et sans faire reculer le chômage ni à Genève, ni en France voisine. Les déséquilibres régionaux auxquels le projet d'agglomération voulait remédier se sont donc encore accentués, et c'est désormais la question du type de développement économique qui se pose -du type de développement, ou d'une décroissance maîtrisée.

Lire la suite

14:47 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : région, emploi, logement, transports, frontaliers | |  Facebook | | | |

mercredi, 17 novembre 2010

Augmentation des tarifs TPG : Faire payer aux usagers cinquante ans de conneries politiques ?

La commission des transports du Grand Conseil demande, à une large majorité (PS, verts, PDC, MCG), contre les libéraux, radicaux et udécistes, de reporter (seulement de reporter) d'un an (seulement d'un an) la hausse des tarifs TPG. Un vote de principe ? Non : un vote d'opportunité : les conditions de transport des usagers des TPG, autant que leur humeur, sont si dégradées ,par les travaux rendus nécessaires par les nouvelles lignes de trams, que la grogne est générale. A six mois des élections municipales, ça inquiète. Mais quand les travaux seront terminés, la majorité de droite ressortira du frigo la hausse des tarifs, en comptant que les oppositions qu'elle suscite aujourd'hui se seront estompées, et en ressortant jusqu'à plus soif l'argument de l'amélioration des prestations, « qu'il faut bien financer » mais qu'elle refuse de faire financer par le canton, alors qu'il ne s'agit que de réparer un demi siècle de conneries dans la politique des transports urbains.

Lire la suite

14:34 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tpg, transports | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 juin 2010

Des parkings pour payer la « paix des transports » ?

Plan genevois de  « piétonnisation »  du centre-ville :
Des parkings pour payer la « paix des transports » ?


Plein de bonne volonté, le Conseil administratif de la Ville de Genève veut établir « la paix des transports »  entre les défenseurs des zones piétonnes et le lobby de la bagnole, en accordant au second, en échange de son soutien aux premières, un parking souterrain. Mais c'est assez mal parti. Son plan (qui implique notamment la construction d'un parking souterrain à Rive en échange d'une « piétonnisation »  de quelques rues et tronçons de rues) est rejeté à la fois par l'Association Transports et Environnement (ATE) et la gauche, et les commerçants du Groupe Transports et Economie (GTE). La Ville souhaite faire accepter le principe général de la suppression du plus grand nombre possible de places de parc en surface pour créer des zones piétonnes, en compensant les places de parc supprimées en surface par la création de places de parc en sous-sol, mais pas forcément dans le même périmètre. L'ATE et la gauche refusent de signer un « chèque en blanc », sans garantie et sans réelle concertation préalable, le GTE et la droite refusent la compensation de places supprimées en surface par des places en sous-sol, si les secondes ne se trouvent pas à côté des premières. Les commerçants (et la droite du Conseil municipal) exigent en outre que l'on construise d'abord de nouveaux parkings avant de supprimer des places existantes et de créer des zones piétonnes.

Lire la suite

14:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : transports, parkings | |  Facebook | | | |

vendredi, 04 décembre 2009

Le CEVA, malgré tout

Accepté, financé, mais pas encore parti :  Le CEVA,  malgré tout

Bon, voilà, c'est fait, le financement cantonal additionnel du CEVA  est acquis. C'est non seulement la première fois que les Genevois votaient sur le CEVA, mais c'est aussi, sauf erreur, la première fois qu'ils votaient sur une infrastructure transfrontalière de transports publics -et donc, indirectement, sur la région elle-même. Et ce vote sonne clair et net : 61,2 % d'approbation, et une opposition confinée dans un parc à bourges du côté de Champel. Une opposition qui s'appuyait, tout en faisant mine de s'en distancer, sur les campagnes antifrontaliers du MCG et l'agitation par l'UDC de la menace d'un déferlement de la " racaille d'Annemasse " sur la paisible Genève... Le comique de répétition a ses limites : en acceptant le CEVA deux mois après avoir fait un triomphe au MCG, Genève accepte sa propre région. La mise en réseau d'une quarantaine de gares en Suisse et en France, l'implantation de cinq gares à Lancy, au Bachet, à Champel, aux Eaux-Vives et à Chêne-Bourg va pouvoir démarrer, une fois que les 57 recours déposés par les opposants auront été levés, traités ou retirés. Le Tribunal administratif fédéral avait refusé de lever leur effet suspensif, retardant ainsi de plusieurs mois les travaux, et les renchérissant de plusieurs millions…

Lire la suite

01:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : ceva, transports, champel | |  Facebook | | | |

jeudi, 26 novembre 2009

CEVA : et si le crédit additionnel était refusé ?

Et j'entendrai (malgré tout) siffler le train...

Le CEVA c'est une vieille histoire : celle de l'incapacité de Genève à boucler son réseau ferroviaire. La nécessité de ce bouclage, et de la liaison que propose le CEVA, est reconnue depuis 1876 et a fait l'objet d'une convention qui fêtera son siècle d'existence en 2012. Deux guerres mondiales et trois crises économiques plus loin, on en est toujours à se demander si on va pouvoir prendre à Cornavin le train d'Annemasse, et à Annemasse le train pour Cornavin. Dimanche, on vote. Pas sur le principe du CEVA mais sur un crédit additionnel de 115 millions, représentant moins d'un douzième du coût total d'un projet qui coûtera trois fois moins que la traversée routière du Petit Lac, le fétiche de la droite (et des opposants au CEVA)... Du coup, une question insidieuse nous taraude : puisque le CEVA est considéré comme fondamental par une écrasante majorité des forces politiques et sociales de la République et des collectivités publiques circonvoisines, qu'on a a tout en main pour le réaliser, les terrains, la volonté politique, l'essentiel du financement, le soutien des partenaires français et de la Confédération, et qu'on ne vote pas sur le CEVA lui-même mais sur une petite partie de son financement, pourquoi ne le réaliserait-on pas de toute façon ? Que finance donc, dont on ne pourrait se passer, le crédit additionnel soumis au vote populaire ce dimanche ? Les boules Quies des riverains de la future gare Champel-Hôpital ?

Lire la suite

04:26 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ceva, transports, champel | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 septembre 2009

Bientôt (vivement) la ville sans voiture ?

Selon le "baromètre de la mobilité " 2009, 78 % des Suisses considéreraient leur bagnole comme indispensable, et 89 % l'automobile comme un facteur économique important, tout en se montrant sensibles à la protection de l'environnement. Pas de panique, la schizophrénie, ça peut parfois se soigner. Mais le lithium n'étant pas une ressource plus renouvelable que le pétrole, une médecine plus douce s'impose : Mardi 22 septembre, la " Journée sans voiture " renaîssait à Genève, des cendres dont les autorités cantonales et municipales l'avaient recouverte, en l'enfouissant dans une semaine de la mobilité douce à laquelle tout me monde et n'importe qui peut faire semblant d'adhérer.

Lire la suite

01:45 Publié dans Transports | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : automobile, transports, circulation, ville | |  Facebook | | | |

vendredi, 26 juin 2009

CEVA, rues piétonnes : Qui bloque, qui débloque ?

Mardi soir, le Conseil municipal de la Ville a validé, dans un vote gauche contre droite, l'initiative des Verts " 200 rues sont à vous ", Aujourd'hui ou demain, le Grand Conseil devrait accepter un crédit complémentaire de 113 millions de francs pour financer les surcoûts du projet ferroviaire CEVA.Les deux projets, celui de soustraire des rues de la ville à l'invasion automobile et celui de développer les transports publics ferroviaires régionaux, sont combattus par une partie (s'agissant du CEVA) ou la totalité (s'agissant des rues piétonnes) de la droite. Pour des raisons et avec des arguments, ou sous des prétextes, qui laissent pour le moins perplexe.

Lire la suite

05:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ceva, transports, initiative | |  Facebook | | | |

jeudi, 08 janvier 2009

Il est né le divin consensus ?

Mobilité en Ville : tous les partis politiques municipaux appellent à des " Etats généraux "

Tous les partis représentés au Conseil municipal de la Ville de Genève présentent une motion commune demandant à l'exécutif municipal d'organiser des " Etats généraux de l'aménagement et de la mobilité ". La motion sera à l'ordre du jour du Conseil municipal du 20 janvier, et ses signataires l'inscrivent dans la perspective de la mise en consultation du Plan directeur communal " Genève 2020 ".

Embouteillage de bons sentiments

Le moment n'est pas mal choisi (Genève va se couvrir de chantiers liés à la mobilité jusqu'en 2012, au moins), et les intentions sont louables (" faisons déjà ce sur quoi nous sommes d'accord, et le plus vite possible ", plaide le socialiste Gérard Deshusses), mais à quel genre de compromis boîteux et de consensus mous peut-on arriver en organisant une " vaste consultation " sans proposition préalable, et sans autre intention que celle de " réunir tout le monde ". Réunir tout le monde pour tirer quoi de ce jamboree ? Sur quoi serions supposés être " tous d'accord " ? Nous ne le sommes ni sur le péage urbain, ni sur la fermeture de 200 rues à la circulation automobile (que propose une initiative des Verts), ni sur la suppression du stationnement gratuit et la restriction de la circulation des deux roues motorisés (aussi polluants, sinon plus, que les bagnoles, et généralement plus bruyants), ni sur la construction de nouveaux parkings (créer des parkings incite évidemment à utiliser ce qu'on y parque), ni sur la hausse des tarifs des parkings existants... ni même sur le CEVA, ni, enfin et surtout, sur la nécessité de libérer la ville de la voiture, et de cesser de prendre la vessie du " libre choix du mode de transport " pour autre chose que ce qu'elle est : une foutaise rhétorique. Au fond, les objectifs des uns et des autres restent les mêmes, et mêmement inconciliables : assurer l'accès du centre-ville en bagnole pour les uns, virer la bagnole de la ville pour les autres (dont nous sommes). On souhaite bonne chance aux acteurs des futurs " Etats généraux de la mobilité " (auxquels il n'y a par ailleurs aucune raison de s'opposer -un brainstorming de plus n'est jamais de trop) : ils auront du pain sur la planche. A roulettes, la planche.

03:52 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : aménagement, transports, mobilité, automobile | |  Facebook | | | |

mardi, 02 septembre 2008

Le totem n'est plus tabou : La bagnole, ou comment s'en débarrasser

Initiatives, projets gouvernementaux, " air du temps " : une vaste, et heureuse offensive se dessine pour libérer l'espace public de l'emprise de la bagnole, et l'environnement de ses pestilences. Les Verts de la Ville de Genève lancent une initiative populaire municipale pour transformer le quart du réseau des rues communales en zones piétonne, les Jeunes Verts de Suisse déposent la leur pour l'interdiction des véhicules les plus polluants, le Conseil d'Etat genevois envisage l'exclusion de ces mêmes véhicules les plus polluants du centre-ville. Tout cela va dans le même sens : celui d'une conscience de plus en plus en plus aiguë, et de mieux en mieux partagée, de la profonde absurdité du déplacement automobile. Il était temps.

Iconoclastie bienvenue

Initiative fédérale pour l'interdiction des véhicules les plus polluants, initiative municipale pour la libération de 200 rues (peu importe d'ailleurs le chiffre) de l'emprise bagnolesque, mesures cantonales de restriction de l'accès du centre-ville aux véhicules les plus salopeurs d'air : le fétiche des années soixante en prend, enfin, plein la gueule ces derniers jours. Et le lobby bagnolesque de hurler à la fin de la " liberté de circulation ". Mais qu'on nous parle de circulation (ou de transport) plutôt que de déplacement n'est pas innocent. Les marchandises circulent, les objets sont transportés. Les personnes, elles, se déplacent, et se déplacent elles-mêmes. La circulation n'est aujourd'hui encore que celles de solitudes aussi étroitement agglutinées dans les rues que séparées dans la société, et conduites du lieu de leur ennui à celui de leur exploitation. Nous ne voulons au fond rien d'autre que substituer la liberté de déplacement -de se déplacer- à l'obligation de circuler ou d'être transporté. " Circulez ! " est un ordre policier ; " déplaçons-nous... " peut être une libre décision. Les déportés sont transportés, les nomades se déplacent.

02:10 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : automobile, transports, circulation, ville | |  Facebook | | | |