mardi, 10 septembre 2013

Anniversaires socialistes et syndicaux : 1888, 1918, et maintenant ?

Samedi dernier, le Parti Socialiste Suisse célébrait ses 125 ans. Et dans cinq ans, on célébrera le centenaire de la Grève Générale de 1918, la première et la seule que la Suisse ait connue. Cette grève, historique, lancée par l'Union Syndicale Suisse et le Parti Socialiste Suisse regroupés dans le « Comité d'Olten », fut aussi fondatrice de la Suisse moderne que la révolution radicale, septante ans auparavant. Pour autant, les mérites passés ne fondent pas une légitimité politique présente -et on le voit bien avec le PLR. La question qu'il convient de se poser aujourd'hui est donc : quel « cahier de revendications », avec quels moyens pour le mettre en œuvre, peut tenir le rôle que tint celui de la Grève Générale de 1918 ?

Lire la suite

15:27 Publié dans Histoire, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, syndicats, grève générale | |  Facebook | | | |

mardi, 18 juin 2013

L'initiative 1:12 probablement soumise au vote en novembre : Un pour douze, douze pour un !

salaires, 1:12, salaire minimum, syndicatsLe syndicat Unia a lancé hier, à Zurich, sur la Paradeplatz, sa campagne de soutien à l'initiative de la Jeunesse Socialiste (soutenue également par le PS en tant que tel) « 1:12 - pour des salaires équitables». L'initiative sera probablement soumise au vote populaire le 24 novembre -la droite voulait repousser le vote le plus tard possible afin de laisser se dissiper l'« effet Minder » (acceptation de l'initiative contre les rémunérations excessives des « managers »). La coprésidente d'Unia, Vania Alleva, a exprimé le soutien du syndicat à l'initiative 1:12 visant à stopper « l'avidité de certains profiteurs » et à répartir la masse salariale « plus équitablement ». Unia a d'ailleurs présenté, en même que son soutien à l'iniotiative 1:12, une étude sur les écarts salariaux, qui indique qu'ils continuent à croître.

Lire la suite

15:10 Publié dans Economie, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salaires, 1:12, salaire minimum, syndicats | |  Facebook | | | |

jeudi, 13 décembre 2012

45 budgets publics adoptés. Reste le 46ème...

Jouer la montre, manier la hache...

cartel.jpgLes 45 communes genevoises ont bouclé leurs budgets. Seules deux d'entre elles (Bernex et Troinex) prévoient un déficit, qu'elles devront résorber dans les quatre ans, et deux autres une (légère) hausse de l'impôt communal pour équilibrer leurs prévisions. Sur les 46 collectivités publiques du canton, 45 ont donc fait leur boulot à temps. Laquelle manque à l'appel ? Celle qui s'est elle-même chargée de vérifier si les autres ont fait ce qu'elle-même ne fait pas : le canton. Il devait adopter son budget ces jours, il en sera incapable, la droite ayant refusé même d'examiner le projet du gouvernement. La République entamera donc l'année 2013 sans budget. Tout à l'heure, à 16 heures 30, devant l'Hôtel-de-Ville, on aura l'occasion, à l'appel du Cartel intersyndical de la fonction publique, de dire ce qu'on en pense -et ce qu'on pense des propositions délirantes faites par ceux qui, après avoir joué la montre, jouent de la hache pour tailler dans les dépenses les plus utiles à la population. Celles qui permettent aux services publics d'être un peu plus que des distributeurs de sparadraps sociaux...

Lire la suite

04:53 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budgets, syndicats, fonction publique, services publics | |  Facebook | | | |

mardi, 11 décembre 2012

Travail de nuit et du dimanche dans les « échoppes » routière pour commencer ?

Faites chauffer le référendum !

Le 14 décembre, il y a fort à parier que la majorité de droite du Conseil National adoptera en votation finale la proposition du libéral genevois Christian Lüscher de « libéraliser » la réglementation des  heures d’ouverture et de l'assortiment des échoppes des  stations-service des autoroutes et des « grands axes routiers ». L’automne dernier, le Conseil des États avait déjà décidé d'y rendre possible le travail de nuit et du dimanche. Au Conseil national, une minorité de gauche a bien tenté de limiter ces autorisations aux seules autoroutes, mais elle a été battue. Un référendum a d'ores et déjà été annoncé contre la décision attendue de « libéralisation ». Il aboutira sans problème. Et le dernier mot sera donné au peuple.  Et on a bon espoir qu'une fois de plus, ce dernier mot soit un « non » sonore. Comme le 28 novembre de l'année dernière, à Genève (à Zurich et à Lucerne, des projets semblables ont été semblablement repoussés. ), lorsqu'à une majorité sans équivoque, les genevois-es avaient refusé la proposition du patronat et de la droite d'étendre les horaires d'ouverture des magasins. C'est-à-dire, surtout, des grands magasins.

Lire la suite

15:24 Publié dans Travail | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicats, commerces, échoppes, consommation | |  Facebook | | | |

jeudi, 06 décembre 2012

Aujourd'hui, grève de la fonction publique genevoise

Ah, la (pas) belle escalade !

On se souvient que l'intention de nombreux enseignants de ne pas organiiser de fêtes de l'Escalade* dans les Cycles d'Orientation, pour protester contre les «économies»  budgétaires proposées par le Conseil d'Etat (et les coupes proposées par la droite) a fait hurler au scandale, au crime de lèse-majesté, à la prise en otage de nos chères têtes blondes pour des raisons (beuark) politiques ou (pfff...) syndicales. Or cet après-midi, les acteurs de ce boycott seront dans la rue, et feront cortège, avec d'autres travailleurs et travailleuses de la fonction publique. Ce cortège ne sera pas un cortège de l'Escalade mais contre l'escalade. Mettez une majuscule ou une minuscule à un mot, et son contenu change : demain, ce n'est pas un cortège DE l'Escalade avec un E majuscule qui se rassemblera à 16 heures 15, à la place de Neuve. C'est un cortège CONTRE l'escalade avec un e minuscule. Contre l'escalade des propositions de coupes budgétaires irrationnelles et des propositions délirantes (comme celle de multiplier par quinze le montant de la taxe personnelle payée par chaque contribuable, y compris celles et ceux dont le revenu est si bas qu'il n'est même pas imposable et que les huissiers de l'Office des Poursuites n'y trouvent plus rien à saisir...), Un cortège pour le service public, c'est-à-dire pour ce qui garantit l'exercice réel des droits sociaux de la population...

*pour les allogènes, précisons que l'Escalade est la fête « nationale » genevoise, célébrant (pour résumer) la victoire des pasteurs français sur les mercenaires espagnols du Duc de Savoie...

Lire la suite

12:46 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grève, syndicats, fonction publique, services publics, budget | |  Facebook | | | |

mercredi, 14 novembre 2012

Pas seulement des paroles, des actes...

austérité,syndicats,gaucheOn vous le rappelle : aujourd'hui, mercredi 14 novembre, dans toute l'Europe*, les syndicats organisent une journée de protestation et de mobilisation contre les politiques d'« austérité » par lesquelles les gouvernements (et leurs mentors économiques, nationaux et transnationaux) font payer la crise aux victimes de la crise. « Les mesures d’austérité (...) font plonger l’Europe dans la stagnation économique, voire la récession. Le résultat: arrêt de la croissance et chômage en hausse continue. En coupant dans les salaires et dans la protection sociale on attaque le modèle social européen et on aggrave les inégalités et les injustices sociales », rappelle la Confédération européenne des syndicats, qui exige « des actes pour une croissance soutenable et des emplois. Pas seulement des paroles », car il y a « urgence sociale ».

*A Genève, les rendez-vous sont donnés de 9 heures 30 à 11 heures, place Bel-Air, et à midi devant les consulats d'Italie, d'Espagne, de Grèce et du Portugal.

Lire la suite

03:21 Publié dans syndicats | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : austérité, syndicats, gauche | |  Facebook | | | |

lundi, 12 novembre 2012

Mercredi 14 novembre : Un jour contre l'« austérité »

14 novembre.jpgA l'appel de la Confédération européenne des syndicats (et, en Suisse d'Unia, et à Genève, de la Communauté genevoise d'action syndicale), une journée internationale d'action contre les politiques d'«austérité» déroulera ses manifestations, débats, rassemblements et ses grèves mercredi. En Espagne, au Portugal, en Italie et en Grèce, la journée d'action syndicale sera une journée de grève générale. Les syndicats européens exigent (pour l'année Rousseau ?) un « nouveau contrat social européen», l'intensification de la lutte contre le dumping social et salarial et contre l'évasion et la fraude fiscale. « L'Austérité, ça marche pas ! » proclame l'appel syndical européen. Mais si, camarades, ça marche. Pour ce et ceux pour quoi et qui ça doit marcher. Pas pour les peuples, évidemment. Mais pour les banques et les multinationales, et pour leurs commis politiques, ça marche. ça marche même du tonnerre de Dieu (ou de Mammon)

Lire la suite

13:22 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : austérité, syndicats, économie, crise | |  Facebook | | | |

jeudi, 26 avril 2012

Colombie : Soutenir la ténacité syndicale face au désastre social

Le gouvernement colombien, et le président Juan Manuel Santos, prêchent les droits humains et se présentent comme leurs défenseurs, mais sur le terrain, le mouvement syndical vit au contraire l'absence de respect de ces droits, et subit les actions violentes, et parfois homicides, de ses adversaires. Le 15 février dernier, à Cali, le syndicaliste Afrain Amezquita, l'un des fondateurs du syndicat local des transports Sintramasivo, a été abattu en pleine rue, d'une balle dans la nuque, et les menaces de mort proférées par les groupes paramilitaires d'extrême-droite, liés au patronat,  pleuvent depuis sur les militants du syndicat et sur ceux de la direction de la centrale régionale de la CUT (centrale unitaire des travailleurs de Colombie). Dans les seuls mois de janvier et février, cinq syndicalistes colombiens ont été assassinés, dont deux dans la région de Valle del Cauca.

Lire la suite

13:32 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : colombie, syndicats, 1er mai, solifonds, cut | |  Facebook | | | |

mercredi, 04 avril 2012

1918, la Grève Générale en Suisse

Un souvenir... un exemple ?

En novembre 1918, pour la première, la dernière et donc la seule fois de son histoire, la Suisse connut une grève générale. proclamée par le « Comité d'Olten », qui réunissait le Parti socialiste et les syndicats. Elle avait été décidée parce qu'elle était perçue comme le seul moyen de faire plier le gouvernement et le patronat, de faire prendre par le premier, et accepter par le second, les mesures permettant une amélioration de la situation sociale, calamiteuse après quatre ans d'une guerre que la Suisse ne faisait pas mais que les Suisses subissaient (effets de la mobilisation des hommes sans compensation de la perte de salaire, de la raréfaction des échanges commerciaux avec l'étranger, absence de régulation de la distribution alimentaire etc...), mais également pour une réforme des institutions. La Grève de 1918 fut vaincue. Mais son cahier de revendication fut, lentement (Il y faudra  soixante ans) à peu près intégralement réalisé. Et si ce souvenir devenait aussi un exemple ?

Lire la suite

14:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : suisse, grève générale, syndicats | |  Facebook | | | |

lundi, 27 février 2012

Mali, Pakistan : Ouvrières à domicile et employées domestiques s'organisent

Des femmes sortent de l'ombre

200 millions de femmes travaillent dans le monde comme employées domestiques ou ouvrières à domicile. Leur lot : une absolue précarité, une absolue exploitation, sept jours sur sept, pour des salaires de misère, sans contrat, sans prestations sociales. A une situation digne du XIXe siècle européen s'ajoutent les effets de la mondialisation : les entreprises sous-traitantes des grandes multinationales et les entreprises sous-traitantes de ces sous-traitants sous-traitent à leur tour à des travailleuses à domicile le travail qu'elles peuvent payer le moins possible; les ouvrières à domicile ignorent pour qui elles travaillent et à qui, en fin de compte, profite leur travail, et les employées de maison, isolées les unes des autres, méconnaissent leurs droits et sont livrées à l'arbitraire, et souvent à la violence, de leurs employeurs. Mais désormais, même au fin fond des géhennes de la périphérie, les unes et les autres s'organisent. Et notre solidarité est requise pour les y aider.

Lire la suite

13:18 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mali, pakistan, solifonds, syndicats | |  Facebook | | | |

jeudi, 17 novembre 2011

Licenciements, délocalisations, démantèlements, austérité budgétaire... : Faire face ensemble ou tomber séparément ?

Plus de 2000 personnes ont manifesté samedi dernier à Nyon pour défendre le maintien du site et des emplois de Novartis à Prangins. «Vasella, t'es pas là, les indignés sont tous là», scandait-on dans le cortège. « Tous là », vraiment ? Dans tous les mouvements de résistance aux licenciements, aux délocalisations, aux démantèlement qui se succèdent, ce qui frappe, c'est plutôt l'extrême fragmentation, locale et sectorielle, de ces résistances. Novartis, Bopst, Kudelski, et demain les mobilisations pour le renouvellement des conventions collectives dans la construction, puis la métallurgie, puis La Poste et Swisscom, puis contre les mesures d'austérité budgétaires cantonales et municipales : un clou chasse l'autre, un combat succède à un autre, mais sans mobilisation générale, sans résistance globale, sans mouvement unifiant. Or nous le savons : nous ferons face ensemble, ou nous tomberons séparément.

Lire la suite

15:26 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicats, gauche, grève, licenciements | |  Facebook | | | |

mardi, 26 avril 2011

Algérie : Les « citoyens journalistes » des syndicats autonomes

Briser le silence

Contrairement à la Tunisie, à l'Egypte, au Yemen, à la Syrie, l'Algérie n'est pas entrée en insurrection. Elle a encore sur le coeur les 200'000 morts et disparus qui ont, en vingt ans plombés, suivie la brève éclaircie démocratique de la fin des ann'es '80, après les émeutes de 1988 et la chute, pour un temps, du système de parti unique, le parti n'étant d'ailleurs lui-même que le paravent de la police politico-militaire. Sous l'éteignoir policier, militaire et politique, toutefois, la révolte gronde  Le pouvoir a fait les concessions qui lui coûtent le moins (la levée de l'état d'urgence, par exemple, mais après vingt ans...), mais tient ferme sur l'essentiel : la mainmise sur les ressources économiques, le contrôle du champ politique... et du champ médiatique. Pour échapper à ce contrôle, les syndicats autonomes ont mis sur pied un réseau de « citoyens journalistes », pour informer les Algériennes et les Algériens des luttes menées par les mouvements sociaux, et mobiliser la population pour la défense de ses droits et de ses libertés. Le SOLIFONDS appelle à soutenir ce projet des syndicats autonomes : www.solifonds.ch

Lire la suite

14:54 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : algérie, media, syndicats | |  Facebook | | | |

mardi, 29 juin 2010

Le Triumph de la volonté (de licencier)

Suisse, Philippines, Thaïlande : Le Triumph de la volonté (de licencier)

En 2009, la multinationale Triumph, domiciliée en Suisse, et qui fait dans le sous-vêtement, a licencié 3500 ouvrières aux Philippines et en Thaïlande, puis 253 en Suisse, à Deisswil (Berne). Triumph ne se distingue pas du commun des multinationales : partout, on licencie, on précarise, on baisse les salaires, on transfère les coûts sociaux sur les collectivités publiques (ou sur la charité privée), on détériore les conditions de travail, on affaiblit les protections de la santé, on s'attaque aux droits syndicaux. Mais si en Suisse il est (encore) possible de négocier des plans sociaux, aux Philippines, les ouvrières licenciées le sont sans filet, et se retrouvent à la rue, malgré les obligations légales et les appels à le négociation. Et contre le syndicat des ouvrières du textile, c'est la police qu'on envoie. Le SOLIFONDS
(www.solifonds.ch) participe au soutien aux ouvrières du textile aux Philippines et en Thaïlande, et à leurs syndicats.

Lire la suite

13:06 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : triumph, syndicats, licenciements | |  Facebook | | | |

mercredi, 24 juin 2009

Droits syndicaux : La Suisse, pays en développement…

Le 9 juin, la Conseillère fédérale Doris Leuthard était en visite à Genève, à l'Organisation international du Travail. Elle venait signer un " partenariat " de promotion des droits syndicaux dans les pays en développement. C'était doublement opportun : d'abord parce qu'en effet, les droits syndicaux ont besoin d'être promus dans les " pays en développement ". Ensuite, parce que dans ce domaine, la Suisse elle-même est un " pays en développement " : le pays-siège de l'OIT ne respecte pas les conventions de l'OIT sur les libertés syndicales, et ignore superbement la demande de l'OIT à la Suisse, en 2006, de contraindre les entreprises à réintégrer des militants syndicaux licenciés abusivement.

Lire la suite

02:28 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : syndicats, oit | |  Facebook | | | |

vendredi, 20 mars 2009

Droits syndicaux : Manor impose un périmètre d'interdiction

Marisa Pralong, vendeuse chez Manor, à Genève, a été licenciée à la mi-février dernier. Militante syndicale, représentante des employés dans la commission paritaire du commerce de détail de Genève, c'est son engagement syndical qu'elle paie de son emploi. Marisa Pralong et Unia travaillaient à la constitution d'une commission du personnel de Manor lorsque la militante a été licenciée, en février, au prétexte d'un entretien accordé l'année précédente à la " Tribune de Genève ". Marisa Pralong a défendu les droits de ses collègues. Elle a fait son travail de militante syndicale. Et c'est pour l'avoir fait qu'elle a été licenciée. Et c'est pour les empêcher de faire leur travail que Manor a appelé à la rescousse le Conseiller administratif Maudet, qui a interdit la tenue de stands syndicaux devant le grand magasin, au motif que ça perturbait la clientèle. Celle de Manor ou celle de Maudet ?

Lire la suite

03:11 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : syndicats, manor | |  Facebook | | | |

vendredi, 17 octobre 2008

Vers un salaire minimum, enfin ?

Initiatives populaires, motion syndicale :
Vers un salaire minimum, enfin ?


A Genève, SolidaritéS a fait aboutir son initiative populaire cantonale pour un salaire minimum ; au sein de la Constituante qui sera élue dimanche, la proposition d'inscrire dans la constitution cantonale le principe d'un salaire minimum sera faite, toutes les listes de gauche ayant inscrit cette revendication à leur programme constitutionnel ; dans le canton de Vaud, la même proposition a été faite (l'initiative genevoise s'en inspirant) ; une initiative parlementaire à été déposée à Neuchâtel, une initiative populaire va être lancée en Valais, toujours en faveur du principe d'un salaire minimum. Enfin, le premier congrès d'UNIA a accepté une proposition du Comité central du syndicat demandant à la direction d'étudier la possibilité d'inscrire un salaire minimum dans la loi. En fait, cette proposition était une contre-proposition à une motion d'UNIA-Genève, qui demandait plus franchement le lancement d'une initiative populaire pour un salaire minimum légal. Les choses bougent, donc, dans un pays où jusqu'à ces dernières années, la seule évocation d'un salaire minimum légal faisait frémir les appareils syndicaux. Dans un pays, surtout, où la moitié des salariés ne sont couverts par aucune convention collective, et une grande partie des conventions collectives qui couvrent l'autre moitié ne prévoient aucun salaire minimum.

Hâte-toi lentement

Ils y ont mis le temps, ils ont freiné des quatre fers pendant des décennies, fétichisant les conventions collectives et portant aux nues le seul " partenariat social ", mais ils y viennent: les syndicats acceptent enfin d'entrer en matière sur la revendication d'un salaire minimum légal. A Genève, le salaire médian tourne autour de 6500 francs brut par mois (6350 franc en 2006). Fixer ici, où les salaires sont 13 % plus élevés que dans le reste de la Suisse, mais où le coût de la vie est aussi plus élevé que n'importe où ailleurs, un salaire minimum de 4000 francs par mois, n'est ni une revendication irréaliste (4000 francs par mois, c'est ce qui est nécessaire, aujourd'hui, à une personne sans charge de famille pour vivre dans des conditions socialement acceptables), ni une menace pour les salaires les plus élevés. En revanche, pour les travailleurs et (surtout) les travailleuses les plus mal payés, dans les secteurs les moins syndicalisés, un salaire minimum n'est rien moins que la reconnaissance de leur dignité de travailleuses et de travailleurs. L'initiative de SolidaritéS a des défauts, et son lancement solitaire (qui n'a pas empêché son aboutissement, ce qui témoigne au moins d'une assez solide capacité militante) n'est pas irréprochable. Mais ça n'est pas parce que la Constituante aura à débattre de propositions allant dans le même sens que l'initiative qu'il se justifiait d'attendre que ladite Constituante ait terminé son travail pour lancer le débat. Et pour le poursuivre. La Communauté genevoise d'action syndicale, et les principaux syndicats genevois (Unia et le SIT) vont s'y atteler. La conjonction des forces politiques et syndicales sera d'autant plus nécessaire que l'opposition patronale s'annonce déjà féroce.

02:59 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : salaire, unia, syndicats | |  Facebook | | | |

vendredi, 19 septembre 2008

Dis Papy, raconte-moi la Grande Grève…

Il y a 90 ans, la Grève Générale :
Dis Papy, raconte-moi la Grande Grève…


Dans deux mois, on commémorera (peut-être) le seul et unique mouvement de grève générale que la Suisse ait connu. Un mouvement déclenché à la fin de la Grande Guerre, pour protester à la fois contre la paupérisation massive de la classe ouvrière des villes, et les innombrables entraves à l'exercice des droits démocratiques qu'à la faveur de la Grève, le Conseil de fédéral (tout entier de droite), le patronat et les chefs de l'armée (très germanophiles, le général étant lui-même lié à la famille Bismarck) avaient multipliées. De cette unique grève générale suisse, les héritages sont nombreux : elle a imposé l'élection du Conseil national à la proportionnelle (il est vrai que ça arrangeait les petits partis de droite), mis le droit de vote et d'éligibilité des femmes au centre d débat politique (il faudra cependant près de soixante ans pur que la Suisse s'y résigne)… mais aussi paradoxaux : la " Paix du Travail ", vingt ans après la Grève générale, et la " concordance ", vingt-cinq ans après, en sont aussi issues.

La grève, c'est larme des travailleurs ?

On ne sait pas comment se commémorera dans deux mois la Grève Générale de 1918, mais on sait comment elle fut digérée, après avoir été férocement réprimée : par la Paix du Travail, d'abord, signée vingt ans plus tard entre des syndicats soulagés de n'avoir plus à faire l'effort d'organiser un mouvement national de rupture et un patronat littéralement terrorisé par le mouvement et l'éventualité de sa réédition ; par la concordance politique, ensuite, et l'intégration du PSS au Conseil fédéral, scellée un quart de siècle après la grève. Le mouvement de 1918 avait été lancé par un Comité rassemblant le Parti socialiste et les syndicats (le Comité d'Olten), sous pression de la base ouvrière et des gauches socialiste et syndicale toutes émoustillées par la Révolution russe et la chute des trois empires (allemand, austro-hongrois et russe -auxquels on ajoutera l'ottoman) qui écrasaient toute l'Europe centrale et orientale. De quel mouvement comparable les socialistes et les syndicats, aujourd'hui, seraient-ils capables ? Et sur quelles revendications ? Et sur pression de quelle base, et de quelles gauches ? La classe moyenne consumériste protestant contre l'augmentation du prix des I-pod ?


02:57 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : suisse, syndicats, ps, grève | |  Facebook | | | |