mardi, 20 septembre 2016

Nouvelle loi sur le renseignement : Les illusions dangereuses

Dimanche soir, selon toute vraisemblance (et selon tous les sondages), la nouvelle loi sur le renseignement, qui renforce les pouvoirs et les moyens du service de renseignement de la Confédération, sera adoubée (et peut-être même plébiscitée) par le peuple. Ses partisans, tel Pierre Maudet dans la "Tribune de Genève" du 15 septembre, voient dans cette loi une simple adaptation aux menaces nouvelles (qui ne sont d'ailleurs pas si nouvelles que cela, si les moyens sur quoi elles reposent sont aussi nouveaux que les technologies qu'ils emploient), et une dotation à la Suisse d'un " Service de Renseignement digne de ce nom". Les adversaires de la loi, dont nous sommes, y voient à la fois une menace et une illusion dangereuse : une menace sur la liberté individuelle, une illusion de sécurité, fauteuse d'insécurité réelle. La peur étant mauvaise conseillère, l'illusion fera certainement accepter largement la menace. Sans plus de sécurité, avec seulement plus de surveillance.

Lire la suite

15:41 Publié dans Sécurité, insécurité, Suisse, terrorisme, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : surveillance, police, antiterrorisme | |  Facebook | | | |

mercredi, 31 août 2016

Police fouineuse, le retour ?

Un "non" de témoignage et de prudence

Le 25 septembre, on se prononcera sur la nouvelle loi fédérale sur le renseignement, attaquée en référendum par une coalition dont font partie le PS, les Verts, la "gauche de la gauche" et le Parti pirate, mais également Amnesty International. En revanche, on ne votera pas sur la loi renforçant les moyens de surveillance des communications : le référendum lancé par un comité assez hétéroclite (les Jeunes PLR, UDC et Verts libéraux, le Parti Pirate, Operation Libero et, initialement, la Jeunesse Socialiste -qui a finalement abandonné ce combat) a échoué au stade de la récolte de signatures, mais de peu. Le 25 septembre on dira "non" à la loi sur le renseignement. Par réflexe, avouons-le, mais aussi par raison : parce que cette nouvelle loi est inutile, et dangereuse. Portée par l'ambiance générale, après les attentats djhadistes de ces deux dernières années, elle ne risque guère d'être refusée : selon un premier sondage Tamedia, elle recueille 55 % d'avis favorables en moyenne suisse, grâce à son succès massif auprès de l'électorat de droite. Notre opposition tient donc du témoignage, et du principe de précaution.

Lire la suite

14:25 Publié dans Sécurité, insécurité, Suisse, terrorisme, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : police, surveillance | |  Facebook | | | |

mardi, 27 octobre 2009

Sous le regard d'ISIS (et de quelques taupes)

Flicages au nom de la sécurité intérieure (et de quelques intérêts privés)

Fin août 2009, plus de 118'000 personnes (dont seulement 6000 ressortissants suisses, la subversion indigène n'étant plus ce qu'elle était) étaient enregistrées dans la base de donnée des services suisses de sécurité intérieure. C'est 18 % de plus (soit 18'000 personnes supplémentaires) que trois ans et demi auparavant. Explication du " Service d'analyse et de prévention " (SAP) : le développement du système de traitement des données relatives à la protection de l'Etat (ISIS) est largement responsable de cette inflation. ISIS a pour mission de réunir des informations concernant le terrorisme, l'espionnage, l'extrémisme violent, le matériel nucléaire et le trafic d'armes. Le responsable de la gestion des données d'ISIS, Philipp Kronig, assure (on a de la peine à le croire sur parole) qu'il ne s'agit pas d'une " banque de données de suspects " et qu'un tiers des entrées sont effacées après un contrôle de pertinence. Effacées, vraiment, ou archivées " au cas où " ? Pour surveiller ISIS, nous faudra-t-il créer OSIRIS ?

Lire la suite

02:02 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : suisse, police, surveillance, isis | |  Facebook | | | |