stop bunckers

  • Hébergement des « hommes en trop » : Genève : la Ville au front, le canton aux fraises

    Imprimer

     

    Manif samedi.jpg

     

    Aujourd'hui, premier jour de Messidor, comme depuis deux jours, la Maison des Arts du Grütli, à Genève, est aussi un lieu de refuge. Elle le restera, avec l'accord de la Ville de Genève, au moins jusqu'à lundi. Elle est l'un des lieux de la Fête de la musique, d'aujourd'hui à dimanche. Elle sera encore ce soir à 18 heures le lieu d'un rassemblement de solidarité avec les requérants d'asile que les autorités cantonales veulent stocker dans des abris PC souterrains. Et demain samedi en partira à 16 heures une manifestation de soutien au mouvement « No Bunkers », qui dénonce le traitement que font subir aux immigrants en général, aux requérants d'asile (déboutés ou non) en particulier, les autorités cantonales et fédérales suisses, actrices d'une politique à la fois hypocrite, impuissante et provocatrice. Une politique à laquelle la Ville de Genève, aujourd'hui, répond par la disponibilité, le dialogue, le respect des revendications et surtout des droits des immigrants -ces « hommes en trop ». Ce n'est pas le seul terrain, le seul champ politique, où la Commune se retrouve devoir assumer la tâche de pouvoirs supposés lui être « supérieurs », mais c'est aujourd'hui le plus visible de tous ceux où la Ville s'oblige à être au front, parce que le canton est aux fraises.

    Lire la suite