mercredi, 26 septembre 2012

Soutenir les mouvements sociaux

Pour qu'émerge une alternative

Partout dans le monde (comme en Espagne, hier) la pression s'accroît sur les mouvements populaires, les mouvements sociaux, les syndicats, lorsqu'ils s'opposent aux politiques d'austérité, et combattent les choix des pouvoirs politiques et économiques. Cette pression, et la répression qui l'accompagne, n'a pourtant pas conduit ces mouvements à cesser de lutter -mais pour poursuivre leur combat, ils ont plus que jamais besoin de solidarité, et d'un soutien matériel. Le Solifonds lance dont un appel de fonds pour financer l'assistance juridique à ces mouvements, l'information sur leurs luttes, l'aide à la mobilisation de celles et ceux qu'ils défendent.

Lire la suite

13:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mouvements sociaux, solifonds, solidarité | |  Facebook | | | |

lundi, 20 février 2012

Retour d'Afrique : Décalages horaires politiques

« L'histoire nous surprend là où nous sommes nés », écrivait Régis Debray -du temps où il était de gauche. Elle nous a surpris dans l'une des villes les plus riches de l'un des pays les plus riches du monde. Elle nous surprend aujourd'hui au retour du Burkina Faso, où nous étions partis en délégation des communes genevoises et de la Fédération genevoise de coopération, nous rendre compte sur place de la réalité des projets que soutiennent nos communes. et cette surprise pèse d'un sacré poids : celui de la comparaison entre deux situations extrêmes -la nôtre et celle d'un des trois ou quatre pays les plus pauvres de la planète. Mais toute mauvaise conscience mise à part, et toute posture contrite abandonnée, que faire de cette surprise, et de ce décalage horaire politique ?

Lire la suite

12:14 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : solidarité, genève, burkina, décroissance | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 février 2012

Un enjeu plus urgent que nos jeux

Avec une demie-douzaine d'autres conseillères et conseillers municipaux de quatre communes genevoises, nous partons dimanche, pour une semaine, au Burkina Faso, invités par la Fédération Genevoise de Coopération (organisation faîtière regroupant une cinquantaine d'associations actives dans la coopération au développement) à venir « voir sur place »  à quoi (tri des déchets, scolarisation des enfants handicapés, gestion de la faune, sécurité alimentaire...) sont utilisés les fonds accordés par nos municipalités à la coopération au développement, et avec qui se fait cette coopération.  On vous tiendra au courant (notamment sur www.secretariatfgc.blogspot.com). Et, avouons-le : entre les vautours planant sur les Bastions, l'appel de la droite à réduire le droit de manifester et les petits arrangements de l'«affaire Muller », on n'est pas trop mécontents de changer un peu d'air, et de réalités -pour des réalités pour lourdes que les nôtres, et des enjeux plus urgents que nos jeux.

Lire la suite

15:55 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : coopération, solidarité, genève, burkina | |  Facebook | | | |

samedi, 20 août 2011

RECONSTRUIRE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

La décomposition, plus lente que nous l'aurions souhaitée, des conceptions bureaucratiques et étatistes du socialisme, a laissé ces idéologies présentes, faisandées certes, mais encore consommables pour ceux que les fumets de moisissure mettent en appétit. Et là  où s'est, apparemment, effondré le « système soviétique » et ses succédanés, réapparaissent d'anciennes pestilences que le stalinisme avait gelées. Beaucoup crurent que l'internationalismeavait son camp dans celui du collectivisme d'Etat. La chute de ce dernier a rejeté ceux qui y voyaient autre chose que ce qu'il était dans les ténèbres intérieures du populisme nationalitaire -ainsi a-t-on vu, lu, entendu, d'anciens hérauts de la solidarité internationale se porter -rhétoriquement- au secours de Slobodan Milosevic ou de Saddam Hussein au nom de la défense de la souveraineté des Etats -il est vrai que les héritiers du « socialisme dans un seul pays » n'avaient qu'un chemin fort bref à  parcourir pour devenir les défenseurs du droit de n'importe quel potentat à  massacrer « son » peuple à  l'intérieur des frontières de « son » Etat.

Lire la suite

12:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : solidarité, tiers-mondisme | |  Facebook | | | |

dimanche, 14 septembre 2008

Observer la xénophobie ordinaire pour la combattre

L'Observatoire du droit d'asile et des étrangers a besoin de soutien


L'Observatoire du droit d'asile et des étrangers (ODAE) est né suite à la votation du 24 septembre 2006, lorsque le peuple suisse a accepté la révision de la loi sur l'asile (LASI) et la nouvelle loi sur les étrangers (LEtr). Les autorités avaient alors assuré qu'elles appliqueraient la loi avec " mesure " et " humanité ". Dans les faits, cependant, l'O.D.A.E a relevé de nombreux cas d'applications tatillonnes, arbitraires et chicanières de la loi, conduisant à des décisions violant parfois les droits humains. Lutter contre cette xénophobie ordinaire et légale exige des moyens. Accordons-les à l'ODAE.

Faire tenir aux autorités les promesses qu'elles ont faites

Pour faire admettre en 2006 un nouveau durcissement de sa politique d'immigration et d'asile, le gouvernement avait multiplié les promesses. Il avait ainsi assuré que l'autorité entrerait en matière sur des demande d'asile même lorsque le requérant ne pourrait pas présenter de papiers d'identité, parce que son pays d'origine les lui refuserait ou que des indices de persécution requerraient " des investigations supplémentaires ". Mais dans les faits, l'absence de papiers d'identité est utilisée comme argument d'un refus d'entrer en matière malgré l'existence de tels " motifs excusables ". De manière générale, la barre de la " vraisemblance des faits " est placée de plus en plus haut : on exige des preuves souvent impossibles à fournir. De plus, les autorités omettent souvent d'examiner les situations sous l'angle de la Convention relative aux droits des enfants. Enfin, il n'existe aucun organe de contrôle chargé de veiller au bon déroulement des expulsions bien que celles-ci se déroulent parfois de manière brutale. Cette situation et ces pratiques rendent indispensable l'existence d'un observatoire indépendant, et d'une observation régionale et nationale, et pas seulement locale des pratiques des autorités. L'ODAE, créé à Genève sous l'impulsion de la Coordination contre l'exclusion et la xénophobie, doit élargir sa présence et son action à toute la Romandie, et sa collaboration avec les observatoires alémanique et tessinois, ce qui implique des moyens supplémentaires. Un appel de fonds est lancé pour obtenir ces moyens Nous ne saurions trop vous inviter à y répondre favorablement.

ADRESSEZ VOS DONS À:
Observatoire du droit d'asile et des étrangers - Genève
CCP 10-747881-0.


01:05 Publié dans Associations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : immigration, xénophobie, racisme, solidarité, suiisse, genève | |  Facebook | | | |