lundi, 14 septembre 2015

Le tripartisme, une arme contre le populisme ?

Un accord inédit contre la sous-enchère salariale et sociale

La faiblesse de la gauche (politique et syndicale) suisse s'est jusqu'à présente traduite par la faiblesse des dispositifs de lutte contre la sous-enchère salariale et sociale, qu'elle n'arrive pas à renforcer suffisamment pour priver d'efficacité électorale le discours isolationniste et discriminatoire de l'extrême-droite. Et cette faiblesse de la gauche s'est aussi traduite en son sein par le renforcement de la contradiction entre deux vieilles tendances, l'une protectionniste et social-xénophobe, l'autre acquise à la libre-circulation des personnes et à la fin des frontières. A Genève, un accord original a été passé entre les syndicats, le patronat et l'Etat, pour renforcer l'Inspectorat cantonal du travail et créer un nouvel instrument, une nouvelle inspection du travail, paritaire. A défaut d'être, ce à quoi il ne prétend pas, LA réponse définitive à la sous-enchère salariale et sociale et à son exploitation par l'extrême-droite, cet accord manifeste au moins la reconnaissance du rôle essentiel des organisations de travailleurs dans la lutte contre la mise en concurrence des travailleurs entre eux.

Lire la suite

13:50 Publié dans Genève, syndicats | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dumping salarial, salaires | |  Facebook | | | |

mardi, 13 mai 2014

Dernier coup de collier pour le salaire minimum...

salaires, salaire minimumPays riche, salaires de pauvre

C'est entendu, vérifiable, de notoriété universelle : la Suisse est un pays riche. Plus riche que presque tous les autres. Au moins du point de vue matériel. Un pays riche dont on nous assure qu'il n'a pas les moyens de garantir un salaire minimum à toutes celles et ceux qui y travaillent. On a dit tout et n'importe quoi du salaire minimum, dans les rangs de ses adversaires. Tout et son contraire : qu'il allait niveler les salaire par le bas et en même temps hausser l'échelle des salaires (en haussant ses barreaux inférieurs), qu'il nourrirait le chômage tout en accroissant l'immigration de travailleurs. La seule chose qu'on n'a pas dite, c'est que les salaires de pauvres versés à un-e salarié-e sur dix de ce pays riche arrangent finalement ceux qui décident dans ce pays -et qui décident que la responsabilité d'assurer un revenu suffisant pour vivre soit transférée du patronat à la collectivité publique, et du salariat à l'aide sociale.

Lire la suite

16:54 Publié dans Economie, syndicats, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salaires, salaire minimum | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 mars 2014

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes : Genre d'inégalité, inégalité de genre

Le 8 mars, c'est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Et en Suisse, deux mois plus tard, on votera sur une initiative pour l'instauration d'un salaire minimum dont les salariéEs seront les première bénéficiaires, parce qu'elles sont les premières victimes des bas salaires. Dans notre prospère pays, en effet, où environ 330'000 employé-e-s gagnent moins de 22 francs de l'heure, 70% de ces travailleurs pauvres sont des travailleuses. Et l'écart entre les salaires médians des femmes et celui des hommes au plan national est de 18,4% (chiffres 2010). Au détriment des femmes, 18 ans ans après l'adoption de la loi fédérale sur l'égalité, qui interdit toute forme de discrimination basée sur le sexe. Au moment où un pseudo-débat sur une pseudo « théorie du genre » fait rage en France, il n'est pas inutile de rappeler que c'est cela, le « genre » : non pas la différenciation des sexes, mais celle des rôles sociaux attribués aux femmes et aux hommes. Des rôles construits. Et discriminants.

 

Manif 8 mars.jpg


Lire la suite

15:23 Publié dans Femmes, Politique, Suisse, syndicats | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : égalité, salaires | |  Facebook | | | |

mardi, 17 décembre 2013

Dumping salarial : les beaux discours des gouvernants

Cause toujours...

« La sous-enchère salariale n'est pas une fatalité », avait déclaré la Conseillère d'Etat Isabel Rochat (qui n'était pas non plus une fatalité), en commentant les résultat d'une enquête menée pour le compte de son département par le professeur José Ramirez, de la Haute Ecole de Gestion. L'enquête aboutissait à la conclusion que l'importance de la main d'oeuvre frontalière dans un secteur n'a aucune influence sur l'importance de la sous-enchère salariale. Et que ce sont les contrôles par l'Etat et les « partenaires sociaux » qui font reculer ce dumping, là où ses contrôles sont effectifs. Or le canton ne dispose que de 17 inspecteurs et inspectrices du travail, soit un-e pour 17'000 postes de travail à surveiller. Il en faudrait au moins deux fois plus. Ce que demande une initiative syndicale, combattue par le patronat... et le Conseil, d'Etat. Ce qui n'empêche pas le tout nouveau ministre genevois de l'Economie, Pierre Maudet, de rouler les mécaniques dans « Le Matin Dimanche » : « je vais traquer le dumping salarial, le traquer et le punir enfin » ! Cause toujours...

Lire la suite

14:23 Publié dans Genève, Politique, syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dumping, sous-enchère, salaires | |  Facebook | | | |

lundi, 18 novembre 2013

Zavez pas encore voté ? Zavez tort ! On est Jour 1:12 - 6

salaires, votation, 1:12Comment ça, « j'ai pas encore voté...» ? Zattendez quoi ? Que les syndicats patronaux aient voté à votre place ? Secouez-vous, il ne vous reste que six jours pour voter en faveur de la réduction des inégalités salariales : le sort de l'initiative « 1:12 » de la Jeunesse Socialiste, qui propose de réduire au dodécuple l'écart, dans chaque entreprise, entre le plus bas et le plus haut salaire, sera jeté le 24 novembre. L'initiative, soutenue par toute la gauche politique et syndicale et par des personnalités telles que l'ancien économiste en chef de la CNUCED (Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement), Heiner Flassbeck, est combattue par toute la droite (et l'extrême-droite, cela devrait aller sans dire...), y compris le héros des petits actionnaires Thomas Minder, qui n'en avoue pas moins avoir pour elle de la « sympathie ». Ce qui ne mange pas de pain. Ni de brioche. 

Lire la suite

12:49 Publié dans Economie, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : salaires, votation, 1:12 | |  Facebook | | | |

lundi, 14 octobre 2013

Initiative 1:12 : le patronat se mobilise

Profil bas, budget haut

Dans un mois, on revote. Non, on ne vous parle pas là de l'élection du Conseil d'Etat genevois (ne vous en tenez pas quittes pour autant, on y reviendra...), mais de la votation fédérale sur l'initiative 1:12 pour la réduction des inégalités salariales. Il sera d'ailleurs fort intéressant, pendant la campagne pour le Conseil d'Etat, de prendre connaissance des prises de position de ceux qui, à l'extrême-droite de notre « échiquier politique » local (et national), ont accoutumé de se faire passer pour les défenseurs du « petit peuple »...  Instruits par leur désastre lors du vote de l'initiative Minder, les organisations patronales et les partis de droite (et d'extrême-droite) tentent de la jouer « profil bas » dans la campagne contre l'initiative 1:12,  mais y mettent tout de même huit millions de francs  : c'est ce que la faîtière patronale, « Economiesuisse », avait investi contre l'initiative Minder et c'est dix fois plus que ce les partisans de l'initiative 1:12 peuvent cotiser. L'inégalité des ressources politiques pour maintenir les inégalités salariales, en somme...

Lire la suite

11:36 Publié dans Economie, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : salaires, votation, 1:12 | |  Facebook | | | |

mardi, 18 juin 2013

L'initiative 1:12 probablement soumise au vote en novembre : Un pour douze, douze pour un !

salaires, 1:12, salaire minimum, syndicatsLe syndicat Unia a lancé hier, à Zurich, sur la Paradeplatz, sa campagne de soutien à l'initiative de la Jeunesse Socialiste (soutenue également par le PS en tant que tel) « 1:12 - pour des salaires équitables». L'initiative sera probablement soumise au vote populaire le 24 novembre -la droite voulait repousser le vote le plus tard possible afin de laisser se dissiper l'« effet Minder » (acceptation de l'initiative contre les rémunérations excessives des « managers »). La coprésidente d'Unia, Vania Alleva, a exprimé le soutien du syndicat à l'initiative 1:12 visant à stopper « l'avidité de certains profiteurs » et à répartir la masse salariale « plus équitablement ». Unia a d'ailleurs présenté, en même que son soutien à l'iniotiative 1:12, une étude sur les écarts salariaux, qui indique qu'ils continuent à croître.

Lire la suite

15:10 Publié dans Economie, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salaires, 1:12, salaire minimum, syndicats | |  Facebook | | | |

vendredi, 12 avril 2013

Bas salaires, inégalités salariales : La droite s'inquiète...

La droite s'inquiéte : non pas de la persistance de bas salaires et d'inégalités salariales exorbitantes dans ce pays... mais de la sympathie que suscitent les initiatives lancées pour y répondre -l'initiative 1:12 de la Jeunesse Socialiste, et l'initiative pour un salaire minimum, de l'Union Syndicale Suisse, qui devrait être soumise au peuple l'année prochaine et que le Conseil fédéral appelle, sans surprise, à refuser.  Et s'il affirme en partager l'objectif (lutter contre la pauvreté, faire en sorte que toute personne puisse vivre dignement de la rétribution de son travail), le gouvernement nous ressort l'argument patronal classique : un salaire minimum remettrait en question le partenariat social (alors qu'il ne ferait que le cadrer, et que l'initiative demande d'encourager la conclusion de conventions collectives prévoyant un salaire minimum) et la liberté contractuelle, perturberait le marché du travail (car le travail, bonnes gens, est une marchandise...).

Lire la suite

14:39 Publié dans Economie, Politique, Suisse, syndicats | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salaires, patronat | |  Facebook | | | |

lundi, 25 mars 2013

Après Minder, 1:12...

Un pour douze, douze pour un...

badge 1-12.jpgAprès le Conseil National, le Conseil des Etats a, sans surprise, refusé (à trois contre un) l'initiative populaire « 1:12 » de la Jeunesse Socialiste, sans lui opposer de contre-projet. De son côté, le Conseil fédéral appelle, sans surprise, à refuser l'initiative syndicale pour l'instauration d'un salaire minimum légal. On aura donc, en septembre ou novembre prochain, un choix clair, en votation : accepter ou refuser la proposition que « le salaire le plus élevé versé par une entreprise ne (puisse) être plus de douze fois supérieur au salaire le plus bas versé par la même entreprise ». Et les sondages produits sur ces deux initiatives suggèrent qu'elles recueilleraient au moins la sympathie d'une majorité de l'opinion publique. D'où une certaine fébrilité à droite... Et quelques espoirs à gauche - mais qui ne se concrétiseront pas sans une forte mobilisation...

Lire la suite

12:35 Publié dans Economie, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 1:12, salaires, inégalités, votation | |  Facebook | | | |

mercredi, 06 février 2013

L'humour d'Economiesuisse : enfumage patronal

Economiesuisse a de l'humour. ça ne nous avait pas frappé jusqu'à son engagement contre l'initiative Minder, mais là, ça nous aveugle : son directeur, Pascal Gentinetta, minimise l'impact de l'engagement de son organisation (patronale) dans la campagne sur l'initiative contre les rémunération abusives en déclarant qu'« une votation ne s'achète pas », alors qu'Economiesuisse balance huit millions dans sa campagne. Et le même Gentinetta assure, avec la même crédibilité, que si l'initiative est repoussée, le patronat ne soutiendra pas un référendum contre la loi qui fait office de contre-projet à l'initiative, et qu'il n'a acceptée que contraint par l'urgence de faire au moins semblant de lutter contre des « rémunérations abusives » qui suscitent une indignation presque générale.

Lire la suite

13:29 Publié dans Economie, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bonus, salaires, rémunérations, minder, economiesuisse, patronat | |  Facebook | | | |

mardi, 20 novembre 2012

L'initiative 40:1 du patronat suisse : Huit millions pour les hauts salaires

Le patronat suisse ne mégotera pas sur la dépense, pour combattre l'initiative populaire demandant la limitation des salaires abusifs des grands patrons (dite « Initiative Minder », du nom de son auteur, Thomas Minder, patron lui-même). « Economiesuisse », la faîtière patronale, a annoncé l'engagement de cinq à huit millions de francs dans la campagne contre l'initiative. Le comité d'initiative, lui, disposera de quarante fois moins. La Jeunesse Socialiste avait lancé et fait aboutir l'initiative « 1:12 » qui demande que le plus haut revenu versé par une entreprise ne dépasse pas douze fois le plus bas ? Economiesuisse vient donc d'annoncer son initiative « 40:1 », qui accorde aux défenseurs des plus hauts salaires un budget quarante fois supérieur à celui des partisans de leur limitation. Un écart que les patrons trouveront sûrement raisonnable : en 2008, le patron de Novartis gagnait 700 fois le salaire de son employé (certainement une employée...) le plus mal payé...

Lire la suite

14:44 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : salaires, patronat, bonus, politique, minder | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 juin 2010

Inégalités salariales : 1:12, vite !

Inégalités salariales : 1:12, vite !

Les écarts salariaux continuent de se creuser dans notre beau pays. En 2009, les différences entre le plus bas salaire et le salaire moyen des dirigeants d'un groupe se sont accentuées de 18 % par rapport à 2008, et de 70 % par rapport à 2002. La crise a provoqué un recul du chiffre d'affaire, un diminution des bénéfices, des suppressions d'emploi, mais le salaire moyen des membres de la direction de 27 groupes a augmenté de 20 % entre 2008 et 2009, pendant que ces groupes supprimaient 7300 emplois en Suisse . A l'UBS, renflouée grâce aux fonds publics, le rapport entre les revenus des dirigeants et ceux des salariés les plus mal payés est même passé de 51:1 à 1190:1... « Travail Ssuisse », qui a donné ces chiffres lundi, exige une limitation des bonus à un mois de salaire, la suppression des indemnités d'entrée ou de départ des dirigeants, et l'imposition des bonus de plus d'un million. C'est un début, mais on peut faire mieux : signer l'initiative lancée par la Jeunesse Socialiste, et soutenue par le PS, l'initiative « 1:12 » qui exige que le salaire des dirigeants d'une entreprise ne dépasse pas le dodécuple de celui de l'employé-e le-la plus mal payé-e...

Lire la suite

14:03 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : inégalités, salaires | |  Facebook | | | |