rroms

  • Interdiction de la mendicité : Lausanne dans l'impasse genevoise ?

    Imprimer

    Au Conseil communal de Lausanne, mardi dernier, on a débattu de l'interdiction de la « mendicité par métier» avant que d'interrompre cette glose pour la reprendre aujourd'hui. Le débat porte sur le contre-projet, émanant de la  municipalité de gauche, à une initiative de droite demandant d'appliquer à Lausanne une interdiction comparable à celle décrétée à Genève, où elle relève d'un vaste foutage de gueule si l'on s'en tient à son objectif affirmé (l'interdiction de la « mendicité par métier », donc), et d'un dispositif carrément raciste si on examine à qui il s'applique en priorité, sinon en exclusivité : les Rroms. Le contre-projet municipal, soutenu par le PLR, le PS et une partie des Verts, combattu par une autre partie des Verts et par La Gauche, dispose d'une majorité suffisante. Mais qu'est-ce que le PS et les Verts peuvent bien avoir à faire avec une proposition inutile, démagogique et impraticable, à Lausanne comme à Genève ?

    Lire la suite

  • Pétition pour l'abrogation de la loi sur la mendicité : En finir avec la criminalisation de la misère !

    Imprimer

    À Genève, depuis le 2008, la mendicité est interdite et traitée en infraction pénale, après que le Grand Conseil ait édicté une loi permettant à la police d'amender les mendiants. Les amender de quoi ? de solliciter la générosité d'autrui...Une société se disant respectueuse des droits fondamentaux (ne serait-que celui à la dignité, protégée par l'article 7 de la Constitution fédérale) punit donc une personne uniquement parce qu'elle est pauvre et demande l'aumône. De plus, les amendes infligées aux mendiants étant convertibles en peines de prison, ils peuvent être mis en détention pour avoir osé tendre la main ! Et chaque jour (ou plutôt chaque nuit) qu'ils passent en prison coûte un demi-millier de francs à la collectivité qui les encriste pour quelques francs mendiés... Une pétition est lancée pour en finir avec cette imbécilité : Signez-la ! www.petitions24.net/petition_au_grand_conseil

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • La Ville de Genève prime Mesemrom : Une petite claque aux mauvaises odeurs

    Imprimer

    Ce soir (jeudi), à 18 heures, au Grand Théâtre, l'association Mesemrom (www.mesemrom.org) recevra, avec d'autres (Jean Vuilleumier, Sandro Rossetti, Sylvie Arsever, notamment) le prix 2011 de la Ville de Genève. Et ce prix, elle le mérite, cette association. Et que le soutien de la Ville à Mesemrom ainsi proclamé, s'ajoutant à une (modeste) subvention en sus de l'acte symbolique de demain, fasse s'étrangler quelques uns des promoteurs de la chasse aux mendiants ne rend ce soutien que plus utile. Comme une bonne petite claque aux mauvaises odeurs de pogrom doucereux nous venant d'une chasse aux mendiants qui n'a jamais réussi à se faire passer pour autre chose que ce qu'elle est : une chasse aux Rroms.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 5 commentaires
  • Réouverture électorale de la chasse aux Rroms

    Imprimer

    Faute de shtetl...

    Il ne fait pas bon être Rrom en nos villes en période d'élections. A Genève, le MCG veut leur fermer l'abri de nuit des Vollandes et à Lausanne les radelibes veulent interdire la « mendicité par métier », ce qui devrait fort inquiéter nombre de commerçants et de clubs sportifs du cru. Les Rroms, en tout cas, auraient parfaitement raison de s'en contrefoutre, n'était le harcèlement policier dont ils sont victimes, et l'exploitation politique dont ils font l'objet. L'antisémisme traditionnel (l'antijudaïsme) ne fait plus recette (sans avoir disparu pour autant) ? Qu'importe : la tripe est encore féconde, on trouvera, et on a trouvé, d'autres boucs émissaires. Le pogrom change de cible, se fait doucereux, légal, hygiéniste, mais c'est toujours un pogrom. On ne brûle plus les shtetls (il n'y en a plus à brûler) -on appelle la télé pour se faire filmer devant le débarras des campements roms. On progresse, quoi.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • Journée internationale des Rroms : une verbeuse indifférence

    Imprimer

    Vous en êtes-vous aperçus, en avez-vous ewntendu parler ? jeudi dernier, 8 avril, c'était la « Journée internationale des Rroms ». Une journée pour douze millions de Manouches, de Tziganes, de Gitans, de Romanichels, de Bohémiens -bref, une journée pour Esmeralda et ses frères. Et ce jour là, à Cordoue, s'ouvrait un « sommet européen », le deuxième du genre, consacré aux Rroms européens. Un sommet bidon, réunissant des seconds couteaux accouchant d'une déclaration creuse, ne contenant aucun engagement concret. Fallait-il seulement s'attendre à autre chose qu'à cette indifférence verbeuse ? Simple curiosité : à Genève, où la Ville et le canton semblent mener deux politiques diamétralement opposées à l'égard des Rroms, la première s'attachant à les héberger, le second à les pourchasser, combien de Rroms ont été interpellés, amendés, rackettés, ce jeudi 8 avril, « journée internationale des Rroms » ? Pour eux, sans doute, une journée comme toutes les autres, à Genève comme ailleurs...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Solidarité 7 commentaires
  • Décennie de l'intégration des Rroms : Geneva's Minor Swing

    Imprimer

    La Suisse ne compte pas au nombre des Etats européens qui ont proclamé les années 2003-2015 « décennie des Rroms ». C'est dommage : Une décennie, même de douze ans, ne serait pas de trop pour « intégrer » la principale, et la plus marginalisée, des minorités « ethniques » européennes. Hors d'un exercice européen dont la part autoproclamatoire et la part concrète restent à évaluer, Genève vient cependant d'y mettre son grain de sel -mais c'est du sel sur une plaie. Au nom de la protection de l'enfance, le Conseil d'Etat a décidé de frapper, bien sûr avec humanité mais tout de même là où ça peut faire mal, puisque la répression de la mendicité en tant que telle s'est avérée d'une absolue inefficacité, en sus d'être -mais on le savait déjà au moment même ou on en  décidait- d'une parfaite absurdité. Et donc, la police est chargée d'interpeller et d'appréhender les mendiants accompagnés d'enfants ou les mendiants mineurs, de signaler ces cas au Service de Protection des mineurs (SPMi) et de conduire les mineurs avec ou sans leurs parents au sein de ce service, qui pourrait prononcer le retrait immédiat du droit de garde des parents sur l'enfant et le placement de celui-ci.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 4 commentaires
  • Allez, on se fait une dernière petite rafle de Rroms avant les élections ?

    Imprimer

    Lâche le dealer, Marcel, aujourd'hui c'est le mendiant qu'on chasse...

    Mardi, les polices cantonale et municipale et la voirie municipale se sont, pour la Nème fois, attaquées aux campements de fortune des Rroms, confisquant leurs maigres effets personnels (jusqu'à des médicaments...) et procédant à des contrôles d'identité. Pour nos forces de l'ordre et de l'épuration sociale, ces opérations s'inscrivent dans une " politique de sécurité et de salubrité publiques ". Mais pendant que le Guet et les Chasse-gueux s'en prennent aux Rroms, des habitants et des commerçants des Pâquis doivent, eux, se résoudre à faire appel à une police privée pour effectuer des rondes, éventuellement dissuasives pour les dealers, pour pallier l'absence de la police sur le terrain. La police, cantonale ou municipale, ne peut évidemment pas être au four et au moulin, et en même temps s'occuper des dealers des Pâquis et des matelas des Rroms. On a les priorités que l'opinion publique mérite, à dix jours de l'élection d'un gouvernement qui aura à appliquer la sinistre loi " antimendiants " adoptée par la droite et l'extrême-droite genevoises.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 19 commentaires
  • La mendiante et le businessman (fable genevoise)

    Imprimer

    La chasse aux Rroms entravée ?


    Une mendiante roumaine, disposant d'un passeport, d'une carte d'identité et d'un domicile légal, avait été condamnée à dix jours de prison pour n'avoir pas répondu dans les délais à une notification d'amende (pour mendicité) parue dans la " Feuille d'Avis Officielle " genevoise, publication certes remarquable mais dont la Roumaine, par ailleurs analphabète, ignorait l'existence. Le Tribunal d'application des peines et mesures (Tapem)  constatant que la mendiante avait un domicile en Roumanie, c'est-à-dire dans l'Union Européenne, et que la notification aurait dû, selon la loi, lui être communiquée à cette adresse,  avait remis la mendiante en liberté, après qu'elle ait tout de même passé six jours en prison. Pas content de se voir désavoué, le Parquet avait fait appel, en expliquant que les Rroms vivant souvent de manière itinérante, on pouvait les considérer comme des SDF… A quoi la défense de la Roumaine avait répliqué que dans ces conditions, " tout businessman doit également être considéré comme SDF ". Pour le procureur (ou son substitut), peu importent la réalité des situations et la lettre de la loi, il faut faire un exemple. A n'importe quel prix : " c'est un cas test car beaucoup de procédures sont en attente de la décision ". Manière de dire au Tribunal : ne respectez pas trop le droit, ça entraverait la chasse aux mendiants rroms à laquelle nous nous livrons depuis que la droite genevoise l'a ouverte.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire