rochat

  • Justice, police et manifs : chouette, c'est Rochat qui s'y colle !

    Imprimer

    On a trouvé à qui refiler la patate chaude

    Aucun des " anciens " conseillers d'Etat n'en voulait, on l'a donc refilée à une nouvelle. Et comme les libéraux, à la remorque de l'UDC et du MCG, avaient fait campagne sur le thème de la " tolérance zéro " à l'égard des délinquants (sauf s'ils sont fils de potentats libyens), il était assez logique que ce soit la libérale qui s'y colle : la police genevoise a une nouvelle ministre, la cheffe de la police une nouvelle cheffe et Zavatta une nouvelle autorité politique en face de lui.Tout cela, au passage, nous arrange : de nous en prendre régulièrement au camarade Moutinot, on commençait à fatiguer. On va donc voir ce qu'on va voir. C'est-à-dire vraisemblablement pas grand chose, puisqu'une fois dissipées les fumerolles des déclamations électorales, la triste et lourde réalité va tristement et lourdement s'imposer : celle d'une ville qui ne peut plus redevenir le village qu'elle était il y a 2000 ans, d'une ville frontière qui ne peut ni déplacer ni fermer sa frontière, d'une ville contemporaine qui ne peut être ni épurée ni purgée de ce qui la démange (mendiants, dealers, cambrioleurs, petits délinquants), et d'une République qui pourra couvrir son territoire de nouvelles prisons sans que jamais l'ombre d'une solution au problème de la surpopulation carcérale n'émerge de cette frénésie geolière. Mais ça tombe bien : la nouvelle ministre de la justice, de la police et des prisons était jusqu'à présent maire de la future cité carcérale de Genève : Thônex.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire