mercredi, 29 mars 2017

"Prévoyance vieillesse 2020" : état des fronts

chapeau-cerveau.jpgUn référendum pour un débat ?

A Berne, vendredi dernier, un comité référendaire s'est constitué, juste après que l'assemblée des délégués de l'Union Syndicale Suisse ait pris position en faveur de la réforme des retraites, "Prévoyance vieillesse 2020", tel qu'adopté par les Chambres fédérales, et combattu à la fois par la gauche de la gauche syndicale et politique et par la droite (PLR) et la droite de la droite (UDC) politique et patronale. Pour ce comité constitué autour de la gauche syndicale romande, de la communauté genevoise d'action syndicale (CGAS, qui regroupe tous les syndicats du canton) et de l'Union syndicale vaudoise (qui ne regroupe que les syndicats de l'USS), et soutenu par le Parti du Travail, solidaritéS et l'Avivo, il s'agit de lancer et de faire aboutir un référendum facultatif s'ajoutant au référendum obligatoire auquel sera de toute façon soumise la réforme des retraites. But de l'opération : faire entendre une opposition de gauche, en sus de l'opposition de droite. Un référendum additionnel est-il nécessaire pour cela ? Dans les urnes, rien ne va distinguer un "non" de gauche d'un "non" de droite. Mais dans le débat qui va précéder le vote, c'est autre chose : l'opposition de gauche et l'opposition de droite vont tenir deux discours opposés, parce que fondés sur deux oppositions contradictoires : l'une (celle de gauche) au report d'un an de l'âge de la retraite des femmes, l'autre (celle de droite) à l'augmentation des rentes AVS. Dans une semaine,  le PS genevois prendra position sur le projet de réforme. Alors, vous nous connaissez, quand on peut animer, documenter, rationaliser un débat politique, on est là, présents, sinon fidèles, au poste. C'est parti !

Lire la suite

15:55 Publié dans austérité, syndicats, gauche, Politique, Retraites, AVS, AI, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : avs, retraites | |  Facebook | | | |

vendredi, 23 septembre 2016

Aux urnes pour "AVS +"

Vous n'avez pas encore voté ?

Pour voter par correspondance en faveur de l'initiative "AVS+", c'est trop tard. Il va falloir vous rendre au local de vote dimanche avant midi pour déposer, à l'ancienne, comme nos parents et nos grande-parents, votre bulletin dans l'urne. Un exercice qui en vaut la peine : pour éviter ce que les défenseurs de l'AVS dénoncent comme son "saccage", il faut que l'initiative qui améliore les rentes de ce premier pilier de la retraite, fasse le meilleur résultat possible -le meilleur résultat étant évidemment son acceptation. Car ce n'est pas seulement l'initiative elle-même qui est l'enjeu du vote de dimanche : c'est le niveau des retraites dans ce pays, et la capacité du système des "trois "piliers" de la maintenir, quand seul le premier -l'AVS, précisément- est assez solide, assez durable et assez équitable pour remplir le mandat constitutionnel de rentes assurant, à la retraite, une vie digne. Vous avez oublié de voter par correspondance ? Aux urnes de votre local, citoyennes et citoyens !

Lire la suite

21:58 Publié dans Solidarité, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avs, retraites, 2ème pilier | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 septembre 2015

"Plan Berset" sur les retraites : Quinze ans de sursis ?

retraite.jpgLe Conseil des Etats a donc avalisé le plan du Conseil fédéral, porté par le socialiste Alain Berset, présenté comme une "réforme du système des retraites". Pour faire accepter ce plan par la gauche parlementaire et, sans doute, par le peuple, le Conseil des Etats l'a un peu amélioré, en rétablissant des éléments (la compensation du renchérissement, le niveau du financement par l'impôt) que le Conseil fédéral voulait mettre à mal, et en augmentant les rentes AVS des futurs rentiers (mais pas celles des rentiers actuels). Alain Berset vante ce compromis (les mauvais esprits -il y en a- parlent, eux, de marchandage) : "Pour la première fois depuis la fin du siècle passé, une réforme (des retraites) qui a de réelles chances de passer est sur la table". A quel prix ? 70 francs par mois de plus pour les rentiers AVS (240 francs pour les couples). Pour le Conseiller fédéral socialiste, on tient là une "réforme équilibrée capable d'obtenir le soutien d'une majorité". Et même, une réforme à laquelle, selon lui, ses opposants ne proposent aucune alternative. Or il y a une alternative (de gauche), le basculement progressif du "2e pilier" dans l'AVS qui, elle, serait réellement une réforme, quand le "plan Berset" n'est, de l'aveu même du Conseiller fédéral, qu'un moyen d'assurer quinze ans d'équilibre à un système, l'actuel, fragilisé moins par le nombre de rentiers que par un "deuxième pilier" bien plus sensible que l'AVS à la conjoncture économique (et à la spéculation et aux placements imprudents).

Lire la suite

16:27 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avs, retraites, deuxième pilier | |  Facebook | | | |

mercredi, 10 juin 2015

Initiative pour une imposition des successions : Financer les retraites par les héritages...

Résumé du débat sur le financement de l'AVS : la droite soutient le plan du Conseiller fédéral socialiste Alain Berset, lequel Conseiller fédéral socialiste combat l'initiative syndicale et socialiste « AVS+ », que les
socialistes, forcément, soutiennent contre le plan du socialiste Alain Berset (qui propose notamment une élévation de l'âge de la retraite des femmes). Et la gauche soutient en outre l'initiative sur les successions, soumise au vote dimanche prochain, et dont le produit
serait aux deux tiers affecté au financement de l'AVS, ce qui permettrait d'éviter précisément une élévation de l'âge de la retraite^des femmes puisque l'imposition des successions telle que proposée produirait des ressources qui, pour leur part affectée à l'AVS,
couvriraient largement ce que le « plan Berset » attend d'une élévation de l'âge de la retraite des femmes... et sans doute est-ce là encore une évaluation a minima, puisque basée sur un volume global d'héritages
estimé à 40 milliards annuels alors qu'il serait en réalité de plus de 75 milliards... Financer les retraites par les héritages, cela a du 
sens, non ?

Lire la suite

17:24 Publié dans Fiscalité, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : avs, retraites, héritages, successions | |  Facebook | | | |

mercredi, 13 mai 2015

Le « Paquet Berset » : Va pas faire bon devenir vieux...

Un édito du canard patronal « Entreprise romande » du 16 mai de l'année dernière rêvait tout haut : « Partir à la retraite à 91 ans ? Impensable ? Pas si l'on se fonde sur l'âge de départ à la retraite décidée par le chancelier allemand Otto von Bismarck dans les années 1850, soit 65 ans quand l'espérance de vie était de 59 ans...». On sentait là comme une envie d'une réforme (ou d'une contre-réforme) de l'AVS à côté de laquelle celle que propose le Conseiller fédéral Alain Berset tient de l'eau de mélisse : retraite des femmes à 65 ans (comme les hommes), augmentation de la TVA affectée à l'assainissement de l'AVS, augmentation des cotisations et baisse du taux de conversion (qui détermine les rentes) du « Deuxième Pilier », telles sont les propositions du Conseil fédéral. L'USAM d'un côté (droit), les Femmes Socialistes de l'autre (gauche), s'y opposent -pour des raisons évidemment différentes : le syndicat patronal des PME propose une élévation générale et progressive de l'âge de la retraite des femmes à raison d'un ou deux mois chaque année, puis de tout le monde, pour atteindre 67 ou 68 ans, les Femmes Socialistes s'opposent à toute élévation de l'âge de la retraite des femmes tant qu'elles seront discriminées salarialement.

Lire la suite

14:43 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : retraites, avs, 2ème pilier, prévoyance professionnelle | |  Facebook | | | |

mardi, 05 mars 2013

Après le vote genevois sur les caisses de retraite publiques : Plier le pilier ?

Le vote, à trois contre un, en faveur de la fusion des caisses de 
retraites publiques genevoises CIA et CEH n'est sans doute pas très
glorieux, et ne nous offre qu'un répit (c'est d'ailleurs pour ce répit
que nous avons voté « oui »), mais il nous évite de passer, c'est-à-dire
de perdre, encore six mois à bidouiller un « plan B » dont les premiers
éléments déjà connus (hausse des cotisations des salariés, réduction des
prestations, augmentation de l'âge de la retraite) laissaient lourdement
présager d'une proposition encore pire que celle qui nous était
soumise... Du moins a-t-on maintenu ce que la droite de la droite
voulait (et veut toujours) abolir : la primauté des prestations, la part
patronale majoritaire dans les cotisations... Reste qu'on a mieux à
faire que choisir entre le pire et le mauvais... et que le Deuxième
pilier est à plier, pas à sauver.

Lire la suite

15:34 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraites, deuxième pilier, prévoyance professionnelle | |  Facebook | | | |

mercredi, 08 avril 2009

Défendre les rentes, et après ?

Le référendum contre la baisse des rentes du 2ème pilier a abouti

Le référendum contre la baisse des rentes du 2e pilier a abouti, et largement, avec trois fois plus de signatures (150'000) qu'exigé. A elle seule, Unia a récolté 60'000 signatures (et aurait donc pu faire aboutir le référendum sans ses alliés -le PS, l'USS, le PdT, l'Avivo). La majorité du Parlement fédéral en avait décidé : à terme, le " taux de conversion LPP " devrait passer de 7% Ã 6,4%. Traduction : les rentes futures du 2ème pilier devraient baisser, d'ici 2015, et pour la seconde fois, d'environ 10 %. Cette mesure s'ajouterait à d'autres, du même genre : le taux de rendement minimum LPP a été diminué de 50 % entre 2004 et 2009, passant de 4 à 2 %, avec un effet cumulatif sur l'ensemble de la période de cotisation, une baisse de 2 point du taux de rendement aboutissant à une perte de capital d'un tiers après 35 ans de cotisation. Cette baisse du capital des assurés correspond à une hausse du profit pour les actionnaires des assurances privées, et des rémunérations de leurs dirigeants millionnaires. On votera donc sur la baisse des rentes du Deuxième pilier. Cela dit, on aimerait bien que les Suisses-ses se mobilisent aussi massivement lorsqu'il s'agit de défendre les droits démocratiques, ou le droit d'asile, que lorsqu'il s'agit de défendre leurs rentes personnelles.

Lire la suite

01:22 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : retraites, avs, prévoyance, assurances | |  Facebook | | | |

samedi, 27 septembre 2008

La bourse plombe les retraites : Quel bon usage de la crise ?

Entre 30 et 60 milliards de francs de retraites capitalisées dans les caisses de pension publiques ou privées se sont évaporés, tels une " courte, légère et aérienne " constitution libérale genevoise. Ces caisses (elles sont 2670, dont 2500 privées) gèrent 650 milliards de francs, placés pour une part en actions -et les actions ont plongé de 20 % en un an, en Suisse. Aujourd'hui, une caisse privée sur six et deux caisses publiques sur trois ne disposent pas d'une couverture financière équivalant à leurs obligations. Le fonds de compensation de l'AVS a perdu près de deux milliards en 2007 sur ses placements. Et tout cela sur fond de vieillissement de la population, un vieillissement que ne compense pas une immigration qu'on s'obstine à vouloir freiner. Comme dirait Léon Nicole, " les perspectives sont plus belles que jamais ".

Le retour de la vengeance des retraites populaires

Dans les années soixante (ou était-ce au début des années septante ?), le Parti du Travail et l'AVIVO avaient lancé et fait aboutir une initiative populaire fédérale pour des " retraites populaires ", qui proposait une alternative solidaire à ce qui allait devenir le " Deuxième pilier ". Cette initiative, lâchée par le PSS et les syndicats, avait succombé en votation populaire. Et on est donc passé à la construction de ce fameux " Deuxième pilier ", forme doucereuse d'épargne forcée et d'investissement obligatoire (sans que les cotisants sachent où ce qu'on leur a forcé d'épargner a été investi), et surtout conception particulièrement inégalitaire de la prévoyance sociale : chacun cotise pour soi-même, les riches auront des retraites de riches, les pauvres des retraites de pauvres, chacun à sa place, les torchons avec les torchons et les serviettes avec les serviettes. Et voilà qu'à la faveur d'une nouvelle crise financière (ni la première, ni la dernière), on se demande si les caisses de retraite ont perdu trente ou soixante milliards… Si cette crise, et les menaces pesant sur le financement des rentes du " Deuxième pilier " pouvaient inciter à revoir le plus fondamentalement possible le système des retraites, nous aurions trouvé de la crise un bon usage, et répondu aux menaces. Mais sur quelles forces s'appuyer aujourd'hui pour un tel changement de politique sociale ? La droite, évidemment, fera tout pour l'éviter. Mais la gauche, qui devrait tout faire pour le provoquer, y est-elle prête ? Le PSS et l'USS ont accepté un système fondamentalement contradictoire de toute justice sociale. Comment s'en dépêtreront-ils ? Et ont-ils seulement le projet de s'en dépêtrer ?

02:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraites, avs, prévoyance | |  Facebook | | | |