réchauffement climatique

  • Fonte des glaciers, des pôles, du pergélisol : La débâcle et le déni

    Imprimer

    fonte des glaces.jpg

    Le Giec (mais oui, vous savez, ce soviet de gardes rouges créé par les Chinois rien que pour emmerder les gentils Américains) vient de sortir un nouveau rapport, tout aussi alarmant que les précédents. Ce petit dernier porte sur les liens entre la dégradation du climat et l'état des océans et des espaces gelés (la cryosphère). Et il constate une détérioration accélérée de la situation : la fonte des glaciers, des calottes polaires (la perte de masse de la calotte groenlandaise a doublé en vingt ans, celle de la calotte antarctique triplé) et du pergélisol (les terres auparavant gelées en permanence), la diminution de la couverture neigeuse réduisent le réfléchissement du rayonnement solaire en renforçant le réchauffement climatique, et relâchent dans l'atmosphère du CO2 et du méthane qui accentuent encore ce réchauffement. Les océans ont ces cinquante dernière années emmagasiné plus de 90 % de la chaleur excédentaire et 20 à 30 % du dioxyde de carbone produit par les activités humaines. Mais leur propre réchauffement réduit cette capacité de neutraliser les effets de nos rejets caloriques. Et hausse leur niveau moyen : à la fin de ce siècle, il pourrait être en moyenne d'un mètre au-dessus de son niveau actuel. ça paraît peu, un mètre : c'est énorme quand on vit sur une côte... Nous dépendons tous de l'humeur, de la chaleur, de la hauteur, des courants des océans et de la cryopshère (les espaces gelés). Mais certains en dépendent évidemment plus que d'autres : les centaines de millions de personnes qui vivent sur les côtes. A part ça,  pour l'UDC, la gauche "use et abuse des thèmes écologistes" et mène des "actions diaboliques". Le dérèglement climatique, quel dérèglement climatique : "une invention des media" affirmait Oskar Freysinger en mars...

    Lire la suite

  • Réchauffement climatique : Le canari et les glaciers

    Imprimer

    glacier du Rhône.jpg

    Le 25 août de l'année dernière était créée une Association suisse pour la protection du climat (ASPC), exigeant des mesures concrètes de limitation de l'impact du réchauffement climatique, et dénonçant le manque d'ambition des autorités suisses (le Conseil fédéral, le parlement) dans ce domaine, et leur manque de sérieux dans le respect des engagements pris par la Suisse dans le cadre de l'accord de Paris. Au début de cette année, l'ASPC a lancé son initiative "pour les glaciers" (https://gletscher-initiative.ch/fr/). L'initiative* exige la fin des émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici à 2050, et qu'à partir de cette date plus aucun carburant ou combustible fossile ne soit mis en circulation en Suisse (sauf dans les cas où aucune substitution n'est possible). Dans les mines, naguère, les mineurs descendaient une cage avec un canari. Quand le grisou s'accumulait, avant d'exploser, il asphyxiait le canari. La mort de l'oiseau annonçait l'imminence de l'explosion, et l'urgence de remonter. Aujourd'hui, c'est le recul et la fonte des glaciers, et la mort annoncée d'une grande partie d'entre eux, qui annonce l'urgence climatique, et celle d'y répondre par des mesures plus que déclamatoires et vélléitaires, et faisant mieux que freiner un réchauffement dont les Suisses auraient bien tort de croire que ses conséquences les épargneront.

    * Des feuilles de signatures peuvent être téléchargées sur https://gletscher-initiative.ch/wp-content/uploads/2019/05/Gletscher_Init_Unterschriftenbogen_fr.pdf

    Lire la suite

  • Changer de système, pas de climat

    Imprimer

    pollutionbagnoles.jpgChanger de système, pas de climat

    Le 18 janvier dernier, plus de 65'000 personnes ont manifesté en Suisse, et des millions dans le monde, pour exiger des "responsables" politiques qu'ils prennent sans délai les mesures nécessaires pour faire face au dérèglement climatique tel que provoqué par les activités humaines (et entretenu par les inactivités politiques). Un mois plus tard, le même mouvement à l'origine de cette première  "grève climatique" appelait dans 60 pays à de nouvelles manifestations, avec les mêmes revendications : neutralité carbone d'ici 2030 sans recours à la "séquestration carbone)" ou à la géo-ingénirerie, déclaration de l'état d'urgence climatique, défense de la justice climatique. "Pour atteindre ces objectifs, le changement de système est nécessaire", proclame le manifeste d'appel aux manifestations. Le changement de système, pas la culpabilisation individuelle -et surtout pas celle des plus pauvres ou des moins riches, qui seront les premières victimes d'un désastre environnemental s'il se produit.

    Lire la suite

  • "Grève suisse du climat" : Justice climatique, justice sociale

    Imprimer

    deforestation_01.jpgAujourd'hui, en Suisse (à Genève, la manifestation débutera à 14h sur la Place Neuve pour se rendre à la Place des Nations), des milliers de collégiens et d'étudiants seront en grève des cours pour exiger de la Confédération et des cantons, du gouvernement et du parlement, mais aussi du peuple, des mesures immédiates et radicales contre le réchauffement climatique. C'est-à-dire exactement le contraire de ce que le Conseil national a fait en décembre dernier lorsqu'il a torpillé la révision de la loi sur le CO2, après que la droite l'ait vidée de sa substance. Et en France, plus de deux  millions de personnes ont signé une pétition en ligne, "l'affaire du siècle", dans le cadre d'une campagne pour la "justice climatique". La pétition, française, soutient l'action en justice de quatre organisations (la Fondation pour la nature et l'homme, Oxfam, Greenpeace et Notre affaire à tous) qui, dénonçant l'inaction de l'Etat français en matière de lutte contre le réchauffement climatique, ont saisi le Tribunal administratif pour qu'il contraigne l'Etat, sous astreinte de 100'000 euros par jours, à respecter ses engagements en la matière -alors qu'il vient, sous pression des "gilets jaunes", de renoncer à augmenter la taxe sur le carburant. Présidente de "Notre affaire à tous", Marie Toussaint explique que cette augmentation a été le "détonateur d'une mobilisation ayant pour cibles principales l'injustice sociale et fiscale", contre laquelle les défenseurs de l'environnement luttent également : "il serait simpliste et réducteur d'opposer fin de mois et fin du monde", car l'injustice sociale "nourrit la dégradation de l'environnement, les plus riches détruisent la planète, 10 % de l'humanité émet 50 % des émissions de gaz à effet de serre et seulement 25 firmes et leurs filiales sont responsables de 71 % des émissions à effet de serre depuis 1988". Or "le réchauffement climatique accroît les inégalités et les injustices" : les plus pauvres sont effet les plus frappés par la dégradation de l'environnement : crise alimentaire et crise migratoire les frappent eux. Dès lors, "combattre pour la justice sociale, c'est aussi œuvrer en faveur de la justice climatique". Les deux combats ne s'excluent ni ne s'opposent, mais se complètent et se renforcent.

    Lire la suite

  • "COP 21" : "sauver la planète" ou nous sauver nous-mêmes ?

    Imprimer

    dugongs en famille.jpgDe notre instinct de survie

    Combien sont-ils, ces chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Paris pour la 21e Conférence mondiale sur le climat ("COP 21" dans son acronyme anglais), au chevet du climat terrien ? 195 Etats, plus l'Union Européenne, sont parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, et plus  de 180 d'entre eux se sont déjà engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre dès 2020. L'enjeu est crucial : s'il ne s'agit pas de "sauver la planète" comme il est parfois fort bêtement proclamé (elle survivra à nos conneries et à tout le reste, la planète, jusqu'à ce qu'elle se fasse bouffer par son étoile), il s'agit tout de même de sauver les conditions d'existence d'une grande partie des espèces vivantes qui la peuplent. Dont la nôtre, d'espèce. La "COP 21" tient ainsi de l'instinct de survie de l'humanité elle-même. Le réchauffement climatique menace déjà directement l'existence de millions de personnes -toutes celles, d'abord, qui vivent sur les côtes ou des îles faiblement haussée au-dessus du niveau de la mer. Il va pousser à des affrontements pour l'eau et pour les ressources naturelles, végétales et minières. Il a déjà commencé à pousser des millions de personnes à fuir leur lieu d'habitat. Et dans la mesure même où il est provoqué par l'activité humaine, seul un changement radical des modalités de cette activité peut le freiner, puis le stopper. Il est là, l'enjeu. Et il est encore plus vital que celui de juguler les délires djihadistes.

    Lire la suite