mardi, 20 septembre 2016

Nouvelle loi sur le renseignement : Les illusions dangereuses

Dimanche soir, selon toute vraisemblance (et selon tous les sondages), la nouvelle loi sur le renseignement, qui renforce les pouvoirs et les moyens du service de renseignement de la Confédération, sera adoubée (et peut-être même plébiscitée) par le peuple. Ses partisans, tel Pierre Maudet dans la "Tribune de Genève" du 15 septembre, voient dans cette loi une simple adaptation aux menaces nouvelles (qui ne sont d'ailleurs pas si nouvelles que cela, si les moyens sur quoi elles reposent sont aussi nouveaux que les technologies qu'ils emploient), et une dotation à la Suisse d'un " Service de Renseignement digne de ce nom". Les adversaires de la loi, dont nous sommes, y voient à la fois une menace et une illusion dangereuse : une menace sur la liberté individuelle, une illusion de sécurité, fauteuse d'insécurité réelle. La peur étant mauvaise conseillère, l'illusion fera certainement accepter largement la menace. Sans plus de sécurité, avec seulement plus de surveillance.

Lire la suite

15:41 Publié dans Sécurité, insécurité, Suisse, terrorisme, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : surveillance, police, antiterrorisme | |  Facebook | | | |

mercredi, 31 août 2016

Police fouineuse, le retour ?

Un "non" de témoignage et de prudence

Le 25 septembre, on se prononcera sur la nouvelle loi fédérale sur le renseignement, attaquée en référendum par une coalition dont font partie le PS, les Verts, la "gauche de la gauche" et le Parti pirate, mais également Amnesty International. En revanche, on ne votera pas sur la loi renforçant les moyens de surveillance des communications : le référendum lancé par un comité assez hétéroclite (les Jeunes PLR, UDC et Verts libéraux, le Parti Pirate, Operation Libero et, initialement, la Jeunesse Socialiste -qui a finalement abandonné ce combat) a échoué au stade de la récolte de signatures, mais de peu. Le 25 septembre on dira "non" à la loi sur le renseignement. Par réflexe, avouons-le, mais aussi par raison : parce que cette nouvelle loi est inutile, et dangereuse. Portée par l'ambiance générale, après les attentats djhadistes de ces deux dernières années, elle ne risque guère d'être refusée : selon un premier sondage Tamedia, elle recueille 55 % d'avis favorables en moyenne suisse, grâce à son succès massif auprès de l'électorat de droite. Notre opposition tient donc du témoignage, et du principe de précaution.

Lire la suite

14:25 Publié dans Sécurité, insécurité, Suisse, terrorisme, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : police, surveillance | |  Facebook | | | |

vendredi, 16 octobre 2015

Police fouineuse, le retour ?

Un référendum indispensable, à faire aboutir...   
  
La nouvelle loi fédérale sur le renseignement, qui prévoit de donner une base légale sensée encadrer l'activité, qui n'a actuellement aucune base légale, du service de renseignement de la Confédération (SRC), est donc combattue par un comité référendaire formé des Verts, de la Jeunesse socialiste (le PS, lui, est divisé, même si une majorité de ses parlementaires fédéraux a voté contre le texte), du Parti pirate, d'organisations de la "gauche de la gauche" (dont le Parti du Travail et, sauf erreur, solidaritéS) et d'organisations de défense des droits fondamentaux. Le référendum est ainsi lancé (et on vous invite à le signer...) contre un texte qui élargit considérablement les compétences du SRC, et porte en lui la menace d'un retour de la "police fouineuse" que l'"affaire des fiches" avait mise au jour, en révélant à 700'000 résidents suisses qu'ils étaient "fliqués". Il faut 50'000 signatures valables (de citoyennes et de citoyens suisses) pour que le référendum aboutisse et qu'au moins un débat soit lancé sur les limites à poser au contrôle policier de nos existences... Autant dire que l'aboutissement de ce référendum est indispensable, quoi qu'il puisse en être du résultat de la votation qu'il provoquera s'il aboutit...

Lire la suite

15:38 Publié dans Sécurité, insécurité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : police, terrorisme, service de renseignement | |  Facebook | | | |

lundi, 09 mars 2015

Loi sur la police : victoire sans vainqueur, défaite sans vaincu

Ni Austerlitz. ni Waterloo : Borodino

Ni Austerlitz ni Waterloo, Borodino : une victoire sans vainqueur, une défaite sans vaincu, un résultat tiré à pile ou face -la loi genevoise sur la police est (provisoirement) acceptée avec 42 voix d'écart, soit à 50,02 % des suffrages. C'était le genre de votation où quel que soit le vote que l'on produisait, il était insatisfaisant, et quel que soit le résultat final, pour le moins ambigu, voire malsain. Une majorité de 42 voix sur 100'000 votants tient autant de la loterie que de la décision démocratique : 43 socialistes et verts votant « non » plutôt que blanc, ou 42 èmecégistes arrivant à se traîner au local de vote, et la loi sur la police aurait été refusée -elle n'a d'ailleurs, au final, pas obtenu de majorité si l'on tient compte des bulletins blancs, qu'on ne peut considérer ni comme une abstention, ni comme un soutien à la loi. Et le résultat est encore suspendu à un probable recours en annulation, après l'irrégularité de l'information donnée aux citoyens par le Conseil d'Etat : 42 voix de différence, cela peut tenir à quelques articles de loi annulés, mais publiés tout de même dans la brochure officielle...

Lire la suite

16:40 Publié dans Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, loi sur la police | |  Facebook | | | |

jeudi, 05 mars 2015

Projet de nouvelle loi cantonale genevoise sur la police : On vote quoi, sur quoi, pourquoi ?

rhinos.jpgDimanche soir, on aura voté à Genève sur un projet de nouvelle loi sur la police, attaqué en référendum par l'extrême-droite, la gauche de la gauche et les syndicats. Et on a beaucoup hésité avant de voter (parce que de toute façon, on vote : un droit aussi précieux ne s'abandonne pas) : « Oui » comme notre parti préféré (le seul à vrai dire qui nous supporte) nous le recommande ? « blanc » parce que franchement, entre une loi obsolète et une loi contestable, on a un peu de peine à choisir ? « non » parce qu'on ne nous demande plus de voter une loi mais de plébisciter le Maudet en chef ? Doit-on calibrer notre vote au degré d'exaspération provoquée par les conneries débitées par les uns et les autres, et voter nul ? On ne vous dira pas ce qu'on a voté. D'abord, parce que vous êtes assez grand-e-s pour vous débrouiller tout seuls (la preuve, vous nous lisez). Ensuite, pour pouvoir se prévaloir dimanche d'être dans le camp des vainqueurs quel que soit le résultat du vote. Après tout, on est en campagne électorale, c'est pas le moment de se fâcher avec les quelques électeurs (et -trices) qui nous restent (et qui en ont bien du mérite).

Lire la suite

16:09 Publié dans Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : police | |  Facebook | | | |

mardi, 10 février 2015

Nouvelle loi cantonale genevoise sur la police : D'une votation à un plébiscite ?

Dans un bel exercice de cirage de pompes (cloutées), entamé par un vibrant «depuis l'arrivée de Pierre Maudet à la tête du Département de la sécurité (...) le taux de criminalité global a diminué à- Genève», « Tout l'immobilier » accorde deux pages, le 2 février, au Maudet en chef pour qu'il défende, sans contradicteur, la nouvelle loi cantonale sur la police approuvée par une majorité composite du parlement, et attaquée par deux référendums aux justifications contradictoires, l'un lancé par le MCG et l'autre lancé par «Ensemble à Gauche». Autrement dit, pour résumer : un référendum lancé par le parti de la police et un autre lancé par le parti des manifestants. On votera le 8 mars. Et nous qui étions plutôt enclins à voter « blanc », Pierre Maudet est en train de nous convaincre de voter « non », à force de réduire le vote à un plébiscite de sa personne, de sa politique et de celle de son compère du Parquet.

Lire la suite

15:56 Publié dans Genève, Politique, votations | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : police, maudet | |  Facebook | | | |

mercredi, 15 octobre 2014

Choses vues au parlement de Mahagonny

(texte paru dans "Le Courrier" d'hier)

Lire la suite

02:47 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, mcg | |  Facebook | | | |

mardi, 07 octobre 2014

Les rites de Piogre

Genève : Autocongratulation policière, défoulement antipolicier       

La manifestation (non autorisée par la police) de contestation du défilé autocongratulatoire (autorisé par le syndicat de la police) des polices genevoises, romandes, tessinoise, bernoise et françaises, a donné lieu samedi à quelques débordements. On avait soutenu cette contre-manifestation et on ne retire rien de ce soutien. On ne dira même rien de comminatoire des «débordements» unanimement déplorés à gauche -on ne va tout de même pas faire semblant d'oublier que nous pratiquions il y a quelques décennies, lorsque l'état de nos articulations et de nos poumons le permettaient, ce que les « éléments incontrôlés » d'aujourd'hui pratiquent. Quant au défilé policier, si on devait n'en retenir qu'une image ce serait celle, éminemment roborative, d'élus MCG applaudissant les détachements de la gendarmerie et de la police nationale françaises. Quant on vous dit que la République de Piogre a quelque chose d'ubuesque et de pataphysique...

Lire la suite

14:24 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : police | |  Facebook | | | |

mercredi, 01 octobre 2014

« 200ème anniversaire » de la « police genevoise » : On célèbre quoi, au juste ?

Samedi, la célèbre police genevoise célébrera (si son célèbre syndicat et le célèbre MCG l'y autorisent) son 200e anniversaire, par un grand défilé costumé du Port Noir à Neuve. Ce qui relève d'ailleurs plutôt de l'opportunisme que du travail  historique (mais on est à Genève dans le temps des 200e anniversaires, depuis l'ouverture, le 1er juin dernier, de la célébration de l'entrée de la République dans la Confédération, alors on célèbre...), puisqu'il y a une police depuis bien plus longtemps que deux siècles à Genève : le guet et les chasse-gueux de la vieille République, la gendarmerie et la police de Fouché sous le régime français... Peu importe après tout, si cela peut donner l'occasion de réfléchir sur le rôle, le statut, la fonction, les pratiques de l'appareil d'Etat que l'on célèbre. Et ça tombe bien : des libertaires invitent à une « parade festive » sur la Plaine de Plainpalais, dès 13 heures 30, non loin de la pierre du 9 novembre...    

Lire la suite

15:04 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police | |  Facebook | | | |

mardi, 31 janvier 2012

Espionnage d'Attac par Nestlé, Sécuritas (et la police) : Taupes modèles

On s'en souvient (ou on devrait) : ATTAC-Vaud avait fait l'objet en 2005, et jusqu'en 2008 d'une opération d'infiltration, commanditée par Nestlé et exécutée par nos Pinkertons nationaux, Securitas. Nestlé craignait que les investigations d'Attac sur ses pratiques nuisent à son image et à ses affaires. L'opération d'infiltration avait fonctionné, une fausse militante altermondialiste payée par Securitas avait espionné le groupe d'Attac-VD travaillant sur les multinationales, et fliqué ses membres. Le procès pénal n'ayant pas pu avoir lieu, puisqu'un brave juge lausannois avait classé l'affaire, c'est un procès civil qui s'est tenu à Lausanne la semaine dernière, à l'initiative de plusieurs militant-e-s d'Attac victime de ce que par euphémisme on qualifiera d'atteinte inadmissible à la sphère privée et à la liberté d'association (et au droit de militer légalement dans une association légale usant, elle, de moyens légaux, et du débat public).

Lire la suite

13:29 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : attac, nestlé, securitas, police | |  Facebook | | | |

mardi, 20 décembre 2011

Généralisation de la vidéosurveillance : Dis bonjour à la 1358ème caméra...

Selon un rapport du Département de la sécurité, de la police et de l'environnement, pas moins de 1358 caméras filment les Genevoises et les Genevois (et les visiteurs de Genève), dans la rue, les véhicules des TPG, les parkings, à l'aéroport, à l'hôpital, à l'école, dans les musées, la prison, l'Hôtel de police etc... -bref, un peu partout. 169 de ces caméras filment la rue. 366 caméras surveillent le domaine public dans les communes, dont 215 en Ville de Genève... et 69 pour le seul Grand Saconnex, et 33 pour Cologny. « Il est difficile de se faire une idée sur l'utilité réelle des caméras », reconnaît le président MCG de la commission judiciaire du Grand Conseil, car on manque de statistiques comparatives de la délinquance dans les lieux surveillés par caméra et dans les autres. On ne manque pas, en revanche, de propositions d'augmenter le nombre de ces machins dont on ne sait pas précisément à quoi ils servent, sinon à arrondir le chiffre d'affaire de ceux qui les vendent.

Lire la suite

14:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sécurité, insécurité, vidéosurveillance, police | |  Facebook | | | |

mardi, 07 juin 2011

Police Municipale genevoise : Osons !

Depuis des mois se tient à Genève un concours de démagogie sécuritaire, auquel diverses forces politiques, pas forcément toutes de droite ou d'extrême-droite, se livrent sans plus de retenue que de souci de la réalité. Exploitant le sentiment d'insécurité, et le renforçant dans la mesure même où elles l'exploitent, ces forces politiques réussissent à créer une sorte de mouvement perpétuel d'auto-alimentation comparable à ce que les spécialistes des troubles psychiques s'accordent à considérer comme l'un des symptômes de la paranoïa : se nourrissant d'elle-même, elle se conforte par les produits de ses propres hallucinations. S'agissant d'un discours politique, il y entre cependant une part de calcul rationnel : s'il ne s'agit nullement ne contribuer à « résoudre un problème », puisqu'il ne s'agit que d'en exploiter la perception, il s'agit toujours d'en tirer quelque profit électoral.  Sous l'exploitation et l'alimentation des peurs pointe donc la recherche d'un gain politique, mais sans d'ailleurs que ceux qui l'attendent soient prêt-e-s à en assumer les conséquences puisque dans le même temps où ils proposent l'augmentation des effectifs de la police municipale, ils refusent le budget finançant cette augmentations. Et si, face à cette gesticulation hypocrite, nous osions un franc et massif retour au Guet, aux Chasse-Gueux, au pilori, au couvre-feu et aux murailles ?

Lire la suite

15:34 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, politique, sécurité | |  Facebook | | | |

lundi, 07 mars 2011

Consensus sécuritaire à Genève ?

Gesticulations de droite, appendice de gauche

« Tous les partis misent sur l'ordre et la sécurité », titre  « La Tribune de Genève » du 5 mars, avant que de commenter les résultats de l'analyse « Smartvote » des positions des candidates et candidats au Conseil Municipal de la Ville : plus de 96 % d'entre eux plebiscitent la proposition d'augmenter les effectifs de la police municipale. On est bien contents d'être dans les moins de 4 % de réfractaires. Même si la  « Tribune » ajoute que  « tout candidat doit aborder (les thèmes de l'ordre et de la sécurité s'il eut avoir une chance d'être élu » (à supposer qu'il cherche à tout prix à l'être). Mais « aborder les thèmes de l'ordre et de la sécurité » ne préjuge en rien de la méthode de l'abordage. Celle dont use abondamment la droite municipale relève en tout cas de la pure gesticulation, quand elle exige le renforcement des effectifs, des moyens et de l'équipement de la police municipale, mais refuse de voter le budget qui permettrait ce renforcement, l'engagement de policiers supplémentaires et l'amélioration des conditions salariales et sociales des policiers déjà en fonction.

Lire la suite

13:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : politique, police, sécurité | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 novembre 2010

Espace public, police privée ?

Dans les gazettes locales est parue une belle annonce d'offre d'emploi de la Ville : le Service de la sécurité et de l'espace publics recherche des agents et agentes de police municipale, pour « veiller à la sécurité de la population par des actions de prévention sur le territoire municipal »,  « créer des liens privilégiés avec les différents acteurs des quartiers afin d'assurer un service de proximité », faire respecter  « les règlements de sécurité », la salubrité, la tranquillité et l'ordre public, ainsi que les prescriptions cantonales et fédérales sur la circulation routière. L'annonce est claire, explicite : la police municipale doit être présente  « sur le territoire municipal », et pas seulement sur le domaine public de ce territoire; elle est chargée de faire respecter la sécurité, la salubrité, la tranquillité et l'ordre public, pas de déléguer cette tâche à des entreprises privées; elle doit  « assurer un service de proximité », pas le faire assurer par des agents de sécurité privés. Cette proclamation du rôle et du champ d'action de la police municipale est bienvenue, mais sa réalité sur le terrain le serait encore plus.

Lire la suite

13:10 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : police | |  Facebook | | | |

dimanche, 25 juillet 2010

Les fiches, le retour...

De la longévité des fouines

Vous vous souvenez de l' « affaire des fiches » ? C'était il y a vingt ans. En 1989, une commission d'enquête parlementaire avait révélé que 700'000 personnes étaient fichées et espionnées en Suisse, sans base légale, par les polices fédérale et cantonales. Ce scandale avait abouti à une refonte de la loi, censée permettre un «contrôle qualité systématique » du fichage des personnes suspectes. Il s'avère aujourd'hui que ce « contrôle qualité » n'est que de la poudre aux yeux, que le ficheur en chef, Urs von Däniken, a menti comme un arracheur de fiches en annonçant des contrôles qui n'ont jamais eu lieu, que les ministres successifs en charge du problème, Christophe Blocher et Ruth Metzler, s'en sont contrefoutu, que le fichage arbitraire continue, que des données sont récoltées de manière illégale, que des données obsolètes ont été simplement transférées d'un fichier à l'autre au lieu d'être supprimées, que des personnes sont fichées au hasard, parce qu'elles connaissent quelqu'un qui connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un qui pourrait peut-être avoir été ou pouvoir être, un jour, éventuellement, dangereux pour la sécurité intérieure de notre petit paradis.
On vous invite vivement à demander à qui de droit si vous êtes fichés par les fouines fédérales (honte à vous si vous ne l'êtes pas !), et pourquoi, en utilisant la lettre type que vous pouvez télécharger
www.droitsfondamentaux.ch/index_f.shtml

Lire la suite

13:55 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, fiches, politique, isis | |  Facebook | | | |

mardi, 15 juin 2010

Opération policière à Genève : Figaro ci, Figaro là...

La police genevoise avait lancé le 19 avril une opération « Figaro » supposée permettre de débarrasser le centre-ville des petits délinquants. La cheffe de la police, Monica Bonfanti, annonçait le « déploiement massif d'effectifs policiers afin d'assurer une présence préventive visible, de réprimer les délits et incivilités et d'effectuer des contrôles préventifs » dans quatre quartiers : les Pâquis, les Eaux-Vives Rive et le secteur de la gare. Ce qui a repoussé les petits délinquants « harcelés » (en particulier les dealers) dans les quartiers circonvoisins et a quelque peu « dégarni » la présence policière dans le reste du canton. La cheffe de la police le savait parfaitement, qui annonçait : « si nous devions constater que notre action reporte le problème dans d'autres quartiers, nous changerions de tactique, quitte à déplacer nos forces ». Dès lors, autant faire semblant de ne rien avoir constaté, ce qui évite de changer de tactique et d'avouer, sinon l'échec, du moins la très relative efficacité de celle employée. C'est donc un premier bilan forcément « globalement positif » qui a été tiré de l'opération, avec une logique diminution (de 10 %, dans les zones « figarisées ») des vols et du deal, lequel s'est simplement redéployé ailleurs, non moins logiquement, puisqu'une opération de ce genre ne réduit ni le nombre, ni les besoins, des consommateurs.

Lire la suite

23:51 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : police, sécurité, insécurité | |  Facebook | | | |

mercredi, 31 mars 2010

Insécurité et gesticulations policières

Figaro ci, Figaro là...

La police genevoise a annoncé le lancement, dès le 19 avril, d'une opération « Figaro » (pourquoi « Figaro » pour nous barber ?) supposée permettre de débarrasser le centre-ville des petits délinquants La cheffe de la police, Monica Bonfanti, annonce le déploiement « massif d'effectifs policiers afin d'assurer une présence préventive visible, de réprimer les délits et incivilités et d'effectuer des contrôles préventifs » dans quatre quartiers : les Pâquis, les Eaux-Vives Rive et le secteur de la gare, tout en poursuivant, voire en renforçant, la chasse aux mendiants. Ce qui devrait surtout avoir pour effet de repousser les petits délinquants ainsi « harcelés » dans les quartiers avoisinants et de dégarnir la présence policière dans le reste du canton. « Les habitants et commerçants de Cornavin, des Pâquis, de Rive et des Eaux-Vives peuvent se réjouir », commente GHI. Ceux de la Servette, de Sécheron et de Saint-Jean (en attendant  Champel ?) n'ont qu'à bien se tenir. La cheffe de la police le sait parfaitement, qui annonce que « si nous devions constater que notre action reporte le problème dans d'autres quartiers, nous changerions de tactique, quitte à déplacer nos forces » et à pratiquer une sorte de nomadisme policier circulaire. De toute façon, en fait de « déploiement massif »,  on ne nous annonce guère que celui d'une ou deux quinzaines de policiers pour chaque opération. Ben oui, faut faire avec les effectifs qu'on a, vu qu'il faut faire avec les budgets qu'on a... Il est vrai que l'important n'est pas l'efficacité de ce genre d'opérations sur le terrain, mais le bruit médiatique qu'on fait autour. Pendant quelques semaines.

Lire la suite

18:04 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : police, insécurité, sécurité | |  Facebook | | | |

vendredi, 12 février 2010

Un député policier est-il un député comme un autre ?

Poulets en batterie parlementaire

Un projet de loi visant à rendre la fonction effective de policier incompatible avec un mandat de député au Grand Conseil a été déposé par le député socialiste Roger Deneys (qui a reçu pour le déposer l'aval du Comité directeur du parti, ce projet n'étant donc pas une proposition individuelle mais bien une proposition du PS, quoi qu'en veuillent faire croire certains socialistes). Les policiers pourraient toujours être candidats, ils pourraient toujours être élus, mais en ce cas ils devraient choisir entre leur mandat politique et leur fonction policière, quitte à être mis en disponibilité de celle-ci ou à être muté dans un autre service de l'Etat. Du coup, les libéraux ressortent du tiroir où, inconsolables de l'abolition de la plupart des incompatibilités, il l'avait remisé, le projet de les rétablir pour tous les fonctionnaires, comme s'il n'y avait aucune différence entre le rôle et le statut de policier et ceux d'instituteur ou d'infirmière. Et en oubliant soigneusement au passage d'évoquer le cas de ces députés porte-valises de milieux professionnels et économiques (les milieux immobiliers, par exemple, et au hasard) usant de leur fonction de député pour empêcher, retarder ou saboter, la mise en oeuvre de décisions contraires aux intérêts de leurs mandants...

Lire la suite

02:51 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : police, politique, incompatibilités | |  Facebook | | | |

samedi, 05 décembre 2009

Justice, police et manifs : chouette, c'est Rochat qui s'y colle !

On a trouvé à qui refiler la patate chaude

Aucun des " anciens " conseillers d'Etat n'en voulait, on l'a donc refilée à une nouvelle. Et comme les libéraux, à la remorque de l'UDC et du MCG, avaient fait campagne sur le thème de la " tolérance zéro " à l'égard des délinquants (sauf s'ils sont fils de potentats libyens), il était assez logique que ce soit la libérale qui s'y colle : la police genevoise a une nouvelle ministre, la cheffe de la police une nouvelle cheffe et Zavatta une nouvelle autorité politique en face de lui.Tout cela, au passage, nous arrange : de nous en prendre régulièrement au camarade Moutinot, on commençait à fatiguer. On va donc voir ce qu'on va voir. C'est-à-dire vraisemblablement pas grand chose, puisqu'une fois dissipées les fumerolles des déclamations électorales, la triste et lourde réalité va tristement et lourdement s'imposer : celle d'une ville qui ne peut plus redevenir le village qu'elle était il y a 2000 ans, d'une ville frontière qui ne peut ni déplacer ni fermer sa frontière, d'une ville contemporaine qui ne peut être ni épurée ni purgée de ce qui la démange (mendiants, dealers, cambrioleurs, petits délinquants), et d'une République qui pourra couvrir son territoire de nouvelles prisons sans que jamais l'ombre d'une solution au problème de la surpopulation carcérale n'émerge de cette frénésie geolière. Mais ça tombe bien : la nouvelle ministre de la justice, de la police et des prisons était jusqu'à présent maire de la future cité carcérale de Genève : Thônex.

Lire la suite

00:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, police, manifestations, rochat | |  Facebook | | | |

jeudi, 12 novembre 2009

Scènes de chasse aux Pâquis

Quand un échevin radical et un prévôt communiste donnent une leçon de défense du service public à un ministre socialiste

Après que le Conseil d'Etat, collectivement, et le Conseiller d'Etat Laurent Moutinot, personnellement, aient accepté la demande de commerçants des Pâquis de mandater des des vigiles privés pour " patrouiller " aux Pâquis, faute de présence policière (cantonale ou municipale) suffisante, le Conseiller administratif radical Pierre Maudet, en charge de la police municipale genevoise, a dénoncé une " capitulation de l'Etat ". Position également exprimée par son homologue lausannois, mais popiste celui-là, Marc Vuilleumier. Pour Maudet, la décision cantonale d'autoriser des vigiles à faire semblant de faire le boulot du Guet " s'apparente à un abandon du terrain et à une capitulation de l'Etat ", donne le signe " que la sécurité sur le domaine public peut s'acheter sur le marché ", et qu'on doit " monnayer sa sécurité ". Le discours de Maudet est un discours de gauche -et c'est d'ailleurs le même que tient Vuilleumier " la sécurité s'inscrit dans une optique de service public ". Les seuls qui pourraient trouver dans ce débat tout le comique, sans doute involontaire, qu'il recèle sont les 200 ou 300 emmerdeurs qui zonent du côté des rues de Fribourg et de Neuchâtel, et que les " patrouilles " des vigiles privés repousseront peut-être d'une, deux ou trois rues pendant une semaine..

Lire la suite

01:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : police, pâquis | |  Facebook | | | |