vendredi, 05 octobre 2018

Quand le gouvernement genevois oublie la traversée routière du lac...

rafiot.jpgLaissons couler le rafiot

Le Conseil consultatif pour la traversée du lac a comme un doute sur l'utilité de son travail : ce projet n'a été évoqué par le gouvernement genevois ni lors de son investiture, ni lors de la présentation de sa "stratégie de mobilité", fin septembre. "Sans volonté politique, faudra-t-il poursuivre nos travaux après notre prochain rapport ?", s'interroge le président du Conseil consultatif, Raymond Loretan. Nous, bien sûr, on répondrait "Non, laissez tomber, ce machin n'est ni utile (il est même nuisible), ni finançable. Le porte-parole du Conseiller d'Etat Dal Busco, chargé de ce dossier plombé, se contente de dire que si cet ouvrage reste prioritaire, il n'est prévu que dans plus de vingt ans, ce qui nuance considérablement son caractère très hypothétiquement "prioritaire", d'autant qu'avant lui, d'autres ouvrages sont plus "prioritairement prioritaires" (et même, eux, en voie de réalisation), comme le "Léman Express" -dont la mise en service réduira plus encore, si c'est possible, la pertinence du projet de faire traverser le Petit Lac par une semi-autoroute, quand Annemasse sera à vingt minutes de Cornavin par le train... Il y a des rafiots qu'il faut laisser couler.

Lire la suite

17:36 Publié dans Genève, Politique, Transports | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : traversée du lac, mobilité douce, pistes cyclables | |  Facebook | | | |