pentecôte

  • Retour sur la Pentecôte : Férie irreligieuse

    Imprimer

    « Et quand ce vint au jour de la Cinquantième, qu'ils étaient tous ensemble en un même lieu, il se fit soudainement un son du ciel, comme s'il eût couru un roide vent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis, et virent comme des langues de feu qui se départaient, lequel feu se posa sur chacun d'entre eux, dont ils furent tous remplis du Saint Esprit, et commencèrent à parler diverses langues, selon que l'Esprit leur en faisant la grâce » (Actes 2:1-4, traduction Castellion). Sortant de Pentecôte sans avoir reçu cette grâce, les langues de feu ayant été dissipées par le mistral et aucune autre langue que la nôtre (sinon la langue de bois dont nous usons parfois lorsque nos basses fonctions nous y contraignent) ne nous ayant été donnée, nous nous demandons ce que cette fête chrétienne, et toutes les scansions religieuses de nos calendriers, peuvent bien encore signifier pour nous et toutes celles et tous ceux qui ne les prennent que comme une occasion bienvenue de se « débrancher » quelque peu...

    Lire la suite