lundi, 06 février 2017

Offensive générale contre l'aide sociale : Naissance du Quart Etat

pauvreté,aide sociale

Si méprisante qu'elle soit à l'égard de celles et ceux qu'elle vise et contraint, et si absurde qu'elle soit du trivial point de vue de l'efficacité, la volonté de la droite municipale genevoise de transformer une allocation sociale (celle de rentrée scolaire) en aumône accordée en bons a quelque chose d'exemplaire de la dégradation continue des politiques et des pratiques d'aide sociale, à Genève et en Suisse, depuis plus de dix ans. 13 % de la population genevoise reçoit une aide sociale,mais un tiers de celles et ceux qui pourraient en bénéficier ne la sollicitent pas. Ce taux de 13 % est stable, alors que la population augmente, ce qui signifie que le nombre de personnes vivant dans la précarité augmente et que, comme le Conseil d'Etat lui-même le reconnaît, une part de plus en plus importante de la population genevoise est menacée de pauvreté : le nombre de chômeurs en fin de droit s'accroît, celui des emplois mal rémunérés aussi (5,5 % des travailleuses et des travailleurs sont des "travailleurs pauvres" dont le salaire ne suffit pas à couvrir les besoins). L'Hospice traitait 13'000 dossiers d'aide sociale en 2015, et en 2016, ce record a été battu, le nombre de personnes bénéficiant du Vestiaire Social a doublé entre 2014 et 2015, le nombre de repas gratuits offerts par les colis du coeur est passé entre 2015 et 2016 de 80'000 à plus de 100'000... Et c'est ainsi, du Tiers Etat, naît un Quart Etat. Sans qu'un Sieyès ne s'avise de rappeler que n'étant rien, il rêve tout de même d'être quelque chose.

Lire la suite

15:22 Publié dans Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauvreté, aide sociale | |  Facebook | | | |

mardi, 17 janvier 2017

La monnaie de singe de la droite genevoise

Carte de pauvre.jpg

Y'a bons


A Genève, l'Hospice Général a traité l'an dernier un nombre record de dossiers d'aide financière (ils étaient déjà 13'000 en 2015) et 13 % de la population  bénéfice d'une aide sociale (cette proportion étant stable dans une population en augmentation, cela signifie que plus de gens vivent dans la précarité) mais selon Caritas, un tiers des personnes ayant droit à une aide sociale ne la demandent pas. Cette pauvreté se concentre dans les villes, et particulièrement dans la Ville. Sur les 71 secteurs du canton de Genève qui présentent des signes importants de précarité, et donc de risques de pauvreté, 44 sont situés en Ville de Genève : ils sont tous caractérisés par un revenu annuel median faible, une proportion importante d'enfants scolarisés d'origine sociale modeste, une forte concentration de bas revenus et de chômeurs et un pourcentage élevé de bénéficiaires de subsides sociaux -du genre de celui que la droite municipale genevoise propose de verser désormais sous forme de bons, c'est-à-dire en monnaie de singe. Le président de Caritas, Dominique Froidevaux, constate qu'en Suisse, "mesurer la pauvreté n'a jamais été une priorité politique". En revanche, pour la droite municipale, dissuader les pauvres de faire valoir leurs droits en est une.

Lire la suite

15:03 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauvreté | |  Facebook | | | |

jeudi, 19 février 2015

Etre pauvre en Suisse : La galère à 986 francs par mois

Le nombre de « bénéficiaires » de l'aide sociale est en augmentation en Suisse -et les jeunes de moins de 25 ans en forment le plus grand groupe d'âge. La droite de la droite (l'UDC, donc) a trouvé le coupable de cette augmentation : la Conférence suisse des institutions d'aide sociale (CSIAS). Le « forfait de base » d'aide sociale, fixé par la CSIAS, est actuellement de 986 francs pour une personne seule, et c'est trop pour l'UDC, Qui trouve aussi que la CSIAS a trop de poids, puisque c'est elle qui détermine (jusqu'à fin 2015, après ce sera de la compétence de la Conférence des directeurs cantonaux des aides sociales) ce forfait. L'UDC voudrait donc en revenir à un système où chaque commune déterminerait elle-même, au plus bas niveau possible, ce niveau de l'aide sociale, devenue une aumône. But de l'exercice : réduire ces aides de 40 %. Or elles sont déjà insuffisantes à assurer une existence digne, alors que les coûts de l'aide sociale ne représentaient en Suisse, en 2012 qu'un cinquantième des dépenses totales du système de « sécurité sociale ». Cela aussi, c'est encore trop. D'ailleurs, toute dépense sociale n'est-elle pas trop pour l'UDC ?        

Lire la suite

17:21 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauvreté, aide sociale, assistance | |  Facebook | | | |

mercredi, 21 janvier 2015

Prestations sociales municipales : Egalisons par le haut, pas par le bas !

Politique sociale, aide sociale, pauvretéLors du récent débat budgétaire municipal, nous avons entendu des bancs de la droite une dénonciation de l'« inégalité » qu'introduirait, entre les habitants du canton, le fait que la Ville de Genève accorde aux siens des prestations que la plupart des autres communes n'accordent pas aux leurs (allocation de rentrée scolaire, aide sociale complémentaire aux allocations complémentaires cantonales, par exemple). Nous n'avons en revanche pas entendu formuler la proposition de contribuer si peu que ce soit à ce que ces prestations soient introduites dans les communes qui ne les accordent pas, mais seulement le dur désir d'en priver les habitants de la Ville. La Ville de Genève ne peut certes (et hélas) imposer à d'autres communes une élévation de leurs prestations sociales au niveau de celles de la Ville, mais puisqu'une majorité du Conseil municipal trouve cette inégalité inacceptable, et que nous espérons qu'une majorité considère que ce scandale ne réside pas dans le fait que les habitants de la Ville bénéficient d'un droit mais dans le fait que les habitants des autres communes n'en bénéficient pas, nous proposons que s'instaure une égalité des droits sociaux non par le bas, mais par le haut.        

Lire la suite

16:15 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique sociale, aide sociale, pauvreté | |  Facebook | | | |

vendredi, 05 septembre 2014

François Hollande n'aime pas les pauvres. Et quelque chose nous dit que c'est réciproque.

pauvretéMais qui donc aime les pauvres ?

«  En réalité, le président n'aime pas les pauvres », confie, réglant ses comptes, une ex de François Hollande, Président élu en proclamant qu'il allait prendre aux riches pour donner aux pauvres. Et qui n'en a rien fait.  Mais qui aime les pauvres ? Quelques chrétiens du genre franciscain, les anars, bien sûr, mais sinon ? Même les pauvres n'aiment pas les pauvres. Les riches, eux, s'aiment. Et la droite aime les riches. Et la gauche aime la classe moyenne. Parce qu'elle en est. Ou veut en être -sans d'ailleurs être foutue de la définir, ce que personne n'arrive à faire sauf par défaut : la classe moyenne, c'est l'ensemble des gens qui ne sont ni pauvres ni riches. Et qui ont peur de devenir pauvres. Et qui rêvent de devenir riches. Mais ce n'est pas d'« aimer les pauvres » dont il s'agit -c'est  seulement de ne pas les mépriser. Ni les utiliser.

Lire la suite

15:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pauvreté | |  Facebook | | | |

mardi, 17 avril 2012

Revenu de base : Soyez réalistes. Comme en 1918...

L'idée d'un revenu de base, est irréaliste, s'entend-on déjà dire, alors que l'initiative le proposant vient d'être lancée et qu'on peut désormais la signer. Et c'est vrai, elle est irréaliste, cette idée. Aussi irréaliste que celles lancées en 1918, dans le cahier de revendications de la Grève Générale, d'une assurance-vieillesse ou du droit de vote et d'éligibilité des femmes. Aussi irréaliste. Mais pas plus. D'ailleurs, même dans le terne avant-projet de nouvelle constitution genevoise, au titre des Droits fondamentaux, à l'article 40, on reconnaît le « droit à un niveau de vie suffisant » et à la « couverture des besoins vitaux »...

Lire la suite

15:05 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : initiative, politique, revenu de base, avs, pauvreté, travail | |  Facebook | | | |

lundi, 12 décembre 2011

Pétition pour l'abrogation de la loi sur la mendicité : En finir avec la criminalisation de la misère !

À Genève, depuis le 2008, la mendicité est interdite et traitée en infraction pénale, après que le Grand Conseil ait édicté une loi permettant à la police d'amender les mendiants. Les amender de quoi ? de solliciter la générosité d'autrui...Une société se disant respectueuse des droits fondamentaux (ne serait-que celui à la dignité, protégée par l'article 7 de la Constitution fédérale) punit donc une personne uniquement parce qu'elle est pauvre et demande l'aumône. De plus, les amendes infligées aux mendiants étant convertibles en peines de prison, ils peuvent être mis en détention pour avoir osé tendre la main ! Et chaque jour (ou plutôt chaque nuit) qu'ils passent en prison coûte un demi-millier de francs à la collectivité qui les encriste pour quelques francs mendiés... Une pétition est lancée pour en finir avec cette imbécilité : Signez-la ! www.petitions24.net/petition_au_grand_conseil

Lire la suite

13:08 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mendicité, pauvreté, roms, rroms | |  Facebook | | | |

lundi, 05 décembre 2011

Une étude sur les inégalités à Genève : Les pauvres d'une ville riche

Le premier rapport du Centre d'analyse territoriale des inégalités (CATI) de l'Université de Genève semble enfoncer des portes ouvertes : la Ville de Genève, mais surtout les grandes communes de la couronne urbaine, abritent la plus forte population socialement et matériellement précarisée. Les « poches de précarité« » sont repérées, à partir de six indicateurs (le revenu, le chômage, les subsides sociaux, les écoliers d'origine modeste...) à Vernier, Onex, Chêne-Bourg, Carouge, Meyrin, Versoix, Lancy, Thônex, au Grand Saconnex et en Ville de Genève, mais avec une grande différence : certaines de ces communes sont beaucoup profondément et gravement touchées, parce que la mixité sociale y est bien moins assurée, que la Ville de Genève. L'étude du CATI fournit un état de situation, à un moment donné, sur un espace donné. Elle ne fournit pas de réponses à cette situation : cela, c'est le rôle des politiques. Et leur tâche, petit rappel utile en temps d'affres budgétaires, c'est de s'en donner les moyens.

Lire la suite

13:38 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pauvreté, inégalités, exclusion | |  Facebook | | | |

mercredi, 08 septembre 2010

Le Jeûne, quoi d'autre ?

Manifestation* ce soir (mercredi) 18 heures, place du Molard

* Venez avec vos vêtures les plus distinguées...


Les jeunes socialistes organisent une vraie-fausse manifestation de droite*, ce soir à 18 heures au Molard sous le slogan de bon aloi  :  « Marre des pauvres ! Sauvons les riches ! ». Dans une ville gouvernée par la canaille de gauche, envahie par la plèbe et menacée par la racaille voisine, il est effet temps de lever bien haut le parapluie de la révolte, avant que l'abominable Salerno ait municipalisé les banques, que l'ignoble Pagani ait séquestré les Mercedes pour en faire des tire-fesses à cyclistes et que l'infernal Kanaan, revenu de son stage de formation en Chine post-communiste, ait transformé le Grand Théâtre en foyer pour Rroms et le Stade de la Praille en aire d'accueil des gens du voyage. A la veille du Jeûne Genevois, réapprenons-en les vertus aux pauvres, avec l'aide des TPG, des partis de droite et des caisses-maladie, les premiers augmentant leurs tarifs, les seconds diminuant les prestations chômage et les troisième augmentant leurs cotisations. Et qu'on ne nous dise pas que nous sommes sans compassion : les Services Industriels baissent leurs tarifs d'électricité ? Les pauvres ne pouvant plus se payer le bus, ni l'assurance-maladie, et ne touchant plus le chômage, pourront rester plus longtemps à la niche, chez eux, à regarder « La ferme des célébrités » à la télé.

Lire la suite

04:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : genève, pauvreté | |  Facebook | | | |

lundi, 24 mai 2010

Fonds de tiroirs (2)

Les intégristes catholiques d'Ecône portent plainte contre le dessinateur Mix & Remix et contre la télévision romande, pour des caricatures illustrant, mais seulement sur le site internet de la télé, et qui en ont d'ailleurs été retirées,  une émission («Infrarouge») consacrée aux prêtres pédophiles et au célibat des prêtres. Pour les Ecônards, ces caricatures porteraient atteinte à la liberté de croyance et relèveraient de la discrimination religieuse  On ne voit pas en quoi, mais surtout, on est surpris de voir invoquer par des intégristes une liberté de croyance à laquelle ils dénient, explicitement et officiellement, toute légitimité, en affirmant qu'une seule croyance est acceptable, parce qu'elle est LA vérité révélée : la leur. On est tout aussi surpris de voir dénoncer par les mêmes écônards une discrimination religieuse à laquelle ils ont eux-mêmes appelé en soutenant l'interdiction des minarets. Quant à leur troisième accusation (« publication de matériel pornographique impliquant des actes d'ordre sexuel avec des enfants »), on leur conseillera de relire la Bible (même la vulgate), en attendant qu'ils exigent l'interdiction de la diffusion de cet ouvrage scandaleux où le sadisme le dispute au masochisme, le racisme au sexisme et la violence  à la pornographie. Non mais...

La vente de produits électroniques dans des pays comme la Chine et l'Inde, mais aussi en Afrique ou en Amérique latine, devrait exploser dans les dix prochaines années, ce qui pourrait avoir de graves conséquences environnementales, a annoncé fin février le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) dans un rapport d'experts. La Chine est devenue le deuxième producteur de déchets électroniques au monde, derrière les Etats-Unis, avec 2,3 millions de tonnes par an et des procédures d'incinération inadéquates qui entraînent une pollution toxique importante. L'Inde, le Brésil, le Mexique et d'autres pays risquent également d'être confrontés à de graves conséquences environnementales et sanitaires  « si le recyclage est laissé aux aléas du secteur informel », ajoute le rapport. En Afrique du Sud et en Chine, le rapport prévoit une augmentation des déchets d'ordinateurs de 200 à 400% d'ici à 2020. En Inde, cette augmentation devrait atteindre 500%. La téléphonie mobile devrait quant à elle produire sept fois plus de déchets en 2020 qu'en 2007 en Chine, dix-huit fois plus en Inde.  En outre, la proportion de déchets de téléviseurs devrait doubler dans ces deux pays et celle des réfrigérateurs pourrait tripler en Inde. Décidément, les pauvres, ça fait des cochonneries.

2010 a été proclamée  « année européenne contre la pauvreté ». CONTRE la pauvreté, pas DE la pauvreté. Parce que des années de la pauvreté, on en a en gros une centaine par siècle. En Suisse, le Conseil fédéral a publié au début du mois un rapport sur ses «stratégies de lutte» contre la pauvreté -mais ce rapport fait l'impasse sur l'une des caractéristiques de la pauvreté ici et maintenant : des dizaines de milliers de personnes travaillant à plein temps touchent un salaire si bas qu'elles se retrouvent, ou restent, sous le seuil de pauvreté matérielle (puisque ce n'est que de celle-là dont il est -à tort- question), et qu'elles doivent avoir recours pour survivre socialement à l'aide publique, ce qui transforme objectivement celle-ci en subventionnement des employeurs versant les bas salaires, puisque les caisses publiques sont appelées à combler la différence entre les salaires versés et les revenus nécessaire. Aveugle sur cette réalité, le Conseil fédéral est en outre hypocrite sur ce qui nous tient lieu en Suisse de sécurité sociale : il appelle à son «optimisation», mais passe son temps à proposer de le réduire en rabotant les droits aux prestations des assurances maladie, chômage, invalidité, vieillesse.... 2010, année européenne contre la pauvreté, ou année suisse contre les pauvres ?

13:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ecône, déchets, pauvreté | |  Facebook | | | |

mardi, 05 janvier 2010

L'extinction (à moitié) du paupérisme

Pour une décennie de lutte contre la pauvreté ?

Entre 700'000 et 900'000 personnes vivent en Suisse dans une situation de pauvreté, qui leur donne ou leur donnerait droit à l'aide sociale. Caritas a lancé à Noël une campagne, formulée dans une déclaration soutenue par une quarantaine d'organisations caritatives (et par l'église catholique) pour une « décennie de lutte contre la pauvreté », avec pour objectif la réduction de moitié du nombre de pauvres dans notre pays.  L' « extinction du paupérisme » est un bel objectif, même en se contentant de ne l'atteindre qu'à moitié. C'était d'ailleurs celui que se donnait Louis-Napoléon Bonaparte, avant de (mal) finir en Prince-président, puis Empereur. Victor Hugo : « M. Louis Bonaparte se laisse volontiers entrevoir socialiste. Il sent qu'il y a là pour lui une sorte de champ vague, exploitable à l'ambition. (...) Quand il publia, étant à Ham, son livre sur l' Extinction du paupérisme, livre en apparence ayant pour but unique et exclusif de sonder la plaie des misères du peuple et d'indiquer les moyens de la guérir, il envoya l'ouvrage à l'un de ses amis avec ce billet qui a passé sous nos yeux : "Lisez ce travail sur le paupérisme, et dites-moi si vous pensez qu'il soit de nature à me faire du bien". » Caritas, et les organisations qui appellent à une « décennie de lutte contre la pauvreté », ne sont pas suspectes de tels calculs. Il est vrai qu'en 2010 le socialisme n'apparaît plus guère comme « une sorte de champ vague, exploitable à l'ambition », et que « l'extinction du paupérisme » lui importe désormais moins que la défense de la capacité de consommation des classes moyennes.

Lire la suite

01:04 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : caritas, pauvreté | |  Facebook | | | |