lundi, 17 juin 2013

Pérou : Eldorado des uns, calvaire des autres...

L'or contre la vie

Depuis une dizaine d'années, le Pérou base sa politique économique sur l'exportation des matières premières. Non plus le bon vieux guano des aventures de Tintin, mais, entre autres, sur le cuivre et l'or. Economiquement, ça fait du bien à la balance du commerce extérieure et au PNB. Socialement et écologiquement, c'est une calamité. Il y a un an, à Espinar, trois paysans avaient été tués, et des dizaines d'autres blessés et/ou arrêtés dans la répression d'une manifestation contre la pollution générée par une mine de suivre exploitée par le groupe Xstrata. Aujourd'hui, c'est dans la province septentrionale de Cajamarca qu'un conflit a éclaté entre la population et le gouvernement allié aux multinationales (en l'ocurrence, l'étasunienne Newmont Mining), au sujet de l'extension des mines d'or. C'est loin, le Pérou. Mais où croyez-vous que l'or que l'on y extrait est raffiné et négocié ? Gagné : chez nous ! C'est vrai, quoi, on allait tout de même pas se contenter de blanchir l'argent sale, il fallait bien aussi pouvoir blanchir l'or pas propre...

Lire la suite

14:55 Publié dans Développement durable, Droits de l'Homme, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pérou, or, mines, cajamarca, newmont mining, solifonds | |  Facebook | | | |

jeudi, 23 septembre 2010

Perou : syndicats et mouvements populaires contre une multinationale suisse

Glencore à corps

Du nord au sud du Pérou s'étend une  « ceinture minière » où des entreprises étrangères ayant acquis, la corruption aidant, de vastes concessions d'extraction, rasent des montagnes et truffent le sous-sol de galerie d'où elles sortent de l'or, du zinc, du cuivre, de l'étain, de l'argent, du fer, du plomb -tous métaux dont elles font commerce, accumulant les profits pendant qu'autour de leurs mines la pauvreté sévit : dans les neuf provinces mises en coupe réglée par les multinationales, elle atteint entre 50 et 60 % de la population. La richesse tirée des métaux extraits du Pérou est exportée -la pauvreté, elle, reste sur place. D'entre les multinationale à qui le gouvernement péruvien a bradé les richesses du Pérou, et qui recourent à la calomnie, à la violence et aux licenciements collectifs comme à des pratiques habituelles, une multinationale suisse, Glencore, et une société dont elle est la principale actionnaire, Xstrata. Glencore, conglomérat d'entreprises présentes dans le monde entier, est basée à Zoug (certainement pour la joliesse du lac). Son chiffre d'affaire a dépassé les 106 milliards (on a bien dit  « milliards »...) de dollars en 2009, pour un bénéfice de plus de 2,7 milliards. En face, les mouvements sociaux locaux tentent de s'organiser. Ils ont besoin de notre soutien :
Solifonds      www.solifonds.ch Compte de chèques 80-7761-7

Lire la suite

13:29 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : suisse, perou, glencore | |  Facebook | | | |

mardi, 05 mai 2009

Faire payer la crise par les plus pauvres

Pérou : les mineurs refusent de payer les déficits d'une multinationale suisse Faire payer la crise par les plus pauvres Le 24 novembre dernier, la compagnie minière péruvienne Perubar, qui appartient à la multinationale suisse Glencore, décidait de cesser ses activités à Chicla, dans les Andes, de licencier tous les mineurs qu'elle employait et de cesser de payer ses impôts à la commune. Motif, ou plutôt prétexte (la décision Perubar de cesser toute activité à Chicla coïncidait curieusement avec l'annonce de la création d'un syndicat national des mineurs, à l'initiative, précisément, des mineurs de Chicla) : avec la chute des prix des matières premières, l'extraction du zinc est devenue déficitaire, et la compagnie péruvienne, ni la multinationale suisse, ne veulent supporter ce déficit, fût-il temporaire. Ce sont donc aux mineurs de trinquer. A Genève, comme dans toute l'Europe, le 16 janvier prochain, des manifestations sont organisées sous le slogan "Nous ne payerons pas leur crise". Au Pérou, les travailleurs se mobilisent sous le même slogan. Et ils ont besoin de notre soutien. Le SOLIFONDS entend le leur apporter : soutenez son appel, en faveur de la Central Nacional de la Mujer Minera (CNMM, Centrale nationale des femmes de mineurs, affiliée à la Confédération unitaire du travail CUT). Soutenez la Central Nacional de la Mujer Minera (CNMM) SOLIFONDS, Quellenstrasse 25, 8031 Zurich, , Compte postal 80-7761-7 Glencore du délit Economiquement ravagé par une politique ultralibérale, engagée sous la présidence burlesque d'Alberto Fujimori mais poursuivie par ses successeurs, le Pérou a vu ses ressources économiques littéralement pillées après la privatisation des mines et le vente de licences à des multinationales, qu'on a attirées en démantelant les législations sur la protection de l'environnement et les rapports de travail. Résultat : 500 millions de dollars de dégâts environnementaux, et une précarisation massive du travail (les deux tiers des mineurs n'ont pas de contrat fixe de travail et sone engagés par des sociétés de travail temporaire). Cerise sur le gâteau : la sous-enchère fiscale. Les compagnies minières ne paient qu'un impôt de 3,8 % sur le bénéfice, alors que les salariés doivent s'acquitter de 12 % de leur revenu. C'est loin, le Perou ? Pas tant que cela, économiquement : la Suisse est le sixième importateur de ressources minières péruviennes, et la multinationale suisse Glencore est notamment propriétaire de la PERUBAR, qui lui vend sa production à des prix préférentiels pour devenir "déficitaire sur le papier" (alors qu'elle tranfère ses bénérfices à sa holding), puis ferme ses mines, licencie tous les mineurs et décide de ne plus payer ses impôts. Dans les mines qu'elle possède au Pérou (mais également en Colombie), Glencore fait des licenciements abusifs une pratique constante, et de la répression antisyndicale une règle. Glencore, c'est dans le monde une flotter de cent porte-conteneurs, cinquante entrepôts de pétrole, huit milliards de participations dans des sociétés minières ou de matières premières. La multinationale, fondée en 1974 par Marc Rich, a réalisé en 2007 un chiffre d'affaire de plus de 115 milliards de francs, et un bénéfice de plus de cinq milliards. Sur le dos de qui ? La solidarité avec les mineurs péruviens, à laquelle nous appelle le Solifonds, est une solidarité avec les victimes des décisions d'une multinationale d'origine suisse, dont le siège est en Suisse, et dont les bénéfices raflés dans le monde entier affluent en Suisse. Le 16 mai, nous défilerons à Genève sous le slogan "Nous ne paierons pas leur crise"... les mineurs péruviens doivent-ils la payer pour nous ?

02:58 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : monde, pérou, glencore, solifonds | |  Facebook | | | |