opéra

  • Genève : l'Opéra en débat

    Imprimer

    GTGnuit.jpgOn tourne en rond...

    On dit que le temps s'accélère, au gré des progrès technologiques. On a pourtant eu l'impression, à suivre et participer aux débats sur le Grand Théâtre au Conseil municipal de Genève, que le temps a quelque chose d'immobile, de révolutionnaire au sens astronomique du terme : en clair, on tourne en rond, on refait, ou on poursuit, un débat entamé depuis au moins vingt ans, et qui porte sur les conséquence de choix politiques initiaux dont nous héritons, mais que nous n'avons jusqu'à présent jamais contestés et que nous nous contraignons nous-mêmes à assumer, sauf à faire d'autres choix les révoquant. Nous héritons donc du choix de Genève de se doter d'un opéra, d'un opéra public, municipal, payé par la Ville mais géré par une fondation autonome. A qui, hier soir, le Conseil municipal a accordé deux subvention, une extraordinaire de 1,9 millions pour combler le déficit de la saison passée, et une ordinaire de 10,8 millions, qui doit être confirmée lors du vote du budget de la Ville, de pour assurer le budget de la saison présente.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève, Politique 4 commentaires
  • Un Grand Théâtre de Genève tout nouveau, tout beau : Qu'en faire ?

    Imprimer

    GTG Foyer.jpg

    L'Opéra genevois nouveau est arrivé. Le Grand Théâtre rénové à ouvert ses portes, l'Opéra des Nations qui le remplaçait a fermé les siennes (et a migré en Chine). La renaissance du "vaisseau amiral de la culture genevoise" (qui ne va pas tarder à être escorté par la Nouvelle Comédie et la Cité de la Musique) n'a pas été saluée par un excès de flonflons et de discours officiels (d'aucuns et d'aucune, comme Sylvie Bonier dans "Le Temps", s'en sont émus : "le public s'est installé à sa place comme si la dernière représentation datait d'hier"), mais les media en ont plus que largement rendu compte et les visiteurs de la journée "portes ouvertes" ont été "éblouis" par un opéra rajeuni aux décors lumineux : c'était, nous dit-on, le "chantier du siècle" (enfoncés, le CEVA et le "Léman Express" ?) -un chantier de 65 millions de francs (suppléments et incidents non compris). Et puis, le Grand Théâtre n'a pas seulement changé de parure : il a aussi changé de directeur : Tobias Richter, à la tête de l'opéra genevois depuis dix ans, laissera son poste à Aviel Kahn, qui présentera sa première saison en mai. Il est tout nouveau, tout beau, l'Opéra de Genève. Ne lui reste plus qu'à mériter cette parure par sa ramure.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 1 commentaire
  • Grand Théâtre : De l'« autonomie » comme camouflage

    Imprimer

    La droite traditionnelle de la Ville de Genève (libéraux, radicaux, démo-chrétiens) a trouvé une porte ouverte à enfoncer : le statut du Grand Théâtre. Qu'elle fait mine de vouloir réformer, dans une motion déposée au Conseil Municipal alors que la Fondation du Grand Théâtre doit elle-même rendre un rapport, élaboré par l'ancien Conseiller d'Etat Guy Olivier Segond, sur les trois termes de l'alternative qui s'offre à la Ville : un statu quo amélioré (le GTG reste une Fondation de droit public), l'« autonomisation » (réclamée par la droite), et la gestion directe (l'opéra devient une institution municipale comme les grands musées), dont on ne cachera pas plus longtemps qu'elle a notre préférence, d'autant que dès l'année prochaine, la quasi totalité du personnel « non artistique » du GTG fera partie de la fonction publique municipale. Du Grand Théâtre,  il s'agit de partager la charge financière, non de la camoufler derrière une « autonomie » factice.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 3 commentaires
  • Grand Théâtre : Sortie ratée

    Imprimer

    Quatre cadres du Grand Théâtre, dont le contrat a été résilié par la Fondation du GTG, contestent cette résiliation et demandent ensemble plus d'un million de francs (un an de salaire pour chacun) à la Fondation, au motif ou au prétexte que la lettre de résiliation n'aurait pas été signée par la bonne personne. De son côté, le Directeur général sortant, dont le contrat a également été résilié (mais par le Conseil administratif sur préavis du Conseil de fondation) en demande à peu près autant à la Ville (soit l'équivalent de trois ans d'un salaire plus élevé que celui d'un Conseiller administratif). On précisera utilement que la responsabilité de Patrice Mugny n'est nullement engagée dans cet épisode (elle ne l'était d'ailleurs guère dans la crise elle-même dont ce piètre règlement de compte est l'épilogue) : toutes les porcelaines cassées dans le magasin culturel genevois ne sont pas à mettre au compte du même éléphant vert. Le Grand Théâtre change de direction, mais la direction sortante rate toute seule sa sortie.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 0 commentaire