vendredi, 19 mai 2017

Transition énergétique, énergie nucléaire, énergies renouvelables : Dimanche, on sort du fossile. Ou pas.

hommes-des-cavernes.jpgLa France a désormais son ministre de la "transition écologique", dimanche la Suisse aura, si le peuple en décide ainsi, sa loi de "transition énergétique". De transition de quoi à quoi ? pour résumer : des énergies fossiles aux énergies renouvelables. L'année dernière, le peuple avait refusé une sortie rapide du nucléaire. Cette année, on lui en propose une plus lente -mais l'objectif reste d'en sortir, et de réduire le plus massivement possible la part prise par les sources fossiles (le charbon, le pétrole, et donc l'uranium) dans la production d'énergie, en augmentant la part des sources renouvelables (solaire, éolien, hydrique). "Et si c'était non à la transition énergétique ?", s'interrogeait la "Tribune de Genève"... à la proposition soumise au peuple, il y a deux alternatives : le statu quo et la fuite en avant... relancer le nucléaire et gonfler les importations de courant étranger, l'un n'excluant d'ailleurs pas l'autre. Dimanche, on saura donc quel choix aura fait le Souverain helvétique. Au fait, vous l'avez envoyé, votre bulletin de vote ? Parce que sinon, c'est avant midi au local de vote que vous pourrez exercer votre droit d'aider la Suisse à sortir de l'âge du fossile.

Lire la suite

18:54 Publié dans Energie, Environnement, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nucléaire | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 mars 2011

L'effet Fukushima : 87 % d'antinucléaires en Suisse, vraiment ?

L'effet Fukushima : 87 % d'antinucléaires en Suisse, vraiment ?

Selon un sondage Isopublic publié dimanche dernier, 87 % des Suisse-sses réclameraient l'abandon de l'énergie nucléaire, 77 % à long terme et 10 % tout de suite, 74 % seraient opposés à la construction de nouvelles centrales nucléaires, 62 % demandent l'arrêt immédiat des centrales de Mühleberg et Beznau et 86 % souhaitent que la Confédération soutienne davantage les énergies renouvelables. Faut-il en déduire que les Suisses sont devenus anti-nucléaires ? Non. Car l'« effet Fukushima » a joué, et le petit nuage échappé de la centrale japonaise a irradié l'opinion publique. On verra ce qu'il en restera, de cette peur, lorsqu'il s'agira de prendre réellement des décisions qui coûtent (le soutien aux énergies renouvelables) ou qui pèsent (la réduction de la consommation d'électricité, par exemple). En attendant, ou plutôt sans attendre, la Maire de Genève, Sandrine Salerno, a lancé un appel aux villes de Suisse pour les inciter à agir afin de pousser le pays vers la sortie du nucléaire. Et là aussi, on va bien pouvoir vérifier ce que valent les plus récentes adhésions enregistrées au « principe de précaution »

Lire la suite

13:13 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : suisse, nucléaire, fukushima, décroissance | |  Facebook | | | |

jeudi, 17 mars 2011

Catastrophe nucléaire de Fukushima : La droite suisse irradiée

On s'attendait à une campagne électorale (pour les élections fédérales) dominée, comme d'hab', par les fantasmes xénophobes et les délires sécuritaires de l'UDC, et puis voilà que la terre a le mauvais goût de trembler au Japon, qu'un tsunami y déferle et que des réacteurs nucléaires décident de vivre leur vie. Et du coup, on contemple avec une certaine incrédulité l'exercice de transformisme auquel est en train de se livrer, irradiée, la droite pronucléaire, convertie en catastrophe (le mot s'impose) au principe de précaution. Et on attend avec impatience la demande de l'UDC de convoquer une session spéciale de l'Assemblée générale en prévision d'une vague de réfugiés japonais déferlant sur la Suisse comme un tsunami migratoire.

Lire la suite

17:14 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fukushima, nucléaire, mühleberg, beznau, atel | |  Facebook | | | |

jeudi, 02 décembre 2010

Nouvelles centrales nucléaires : Le test bernois du 13 février

Le 13 février prochain, les Bernoises et les Bernois se prononceront sur la construction d'une nouvelle centrale nucléaire à Mühleberg, que le Conseil d'Etat les appellent à refuser. Par ailleurs,  ATEL (Aar-Tessin Electricité) a déposé une demande d'autorisation pour la construction d'une nouvelle centrale nucléaire à Soleure, près de l'actuelle centrale de Gösgen, et une troisième demande a été déposée pour une nouvelle centrale à Beznau. Dans les trois cas, il s'agit de remplacer des centrales à bout de course. Et dans les trois cas, les arguments d'un refus sont les mêmes : à l'avenir, la production d'énergie devra se baser sur des sources renouvelables, la technologie nucléaire reste porteuse de risques considérables, elle produit des déchets à la dangerosité millénaire, son bilan économique est mauvais. Les Verts et le PS ont déjà annoncé qu'ils combattraient par référendum ces demandes, qui seront vraisemblablement soutenues par la majorité de droite des Chambres fédérales. Le vote pourrait avoir lieu en 2013, et si les citoyen-ne-s s'inclinent devant le lobby nucléaire, la première des nouvelles centrales pourrait cracher ses gigawatts dès 2025.

Lire la suite

12:19 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, nucléaire, mühleberg, beznau, gösgen | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 novembre 2010

Nouvelles centrales nucléaires : Le compte à rebours (du bon sens) est lancé

Les experts (ne peuvent pas se tromper, puisque ce sont des experts) de l'Inspection fédérale suisse de la sécurité nucléaire ont donné un avis favorable à la construction de trois centrales nucléaires, pour remplacer, sur les mêmes sites, les actuelles centrales en bout de course de Mühleberg, Gösgen et Beznau -qui continueront d'être exploitées pendant un certain temps, parallèlement aux nouvelles centrales, qui n'entreront pas en service avant 2027. Cet avis favorable (sous l'angle de la sécurité et de la gestion des déchets) a été donné avec une certaine précipitation, mais pour le lobby nucléaire, qui a réussi à installer l'une des siennes (l'actuelle présidente de la Confédération) à la tête du ministère de tutelle, il faut faire vite. Prendre de vitesse les défenseurs d'une politique énergétique alternative, et pousser le plus fort possible à la consommation d'électricité, pour pouvoir ensuite agiter le spectre de la pénurie et en faire un argument en faveur de nouvelles centrales nucléaires.

Lire la suite

11:17 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nucléaire, mühleberg, gösgen, beznau | |  Facebook | | | |

lundi, 23 août 2010

Successions Merz et Leuenberger : A qui le tour de manège ?

Petite cuisine politique fédérale : le 22 septembre, fête de la révolution dans le calendrier républicain, ce qui témoigne en l'ocurrence d'un bel optimisme, les Chambres fédérales éliront les successeurs (ou successrices, si ça se dit) de Moritz Leuenberger et de Hans-Rudolf Merz au gouvernement. L'ordre des élections étant déterminé par celui de l'ancienneté au Conseil fédéral, c'est le siège socialiste qui sera repourvu en premier. Petit avantage tactique au PS sur les radicaux-libéraux, puisque le choix de celle qui succédera à Moritz Leuenberger limitera les possibilités de choix de celui ou celle qui succèdera à Hans-Rudolf Merz, et que les socialistes disposeront d'une possibilité de faire éventuellement payer aux radelibes toute tentative de ceux-ci de soutenir une candidate (ou un candidat) socialiste non investi par le PS, tout en gardant, eux, la possibilité de soutenir un-e candidat-e radelibe dissident... De leurs côtés, les Verts vont tenter un tour de piste, et en face l'UDC cherche le moyen de rendre au PS la monnaie de sa pièce de 2007 en lui faisant le coup de la candidature dissidente modèle Widmer-Schlumpf et s'en va draguer quelques socialistes mâles alémaniques disposés à jouer ce jeu (auquel on finit toujours par trouver un joueur)... Bref, on s'amuse comme on peut.

Lire la suite

15:40 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, leuenberger, nucléaire | |  Facebook | | | |

mardi, 09 décembre 2008

Ni une, ni deux. Ni trois. Aucune.

Projets de nouvelles centrales nucléaires :
Ni une, ni deux. Ni trois. Aucune.


Les Forces motrices bernoises et Axpo, le 4 décembre, Atel en juin dernier, ont déposé des projets de nouvelles centrales nucléaires, pour remplacer en 2020 celles de Mühleberg, de Beznau et de Gösgen. Argument des promoteurs de cocotte-minutes (à sept milliards la cocotte-minute) : les anciennes centrales vont fermer, il faut compenser la production ainsi perdue, la fin des importations de courant nucléaire français, en 2018, et la hausse attendue (c'est-à-dire espérée) de la consommation. Arguments fallacieux, rétorquent les Verts, les socialistes et la gauche de la gauche, plus Ecologie libérale, le Parti chrétien-social, l'alliance " Non au nucléaire ", la Fondation suisse de l'énergie et Greenpeace : en conjuguant développement des énergies propres (éolienne, solaire, biomasse) et économies d'énergie, on peut se passer de nouvelles centrales. Et le Conseiller fédéral Leuenberger de tenter un compromis : trois nouvelles centrales, c'est trop, une seule suffit. Compromis inutile : trois c'est trop, deux c'est encore trop, et même une seule.

Fuite en avant, droit dans le mur

Les promoteurs de centrales nucléaires sont sortis du bois, on entre en campagne… D'ici une génération, il manquera un tiers de la future consommation d'électricité, argumente le patron du plus gros producteur d'électricité du pays, Axpo. Parce que non seulement il sait, le patron d'Axpo, ce que sera la consommation d'électricité dans vingt-cinq ans, mais surtout, il n'est pas question pour lui d'admettre que l'on puisse la réduire, cette consommation. Il en vend, de l'électricité, il ne va pas se battre pour en vendre moins, son boulot, c'est d'en vendre le plus possible, le plus cher possible. La " société à 2000 watts ", c'est pas son objectif, au patron d'Axpo. Pas plus que ça n'est l'objectif du patron des Forces motrices bernoises ou d'Atel. Ou d'EOS, pour rester dans notre coin de pays. Seulement voilà, la société à 2000 watts, c'est l'objectif affirmé des plus importantes collectivités publiques de Suisse -les cinq villes principales, et les principaux cantons, et même la Confédération. Et atteindre cet objectif suppose que l'on réduise par trois la consommation actuelle, et par quatre la consommation espérée par les fournisseurs d'électricité -lesquels tablent sur une hausse de la consommation de 0,5 à 2 % par an. Autant dire que leurs trois centrales, ceux-ci devraient se les garder à l'état de projets, ou de jolies maquettes : construire trois nouvelles centrales nucléaires pour assurer un niveau de consommation quatre fois supérieur à celui qu'on voudrait atteindre, ce serait à peu près aussi intelligent que de subventionner l'achat par des particuliers de bagnoles capables de rouler à 300 à l'heure dans des zones piétonnes.

03:20 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : nucléaire, mühleberg, beznau, gösgen | |  Facebook | | | |