mercredi, 25 décembre 2013

LE PETIT NOËL DU MILITANT DE GAUCHE (parabole édifiante)

Bon, ben voilà, c'est noël.
Et qu'est-ce qu'il dit, le militant de gauche, à noël ? Qu'est-ce qu'il se sent tenu d'écrire à noël, le militant de gauche, conscient de son rôle éducateur et conscientiseur des masses ?

Lire la suite

13:30 Publié dans religion, laïcité, églises | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : noël | |  Facebook | | | |

vendredi, 24 décembre 2010

Noëlez autrement...

sansculottides.jpg

Lire la suite

12:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël, genève | |  Facebook | | | |

lundi, 21 décembre 2009

LES SANCULOTIDES, UN NOËL ATHÉE ET ANTI-CONSUMÉRISTE

JEUDI 24 ET VENDREDI 25 DECEMBRE, GENEVE24-25decembre.jpg
LES SANCULOTIDES, UN NOËL ATHÉE ET ANTI-CONSUMÉRISTE

Jeudi 24 de 18 heures à Vendredi 25 à 4 heures
Vendredi 15 de 18 heures à samedi 26 à 16 heures
Concerts, projections, café libertaire, stands librairie, presse, bar, buffet
Maison de Quartier des Pâquis, 50 rue de Berne
Entrée : prix libre (y compris gratuité)
Programme détaillé : www.joursdemai.ch
Organisation : www.genevelibertaire.ch

01:19 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : noël | |  Facebook | | | |

samedi, 19 décembre 2009

Lettre en courrier B à un destinataire inconnu Petit Papa Noëëëëël, quand tu descendras du cieeeeel...

Cher Père Noël
D'accord, on s'y prend un peu tard pour t'écrire, mais on avait autre chose à foutre qu'à envoyer un bulletin de commande à un type qui s'il exista
Pere_Noel_chiant.jpgit aurait lui aussi, entre la fonte de la banquise, la raréfaction des pâtures des rennes et la disparition des réparateurs de traîneaux, autre chose à foutre qu'à nous lire. Mais, la tradition, c'est la tradition : à noël, on écrit au Père Noël même si on n'y croit pas (reste à savoir d'ailleurs si, pour être socialiste, il ne faut pas y croire forcément un peu, au Père Noël...). Alors voilà, Père Noël, on t'envoie ci-contre la liste des cadeaux qu'on veut recevoir dans nos babouches, devant la cheminée ou au pied du minaret, le matin du 25 décembre. Le 25 décembre, dans notre calendrier à nous, c'est le jour du chien. Ici, on préfère les chats, mais c'est pas nous qui avons rédigé ce calendrier, alors sois pas chien, donne-nous ce qu'on te demande... Et si on te dit que nous, socialos, on n'a pas été sages en 2009, considère que c'est rien que des menteries. Sages, on l'a été. Beaucoup trop. Comme d'hab'. Alors, c'est promis, on le sera moins en 2010. On n'y aura pas grand mérite : normalement, c'est une année sans élection, et, courageux mais pas téméraires, nous pourrons oser des trucs qu'on n'osera plus l'année suivante.

Lire la suite

01:26 Publié dans voeux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noël | |  Facebook | | | |

samedi, 20 décembre 2008

Vivement l'après-Avent...

Plus que deux semaines et on en aura fini avec les " fêtes "...

Il faut rendre au capitalisme et aux marchands l'hommage qu'ils méritent : en dépouillant les ancienne fêtes religieuses de tout contenu religieux, en les réduisant à un grand rite consumériste, laissant certes quelque place, congrue, à la remémoration des traditions anciennes, mais écrasant sur son passage toute autre signification que celles qui peuvent se réduire à un échange marchand, ces endémies éclaircissent le paysage. On sait depuis Marx que le capitalisme est, fondamentalement, révolutionnaire -en ce sens qu'il bouleverse, et écrase quand il ne peut bouleverser, tout sur son passage. Les fêtes de Noël le confirment : La nativité réduite à la marchandise annonce la mort de Dieu, en le mettant en vente.

Et Dieu dans tout ça ?

Le moment s'y prête : il doit bien rester, sous le fatras consumériste et l'orgasme mercantile des " fêtes de fin d'année ", quelque trace de religiosité -pas de celle, fétichiste, de la marchandise, mais de celle au nom de laquelle nous sommes supposés fêter noël, en pays anciennement chrétiens et désormais aussi païens qu'on peut l'être dans un supermarché. Profitons donc de l'occurrence pour dire, au passage, un mot de ce vieux cerbère de tous les ordres imposés : la religion. Apparemment, à défaut d'être déjà mort, Dieu serait subclaquant. Mais ce vieux cancer a ses métastases, ce cadavre ses parasites : les églises traditionnelles s'endorment doucement, d'autres, pires, naissent de leur soue. Et à contempler ce qui menace de lui succéder, on finirait même par regretter Dieu... Et puis, la religion ne s'éteint pas comme un incendie : elle s'embourbe comme une inondation. Et cela prend du temps : au début du XXIème siècle de l'ère chrétienne, 70 % des Français se font encore enterrer religieusement (du moins leur famille l'a-t-elle décidé pour eux). Que la mort soit toujours révoltante est d'autant plus évident qu'elle est devenue invisible, sauf comme spectacle. Le passage vers le néant doit être marqué, les religions sont là pour cela, et à cela au moins -mais à cela seul-peuvent-elles encore servir. Et puisque nul ne vit autrement qu'entre une naissance qu'il n'a pas choisie et une mort qu'il ne peut éviter, autant ajouter à l'absurdité de ce passage l'absurdité du signe qui le clôt. Ce signe est un signe de mort, et un signe mort : que les cadavres des hommes soient accompagnés de celui de leurs dieux rend au moins les hommes égaux des dieux.
Amen.

02:09 Publié dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : noël, religion, dieu, dieux, consommation | |  Facebook | | | |