jeudi, 22 février 2018

Deux fois moins de réfugiés en Europe en six mois : A quel prix ?

migrants Libye.jpg

En 2017, 18 088 nouvelles demandes d’asile ont été déposées en Suisse. C’est un tiers de moins qu’en 2016. Parmi celles-ci, 885 ont été attribuées au canton de Genève. C'est moitié moins qu'en 2016, et c'est le chiffre le plus bas enregistré depuis 2010. A Genève, les personnes ayant déposé une demande d'asile sont principalement originaires d'Erythrée (182), de Syrie (110), d'Irak (54), d'Afghanistan (45), du Nigéria (40), de Guinée (39) et du Sri Lanka (39). Fin 2017, 4 155 personnes étaient à Genève  dans le processus « asile », dont 1 471 ont déposé une demande d'asile(elles disposent d’un permis N). Les 2 684 autres personnes ont vu leur demande d'asile refusée, mais bénéficient d'une admission provisoire (permis F). 2 990 personnes ont été reconnues comme réfugiées et sont sorties du processus d'asile, en ayant obtenu un permis B ou C. Depuis six mois, le nombre de migrants traversant la Méditerranée pour rejoindre l'Europe a diminué de moitié. Parce que les raisons de fuir leurs pays ont elles aussi diminué de moitié ? Non : parce que l'Europe paie ce qui tient lieu d'autorités libyennes pour qu'elles stockent, dans des conditions abominables dont l'Europe se contrefout, les milliers de réfugiés que les Européens ne veulent pas voir arriver chez eux.

Lire la suite

15:24 Publié dans asile, réfugiés | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : migrations, libye | |  Facebook | | | |

vendredi, 19 juin 2015

Hébergement des « hommes en trop » : Genève : la Ville au front, le canton aux fraises

 

Manif samedi.jpg

 

Aujourd'hui, premier jour de Messidor, comme depuis deux jours, la Maison des Arts du Grütli, à Genève, est aussi un lieu de refuge. Elle le restera, avec l'accord de la Ville de Genève, au moins jusqu'à lundi. Elle est l'un des lieux de la Fête de la musique, d'aujourd'hui à dimanche. Elle sera encore ce soir à 18 heures le lieu d'un rassemblement de solidarité avec les requérants d'asile que les autorités cantonales veulent stocker dans des abris PC souterrains. Et demain samedi en partira à 16 heures une manifestation de soutien au mouvement « No Bunkers », qui dénonce le traitement que font subir aux immigrants en général, aux requérants d'asile (déboutés ou non) en particulier, les autorités cantonales et fédérales suisses, actrices d'une politique à la fois hypocrite, impuissante et provocatrice. Une politique à laquelle la Ville de Genève, aujourd'hui, répond par la disponibilité, le dialogue, le respect des revendications et surtout des droits des immigrants -ces « hommes en trop ». Ce n'est pas le seul terrain, le seul champ politique, où la Commune se retrouve devoir assumer la tâche de pouvoirs supposés lui être « supérieurs », mais c'est aujourd'hui le plus visible de tous ceux où la Ville s'oblige à être au front, parce que le canton est aux fraises.

Lire la suite

16:31 Publié dans Genève, Immigration, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : asile, migrations, stop bunckers | |  Facebook | | | |

vendredi, 17 avril 2015

Migration, asile : le tombeau méditerranéen et le tombereau européen

Passer de la compassion à la solidarité

Dimanche dernier, 400 des 550 immigrants entassés sur un rafiot parti de Libye pour l'Italie ont péri en mer, au large de la Calabre. Depuis le début de l'année, un millier d'immigrants se sont noyés au large de l'Italie et de ses îles. En moins d'une semaine, depuis samedi dernier, 10'000 immigrants ont été récupérés vivants par les garde-côtes italiens, mais il manque au moins 6500 places d'accueil en Italie, où 170'000 personnes ont accosté en 2014, et  où on en attend le double cette année. "L'italie est sous pression, nous devons l'aider", a déclaré le commissaire européen à l'immigration, Dimitris Avramopoulos. Aider l'Italie ou aider les immigrants ? Le choix européen est clair : le passage de l'opération italienne Mare Nostrum à l'opération européenne Frontex le signalait déjà : la première avait pour objectif de sauver des vies, la seconde a pour objectif de surveiller les frontières de l'"espace Schengen". Qu'ils se noient, mais pas dans nos eaux. La Méditerranée peut être leur tombeau, nous serons leur tombereau. Et dans ce "nous", il y a aussi "nous, la Suisse"... où nous arrivons à empêcher des expulsions, mais une à une, ou l'évacuation d'une église occupée par des requérants, mais pas à passer de la défense de cas individuels à celle d'un principe général : le droit d'asile. Or tout l'enjeu de la défense de ce droit fondamental est là : passer de la compassion à l'égard de quelques personnes à la solidarité avec des milliers de migrants. De préférence lorsqu'ils sont encore vivants.

Lire la suite

15:34 Publié dans Immigration, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : asile, migrations, frontex | |  Facebook | | | |

mardi, 10 avril 2012

Parti socialiste suisse et politique de l'immigration : Dis Tonton, c'est quoi, « Etre de gauche » ?

La direction du Parti socialiste suisse lance un débat interne sur la politique d'immigration, à partir d'un « papier de position » (disponible sur www.pssuisse.ch/migration)  sur lequel les partis cantonaux, puis les sections, et enfin le congrès, en septembre, devront se prononcer. Et la simple annonce de ce débat interne a suscité un débat public. Que le PS suisse mène un débat sur l'immigration dessine en effet un enjeu important. Raison de plus pour que ce débat n'aboutisse pas à des prises de positions qui caresseraient les xénophobes dans le sens du poil. Parce que le PSS s'y perdrait, sans rien gagner de ce qu'il convoite : le retour d'un électorat populaire perdu... car « être de gauche », ce n'est pas, ou ce ne devrait pas être, une posture autoproclamatoire, mais une cohérence entre des principes et des propositions...

Lire la suite

12:25 Publié dans Immigration | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : migrations, étrangers, politique, ps, gauche | |  Facebook | | | |

mardi, 10 novembre 2009

9 novembre : Complètement murs

Le 9 novembre est une date qui a quelques chances de rester dans nos mémoires. Après septante-sept ans, on commémore toujours à Genève le massacre du 9 novembre 1932 (la fusillade d'une manifestation antifasciste par notre glorieuse armée fédérale), et depuis une semaine, tous les media se consacrent à la remémoration de ce 9 novembre 1989 où chut le mur de Berlin. On commémore, donc. Mais pour faire quoi de ces commémorations, et tirer quels enseignements des événements que l'on commémore ? Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, d'autres murs ont été construits, maintenus, renforcés, ou sont en projets -et nombre de celles et ceux qui célèbrent aujourd'hui la chute du mur berlinois, il y a vingt ans, se satisfont de tous ces autres murs ou s'y résignent, quand ils n'appellent pas à en construire ou en reconstruire d'autres.

Lire la suite

01:39 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : genève, politique, migrations, murs | |  Facebook | | | |