mardi, 21 novembre 2017

Migrations : Le fond de la mer pour les morts, la géhenne pour les vivants

migrants.jpgDans les six premiers mois de 2017, 85'000 migrants ont débarqué en Italie. Dans le seul week-end de Pâques, près de 9000 personnes ont été secourues par les garde-côtes italiens ou les bateaux des organisations humanitaires.Et de janvier à la mi-août, 2300 personnes sont mortes, noyées, entre l'Afrique du nord et l'Europe du sud.  A l'appel de l'Italie, mais sans pour autant accepter toutes ses demandes, les 28 Etats de l'Union Européenne ont, début juillet, promis d'agir pour tenter d'endiguer ce flux de migrants africains qui, partant de Libye, traversent la Méditerranée pour, quand ils n'y sombrent pas, arriver sur les côtes italiennes, souvent en étant secourus en mer par les bateaux des ONG.  Mais les Etats européens qui auraient pu le faire (la France, l'Espagne, notamment) n'ont pas répondu favorablement à la demande italienne d'ouvrir l'accès de certains de leurs ports (Marseille, Barcelone, notamment) aux navires secourant les migrants en mer. Les Européens se sont contentés de décider d'un engagement accru envers la Libye et les pays de transit ou de départ des migrants (principalement le Nigeria, le Niger, le Bangladesh, la Guinée, la Côte d'Ivoire, la Gambie), et dans le catalogue de mesures de dissuasion européennes, on chercherait en vain quelque chose qui ressemble, même de loin, à un engagement commun des Etats européens de se répartir entre eux, et entre eux tous, la charge de l'accueil des migrants. On cherchait avec la même certitude de de rien trouver quelque chose qui garantisse qu'en Libye, où on veut les faire retourner, les migrants subsahariens seront traités autrement que comme du bétail : entassés dans des conditions sordides, rackettés, torturés, violés et violées, asservis.  Mais au moins n'auront-ils pas mis le pied en Europe. C'est tout ce qu'on cherche, et qu'on obtient : le fond de la mer pour les morts, la géhenne pour les vivants.

Lire la suite

15:41 Publié dans Droits de l'Homme, Europe, Immigration | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : migration, asile | |  Facebook | | | |

lundi, 29 août 2016

L'impensé et le non-dit de la rentrée : L'apolitique de l'asile

 Elle n'est pas au menu des votations fédérales du mois prochain, elle ne fait plus les gros titres des journaux, recouverte qu'elle est fort opportunément (mais pas entièrement, tant la polémique sur ces vêtures d'emballage fleure la xénophobie la plus ordinaire) par une burqa ou un burkini. Elle est devenue l'impensé, le non-dit, de la rentrée. Pourtant, elle est toujours l'un des enjeux, ou même l'enjeu continental le plus lourd, le plus décisif pour les décennies à venir, et donc celui qu'il serait le plus urgent de relever, en même temps que celui qu'on s'acharne à ne pas vouloir relever : c'est de la politique d'asile qu'on parle ici. Des politiques nationales d'asile, de la politique européenne, de la politique internationale d'asile : "Le déplacement forcé atteint un niveau sans précédent", constate le rapport annuel du Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), qui a recensé plus de 65 millions de personnes déplacées en 2015 (cinq millions de plus en un an), dont 3,2 millions en attente d'asile dans nos pays industrialisés, 21,3 millions de réfugiés dans le monde (dont la moitié viennent de Syrie, d'Afghanistan et de Somalie) 40,8 millions de déplacés forcés à l'intérieur de leur pays (dont 13,5 millions en Colombie, en Irak et au Yemen). Les réfugiés constituent 18,3 % de la population du Liban.  Un humain sur 113 est aujourd'hui un humain déplacé : demandeur d'asile, réfugié ou déplacé interne, et leur nombre total dépasse la population totale de la France (ou de la Grande-Bretagne ou de l'Italie).   A ce nombre s'ajoutent chaque minute 24 personnes, alors que, constate le HCR, "le rythme auquel des solutions sont trouvées pour les réfugiés et les déplacés internes est en baisse depuis la guerre froide", époque du triomphe (en "Occident") du droit d'asile de masse pour les victimes des régimes du camp adverse.

Lire la suite

13:10 Publié dans Immigration | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : asile, migration, xénophobie | |  Facebook | | | |

mercredi, 09 octobre 2013

Lampedusa, 3 octobre 2013 : L'exode, le naufrage, la mort

 

migration, harragas, Lampedusa

Jeudi dernier, à quelques centaines de mètres des côtes de l'île de Lampedusa, une barque surchargée de 500 passagers sombre. 155 hommes, femmes, enfants, sont sauvés de la noyade. Tous les autres, enfants, femmes, hommes, ont péri. Sur les quais de Lampedusa se sont alignés les sacs mortuaires, en attente de cercueils. Les pêcheurs qui ont porté secours aux neufragés témoignent : J'ai vu « un océan de tête » , « je pleurais comme un enfant. Avec mes mains, je fermais les yeux des morts », l'un pleurait pour n'avoir réussi à «n'en sauver que 47» . Le gouvernement italien a décrété une journée de deuil national, la mise en berne des drapeaux et une minute de silence. Ainsi se résume le plus tragique des épisodes récents de l'exode à travers la Méditerranée des émigrants africains fuyant des pays où ils ne peuvent plus vivre, pour un continent qui les refuse vivants et les compte morts.

Lire la suite

14:17 Publié dans Immigration, Italie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : migration, harragas, lampedusa | |  Facebook | | | |

lundi, 10 septembre 2012

PS et immigration : Le débat à trois temps

Le congrès du Parti socialiste suisse, à Lugano, ce week-end, a donc adopté un programme de « politique migratoire ». Un débat programmatique, pour autant que l'on tienne à ce qu'il aboutisse (et nous y tenions), c'est un débat en trois temps : il faut d'abord un projet de programme, pour que le débat se fasse à partir d'une proposition -question de méthode- et non sous la forme d'un brain storming certes vivifiant, mais ingérable en séance plénière d'un congrès. La première condition du débat est donc l'entrée en matière sur un projet de texte, même si nous sommes en désaccord avec ce projet (on n'est pas dans le débat constitutionnel genevois actuel, sur un projet bouclé, mais dans un débat sur un avant-projet modifiable). Deuxième temps : le débat lui-même. A coups d'amendements, il fut mené. Et troisième temps, l'adoption du programme. Et il a été adopté, et nous pouvons, sur l'essentiel, compte tenu des amendements qui lui ont été apportés, le faire nôtre...  sans nous y restreindre...

Lire la suite

11:50 Publié dans Immigration | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : migration, étrangers, sans-papiers, politique, ps | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 septembre 2012

PS et politique migratoire :Peut mieux faire...

Samedi et dimanche se tiendra à Lugano le congrès national du Parti Socialiste. A l'ordre du jour (entre autres), le fameux "papier de position" de la direction du PS suisse pour une "politique migratoire globale et cohérente", dont une première version avait suscité, au sein du parti (dans les sections et les partis cantonaux) un débat assez intense, et une pluie d'amendements, conduisant la direction du PSS a remanier sa proposition. Vous trouverez la nouvelle proposition du Comité directeur sur http://www.sp-ps.ch/fre/content/download/58204/786113/ver..., et les propositions et amendements des sections et partis cantonaux (en français, en italien et en allemand, dans leurs versions originales) sur http://www.sp-ps.ch/fre/content/download/58205/786129/ver.... Résultat de ce travail : le "papier de position" a un peu (mais pas assez) meilleur contenu aujourd'hui qu'il y a quelques mois. Est-ce suffisant pour l'accepter, quand il reste fondamentalement le résultat d'un acquiescement à une logique qui nous déplaît ? Il sera vraisemblablement ratifié par le congrès. Et on vivra avec, si on ne s'en contentera pas. Un peu comme pour le projet de nouvelle constitution genevoise, en somme, s'il devait être accepté...

Lire la suite

13:23 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : immigration, migration, étrangers, xénophobie, politique, ps | |  Facebook | | | |

mercredi, 13 juin 2012

« Papier de position » du PS suisse sur la « politique migratoire » : Renvoi genevois à l'expéditeur

Les socialistes genevois (le parti municipal de la Ville et le parti cantonal) proposeront au congrès du PSS, en septembre prochain à Lugano, de refuser d'entrer en matière sur le «papier de position» en matière de politique migratoire, proposé par la direction du parti Si les socialistes genevois reconnaissent parfaitement la nécessité pour le Parti Socialiste de se doter d'un texte programmatique sur la «politique migratoire», ils en attendent qu'il exprime, précisément, une position, des propositions, un programme socialistes, et non la reprise adoucie des propositions, et pire encore :  des stéréotypes et des amalgames produits et entretenus par la droite et l'extrême-droite.

Lire la suite

13:41 Publié dans Immigration | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, ps, étrangers, asile, migration | |  Facebook | | | |