genferei

  • Genferei d'honneur : 40 ans de militantisme consacrés

    Imprimer

    Genferei-recto.jpgGenf ferraille

    Mercredi soir, aux Pâquis, 40 ans de militantisme ont été consacrés. Il y a deux consécrations possibles à Genève pour un engagement politique : une place au cimetière des Rois, ou une Genferei. La seconde étant d'ailleurs un bon argument pour pour pouvoir revendiquer la première. J'y puis donc songer : le Comité Occulte de la Genferei m'a accordé une "Genferei d'honneur" au prétexte que j'occuperais au Conseil municipal "une place très particulière... du côté du radiateur", que je n'hésiterais pas à "défendre à mains nues" et que, maniant " le sarcasme et la mauvaise foi", je serais digne du comité occulte. Certes, ce ne sont que les moindres des qualités qui me vaudraient une place au cimetière des Rois, mais je me contenterai de les voir reconnues. Et je puis donc, désormais, revendiquer cette place au cimetière des Rois. Entre Calvin et Grisélidis, pas loin d'André Chavanne. Calvin pour l'humour, Grisélidis pour la morale, Chavanne pour la sobriété.  Pour le reste, l'accessoire, l’anecdotique, Pierre Maudet et Rémy Pagani ont aussi été consacrés, mais eux ont tout fait pour ça. Des arrivistes, rien que des arrivistes. Des stakhanovistes de la Genferei. Sûrement dopés (et se faisant rembourser les substances dopantes).  Qu'importe : la lutte continue. Haut les coeurs !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • L'"Affaire Pagani" à Picrochole : Les exploiteurs et les réparateurs (fable genevoise)

    Imprimer

    Dahu.jpgIl y a un dommage politique incontestable au feuilleton navrant qui nourrit les pages de la presse genevoise (et circonvoisine) depuis des jours, et qui rappelle furieusement, à ceux pour qui ces picrocholineries disent encore quelques choses, les "affaires" du 25 rue du Stand ou, sur le mode plus dérisoire, des amendes à Dédé. Quelles qu'en furent les causes, l'annulation d'un scrutin (sur le budget municipal) à quatre jours de sa clôture prévue, est ce dommage politique considérable, fait à l'exercice concret, réel, par les habitants de la Ville de leurs droits politiques. Au moment où ce scrutin a été annulé, plus de 25'000 personnes avaient déjà voté. Dans les trois jours qui ont suivi, plusieurs milliers de personnes ont encore voté. Le dimanche matin, nous étions quelques uns devant quelques bureaux de vote à faire signer une initiative, et nous avons vu arriver des gens, l'enveloppe de vote municipal à la main. Ce sont ces dizaines de milliers de personnes privées du droit de se prononcer sur l'objet d'un vote, qui sont les victimes de l'"affaire" -pas les conseillers municipaux (de droite ou de gauche). Et face à ce dommage politique, il y avait au Conseil Municipal, hier soir, ceux qui voulaient l'exploiter et ceux qui voulaient le réparer. Nous fûmes de ceux-là.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 3 commentaires