génocide. négationnisme

  • Centenaire du génocide arménien : quand les Kurdes donnent l'exemple

    Imprimer

    Arménie, génocide. négationnismeDemain, on commémorera le centenaire du génocide arménien. On le commémorera à Erevan, on le commémorera à Berne, et à Diyarbakir, au Kurdistan turc. En Suisse, la négation de ce génocide, et la complaisance à l'égard des négationnistes (celle, par exemple, du gouvernement genevois et du gouvernement suisse, dans la navrante polémique sur le lieu d'installation d'un mémorial de ce génocide -et  de tous les autres) perdure, faisant insulte aux Arméniens, aux victimes du génocide, aux rescapés, à leurs descendants, mais aussi au peuple turc, que l'on considère comme incapable de regarder sa propre histoire en face, et au peuple suisse lui-même, et aux Genevois, rendus complices d'une lâcheté intellectuelle et politique inacceptable (dans une ville qui fut l'un des foyers de la naissance du mouvement national arménien). Aux côtés d'intellectuels, d'artistes, de journalistes turcs, aux côtés d'Arméniens qui se rendent en Turquie sur les lieux où vivait leur peuple et où il a été massacré, le peuple kurde de Turquie, lui, avec ses organisations et ses porte-paroles, regarde désormais en face, et assume, son histoire, avec tout ce qu'elle contient. Demain vendredi, à 17 heures à Berne (Casinoplatz), une manifestation exigera du Conseil fédéral et de la Turquie la reconnaissance du génocide arménien. Comme les Kurdes de Turquie, aujourd'hui, en donnent l'exemple, et la leçon à nos propres gouvernants.

    Lire la suite