mardi, 31 mars 2015

Toilettes historiques à la turque

"Réverbères de la mémoire" et Centenaire du génocide arménien
       
Il y a deux semaines, au Grand Conseil, on a eu droit, à propos de l'édification dans un parc de la Ville de Genève d'un mémorial du génocide arménien, dont on commémorera le centième anniversaire le 24 avril prochain. à une véritable concours d'applaventrissements successifs : Le Conseil fédéral s'est couché devant le gouvernement turc, le Conseil d'Etat genevois devant le Conseil fédéral et le Grand Conseil devant le Conseil d'Etat. Une motion du PDC, soutenue par la gauche, demandait au Conseil d'Etat de favoriser (au lieu que d'entraver, comme il le fait actuellement) l'édification de ce mémorial. A une voix de majorité (et avec trois abstentions dont on se demande ce qu'elles peuvent bien signifier sur une question pareille), cette motion  a été refusée par le PLR, l'UDC et le MCG. Avec des arguments du genre "la Suisse doit respecter la neutralité sur le territoire de l'ONU" (François Longchamp, courageux conseiller d'Etat PLR) -or le mémorial devait être installé sur un parc de la Ville de Genève, hors du "territoire de l'ONU... Pour le soucieux député PLR Patrick Saudan, le mémorial serait "contreproductif" à la reprise du dialogue entre l'Arménie et la Turquie, pour l’œcuménique député UDC Michel Amaudruz, il ne faut pas "discriminer les souffrances" et pour le carrément faux derche Conseiller d'Etat Longchamp, il faut trouver "une solution cette année encore pour pouvoir commémorer le centenaire du génocide", alors qu'il a tout fait pour empêcher qu'une telle solution se trouve et que cette commémoration soit la plus "consensuelle" possible. Qu'est-ce que cela veut dire, au juste, un "consensus" sur un génocide, avec ceux qui le nient ?

Lire la suite

17:03 Publié dans Genève, Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arménie, génocide arménien, turquie | |  Facebook | | | |

lundi, 02 mars 2015

Les gouvernements suisse et genevois complices de la négation d'un génocide ?

Génocide arménien, le spectre de 1915

24 Avril 1915 : la destruction physique de la population arménienne de l'empire Ottoman commence. En moins de deux ans, plus d'un million d'hommes, de femmes et d'enfant sont exterminés, ou laissés à la mort de faim, de soif, de maladie. L'empire ottoman lui-même les suivra dans la tombe,  laissant place à la Turquie moderne. Qui un siècle après ce génocide le nie toujours officiellement, quand bien même une bonne partie de ceux qui s'accrochent à cette négation savent qu'elle n'est qu'un déni de réalité -un déni d'histoire. D'autres en Turquie ont ouvert les yeux sur ce passé -mais d'autres encore en Suisse, avec la complicité des gouvernements fédéral et genevois, exigent que rien ne remette au jour le massacre d'un peuple. Le massacre d'un peuple ? littéralement :  un génocide. La négation d'un génocide ? Objectivement, son approbation. Ce soir, lundi 2 mars, 20 heures, salle Pitoeff, après le film "génocide arménien, le spectre de 1915", se tiendra un débat, introduit par Charles Aznavour, Arsinée Khanjian et Boris Mabillard, sur le génocide des Arméniens, cent ans après, avec Sévane Garibian, Ragip Zarakolu, Robert Fisk.

Lire la suite

15:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : turquie, arménie, génocide arménien | |  Facebook | | | |