vendredi, 12 juin 2015

Servette FC et Stade de la Praille : Union sacrée et stade suprême

Bon, d'accord, c'était prévu, puisque c'est rituel, mais tout de même. ça interloque : au Grand Conseil genevois, ce fut «l'union sacrée pour sauver le stade» de la Praille après la cacade du FC Servette, titre « Le Courrier » de vendredi dernier. L'« Union sacrée », rien  que ça. Et pour « sauver » quoi ? la patrie ? la liberté ? un droit fondamental ? Non : un stade. Mal foutu, mal conçu, mal payé, trois fois trop grand, trois fois trop cher, dix fois trop vide. Pour lequel les députés (enfin, pas tous, des Verts et des « Ensemble à Gauche » ont tout de même rechigné à se laisser mobiliser comme en '14) demandent au Conseil d'Etat d'établir un plan pour maintenir le Titanic de la Praille à flot. Pour en faire quoi ? On s'en fout : ce truc a coûté tellement cher pour des prunes (ou presque) qu'on est prêt à payer encore autant pour pas plus de prunes. ça doit être ça, le raisonnement au coeur de la «gestion responsable des ressources publiques » : balancer des millions dans un trou, et quand on voit que ça ne suffit pas à le boucher, y rebalancer des millions. Pour le PDC, comme pour la commission de gestion du Grand Conseil, le stade « non terminé  » est un « équipement d'utilité publique ». Ah ouais ? Quelle « utilité publique » ? celle de pomper des ressources que, par ailleurs, on refuse d'affecter par exemple à la construction d'un nouveau Cycle d'Orientation ?

Lire la suite

16:58 Publié dans Genève, Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : stade de genève, stade de la praille, sfc, servette, football | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 juin 2015

Grands et petits séismes dans le monde du foot mondial et genevois : Ce que le sport est devenu...

Cinq jours après avoir été réélu à la tête de la Coupole mondiale du foot professionnel, la FIFA, Sepp Blatter a annoncé avant-hier sa démission d'une présidence qu'il occupait depuis 17 ans. Sous son règne, la FIFA était devenue une puissance financière (10 milliards de dollars de profits) et politique (l'attribution à un Etat de l'organisation d'une Coupe du monde de foot est, pour cet Etat, un enjeu politique). Et un panier de crabes, dont quelques uns ont fini ces jours dans le panier de la justice américaine (la justice suisse enquêtant aussi sur le panier et ses moeurs), laquelle commençait dangereusement à se rapprocher de Blatter. D'où, sans doute, sa démission, au-delà du prétexte du manque d'unanimité à l'élire. A part ça, à Genève, le drame qui couvait a éclot : le FC Servette a été relégué administrativement en Première ligue de foot faute d'avoir pu fournir les garanties financières nécessaires pour rester en «challenge league». Si on ne hurle pas de désespoir après ce double coup du sort injuste, on risque le peleton d'exécution pour haute trahison ?  Et si on voit en Blatter et Quennec (le président du FC Servette, donc) des symboles de la réalité du foot professionnel, on est des antisportifs primaires ? Eh bien soit, on assume : on est des antisportifs primaires. Secondaires, tertiaires et quaternaires, même. Vu ce que le sport est devenu, en tout cas..

Lire la suite

17:17 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : football, fifa, uefa, blatter | |  Facebook | | | |

mardi, 07 avril 2015

FC Servette et Stade de la Praille : y'en a qui manquent pas d'air

Le Servette Football club est en cessation de paiement, les salaires des joueurs n'ont pas été payés en mars, les fournisseurs non plus, le spectre rigolard de la faillite, qui avait déjà survolé le trou de la Praille à plusieurs reprises, y refait un petit tour, il manque 400'000 balles pour mars, quatre millions et demi pour la saison, le club risque de ne pas obtenir sa licence pour la saison prochaine et de se retrouver en ligue plébéienne, son président (qui est aussi le président de la société d'exploitation du stade) sonne le tocsin et en appelle aux fonds publics, comme d'hab'... Et il faudrait qu'on s'émeuve ? On est plutôt enclins à ricaner, là... surtout quand on lit dans la "Julie" ce titre : "Le SOS de Servette agace le pouvoir politique" (sauf Gominator, qui est prêt à siphonner les caisses publiques de tout ce Quennec demande). "Agacé", les "politiques" ? C'est le moment... nous, on avait plutôt souvenance que la plupart d'entre eux  avaient pour le Servette FC le Stade de la Praille des yeux bien plus énamourés qu'"agacés"...

Lire la suite

14:02 Publié dans Genève, Sports | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : football, servette, sfc, stade de genève | |  Facebook | | | |

mardi, 10 mars 2015

Coupe du Monde de foot 2022, la FIFA tombe des nues : Ah bon, fait chaud au Qatar en été ?

En 2022, la Coupe du monde de foot se déroulera à la toute fin de l'automne, voire au tout début de l'hiver, alors qu'elle se déroule traditionnellement en  juin et au début de juillet. Pourquoi ce changement de calendrier ? un mot résume l'explication : Qatar. Parce que la Coupe du Monde 2022 a été achetée par le Qatar, et qu'en juin et juillet, au Qatar, il fait chaud. Très chaud. Ce que la FIFA feint d'avoir été la seule à ignorer. La « Task Force » de la coupole international du foot, chargée du calendrier international des matches entre 2018 et 2024 recommande donc au Comité exécutif de la FIFA de déplacer le Mondial d'une ou deux saisons, histoire de ne pas faire crever sur place les joueurs, le public et surtout les sponsors et les partenaires économiques. Que des centaines de travailleurs népalais et sri lankais soient morts au soleil qatari en construisant les infrastructures nécessaires à la « fête mondiale du foot » n'a en revanche guère d'importance : ce ne sont que des travailleurs, que des Népalais et Sri Lankais, et que des pauvres.

Lire la suite

16:52 Publié dans Solidarité, Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fifa, qatar, football, coupe du monde | |  Facebook | | | |

vendredi, 28 novembre 2014

Maroc, Oslo, Paris, le CIO, la FIFA : Petite chronique du sport mafieux

cio. fifa,caf,football,jeux olympiquesLe sport, vous dites ? Eh non, le pognon...

La Justice helvétique va devoir traiter une plainte déposée par la Coupole internationale du foot business, la FIFA, pour le « mauvais comportement présumé de cerrtaines personnes dans le cadre de l'attribution des Mondiaux » de foot 2018 et 2022 au Qatar et à la Russie. Le « mauvais comportement » en question, c'est l'achat, par les Qataris et les Russes, des voix nécessaires pour que leur soient attribués les jeux du cirque footballistique. Une enquête interne de la FIFA avait pourtant, tout en relevant des « irrégularités », permis à la Coupole de ne pas remettre en cause ces deux attributions, à deux puissances (l'une politique, l'autre financière) qu'elle n'avait pas du tout envie de titiller. Pour le foot continental, on note la défection, au motif ou au prétexte d'Ebola,, du Maroc pour organiser la Coupe d'Afrique. Et il y a aussi des trous dans les Jeux Olympiques, d'hiver et d'été. Et là, ce sont les défections de villes candidates qui ont été annoncées. Alors quoi, ça va mal pour le sport mondial ? Voui : l'essentiel est  menacé. L'essentiel vous dites ? Le sport ? Eh non, banane, le pognon...
    

Lire la suite

16:50 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cio. fifa, caf, football, jeux olympiques | |  Facebook | | | |

mercredi, 15 octobre 2014

Il y a trois mois, le Mondial de foot brésilien... et le pire reste à venir...

L'équipe nationale suisse de foot a donc battu celle de Saint Marin, hier soir. Le Vatican et Andorre restent à portée de pénalty. Monaco et le Liechtenstein en sont plus loin, mais Hopp Sviss quand même. Et c'est là qu'on se dit « comme le temps passe vite »... il y a trois mois, on poussait un gros soupir de soulagement : le Mondial de foot se terminait. On en résume le coût : 12 milliards de francs (au moins) claqués pour organiser la fête à neuneu, par un Brésil en manque d'infrastructures scolaires, sanitaires et de transports publics efficaces, avec à la clef l'expulsion des vendeurs ambulants pour complaire aux sponsors, la déportation, pour faire place aux stades, à leurs voies d'accès et à leurs parkings, de 200'000 personnes à la périphérie la plus lointaine possible des villes accueillant des matches, une explosion de la spéculation immobilière, la répression des manifestations dénonçant gaspillages et corruption... Le foot-pognon et ses mafias dans toutes leurs splendeurs, quoi. Et ce sera pire encore en 2018 en Russie et en 2022 au Qatar.

Lire la suite

14:17 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : mondial, football, fifa, qatar | |  Facebook | | | |

jeudi, 20 juin 2013

Le Brésil dans la rue : Le foot ou la vie ?

Se révolte-t-on pour 12 centimes d'augmentation du prix du ticket de bus ? Oui, au Brésil, quand le salaire minimum est de 340 francs, que les transports publics ont été privatisés, qu'ils sont inefficaces et que 14 milliards de francs vont être claqués dans l'organisation et les infrastructures nécessaires au « Mundial 2014 » de foot. Quant à la coupole internationale du foot-pognon, la FIFA, par la voix du parrain Sepp Blatter, elle a, en termes à peine plus polis que ceux dont nous userons pour résumer sa position, qu'elle n'en avait rien à foot des protestations populaires brésiliennes : « le football est plus fort que l'insatisfaction des gens ».  Dire que cette position nous surprend serait excéder le niveau admissible d'hypocrisie seyant à une publication comme cette lettre... Et croire qu'elle convainquera les Brésiliens « d'en bas », si fans de foot soient-ils, pourrait bien ne relever que d'un absolu j'm'enfoutisme : gueulez tant que vous voulez, notre grand messe se fera et les milliards qu'elle vous coûte, vous les paierez ! D'ailleurs, vous les payez déjà...

Lire la suite

16:36 Publié dans Monde, Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bràsil, football, mondial 2014, fifa | |  Facebook | | | |

jeudi, 28 juin 2012

Plus que quatre jours de diarrhée footeuse...

Tenir, tenir...

Une demie-finale de tirée, en reste une demain, et dimanche, on en aura donc enfin, et c'est pas trop tôt, fini avec l'Eurofoot. Mais pas avec le sport professionnel, ses jeux du cirque, ses préparations médicamenteuses, les masses de pognon qui s'y investissent et la décérébration collective qui l'accompagne. On en aura fini avec l'Eurofoot, mais Juillet, c'est le mois du Tour de France. Et du pot belge. Bah, au moins, à la télé, les retransmissions de la «  grande boucle »  nous font voir de beaux paysages, et c'est toujours ça que celles des matches de foot dans les cuvettes des stades ne peuvent nous proposer...

Lire la suite

14:08 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : eurofoot, football | |  Facebook | | | |

vendredi, 13 avril 2012

Mondial 2014 de foot : Main basse sur le Brésil

Comme nul n'est censé l'ignorer, la prochaine coupe mondiale de foot, le « Mondial » (comme s'il était évident que ce machin résumait la planète) se déroulera et déroulera ses fastes, son fric et sa dope, au Brésil. Et le Brésil s'y prépare, sous la houlette tout sauf désintéressée de la coupole du foot professionnel international, la Fédération internationale de football (FIFA) et de son parrain haut-valaisan, Sepp Blatter. « Le Brésil s'y prépare », cela signifie : évacuation des habitants de quartiers entiers, violation des droits humains et des droits syndicaux, surexploitation des travailleurs, coupes dans les budgets sociaux pour financer les infrastructures sportives et touristiques... Il paraît que le Brésil a un gouvernement (et une présidente) de gauche. Face au foot-pognon mondialisé, il apparaît surtout que la gauche est aussi veule que la droite.

Lire la suite

14:17 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mondial, 2014, brésil, football, fifa | |  Facebook | | | |

vendredi, 09 mars 2012

Autophagie à Piogre : Le Servette reprend le Servette...

Et un sauveur suprême de plus, un !

Le patron du Servette annonce qu'il est prêt à reprendre le Servette (mais pas avec son argent, avec celui de mystérieux financiers restant anonymes), et le patron du Servette cède le Servette au patron du Servette pour un franc symbolique... Une tautologie, un enfonçage de portes ouvertes, un serpent de lac qui se mort l'appendice caudal ? Pas tout à fait : c'est le patron du Servette Hockey Club (SHC), qui annonce qu'il veut reprendre le Servette Football Club (SFC). La grande famille du sport, quoi.Le tour de passe-passe a permis un ajournement de faillite, et une semaine de sursis pour le SFC. Quennec assurerait les charges courantes pendant un mois, le temps de vérifier dans quel état réel est le club de foot. Et après ? On fait quoi ? Qui paie quoi ? Et dans combien de temps tombera la première demande d'aide financière faite au canton et à la Ville ?

Lire la suite

16:43 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : servette, sfc, shc, sport, football | |  Facebook | | | |

vendredi, 02 mars 2012

Le Servette FC en dépôt de bilan : Y'a des semaines, comme ça...

Y'a des semaines, comme ça, où tout fout le camp : Mark Muller d'abord, le Servette ensuite... Le président de la SA du Servette Football Club (eh oui, amis sportifs: vos clubs ne sont pas des associations, ce sont des sociétés anonymes...) a donc annoncé qu'il était en cessation de paiements. Le club a pour 1,7 million de francs de poursuites, il doit fournir dans les dix jours des garanties financières pour obtenir sa licence pour la saison prochaine et il n'a apparemment plus un radis. L'administrateur du club, Cedric Tonoli, a démissionné de son poste. On cherche un repreneur ou des repreneurs (Marc Roger ? Bulat Chagaev). On s'agite. On pleure. Et on n'oublie qu'une chose : que depuis longtemps, le sort des équipes professionnelles ne se joue plus sur les terrains, dans les stades ou sur les patinoires, mais là où fonctionnent (ou dysfonctionnent) les pompes à fric...

Lire la suite

10:44 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : servette, sfc, football, stade de genève | |  Facebook | | | |

lundi, 06 juin 2011

Fédération internationale du foot-pognon (FIFA) : Circulez, y'a rien à voir...

foot-pognon.jpgUnique candidat restant à sa propre succession (« un couronnement sans opposant, c'est comme un mandat frauduleux », estimait le président de la fédération anglaise de foot, qui a vainement plaidé pour un report de l'élection), le Suisse Sepp Blatter a donc été réélu pour un quatrième mandat (le dernier, a-t-il promis, juré) à la présidence de la Fédération internationale du foot-pognon, la FIFA, avec un score nord-coréen (186 suffrages sur 203 votants) malgré les accusations de corruption dont cette coupole sportive fait l'objet. Lui s'en est sorti (« il est intouchable car il n'a jamais touché, mais il sait qui a touché », commente un ancien cadre de la FIFA) , pas le Quatari Mohammed Bin Hammam, qui a dû se retirer de la course à la présidence. Les deux candidats avaient fait campagne en promettant de restaurer l'éthique sportive et d'en finir avec la corruption. Personne ne les a cru, l'un des deux a été éjecté de la course, l'autre, dans l'appareil depuis bientôt quarante ans et à sa tête depuis vingt ans comme secrétaire général, puis directeur exécutif puis président,  a été réélu. « C'est une journée formidable pour la FIFA car elle a démontré l'unité de notre famille », a résumé le padrino réélu. Circulez, y'a rien à voir, sport-business as usual.

Lire la suite

14:19 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fifa, football, blatter | |  Facebook | | | |

jeudi, 23 décembre 2010

Fonds de tiroir

Oskar Freysinger s'est donc déplacé à Paris pour agrémenter de sa présence un raoût rouge-brun (des « Assises sur l'islamisation de l'Europe ») tenues à l'initiative du « Bloc Identitaire » (là, on est franchement dans l'extrême-droite) et de « Riposte Laïque » (un machin qui vient de l'extrême-gauche et qui a viré de bord en réduisant sa voilure « laïque » à la seule toile islamophobe). Les deux tribus s'étaient déjà intelligemment manifestées en organisant un « apéro saucisson-pinard » (pur porc, le saucisson, évidemment) à la Goutte d'Or. On fait mumuse comme on peut : les uns prient, les autres bâfrent, tant que les uns et les autres nous foutent la paix et se contentent de se foutre sur la gueule entre eux, tout baigne). Bref, le Génie des Alpages est tout à fait à sa place dans ce brouet néanderthalien (le « Bloc Identitaire » s'était déjà illustré en invitant l'un de nos plus mirifiques produits du terroir, le Conseiller national UDC jurassien Dominique Baettig). On pourrait même suggérer qu'il y reste, dans le marigot identitaire gaulois, le Génie des Alpages, mais  « Infrarouge »  et « Genève à Chaud » se sentiraient orphelins, et on est compatissants.

On retrouve en triant de vieux papiers un intéressant (si, si, y'en a) article de la «Tribune de Genève », du 11 janvier 2010, qui fait le point sur les contributions des communes genevoises à l'aide au développement, telles que budgetées,. Où l'on constate que la majorité des communes n'atteint pas l'objectif de 0,7 % de leur revenu, pas plus d'ailleurs que le canton, qui en 2009 se traînait au tiers (0,25 %) de cet objectif. La Ville de Genève, siège d'une palanquée d'organisations gouvernmentales et non-gouvernementales de coopération au développement, se contentait elle-même d'un modeste 0,47 %, à peine mieux que la Confédération (0,42 %). Mais bon, pour la Ville de Genève, ces 0,47 %, c'est sans compter le prix des leçons qu'elle donne aux autres. En attendant, on félicitera, avec un an de retard et en attendant d'avoir les chiffres pour 2011, les 21 communes (y compris des communes solidement à droite) qui atteignent l'objectif de 0,7 %. Quand à celles qui se traînaient en-deçà de cet objectif, on espère qu'elles auront rattrapé leur retard. En particulier les deux principales communes du canton, toutes deux à gauche, la Ville de Genève et Vernier... même si près de la moitié des contributions totales des communes genevoises à l'aide au développement vient de la Ville de Genève.

Le Conseil d'Etat a annoncé que les communes genevoises ont présenté aux comptes 2009 un total cumulé d'excédent de revenus de 274,628 millions de francs. La Ville de Genève présente un excédent de revenus de 161,423 millions de francs. Sans tenir compte des résultats de la Ville de Genève, les communes de Lancy, Meyrin, Plan-les-Ouates et Carouge totalisent environ 50% de l'excédent de revenus 2009. On constate également que l'excédent de revenus 2009 des villes, Genève comprise, s'établit à 220 millions de francs. La fortune nette des communes s'est accrue de 9,9% en 2009, pour atteindre un total de 3,049 milliards de francs. On comprend mieux dès lors les lourds regards d'envie que ne cesse de jeter le canton sur les communes en général, et la Ville en particulier...

Christophe Blocher propose d'instituer des test de langues pour les candidats à l'immigration en Suisse, seul-e-s celles et ceux qui maîtrisent une langue nationale pouvant obtenir un permis de séjour. Ce qui prouve bien que, finalement, il est pas raciste, le Pithécanthrope. Parce que si sa proposition était retenue, les managers américains blancs et chrétiens ne parlant pas un mot de français, d'allemand, d'italien ou de romanche, c'est-à-dire la quasi totalité de l'espèce, ne pourraient plus venir manger les hamburgers des Suisses. En revanche, 50 millions d'Africains francophones (dont un bon tiers d'Algériens)  pourront les remplacer... Azul, Christophe !

Le 9 octobre dernier, sur un terrain de foot, à Colovray, dans la région de Nyon, un match sans enjeu opposait deux équipes de juniors E (8-11 ans). Sur le terrain, le match s'est bien déroulé. Ensuite... ensuite, le père d'un joueur a agressé, frappé puis menacé de mort l'entraîneur de l'équipe nyonnaise, lui reprochant d'avoir aligné son gniard en défense alors que lui, le pater familias, le voulait en attaque. Ce sont les joueurs qui avaient de 8 à 11 ans. L'âge mental du père n'est pas précisé. Ce qui est précisé, en revanche, c'est la contagion de la connerie sportive, des enfants aux parents.

Le canton veut urbaniser Cointrin -qui l'est d'ailleurs déjà assez largement- en déclassant un secteur de villas en zone 3 de développement, permettant la construction d'immeubles de sept étages, dans un quartier assez proche du centre de la ville, et assez bien desservi par les transports publics. Mais la commune, et certains propriétaires renâclent. Ils auraient tort de s'affoler : c'est Mark Muller qui est chargé du dossier. S'il avance à l'allure de celui des Communaux d'Ambilly, les pèropriétaires de villas et la commune ont le temps de voir venir. Largement le temps.

« Les terrains du PAV (Praille-Acacias-Vernets seront les terrains de la nouvelle Ville de Genève », nous annonce (dans « Affaires Publiques » de décembre) le candidat PDC-UDC des milieux immobiliers, de la famille régnante kazakhe et des amateurs de pince-fesses et de petits fours. Ouais. Sauf que ces terrains sont essentiellement sur le territoire de la Ville de Carouge. Après tout, pourquoi pas ? On annexe Carouge et Lancy (et tant qu'à faire, le Grand Saconnex, Veyrier, Collonge-Bellerive et Pregny-Chambésy en prime, et on l'a, la « nouvelle Ville de Genève » de Chevrolet... en gros, c'est le canton.

11:45 Publié dans De tout un peu | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : freysinger, genève, blocher, football | |  Facebook | | | |

mardi, 14 septembre 2010

Bilan du Mondial de foot : Du pognon pour la FIFA, quoi d'autre ?

La Fédération internationale du foot-pognon (la FIFA) a lancé le 3 septembre dernier des  « journées du fair-play ». Elle est particulièrement mal placée pour ce genre d'exercice, et son attitude lors du dernier Mondial de foot, en Afrique du Sud, en témoigne : fausses promesses, prévisions illusoires, absence d'impact durable sur le marché de l'emploi, augmentation des inégalités sociales, instauration d'un véritable protectorat financier sur l'Afrique du Sud... de tous les acteur de ce souk la FIFA est celui qui s'en tire le mieux  :  elle en retirera 3 milliards de francs (exemptés d'impôts) grâce à une politique strictement orientée vers le profit et une exemption d'impôts, alors que l'Afrique du Sud est confrontée à une perte nette de 2,8 milliards. Les partenaires financiers de la FIFA s'en sont également mis plein les poches, après que les commerçants locaux aient été exclus des périmètres des stades et que 20'000 personnes aient, été expulsées de leur logement et littéralement parquées dans des bidonvilles. Il fallait faire place nette au foot business, à ses pompes, ses oeuvres, ses stades et ses prébendiers.

Lire la suite

13:39 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mondial, football, fifa | |  Facebook | | | |

vendredi, 25 juin 2010

Football : quand les Bleus méritent toute notre gratitude

Allumeeeez, le feuuuuuu !

Dès le coup de sifflet final de l'ultime match livré (clef en main) par l'équipe de France au Mondial sud-africain, ça a commencé. Comme à Gravelotte, c'est tombé sur les Bleus, de toutes parts  Puis c'est remonté, de tout en bas, de tout au fond, là d'où débondent les égoûts médiatiques. ça avait déjà un peu suinté chez nous après la défaite de l'équipe de Suisse face à celle du Chili (la faute à l'arbitre, forcément), ça dégouline désormais un peu partout, ici et en France, en France sur le mode malin des pontifiantes certitudes à la Finkelkraut, et ici sur le mode bénin de l'ordinaire francophobie crapoteuse qui s'est étalée, après la défaite de l'équipe de France, dans les forums internet, sur Facebook et Twitter, dans les discussions de bistrot  où les beaufs locaux, après s'être pris pour Francis Drake en clamant entre deux bières « on a battu l'Espagne », se sont pris ensuite pour les vengeurs de Marignan en exsudant leur francophobie...

Lire la suite

20:38 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : football, mondial, france | |  Facebook | | | |

lundi, 21 juin 2010

« Rien à foot » ? si au moins...

Du temps où le football était un sport comme un autre, il ne nous était qu'indifférent. C'était le bon temps. Devenu, d'abord un marché, ensuite une pathologie, le foot nous est devenu insupportable. Ce qui nous emmerdait naguère, en ce moment nous débecte. Non en tant que jeu, ni plus ni moins idiot que n'importe quel autre jeu collectif dont le but n'est que de  « vaincre l'adversaire », mais en tant que machine délirante. Ce n'est pas le jeu qui nous est devenu odieux, c'est ce ce qu'il suscite. Le pire, dans le football, aujourd'hui, et dans la Coupe du Monde en ce moment, ce n'est pas le football lui-même : ce sont les supporters. De quelque pays qu'ils soient, les Suisses ne valant pas mieux que les autres. Eux seuls, leurs gestes, leurs mots, ce qui leur tient lieu de pensée dans le temps où le foot la submerge, suffiraient à nous dissuader, si d'aventure nous en avions la tentation ou la faiblesse, d'aimer ce qu'ils célèbrent, de célébrer ce qu'ils aiment, de partager la passion obscène qui les anime comme un marionnettiste anime ses pantins. De ce troupeau, il nous sied d'être le mouton noir. Mais c'est une bien maigre, et bien orgueilleuse, satisfaction.

Lire la suite

13:11 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : football, mondial, supporters, nati | |  Facebook | | | |

lundi, 07 juin 2010

L'Afrique du Sud sous protectorat de la FIFA

Entre les ahanements de sangliers en rut poussés à Roland Garros et les pouêt-pouêt de la caravane publicitaire du Tour de France, on va donc s'offrir pendant un mois, le cirque du Mondial de foot. Entre les petits bobos des joueurs, les états d'âme des entraîneurs et des commentateurs, les calculs des sponsors, les hurlements des supporters, les petites tricheries des matches et les grosses magouilles du sport-pognon, on pourra même se repaître d'une bienpensée du genre de celle produite, le 21 mars dernier, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, par la Haut commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, qui, tout en déplorant les incidents racistes qui se sont déroulés ces dernières années dans les stades de football, a cru de son devoir d'ajouter que la Coupe du Monde en Afrique du Sud allait être « une bonne opportunité d'aborder le problème du racisme dans le sport, et d'accroître le formidable potentiel du sport pour éliminer le racisme, la xénophobie et les formes similaires d'intolérance dans l'ensemble de la société » Comme si le Mondial avait encore le moindre rapport objectif avec le sport, et était autre chose que la matérialisation, pendant un mois, de la gigantesque pompe à fric qu'est la FIFA. Le Mondial, antidote au racisme ? Souvenez-vous du Mondial de 1998, de la France championne du monde, du déferlement d'hymnes au « melting pot black.blanc-beur »... Quatre ans plus tard, qui s'invitait au deuxième tour de l'élection présidentielle ? Zidane ? Non : Le Pen...

Lire la suite

12:25 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : football, mondial, fifa, afrique du sud | |  Facebook | | | |

jeudi, 15 avril 2010

Un carton jaune pour le foot-pognon ?

« Non à l'exploitation lors de Coupes du monde de football »

L'Œuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO) a lancé hier a pétition « Hor$jeu - Un carton jaune pour Sepp Blatter! ». La pétition* exanstoss.jpgige de la Fédération internationale du foot-pognon (la FIFA) qu'elle s'engage activement contre l'exploitation et pour le respect des droits humains lors de Coupes du monde de football. La FIFA devrait imposer aux sponsors et aux entreprises de construction des stades et autres équipements induits par les mondiaux de foot qu'ils et elles versent des salaires suffisants pour vivre et respectent les normes fondamentales du travail. Les pays et entreprises qui ne sont pas disposés à remplir ces conditions ne devraient plus pouvoir organiser de Coupe du monde ou assumer de travaux en lien avec cette dernière. Et après les jeux du cirque, une fois les télés parties, la FIFA gavée et les supporters décuités, la plèbe locale retourne à la normalité de l'exploitation ?

* La pétition peut être signée sur
www.horsjeu-afriquedusud.ch/

Lire la suite

13:22 Publié dans Solidarité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sport, football, fifa, mondial | |  Facebook | | | |

mardi, 15 septembre 2009

Acharnement thérapeutique

Cet automne, vraisemblablement entre l'élection du Grand Conseil et celle du Conseil d'Etat, le Grand Conseil (l'actuel, sans doute) se prononcera sur une nouvelle proposition de ponction des caisses publiques pour alimenter celles de la fondation privée du stade de Genève. Deux propositions sont en concurrence : celle de la majorité de droite (sans l'UDC, qui s'oppose à tout financement public de la fondation), qui accorde 700'000 francs à la fondation pour lui éviter la faillite, et celle des socialistes et des verts, qui limitent l'aumône à 500'000 francs (pour tenter d'éviter un référendum). Par rapport aux neuf millions sur quatre ans que l'inénarrable Mark Muller demandait initialement, on est certes devenu, enfin, un peu raisonnable dans ce dossier foireux, mais on s'obstine toujours à pratiquer à l'égard d'une fondation privée au bord de la faillite un acharnement thérapeutique absurde, auquel on ne saurait répondre, charitablement, qu'en faisant appel à Exit ou Dignitas. La fondation est au bord de la faillite ? Faisons-lui faire un grand pas en avant...

Lire la suite

00:44 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stade, football, praille | |  Facebook | | | |

vendredi, 08 mai 2009

L'aumône au stade

Le Conseil d'Etat voulait lui assurer une rente viagère de deux millions de francs par an jusqu'à ce que mort du stade s'ensuive ? La Fondation du Stade de Genève ne recevra probablement qu'une aumône de 500'000 balles pour survivre en 2010 : c'est en tout cas la proposition que feront le PS et les Verts, après que la Commission de contrôle de gestion du Grand Conseil ait, à l'unanimité, donné un préavis négatif à la dispendieuse stadolâtrie du gouvernement. Et la commission de stigmatiser la " légèreté " du Conseil d'Etat (à deux millions par an, c'était pourtant une légèreté lestée), et de déplorer l'absence de toute réflexion sur un financement privé de cet équipement sur lequel, rappelons-le au passage, les Genevois n'ont jamais pu se prononcer, tout ayant été fait, défait et surfait pour les en empêcher.

Lire la suite

03:21 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : stade, football, praille | |  Facebook | | | |