mardi, 18 avril 2017

L'Enchaînement au Sérail

12278649.jpg

Erdogan, à l'arraché

Comment gagner (à l'arraché) un référendum, comme l'a fait dimanche, à 51 % des suffrages, le président turc Erdogan et son parti, l'AKP ? En faisant taire l'opposition. En muselant les media. En se présentant soi-même comme le seul recours contre le chaos, le terrorisme, l'ennemi étranger et l'ennemi intérieur. En invoquant Dieu et la menace de l'enfer ("Ne mettez pas en danger votre vie après la mort" en votant "non", prêchait Erdogan dix jours avant le vote) Et pour plus de sécurité, en tripatouillant les conditions de vote pour permettre de comptabiliser des bulletins non validés. Et peut-être en fraudant (les observateurs du Conseil de l'Europe -dont la Turquie est encore membre- le soupçonnent, et des centaines d'irrégularités sont dénoncées par les ONG et les partis d'opposition). Dans ces conditions, que l'opposition à Erdogan et à son projet de révision constitutionnelle ait pu obtenir 49 % des suffrages et faire douter du succès du Sultan tient de la performance. Cette opposition était pourtant divisée : on y retrouvait les kémalistes sociaux-démocrates, des islamistes, les organisations kurdes, les alévis, la gauche révolutionnaire, une grande partie de l'extrême-droite et les syndicats, chaque force faisant campagne séparément et contradictoirement des autres, mais dans la même extrême difficulté de se faire entendre sous la chape de plomb de la censure. Erdogan voulait que le 16 avril 2017 "efface le 15 juillet" 2016, le coup d'Etat manqué tenté contre lui par une partie de l'armée. En réalité, sa victoire, contestable et qui sera contestée par l'opposition social-démocrate et kurde, n'efface pas le coup d'Etat manqué mais parachève le coup d'Etat réussi qui a suivi -le coup d'Etat d'Erdogan lui-même.

Lire la suite

15:36 Publié dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : turquie, erdogan, kurdistan | |  Facebook | | | |

lundi, 13 mars 2017

Quand Erdogan et ses partisans pètent les plombs

Erdogan.JPGReferendummkopf

Le 16 avril, la Turquie votera en référendum sur le désir irrépressible du président Erdogan de devenir un "hyperprésident". Et à l'image de leur Sultan, ses partisans s'agitent dans toute l'Europe pour convaincre les Turcs de l'étranger de rallier le Grand Turc de Turquie. Mais cette agitation se heurte à de fortes résistances : autorisé par Berne, un meeting zurichois du ministre turc des Affaires étrangères a été annulé, le Danemark invite le même ministre à renoncer à tenir un meeting sur sol danois (ce qu'il a pu faire en France et aurait pu faire en Suisse si l'Hôtel où devait se tenir le meeting n'avait pas annulé la réservation de la salle), l'avion du ministre a été empêché d'atterrir aux Pays-Bas où il devait également prêcher la bonne parole, et d'où la ministre turque de la Famille a été expulsée -le Sultan Erdogan s'autorisant du coup à traiter le gouvernement néerlandais de "nazi". Pas moins. Des municipalités allemandes ont également interdit des réunions de partisans du projet d'"hyperprésidence" soumis à référendum. En Suisse, les Verts s'inquiètent de la surveillance exercée par l'ambassade de Turquie sur les opposants au régime d'Ankara, et plus généralement sur les Turcs de Suisse, dont la majorité sont d'ailleurs soit Kurdes, soit Alévis, soit les deux à la fois, ces deux composantes de la société turque étant dans le collimateur du gouvernement et du parti d'Erdogan.

Lire la suite

16:02 Publié dans Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : turquie, kurdistan, erdogan | |  Facebook | | | |

lundi, 28 novembre 2016

Turquie : le coup d'Etat réussi d'Erdogan


La Répression au Sérail

Le 4 novembre, le gouvernement Turc a fait interpeller Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, les co-présidents du Parti démocratique des peuples (HDP), ainsi que neuf autres élus de ce parti.  Principal parti d’opposition en Turquie (il a obtenu six millions de suffrages rien qu'au Kurdistan en novembre 2015), le HDP, seul à défendre les droits des Kurdes, incarne également la lutte pour l’égalité entre hommes et femmes, pour le respect des minorités et contre toutes les formes de discriminations. Muselé par le pouvoir, le HDP a annoncé le 6 novembre dernier se retirer de toute activité au parlement pour protester contre la répression le frappant et frappant toute l'opposition réelle en Turquie, qu'elle soit le fait d'organisations politiques, de media ou d'acteurs sociaux et culturels. Les arrestations d’élus kurdes surviennent en effet dans un contexte de purges et de répression généralisées à la faveur de l'état d'urgence instauré après la tentative de Coup d’Etat manqué du 15 juillet 2016, suivie d'un coup d'Etat réussi -celui du Sultan Erdogan, qui désormais contrôle tous les pouvoirs : le parlement, le gouvernement, la justice, l'armée... et en use contre toutes les oppositions, dans l'apathie généralisée des consciences démocratiques européennes.

Lire la suite

15:48 Publié dans Droits de l'Homme, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : turquie, kurdistan, erdogan | |  Facebook | | | |

mardi, 03 novembre 2015

Elections turques : la victoire du pompier pyromane

Des urnes pleines de peur

Nos copains turcs (il est vrai qu'ils sont presque tous Kurdes) faisaient plus que grise mine, hier. Ils étaient abasourdis, comme assommés par le résultat des élections législatives anticipées convoquées fin août par le Président-Sultan Erdogan, tout seul, comme un grand -mais "si Dieu le veut" tout de même. Dieu, et lui : la constitution turque prévoit, en cas d'échec du principal parti à former un gouvernement, la transmission de cette tâche, au principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (social-démocrate et kémaliste), mais le Sultan n'a que faire de la constitution : il a donc décidé tout seul de dissoudre le parlement né des élections précédentes lors desquelles son parti n'avait pas obtenu de majorité absolue, et d'organiser de nouvelles élections avec, précisément, pour objectif d'obtenir cette majorité absolue. Et il l'a obtenue, alors que peu nombreux étaient les observateurs qui le prédisaient. Il l'a obtenue dans un climat de violence et de peur dénoncé par les observateurs internationaux, qui ont fait état de nombreuses attaques contre les candidates et les candidats, les partisans et les locaux du parti de gauche HDP, dont la base est majoritairement kurde. Qui veut la fin veut les moyens est aussi un proverbe ottoman. Le Président-Sultan, en tout cas, l'applique depuis 13 ans.    

Lire la suite

16:14 Publié dans élections, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : erdogan, akp, turquie, kurdistan | |  Facebook | | | |

jeudi, 25 juin 2015

Après Syriza et Podemos : le Parti démocratique des peuples de Turquie (HDP)

Turquie, Kurdistan, AKP, HDP, Erdogan, Demirtas

Printemps kurde, printemps turc

Après la Grèce et l'Espagne, la Turquie ? selon les résultats officiels des récentes élections législatives en Turquie, le parti islamiste au pouvoir, l'AKP est arrivé en tête du scrutin, mais n'a recueilli que 40,8% des suffrages. Une dégringolade de près de dix points par rapport à son score d'il y a quatre ans (49,9%). Avec 258 des 550 sièges de députés, l'AKP est nettement en dessous de la majorité absolue, et incapable de former un gouvernement sans se coaliser avec un autre parti. En fait, le grand vainqueur du scrutin est le quatrième parti en suffrages : Le HDP (Parti démocratique du peuple), qui a obtenu 13,1% des suffrages et raflé 80 sièges d'un coup pour son entrée au parlement. Les deux autres principaux adversaires  de l'AKP, le parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate et kémaliste), en léger recul,  et le parti de l'action nationaliste (MHP, droite), en légère progression obtiennent respectivement 25% et 16,3% des suffrages et 133 et 80 sièges. Le recul des islamo-conservateurs de l'AKP prive en outre le sultan Erdogan de la possibilité d'instaurer sans passer par un référendum le régime présidentiel dont il rêve.

Lire la suite

18:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : turquie, kurdistan, akp, hdp, erdogan, demirtas | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 juin 2013

Révolte dans les villes de Turquie : Le peuple, tout le peuple ?

En Turquie, depuis bientôt une semaine, les manifestations et leur répression se succèdent, sans relâche. La révolte, qui a produit 235 manifestations dans 67 villes selon les autorités, s'est étendue d'Istambul puis Ankara à l'Anatolie, à Izimir, à Antalya, à Trabzon. En ses cinq premiers jours, sa répression a fait plus de 1700 blessés (dont certains à la tête, par des cartouches lacrymogène tirées comme des balles) dans les rangs des manifestants, dont deux seraient morts, et 115 dans ceux de la police. Plus de 1700 manifestants ont été arrêtés, certains dans des lieux où ils recevaient des soins. « Le peuple ne veut plus d'Erdogan », titre « Le Courrier », à l'unisson des manifestants et des formations politiques de gauche qui les soutiennent.
« Le peuple », vraiment tout le peuple ?

Lire la suite

14:30 Publié dans Europe, Politique, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : turquie, erdogan, akp | |  Facebook | | | |