egypte

  • Algérie, Egypte : syndicats réprimés, printemps étouffés

    Imprimer

    Pourquoi le soulèvement des peuples d'Afrique du nord n'a-t-il réellement pu aboutir à un véritable changement de régime qu'en Tunisie, et pas en Egypte, ni en Algérie, ni même en Libye ou il n'a abouti qu'à remplacer une démence par une autre ? Peut-être parce qu'il fut porté en Tunisie par un mouvement syndical émancipé de la tutelle du parti-Etat. Mais en Algérie et en Egypte, les mouvements sociaux, étouffés ou réprimés, n'ont pas disparu, ni la volonté des travailleurs de construire un syndicalisme d'opposition, indépendant de l'Etat et, en Algérie, d'un ex-syndicat unique voué à la fonction de « courroie de transmission » du régime et de ses clans. Pour aider les mouvements syndicaux autonomes égyptiens et algériens à s'organiser, se coordonner et se renforcer, le SOLIFONDS (Fonds de solidarité pour les luttes de libération sociale dans le tiers monde) a lancé un appel au soutien : répondez-y...

    Lire la suite

  • L'Egypte, entre révolution et putsch : L'alternative syndicale

    Imprimer

    Alors qu'ils furent l'un des moteurs de la révolution qui mit fin au régime de Moubarak, puis de l'opposition à la récupération islamiste de cette révolution, les syndicats indépendants du pouvoir comme de la mosquée restent interdits en Egypte -mais un centre syndical indépendant, le CTUWS, existe néanmoins, qui lutte précisément pour les libertés syndicales l'indépendance des syndicats, les libertés d'information et de mouvement, et le renforcement de la place des femmes dans le mouvement syndical. Le  renforcement des syndicats indépendants étant un élément décisif de la transformation politique et sociale démocratique de l'Egypte, le Solifonds soutient la campagne du CTUWS :
    SOLIFONDS, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch

    Compte postal 80-7761-7

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde, Solidarité, syndicats 0 commentaire
  • Afrique du nord, Proche Orient, Moyen-Orient : Le printemps des peuples ?

    Imprimer

    Affiche manif.jpgAfrique du nord, Proche Orient, Moyen-Orient : Le printemps des peuples ?

    En Tunisie, en Egypte, en Algérie, au Yemen, en Jordanie, les peuples se soulèvent pour leurs droits démocratiques et sociaux. Ils affrontent les forces de répression d'Etats policiers, ils s'efforcent de chasser des dictateurs mafieux adoubés par les grandes puissances occidentales, les grandes entreprises et les organismes économiques et financiers internationaux. Leur mobilisation se heurte autant à la répression qu'à des tentatives de récupération qui visent à pérenniser les mêmes politiques avec un personnel renouvelé, en changeant le moins possible les systèmes en place, mais en les débarrassant simplement d'encombrants prédateurs. Le 11 février à Genève nous manifesterons (17 heures 30, Place de Neuve) notre solidarité avec ce nouveau, et précoce, « printemps des peuples ». Pour qu'il ne finisse pas comme le précédent : par l'été des récupérateurs.

    Lire la suite

  • Tunisie, Egypte,Algérie : L'armée, le peuple, le pouvoir

    Imprimer

    Raïs crispé, Raïs crispant

    Or donc, répondant aux millions d'Egyptiennes et d'Egyptiens lui criant (en françaoui de Tunis dans le texte) : «dégage!», Moubarak a déclaré  « je reste » . Encore un moment. Tant qu'il peut. Et apparemment, il croit pouvoir encore, en tout cas jusqu'aux élections. Face à lui, tout un peuple et entre le pouvoir et ce mouvement : l'armée, financée et équipée pour  1,3 milliard de dollars en 2010)  par les Etats Unis, et dont le chef d'état-major est un général pro-américain.  Moubarak reste jusqu'aux élections ? Il en a sans doute obtenu l'autorisation de l'armée et de ses tuteurs.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 2 commentaires
  • Tunisie, Algérie, Egypte : Barakat !

    Imprimer

    Des morts en Tunisie, des morts en Algérie, des morts en Egypte. En Tunisie, des émeutes ont éclaté après le suicide par le feu d'un marchand ambulant dont la police venait de saisis l'étal, puis celui, toujours par le feu, d'un lycéen; en Algérie, les émeutes ont répondu à l'augmentation vertigineuse des prix des dentées alimentaires de base -et elles ont fait au moins trois morts et 400 blessés; en Egypte, les Coptes ont crié dans la rue leur colère de l'inaction, ou de la complicité, du pouvoir avec les épurateurs islamistes qui venaient de commettre un attentat suicide devant une église d'Alexandrie. Un seul mot résume la colère des Tunisiens, des Algériens, des Coptes d'Egypte : Barakat ! Assez ! Notre pays n'est pas la propriété privée de Ben Ali, de Bouteflika, de Moubarak, de leurs tuteurs et de leurs obligés !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Droits de l'Homme 8 commentaires