mercredi, 06 février 2013

L'humour d'Economiesuisse : enfumage patronal

Economiesuisse a de l'humour. ça ne nous avait pas frappé jusqu'à son engagement contre l'initiative Minder, mais là, ça nous aveugle : son directeur, Pascal Gentinetta, minimise l'impact de l'engagement de son organisation (patronale) dans la campagne sur l'initiative contre les rémunération abusives en déclarant qu'« une votation ne s'achète pas », alors qu'Economiesuisse balance huit millions dans sa campagne. Et le même Gentinetta assure, avec la même crédibilité, que si l'initiative est repoussée, le patronat ne soutiendra pas un référendum contre la loi qui fait office de contre-projet à l'initiative, et qu'il n'a acceptée que contraint par l'urgence de faire au moins semblant de lutter contre des « rémunérations abusives » qui suscitent une indignation presque générale.

Lire la suite

13:29 Publié dans Economie, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bonus, salaires, rémunérations, minder, economiesuisse, patronat | |  Facebook | | | |

mardi, 16 mars 2010

Domestiques politiques attendent gages patronaux

Les partis de droite furieux contre EconomieSuisse :
Domestiques politiques attendent gages patronaux


Les partis bourgeois en ont gros sur la patate, après la déculottée prise le week-end dernier, lors du vote sur le 2e pilier. Et ils en veulent méchamment à « EconomieSuisse » : l'organisation faîtière du patronat helvétique a en effet totalement pris en main la campagne (ratée) en faveur du projet brutalement refusé par le peuple. Radicaux, démo-chrétiens et udécistes reprochent amèrement au syndicat patronal d'avoir claqué une dizaine de millions de francs pour cette campagne, au lieu que de financer directement les partis de droite, comme ils le faisaient auparavant. C'est vrai que ça doit être dur de devoir mener campagne comme de vulgaires partis de gauche, sans subventions directes du patronat, et de devoir attendre que celui-ci consente à accorder quelque aumône à ses commis politiques, quand ça l'arrange, qu'une campagne doit être menée sur un sujet qui touche des « intérêts économiques » qui ne veulent pas trop se montrer. Pour couronner le tout, EconomieSuisse a eu recours à une agence pour embaucher des jeunes qui ont fait campagne pour elle, sans rien connaître au dossier... « EconomieSuisse ferait mieux de nous donner des moyens plutôt que payer des jeunes qui n'y comprennent rien », pleurniche le président du PDC, Christophe Darbellay. Il ne lui vient pas à l'idée, à Darbellay, que son parti, le parti radical-libéral et l'UDC, pourraient se démerder pour se financer eux-mêmes au lieu que de mendier auprès du patronat ? Ce sont les domestiques que l'on gage...

Lire la suite

13:50 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, economiesuisse | |  Facebook | | | |