vendredi, 27 octobre 2017

Offensive udéciste contre le droit international

CEDH.jpg

On votera l'année prochaine sur une initiative de l'UDC qui, sous prétexte de privilégier le droit suisse au droit international, en invoquant (pour l'exorciser) le spectre des "juges étrangers" (et en confondant donc "juges étrangers" et juges internationaux, dont certains sont Suisses...), entend réduire la protection que le droit international et ses institutions (la Cour européenne des droits de l'homme, par exemple, institution du Conseil de l'Europe -dont la Suisse est membre) accordent ou tentent d'accorder aux droits et aux libertés des personnes, et des minorités sociales, culturelles, politiques. L'initiative udéciste remet à la fois en cause cette protection et la sécurité même du droit national, dans tous les domaines : en proposant d'empêcher le Tribunal fédéral suisse d'appliquer la Convention européenne des droits de l'homme, elle ne propose rien d'autre qu'empêcher des personnes de porter leur cause devant une Cour dont les décisions s'imposent à l'Etat. C'est un peu comme si on voulait empêcher des Suisses de porter leur cause devant le Tribunal fédéral, au nom de la suprématie des tribunaux cantonaux : la hiérarchie des normes de droit, qui pose le droit international au-dessus des droits nationaux (et le droit fédéral au dessus des droits cantonaux) est un instrument de défense des libertés individuelles et des droits de la personne face à l'Etat (ou à ses composantes régionales), pas un instrument de contrainte de la souveraineté nationale, et c'est à ce titre qu'il convient de la défendre... Ce ne sont pas les fantômatiques "juges étrangers" qui menacent les droits des Suisses, c'est la volonté de certains Suisses aux idées noueuses de priver leurs propres compatriotes de la protection du droit international, si insuffisante qu'elle soit encore.

Lire la suite

16:13 Publié dans Droits de l'Homme, Europe, Politique, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : droit international, cedh | |  Facebook | | | |

lundi, 27 octobre 2014

Dilemme démocratique au menu : Que faire des initiatives populaires contraires au droit international ?

Reçue par le président de la Cour européenne des droits de l'Homme, Simonetta Sommaruga lui assurait début septembre que la Convention dont la Cour assure le respect était devenue «partie intégrante de l'ordre juridique suisse». Certes, mais des initiatives contraires aux dispositions de la Convention sont, elles aussi, devenues « parties intégrantes de l'ordre juridique suisse » dès lors qu'elles ont été acceptées par la majorité du peuple et des cantons... Or le parlement a déjà le pouvoir (c'est la constitution qui le lui donne) de déclarer une initiative irrecevable, mais la dernière initiative populaire fédérale ainsi soustraite au vote date ainsi d'il y a près de 20 ans et elle était de gauche : en 1996, l'initiative « pour une politique d'asile raisonnable », émanant des milieux de défense du droit d'asile, avait ainsi été poubellisée par le parlement -qui ne prenait pas de risque, la défense du droit d'asile n'étant pas la cause la plus populaire dans ce pays. Dilemme démocratique : un vote populaire peut-il s'abstraire du droit en vigueur, quand ce droit a lui-même été ratifié par un autre vote populaire ?

De l'initiative populaire comme pétition

Les initiatives populaires, qui servaient plutôt, depuis l'instauration de la « démocratie de concordance » (et. avant elle, de la « paix  du travail »), à présenter au peuple des propositions rationnelles mais impossibles à présenter au parlement pour cause de rapport de force politique insurmontable, tiennent désormais de la pétition, utilisées pour exprimer des positions radicales (de gauche, comme l'initiative 1:12, ou de droite, comme les initiatives xénophobes de l'UDC) dont les tenants n'ignorent pas qu'elles sont incompatibles avec l'ordre juridique existant (dont les traités internationaux font partie) et qu'elles sont donc inapplicables sans remise en cause fondamentale de cet ordre -ce que l'UDC s'apprête à faire en lançant une initiative proclamant la primauté du droit national sur le droit international.  Le parlement fédéral, qui a longtemps ignoré cette évolution de l'usage du droit d'initiative, semble vouloir la prendre en compte : la commission des institutions politiques du Conseil des Etats a ainsi, sur la base d'une proposition des Evangéliques (soutenus par la gauche),  rédigé un rapport sur les critères de recevabilité, et a contrario d'invalidation, des initiatives populaires.

Actuellement, le pouvoir d'annulation d'une initiative populaire par le parlement se limite à l'examen de deux critères, celui de l'unité de forme et de matière et celui de respect du droit international public impératif. La commission du Conseil des Etats propose d'y ajouter les critères de non-discrimination, de proportionnalité et de non-rétroactivité. Les signataires d'une initiative populaire déclarée irrecevable par le pèarlement en seraient certainement frustréls. mais « je préfère décevoir 100'000 signataires (en annulant l'initiative) qu'un million et demi de votants » en n'appliquant pas une initiative acceptée par le peuple, répond Robert Cramer.
Pourquoi le parlement n'use-t-il pas du pouvoir dont il dispose déjà ? Sans doute par peur de la réaction des initiants : 100'000 signatures (au moins) au bas d'un texte, dans un pays de cinq millions d'électrices et d'électeurs, c'est un poids politique qu'on ne néglige pas quand on est soi-même élu-e par le peuple. Surtout quand on a passé son temps à proclamer qu'il fallait lui « faire confiance », au peuple. Même l'idée du Conseil fédéral de prévenir, sur les listes de signatures, que l'initiative que l'on s'apprêterait à signer est probablement contraire au droit supérieur a été rejetée par le parlement. On en reste donc avec, incorporés au droit national, des textes contraires au droit international, et donc inapplicables puisque ce droit est, dans l'ordre juridique supérieur au droit fédéral, comme le droit fédéral est supérieur au droit cantonal...

Vexée de se retrouver dans cette situation d'avoir gagné des votes populaires impossibles à traduire en droit effectif, l'UDC a décidé samedi dernier de lancer une initiative pour instaurer la primauté du droit suisse sur le droit international. Et y'a une idée à creuser là : tant qu'on y est, on pourrait lancer, par exemple à Genève, au nom du principe de subsidiarité, une initiative instaurant, la primauté du droit cantonal sur le droit fédéral, du droit municipal sur le droit cantonal et du droit individuel de ceux qui s'accordent tous les droits sur le droit public qui prétend les limiter aux droits des autres ?

13:59 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : initiatives populaires, droit international | |  Facebook | | | |

jeudi, 21 août 2014

Eintartete Recht

L'UDC  lance une initiative pour instaurer la primauté du droit fédéral sur le droit international (autrement dit : pour instaurer la primauté des initiatives de l'UDC sur la Convention européenne des droits de l'Homme). Seul le droit international impératif, qui proscrit le génocide, la torture et l'esclavage, devrait être respecté. Et encore, sous réserve de précisions convenant à l'UDC. "Il est inacceptable d'être prisonnier des droits de l'homme", hennit l'écuyère genevoise de l'UDC, Céline Amaudruz. Et d'être prisonnier des lubies de l'UDC, c'est acceptable ? Même son ancien Conseiller fédéral Adolf Ogi se convainc qu"il est temps d'arrêter Christoph Blocher" (le temps, justement, devrait y pourvoir, mais avons-nous encore le temps du temps ?) Le PS rappelle que les droits humains et le droit international sont une "conquête civilisatrice" -mais qu'est-ce que ces mots peuvent bien signifier pour une Amaudruz, ou pour l'UDC ? Des mots, précisément. Rien que des mots. Et étrangers, en plus...  

Lire la suite

23:28 Publié dans Droits de l'Homme, Suisse | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : droiit, droit international, cedh, udc | |  Facebook | | | |