mardi, 13 décembre 2016

Pannes informatiques, intellectuelles et politiques : Genève en panne de budget

ARAIGNEE.jpgLa majorité de droite dilatée du Conseil Municipal de la Ville de Genève a une ligne. Une ligne de quoi, on ne sait pas, mais une ligne. Pour la deuxième année consécutive (et cette fois avec l'apport d'Ensemble à Gauche et de cinq Verts pour compenser la défection du PDC), elle empêche la Ville d'avoir un budget à temps pour éviter les « douzièmes provisionnels » (le budget de l'année précédente découpé en tranches mensuelles tant qu'un budget annuel n'a pas été adopté). On en vient d'ailleurs à se demander pourquoi ces « douzièmes provisionnels » ne deviennent pas la procédure budgétaire par défaut. Et on se réjouit déjà des (d)ébats budgétaires de l'année prochaine et des deux années suivantes (puisque la « législature » est désormais quinquennale), et de ce que la droite dilatée et ses alliés d'occasion nous inventeront pour ne pas avoir à faire leur boulot... Donc samedi, une panne informatique perturbant les votes s'étant ajoutée à une panne intellectuelle les rendant sans objet, il s'ensuivit une panne politique privant la Ville de budget pour l'année prochaine. Du moins jusqu'à ce que la majorité de son  Conseil municipal, même dilatée jusqu'à feue l'"extrême-gauche", condescende, même difficilement, à faire le travail pour lequel elle a été élue. Mais restons optimistes : peut-être que d'ici janvier... ou en février... ou en mars... ou le 1er avril, un sursaut de conscience politique dotera la Ville d'un budget. Peut-être.  Mesuré est notre optimisme.

Lire la suite

16:06 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ville de genève, conseil municipal, budget | |  Facebook | | | |

mardi, 02 juin 2015

Présidence du Conseil Municipal de la Ville : L'insoutenable prétention de proposer un choix...

Les conseillères et conseillers municipaux de la Ville de Genève choisiront cet après-midi leur présidente ou leur président. Choisiront, puisqu'ils auront le choix entre un candidat du MCG et une candidate du PS. Quoi de plus démocratique qu'un choix ? Il faut apparemment poser la question puisque dès qu'a été connue la décision du PS de présenter une candidate et de "contester" (ciel...) la candidature du MCG, s'est abattue sur le PS (et sa candidate) une averse de reproches indignés : quoi, vous osez remettre en cause le "tournus", l'"alternance", le "droit" du 1er vice-président à poser son séant sur le siège du président ? Vous osez nous contraindre à choisir ? Eh bien oui, on ose, sinon remettre en cause le "tournus", du moins remettre sa pratique actuelle, celle qui prive le parlement de tout choix. Nous avons l'insoutenable prétention d'offrir au Conseil Municipal un choix entre un candidat et une candidate à la présidence. Evidemment, la démocratie, ce serait plus simple avec des candidatures uniques, chaque parti à son tour, inlassablement. Une histoire cyclique à la grecque : on passerait ad aeternum d'un parti à un autre, sans jamais pouvoir se prononcer réellement ni sur ce parti, ni sur son candidat ou sa candidate. Le rêve, quoi. Dis Tonton, c'est où, la Corée du Nord ? A l'Hôtel-de-Ville, en face des canons... et ils servent à quoi, les canons ? A tirer sur les méchants qui veulent troubler les successions planifiées...

Lire la suite

06:14 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ville de genève, conseil municipal | |  Facebook | | | |

jeudi, 05 juin 2014

Insoutenable suspense politique à Piogre : Guéguerre pour un perchoir

Subitement, mardi, les armes se sont tues en Syrie, les affrontements ont cessé en Ukraine, et à Odessa les mères, inquiètes, ont recouché  leurs bébés dans les poussettes et remonté les marches des grands escaliers pour interroger les cosaques : mais qui va être élu à la présidence  du Conseil Municipal de la Ville de Genève ? le candidat de la gauche ou un candidat de droite ? L'angoisse montait la crise menaçait, l'affrontement grondait, les hallebardes avaient été graissées et les tripes étaient nouées. Pour « Le Courrier », si le candidat d'« Ensemble à gauche » n'était pas élu à la «  fonction précieuse en termes de symbolique et de visibilité, le coup serait rude« ». Ah bon. Parce qu'en année électorale, dans un parlement où les décisions les plus importantes se prennent à une ou deux voix de majorité, rien n'était plus essentiel pour la gauche que de perdre une voix dans les votes (le président ne vote qu'en cas d'égalité des voix...) et dans les débats (il n'y prend pas part), et d'en faire gracieusement cadeau à la droite ? Il faut croire.  On y a cru.

Lire la suite

16:07 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : conseil municipal | |  Facebook | | | |

mardi, 04 mars 2014

Petit commentaire sans importance sur une décision sans importance...

Des élu-e-s sans voix ?

Le Conseil Municipal de la Ville de Genève a adopté la semaine dernière de nouvelles dispositions règlementaires sur la « police » de ses séances, dispositions proposées par la commission du règlement, qui précisait ce qu'à son avis le Conseil Municipal lui-même ne pouvait plus accepter : les propos discriminatoires, racistes, sexistes et homophobes, les paroles ou les gestes outrageants. Il ne fut d'ailleurs pas sans signification que le groupe MCG, dont les commissaires avaient approuvé la condamnation de tels propos, ait fini par refuser cette condamnation : il en a été jusqu'à présent le spécialiste incontesté. En fait, le seul objet réel de divergence fut la question du droit de vote des membre de ce Conseil qui viendraient à être expulsés de la salle pour avoir troublé la séance.

Lire la suite

14:50 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : conseil municipal | |  Facebook | | | |

mardi, 21 mai 2013

Friture picrocholine à Piogre : Le parlement rue

On revient donc ici sur l'incident qui a clôt prématurément,la dernière séance du Conseil Municipal de la Ville de Genève -ou plutôt revient-on sur la rafale de commentaires contristés qu'il a suscité, dont ceux du rédacteur en chef de la Tribune de Genève et de l'animateur multicarte des salons où l'on cause de politique genevoise, l'un et l'autre faisant assaut de prêches en faveur de la neutralité politique des parlements et de l'asepsie des débats auxquels ces bons esprits voudront bien consentir à laisser les parlementaires se livrer. « Le parlement n'est pas la rue », nous pontifie l'un d'eux. Il en est pourtant bien l'aboutissement, comme l'Agora. Ce qui vaudra toujours mieux que l'être comme un cimetière. Le parlement n'est pas la rue mais le parlement rue s'il est vivant.
Comme doit l'être la politique, en démocratie.

Lire la suite

12:04 Publié dans Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : parlement, conseil municipal, mcg | |  Facebook | | | |