jeudi, 21 septembre 2017

Cassis im Bundeshüüs

Cassis.jpgL'élection qui ne change pas grand-chose

On ne peut pas dire que la surprise ait été au rendez-vous, hier matin, au Palais fédéral : Ignazio Cassis a été élu au Conseil fédéral. Election logique : à force de dépasser ses deux concurrents par la droite (ça va être autorisé sur les autoroutes, ça l'est déjà dans les campagne pour le Conseil fédéral), il a obtenu le soutien massif de l'UDC, pendant que ses deux concurrents devaient se partager (et partager avec lui) le soutien des autres partis. Donc voilà. Cassis succède à Burkhalter au Conseil fédéral (mais pas forcément aux Affaires Etrangères). Et alors ? ça change quoi ? Pas grand chose. Un petit glissement à droite, peut-être. Au point où on est, ça va tenir de l'imperceptibilité. A moins évidemment que Cassis n'hérite du département de Berset en partance pour de nouvelles aventures dans un autre ministère. Le lobbyste en chef des assurances-maladie désigné ministre de la santé, ça simplifierait en effet diablement la compréhension par les assurés du racket qu'ils subissent...

Lire la suite

15:25 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cassis, maudet, conseil fédéral | |  Facebook | | | |

lundi, 28 août 2017

Maudet au Pont d'Arcole

Bonaparte_pont_Arcole.jpgLe notable, la Vaudoise et le hussard

Dans un pays dont le peuple vote tous les trois mois, l'élection d'un membre du gouvernement n'a certes pas autant d'importance que celle que les candidats à cette élection se plaisent à lui accorder. Il n'empêche... Le 1er septembre, le PLR désignera ses candidats au Conseil fédéral, à la succession de Didier Burkhalter. Le deuxième siège PLR n'étant contesté ni par l'UDC, ni par le PDC, ni par le PS, et la "latinité" étant posée (sans d'ailleurs être définie de façon convaincante) comme une condition pour pouvoir être élu-e, le siège laissé vacant par la démission du Neuchâtelois sera occupé par l'un-e ou l'autre des trois candidats (à la candidature) en lice : le notable, la Vaudoise et le hussard : le Tessinois Ignazio Cassis, favori des bundehausologues (d'autant qu'il est chef du groupe PLR, qui désignera les candidats), la Vaudoise Isabelle Moret, qui pourrait bénéficier, tout en s'en défendant, d'un bonus féminin, et le Genevois Pierre Maudet, parti à l'assaut du PLR comme Bonaparte au Pont d'Arcole. En même temps, comme dirait Macron, faut faire gaffe : qui commence au Pont d'Arcole peut finir à Saint-Hélène... Car c'est bien d'abord le PLR, impréparé à la succession de Burkhalter, qu'il va falloir convaincre. Et ensuite, le parlement fédéral. Les citoyen ? Bof... Il y aurait même un risque pour elle ou lui qu'une candidate ou un candidat jouisse d'une trop grande faveur des foules : les parlementaires n'aiment rien tant que montrer que ce sont eux qui décident, et pas l'opinion publique : les socialistes Lilian Uchtenhagen et Christiane Brunner en ont fait les frais.

Lire la suite

13:40 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : maudet, conseil fédéral | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 décembre 2015

Election du Conseil fédéral (et du deuxième udéciste) : "Le bon, la brute et le truand" ou les Trois Mousquetaires ?

On avait, avouons-le, quelque difficulté à se passionner pour l'élection du Conseil fédéral. Les Chambres allaient-elles choisir le Bon, la Brute ou le Truand ? Athos, Porthos ou Aramis ? Ou d'Artagnan (que le Père Dumas nous pardonne de prendre ses héros pour représenter un choix qui ne leur arrive pas aux chausses) ?  Des deux scenarii qu'évoquait hier la "Tribune de Genève", celui de la normalisation (élection d'un des trois candidats UDC), celui de la confrontation (élection d'un-e UDC non-candidat, voire d'un-e non UDC), c'est, comme il était de plus en plus probable après que le "centre" ait confirmé sa réputation de pusillanimité, le premier qui a été traduit en actes. Admettons qu'on ait choisi le Bon. Ou Porthos. Et ça va changer quoi ? Pas grand chose. L'UDC a deux sièges au Conseil fédéral ? Elle en avait déjà deux il y a quatre ans (Eveline Widmer Schlumpf était UDC, avant d'être exclue pour crime de lèse-Blocher)... l'"arc lémanique" est à nouveau représenté au gouvernement fédéral ? Oui, et alors ? en avait-il besoin ?

Lire la suite

17:39 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : conseil fédéral, udc, parmelin | |  Facebook | | | |

lundi, 30 novembre 2015

Succession d'Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral : On s'en tamponne (un peu) !

Autant vous l'avouer  : savoir lequel sera élu des trois candidats de l'UDC à la succession d'Eveline Widmer-Schlumpf, le Romand, l'Alémanique (qui a adhéré à l'UDC parce qu'"en Suisse centrale, le PDC a tendance à glisser à gauche") ou le Tessinois (pas membre de l'UDC mais de la Lega), on s'en tamponne le botte-cul. Comme de savoir où ira gésir Ueli Maurer. Et on s'en tamponnerait aussi de savoir quel département l'éduciste nouveau prendra (les Finances, l'Armée, la Justice et la police, l'Intérieur), si d'aucun-e-s ne caressaient pas l'idée sadique, du point de vue de la défense du droit d'asile, de lui confier la tutelle de la politique d'asile. Ce droit à l'indifférence (relative) que nous prônons, c'est l'avantage que nous offre le système de démocratie "semi-directe" (et donc "semi-parlementaire") : le Conseil fédéral a l'initiative (partielle) des lois et des choix politiques, pas leur maîtrise. Et si le parlement a glissé à droite, avec une majorité UDC-PLR au Conseil national, ce glissement est moins calamiteux qu'on pouvait le craindre, avec une majorité PS-PDC au Conseil des Etats... et des majorités populaires et cantonales que l'on peut construire, surtout s'agissant de la politique sociale, contre des décisions parlementaires.

Lire la suite

16:29 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : conseil fédéral, udc | |  Facebook | | | |

jeudi, 29 octobre 2015

Eveline Widmer-Schlumpf jette l'éponge, ou "le marais, tel qu'en lui-même"

Lâchée par le PDC, consciente que les soutiens lui restant ne lui permettraient pas d'obtenir la majorité parlementaire nécessaire à sa réelection Eveline Widmer-Schlumpf a donc jeté l'éponge et ne se représentera pas au Conseil fédéral, laissant ainsi la place à un UDC labellisé à la fois par l'UDC et par les autres partis gouvernementaux.  Pour être réélue, il aurait fallu qu'elle puisse compter sur le PDC. Et compter sur le PDC, c'est un pari que n'importe quel bookmaker refuserait, et qu'il faut vraiment être au dernier stade du désespoir pour prendre. Le "centre" se confirme ainsi être ce qu'on a toujours su de lui, et ce par quoi on le désignait dans les assemblées révolutionnaires françaises : le marais.

Lire la suite

16:43 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : widmer-schlumpf, udc, conseil fédéral | |  Facebook | | | |

lundi, 13 mai 2013

Election du Conseil fédéral par le peuple : Oui, mais pas comme ça...

Les adversaires (dont le PS) de l'initiative de l'UDC pour l'élection du Conseil fédéral par le peuple tentent d'alarmer sur ses conséquences supposées, mais le Conseil fédéral n'ayant jamais été élu par le peuple, annoncer à quoi amènerait qu'il le soit ne relève que de la supputation : ni les partisans, ni les adversaires de cette proposition, ne peuvent fonder leurs annonces sur l'expérience. La seule expérience qu'on ait, c'est celle que donne l'élection populaire de tous les gouvernements cantonaux et l'élection parlementaire du gouvernement fédéral. Et ni les une, ni l'autre, ne sont exemptes de défauts. Ce n'est d'ailleurs qu'à une voix de majorité qu'en 1848 le mode parlementaire d’élection du Conseil fédéral a été préféré au mode populaire.

Lire la suite

14:02 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : élection du conseil fédéral, initiative, udc, conseil fédéral | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 mars 2013

Election du gouvernement par le peuple : Un mauvais projet pour un bon débat

Le Conseil fédéral a lancé sa campagne contre l'initiative de l'UDC pour l'élection du Conseil fédéral par le peuple. Et il est un peu gêné aux entournures, le Conseil fédéral, de devoir convaincre le peuple qu'il ne faut pas que lui, le gouvernement, soit élu par lui, le peuple. Heureusement pour le Conseil fédéral, l'initiative udéciste est particulièrement mal foutue... Il n'empêche : le débat sur le mode de désignation du gouvernement mérite d'être lancé. Il l'est certes par un mauvais projet, mais que ce projet soit mauvais ne signifie pas que ce débat soit futile. D'ailleurs, les premiers à l'avoir lancé, par des initiatives, ont été les socialistes...

Lire la suite

14:00 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil fédéral | |  Facebook | | | |