mardi, 18 février 2014

Jeux Olympiques de Sotchi et de Poutine : Derrière le décor du village (olympique) Potemkine

Poutine-JO.jpgCela fait une semaine que les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi se sont ouverts, et on en a déjà plus que marre, d'être sommés de hurler de plaisir après une « victoire suisse » (vive la libre circulation des champions...) ou de pleurer de désespoir après une plantée helvétique, de devoir se passionner pour des compétitions dans des disciplines dont on ne connaissait même pas l'existence, de saluer des « exploits » dont on se contrefout et de s'intéresser à la statistique des médailles par pays. On nous rétorquera que « si on n'aime pas ça, faut pas en dégoûter les autres » -le problème est que « ça », il est presque impossible d'y échapper (et d'échapper à Poutine) en ce moment dès qu'on ouvre un journal, qu'on allume une radio ou une télé ou qu'on facedebouquise. Il n'est donc pas interdit de rappeler à quoi ressemble la réalité russe derrière le décor du village Potemkine olympique...

Lire la suite

16:58 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : jo, sotchi, poutine, cio, jeux olympiques, russie | |  Facebook | | | |

mardi, 19 février 2013

Jeux Olympiques d'hiver aux Grisons en 2022 : La pompe à fric est amorcée

Les citoyennes et citoyens des Grisons (qui avaient déjà refusé en 1988, à deux contre un, d'organiser des JO d'hiver) semblent très partagés, entre le soutien et le refus du projet d'organiser les Jeux Olympiques d'Hiver 2022 à Davos et Saint-Moritz. Ils voteront le 3 mars, et ce vote décidera de l'avenir du projet. Un sondage de l'automne 2012 indiquait bien que 54 % des Suisses-ses y étaient favorables, et 75 % des moins de 35 ans. Quant aux citoyens et yennes des Grisons, mi-février ils étaient, selon un sondage, 45 % à s'opposer aux JO dans leur canton, 42 % à y être favorables et 13 % à se tâter. En attendant, les autorités cantonales et fédérales ont fait ce qu'on attendait d'elles : amorcer la pompe à fric : un milliard de garantie de déficit fédérale, 410 millions de coûts de sécurité, dont 250 à la charge des collectivités publiques, dont 180 millions pour le seul canton des Grisons...

Lire la suite

14:20 Publié dans Sports, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jo, jeux olympiques d'hiver 2022, grisons, cio | |  Facebook | | | |

vendredi, 28 septembre 2012

Les Jeux Olympiques d'hiver 2022 en Suisse ?

C'est la luge finale...

Le Conseil d'Etat des Grisons a envie d'organiser, avec une facture (sous-estimée) de quatre milliards de francs, et une garantie de déficit d'un milliard accordée par la Confédération,  les Jeux Olympiques d'hiver 2022 à Saint-Moritz. Plus sensées, que les Grisons (mais aussi que Genève et le Valais, qui furent un temps candidats à la candidature), Lucerne et la Suisse centrale avaient renoncé à se porter candidates à l'organisation de cette fête du sport-pognon, de ses sponsors et de ses pharmaciens experts en dopage. Le CIO attribuera les Jeux en 2015. Il reste donc aux opposants à l'organisation en Suisse de cette foire moins de trois ans pour renvoyer ce funeste projet à ses expéditeurs réels : les offices du tourisme. Avec prière d'en faire ce qu'il mérite : des confettis.

Lire la suite

14:01 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, jo, cio, jeux olympiques | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 décembre 2008

Jeux Olympitres divers

Et une baudruche de moins, une…

Genève va donc vraisemblablement renoncer à se porter candidate pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2018. En fait, ce projet stupide n'avait jamais été porté que par quelques allumés jobinesques (plus Mark Muller, probablement soucieux de faire oublier le piètre bilan de sa politique du logement), mais il avait été annoncé à grande coups de trompettes médiatiques par le quotidien local d'Edipresse (qui s'était déjà illustré dans son rôle de partenaire de l'Eurofoot, et précédemment de thuriféraire du Stade de la Praille). Mais voilà : faute de soutien populaire, de soutien politique (MediaMark mis à part) et même du soutien de Swiss Olympic, le soufflé retombe et la baudruche se dégonfle. Pas de JO d'hiver 2018 à Genève, donc. Mais peut-être à Annecy. Il est vrai que la République a pris l'habitude d'exporter ses nuisances en France voisine... On construit la région comme on peut.


Ouf…

Deux visionnaires, le directeur de l'Hôtel de Rhône, Marco Torriani, et le président de Genève Tourisme, Jean-Pierre Jobin, avaient eu une idée de génie, reprise (c'est dire si c'est une idée de génie) par Mark Muller et la " Tribune de Genève " : faire organiser les Jeux Olympiques d'hiver 2018 à Genève. C'est vrai que ça manquait à notre station de sports d'hiver. Torriani et Jobin ont donc monté un comité exploratoire, pompé 200'000 balles au Sport Toto, et sont allés quémander des soutiens moraux divers et variés. Ils n'en ont guère obtenu, sinon celui de Mark Muller, toujours partant pour soutenir ce genre de foutaises (invariablement présentées comme autant de projets ambitieux et enthousiasmant). Dans la Tribune du 27 juin, le rédac'chef nous avait carrément éjaculé un édito orgasmique : Non seulement " l'Euro2008 est un succès total que même le fiasco du Bout-du-Monde ne peut entamer " (faudra qu'on nous explique comment un succès contenant un fiasco peut être total...), et l'image de la baudruche à Jobin sur le jet d'eau fut " parfaite ", mais " dans la griserie de l'instant " (raaaah lovely) " un seul projet semble désormais capable de satisfaire l'appétit des nouveaux rois de l'événement " et de leurs porte-plumes : les JO 2018, qui auraient ramené " l'Euro aux dimensions d'une belle fête foraine " (c'était donc autre chose ?), et auraient permis en prime aux fétichistes de la bagnole et aux drogués du béton de nous coller une traversée routière de la rade, une troisième voie autoroutière et un nouvel aéroport. Et pourquoi pas une " fan zone " de curling au Bout-du-Monde ? Bref, on l'a échappé belle. Et on s'est économisé un référendum.

02:22 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jo, cio, sport, jeux olympiques | |  Facebook | | | |

mardi, 26 août 2008

Jeux olympiques et politique : Un beau podium de faux derches

Une compétition olympique avait commencé bien avant les JO -et se poursuivra bien après leur clôture : un grand concours d'hypocrisie, dont on hésitait un peu à décerner la médaille d'or : le Comité international olympique la mérite certainement, mais les media ont effectué un parcours remarquable de beaufitude, et quelques sportifs se sont illustrés par un don particulier pour le truisme et la langue de bois requis pour danser au bal des faux derches. Mais à tout seigneur tout honneur :  médaillons donc d'or le  président du CIO, Jacques Rogge, pour son éclairante vision humaniste : " Nous défendons le principe général des droits de l'Homme, sans entrer dans le domaine spécifique du monde de la politique ". Quoi de plus beau, en effet, qu'un principe qu'on se refuse à dénaturer en l'appliquant…


JO1968.jpgCitius, altus, fortius
Les Jeux Olympiques de Pékin se sont terminés comme ils avaient commencé : dans le tintamarre baroco-stalinien d'une cérémonie à la mesure des ambitions du pays organisateur. Et on admettra sans peine que ces JO ont pleinement rempli le mandat donné par la devise du Comité international olympique : " Plus vite, plus haut, plus fort ". Plus vite mis à l'écart, les gêneurs (Pékin avait été nettoyée de ses dissidents et des petites gens protestant contre la destruction de leur habitat) ; plus hauts, les profits marchands des jeux du cirque ; plus fort, le chauvinisme. A ceux qui regretteraient que les festivités olympiques aient été si lointaines, une bonne nouvelle a été donnée : deux visionnaires, le directeur de l'Hôtel de Rhône et le président de Genève Tourisme ont eu une idée de génie, reprise (c'est dire si c'est une idée de génie) par Mark Muller et la Tribune de Genève  : faire organiser les Jeux Olympiques d'hiver 2018 à Genève. C'est vrai que ça manquait à notre station de sports d'hiver. Torriani et Jobin ont donc monté un comité exploratoire, pompé 200'000 balles au Sport Toto, et sont allés quémander des soutiens moraux divers et variés. Faut les comprendre : comme l'UEFA, le CIO est une gigantesque pompe à fric. Durant l'olympiade 2004-2008, le mouvement olympique aura perçu cinq milliards de revenus. Pour les JO de Pékin douze multinationales ont payé 866 millions de dollars le droit d'utiliser l'emblème olympique. Dans le Comité d'organisation des JO de Pékin (BOCOG), on trouvait 35 entreprises qui payaient chacune 28,5 millions (soit un milliard au total), plus des prestations en nature. " Plus vite, plus haut, plus fort ", on vous dit…

02:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (103) | Tags : jo, cio, pekin, sport | |  Facebook | | | |