chine

  • SARS-CoV-2, COVID-19, nécessaires, forcément nécessaires

    Imprimer

    Je suis Pangolin.jpgSpinoza et le pangolin

    Dans ce monde désenchanté où nous traînons notre mélancolie, nous manquions de héros, de guides, de timoniers, et ne savions plus où en chercher. Or voici que la Chine qui nous avait déjà gratifiés (et s'était-elle même gratifiée) de Mao nous fournit ce qui nous manquait : le pangolin. Un mammifère insectivore de la taille d'un gros chat, au corps couvert d'écailles. Porteur du virus SARS-CoV-2, qui provoque la maladie COVID-19. Tout en un. Et à peine a-t-il pointé le bout d'une protubérance qu'il trouble l'ordre du monde, le SARS-CoV-2. La consommation de pétrole recule, les voyages en avion se font plus rares, les croisières maousses aussi. Même en Suisse, il fait fort, le virus  : plus de Salon de l'Auto et de salon horloger de luxe, plus de messe papiste au Temple calviniste de St-Pierre, matchs de foot annulés, bourse déprimée (plus de 10 % de recul à la fin de la semaine dernière...).  Le coronavirus, c'est rien qu'un écolo laïcard antisportif et anticapitaliste. Et décroissant. Mais avec une faiblesse -un manque de féminisme : les manifs du 8 mars sont aussi annulées. Quant à l'anticapitalisme, il prend un peu la forme de l'artisanat : des tas de petits malins vendent des masques inutiles à prix surfaits et des poudres de perlimpinpin comme remèdes miracles. N'empêche : ils étaient nécessaires, forcément nécessaires, le Pangolin, le SARS-CoV-2 et le COVID-19 -c'est Spinoza qui nous le dit.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chine 11 commentaires
  • Quand Donald réchauffe la planète politique (USA compris) :

    Imprimer

    Trump planète.jpgTrump roule pour la Chine

    Trump a donc décidé de retirer les USA de l'Accord de Paris sur le climat. Donald n'est pas seulement "climatosceptique", ou "climatonégationniste" il est carbonophile : il voit dans la relance du charbon le moyen de relancer la croissance économique et la création d'emplois. Il est donc opposé à toute imposition aux centrales thermiques (celles à charbon fournissent en gros un tiers de l'énergie consommée aux USA) de normes plafonnant leurs émissions de CO2. Et il a nommé le "climatosceptique" Scott Pruit, un proche des frères Koch, grands patrons des industries fossiles, à la tête de l'Agence de protection de l'environnement, dont il veut en outre ratiboiser le budget. Mais le charbon est en déclin inéluctable : le nombre d'emplois de l'industrie du charbon aux USA est passé de 88'000 en 2008 à 65'000 en 2015. Un coup des Chinois, sûrement : d'après Trump, ce sont eux qui ont "inventé" le "concept" de réchauffement climatique, pour empêcher l'industrie américaine d'être compétitive... En attendant, c'est à eux que sa connerie profite : on pensait qu'il était le candidat de Poutine ? Il est devenu celui du Parti communiste chinois... Et il dresse contre lui au sein même des USA des Etats, les plus grandes villes et des multinationales américaines. Beau travail : Trump nie le réchauffement climatique mais provoque un réchauffement politique jusque dans le pays qu'il est supposé présider...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Energie, Environnement, climat, Monde 2 commentaires
  • Qui a peur des BRICS ? Un contre-pouvoir au capitalisme international, vraiment ?

    Imprimer

    En juillet dernier, les BRICS (Brésil+Russie+Inde+Chine+Afrique du Sud) ont créé, au Brésil, une « nouvelle banque de développement » (la NDB dans son sigle anglais), au capital de 50 milliards de dollars qu'elle distribuera sous forme de prêts, et dont le but est de « mobiliser des ressources pour le financement d'infrastructures et de projets de développement durable », dans les cinq pays et d'autres «pays émergents». Parallèlement à la création de cette banque, où les BRICS sont tous représentés de manière égale, indépendamment de leur apport financier, ils se sont dotés d'un fonds de réserve d'urgence de 100 milliards de dollars (dont 41 assurés par la Chine). Est-ce suffisant pour faire réellement contrepoids aux « institutions de Bretton Woods », le FMI et la Banque Mondiale, dominées par les « Occidentaux » ? Sans doute pas.      

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Economie, Monde 0 commentaire
  • Les faux maîtres du monde

    Imprimer

    Hasard du calendrier : les deux principales puissances mondiales du moment, les USA et la Chine, viennent de désigner leurs grands timoniers respectifs. On sait bien que ce ne sont pas eux, les deux hommes en question, Obama et Xi Jinping, qui vont faire la politique de leur pays. Mais ils vont l'incarner, et la défendre, même s'ils n'auront pu que lui donner quelques impulsions : ce sont les intérêts et les enjeux des complexes militaro-industriels (ou post-industriels) qui « gouvernent » réellement les Etats-Unis d'Amérique et la Chine, et eux ne sont soumis à aucune élection ni à aucune autre désignation que celle qui sourd de leurs fortunes. Obama, réélu, et Xi Jinping, déjà désigné, ne sont pas ces « hommes les plus puissants du monde » dont on nous rebat les oreilles dans les media : ils sont ceux que des hommes moins connus, mais plus puissants qu'eux, font monter sur le devant de la scène. L'Américain et le Chinois ne sont pas les maîtres du monde, ils sont ses concierges.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Monde 0 commentaire
  • Un Ouzbek, ça va... Deux Ouïgours, bonjour les dégâts...

    Imprimer

    Détenus de Guantanamo accueillis en Suisse ?  Un Ouzbek, ça va...  Deux Ouïgours, bonjour les dégâts...

    La Suisse s'émeut : après que Genève ait accepté de recevoir un Ouzbek détenu pour rien à Guantanamo, mais risquant le pire s'il devait rentrer en Ouzbékistan, le Jura a accepté de recevoir deux Ouïgours chinois raflés par les Américains en Afghanistan après leur avoir été vendus par des seigneurs de guerre afghans, et eux aussi détenus pour rien (depuis huit ans...) à Guantanamo. L'arrivée annoncée de l'Ouzbek à Genève avait déjà fait lever le sourcil inquiet de quelques politiciens locaux ornant de leurs séants les bancs des parlements, mais l'hypothèse de l'arrivée des deux Ouïgours dans le Jura a provoqué une spetite panique, soigneusement attisée par l'Ambassade de Chine (soutenue par Christoph Blocher) pour qui il s'agit de « terroristes » Que rien n'ait jamais pu être retenu contre eux par les Américains n'a évidemment aucune importance. En revanche, le marché chinois, ça, c'est important. On ne va tout de même pas se fâcher avec la puissance montante du moment pour deux métèques. Musulmans, en plus, les métèques. C'est vrai, quoi, ils pouvaient pas être bouddhistes, ces Ouïgours, comme des Tibétains normaux ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Suisse 2 commentaires