mardi, 13 janvier 2015

Petit débourrage de Champ-Dollon : quand on veut, on peut...

Pourvu que ça dure...

Quand on veut, on peut (et si on disait ne pas pouvoir, c'est qu'en fait on ne voulait pas) : en cinq mois, le nombre de détenus dans la prison genevoise, surpeuplée, de Champ-Dollon, a diminué de 18 % et est revenu à son niveau de décembre 2012, en passant de plus de 900 détenus à la mi-août à 734 détenus le 6 janvier. Toujours pour 387 places, il est vrai, ce qui signifie que la prison est toujours surpeuplée, mais qu'elle l'est moins qu'avant. Maigre progrès, mais progrès tout de même. Acquis comment ? en faisant ce qu'on assurait ne pas pouvoir faire : en cessant de bourrer la prison avec tout ce qu'on ramasse dans la rue comme petits délinquants et comme étrangers en situation irrégulière. C'est un (bon) début, mais ce n'est qu'un début : d'une année sur l'autre, en moyenne, le nombre de détenus continue à augmenter (comme ailleurs en Suisse). Et si la surpopulation carcérale de Champ-Dollon se réduit, c'est aussi parce que quand on a atteint la barre des 900 détenus et qu'on on a craint l'explosion, on a transféré une partie des détenus dans d'autres lieux d'enfermement. Le choix, décisif, d'une autre politique pénale reste donc à faire. Et les réflexes carcéromaniaques à défaire.         
      

Lire la suite

20:27 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prisons, champ-dollon, jornot | |  Facebook | | | |

jeudi, 24 avril 2014

Encore la prison ? Eh oui, la prison, encore...

Deux pour mille...

La prison, encore ? Eh oui, la prison, encore : en France, le syndicat des gardiens de prisons organise depuis plusieurs semaines des manifs devant les tôles pour dénoncer la surpopulation carcérale et le manque de moyens et de personnel pour y faire face. Surpopulation carcérale ? On a atteint le niveau de 60'000 détenus en France, soit, en gros, un pour mille de la population résidente. A Genève, on en est à plus du double : deux pour mille de la population résidente réside... à Champ-Dollon. Plus toutes celles et ceux qui résident dans d'autres lieux de détention. Pierre Maudet, dans « Le Temps » du 30 octobre 2012 déjà, détaillait, tout frais élu, son programme : « Mon ambition pour Genève : plus de prisons et des mesures de suivi ». Enfin... surtout plus de prisons, avec un objectif quantifié dans le flou : « doter le canton de Genève de capacités carcérales proportionnelles à la taille de sa population et adaptées à l'évolution de la criminalité ». Or Genève est déjà dotée de « capacités carcérales » triples de celles d'il y a 25 ans...  la population aurait-elle triplé en une génération sans qu'on s'en aperçoive ?

Lire la suite

15:53 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prison, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mercredi, 02 avril 2014

Pâques électorales judiciaires genevoises : Ponce Pilate candidat...

Retrouver Ponce Pilate à Pâques a quelque chose d'assez logique, du moins dans une Passion (comme celle de Matthieu, donnée samedi au Victoria Hall). Mais retrouver le Procurateur de Judée candidat à la Procurature de Genève ? L'élection du Procureur Général de la Cité de Calvin nous offre ainsi ce pieux raccourci menant en 2000 ans d'une protestation d'irresponsabilité dans la condamnation à mort d'un trublion vers une revendication d'irresponsabilité sur la prison. Avec dans les deux cas, pour argument, celui d'agir comme l'opinion publique veut que l'on agisse. Le slogan du Procurateur de Genève pour sa réélection, c'est bien « compétence et fermeté » ?

Lire la suite

14:44 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : election, prison, champ-dollon, jornot | |  Facebook | | | |

mercredi, 19 mars 2014

Prisons genevoises : de Saint-Antoine à Champ-Dollon : « Je me souviens »

prison-st-antoine.jpgPour une fois, « on » va écrire à la première personne du singulier. « Je  me souviens », non pas « on se souvient » ou « nous nous souvenons ». Ce n'est pas qu'« on » se prenne pour Georges Perec, c'est que même partagée par des milliers de personnes en même temps, des millions et des millions depuis le temps qu'elle sévit, la prison est une expérience aussi singulière qu'elle est collective, et que la mémoire qu'« on » peut en garder elle aussi est singulière : « on » n'y est pas entré pour des raisons impersonnelles, mais pour des actes commis -en toute connaissance de cause ou non- ou dont « on » est suspecté -à tort ou à raison. Et cette expérience singulière (e n'y étais ni par hasard ni par erreur) l'est dans la mesure ou chacun d'entre nous l'est aussi, singulier : la prison se vit personnellement. Et donc, parce que les derniers soubresauts de Champ-Dollon me remettent en mémoire à la fois les derniers temps de Saint-Antoine et les premiers temps de Champ-Dollon : « Je me souviens »...

Lire la suite

14:22 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : prison, saint-antoine, champ-dollon | |  Facebook | | | |

jeudi, 06 mars 2014

Aux marche du Palais (bis) : Saynette socialiste

Aerez !.jpgLa corpo et le demos

Posons le décor : une salle de réunion pleine. Au fond, en rangs serrés, la corpo. Devant, en rangs presque aussi serrés, le démos. La corpo, un peu plus nombreuse que le demos, va gagner un vote : le PS ne soutiendra pas le candidat de la gauche à l'élection du Procureur Général de Genève. C'était après plusieurs jours d'affrontements entre détenus, et entre détenus et gardiens, à Champ-Dollon. On en était à 35 blessés. Et la corpo chantait les louanges de celui qui, ayant rempli la prison au triple de sa capacité, niait toute responsabilité dans ses soubresauts, et déclarait qu'il n'allait pas se « renier » et « remettre des détenus dans la rue », lors même que la moitié des détenus de Champ-Dollon n'ont rien, ou plus rien, à y faire.

Lire la suite

15:43 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, bayenet, jornot, champ-dollon | |  Facebook | | | |

lundi, 03 mars 2014

Prison en crise et Tartuffes sereins : Cachez ce sang que je ne saurais voir !

cocotteminute.jpgLe Tribunal Fédéral a jugé que les conditions de détention dans la prison de Champ-Dollon étaient illicites et dégradantes, mais Maudot et Jornet, nos deux gardiens de la loi et l'ordre, se contrefoutent de l'avis de la plus haute instance juridique suisse : que pèsent, en effet, quelques juges fédéraux face à des milliers d'électrices et d'électeurs que les conditions de détention dans une prison préventive devenue silo de stockage des fauteurs de désordre social préoccupent aussi peu, tant que cela ne coûte rien, que l'avis du Tribunal fédéral préoccupe nos deux shérifs... La prison genevoise a pourtant été le théâtre de très violents affrontements (près de 40 blessés) la semaine dernière -mais cette délinquance contenue dans les murs de la prison ne fait de victimes qu'à l'intérieur de la prison, chez les détenus et chez les gardiens. L'opinion publique ne s'en émeut guère, et nos Tartuffes peuvent continuer à tartuffer : « cachez ce sang que je ne saurais voir »... On attend le premier mort pour mettre le nez des Tartuffes dans la réalité de la prison que l'un bourre et l'autre gère ?

Lire la suite

16:04 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : prison, champ-dollon | |  Facebook | | | |

vendredi, 01 novembre 2013

Prisons genevoises : une évasion de plus

E la nave va...

La directrice de l'office cantonal genevois de la détention (la cheffe des prisons, quoi) s'est évadée. Le communiqué de son ministre de tutelle, Pierre Maudet, évoque des « problèmes de santé », assure que cette démission  n'a rien à voir avec l'assassinat d'une jeune sociothérapeute de La Pâquerette, à Champ-Dollon, et regrette le départ de ce « cadre supérieur fiable et engagé ». Engagé dans un sacré merdier, si vous voulez notre avis : le système carcéral genevois. Qui, pour parfaire son état calamiteux, va en plus manquer de gardiens, alors que Champ-Dollon bat tous les records de surpopulation (856 détenus pour 376 places, avant-hier) et qu'une nouvelle prison (Curabilis, pour les frapadingues dangereux) va s'ouvrir. Mais « le cap est fixé, il est tenu, malgré une forte houle » (Pierre Maudet). Le cap, quel cap ? celui de la bonne espérance qu'on n'en parlera plus après les élections ? E la nave va...

Lire la suite

20:07 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : prisons, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mardi, 14 mai 2013

Une prison bourrée de gens qui n'ont rien à y faire : Champ dolent

535821_10200477848260781_133771011_n.jpgFin 2010 déjà, 800 personnes étaient détenues à Genève dans les divers lieux voués à cette haute fonction : Champ-Dollon, la Pâquerette, le quartier cellulaire de Belle-Idée, Favra, le Vallon, Riant-Parc. la Brenaz, Villars, Montfleury, Frambois et les « violons » du Palais de Justice. Deux ans et demi plus tard, ce nombre total de détenus dans toutes les prisons genevoises était dépassé par la seule prison de Champ-Dollon.... et le bâtonnier de l'Ordre des avocats genevois, François Canonica, constate comme nous qu'une partie des personnes qui se trouvent à Champ-Dollon n'ont « rien à y faire ». De l'aveu même du département de la Sécurité, un détenu de Champ-Dollon sur huit (12 % du total des détenus) est entré en prison en avril pour le seul motif de «séjour illégal» en Suisse. Autrement dit, pour punir quelqu'un de séjourner illégalement en Suisse, on l'oblige à séjourner légalement à Genève. L'intelligence de la politique carcérale genevoise saute aux yeux, quand Champ-Dollon devient un champ dolent.

Lire la suite

09:21 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : prison, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mardi, 26 mars 2013

On voudrait pas lasser, mais... Encore les prisons ?

Encore les prisons ? Mais c'est une obsession, chez vous... Non, pas une obsession, mais, outre quelques moments de notre modeste vie personnelle,  une sorte de devoir :  ceux qui veulent couvrir Genève de geôles ne se lassent pas, eux, de faire de leurs pulsions pénitentiaires la colonne vertébrale de la politique pénale de la République. Quitte à tordre les statistiques afin de faire diminuer artificiellement le taux d'occupation de Champ-Dollon pour que l'on cesse de les accuser de « bourrer la tôle » par une politique du  « tout sécuritaire » que  l'ancien Procureur général Bernard Bertossa dénonce comme un leurre, et une incitation à la désignation de l'étranger comme une menace en soi, alors qu'il y a une criminalité locale qui n'a rien à voir avec l'immigration, et que la désignation de la criminalité  « importée » comme la menace principale repose sur une perception bancale de sa réalité :  les mendiants rrons menacent moins la sécurité à Genève que les oligarques, mais ce sont le premiers que l'on pourchasse : les seconds, on les cajole...

Lire la suite

14:49 Publié dans Genève, Justice, Politique, Sécurité, insécurité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : prison, champ-dollon | |  Facebook | | | |

vendredi, 27 août 2010

Agrandissement de Champ-Dollon : Geôles stagnantes

L'agrandissement « urgent » de Champ-Dollon, c'est-à-dire la pose de containers pour augmenter d'une centaine le nombre de places de détention, prend du retard : les trois offres reçues d'entreprises privées pour ce chantier ont toutes été rejetées par le département des constructions : trop chères, ne répondant pas aux conditions en termes de délais, de garanties sur le paiement des charges sociales ou de respect des conventions collectives de travail. Le parlement avait voté le 20 mai, en urgence, un crédit de 25 millions pour ces 100 places supplémentaires, en faisant mine de croire qu'elles allaient durablement faire baisser le taux de (sur)occupation de la prison, alors que chacun sait qu'elles n'allaient offrir qu'un répit de trois mois avant que d'être englouties elles aussi dans le bourrage de geôles actuel. Bref, y'aura du retard dans le répit, les entreprises ayant flairé la bonne affaire et gonflé leurs prix en pensant que, saisi par l'urgence, l'Etat allait avaler n'importe quel devis. C'est raté. Reste une solution, idéale, et tellement dans l'air du temps qu'on s'étonne que personne n'y ait encore pensé : les travaux forcés. Yaka faire agrandir la prison par les prisonniers eux-mêmes. On leur file les outils, et au boulot. Comme disait un poète communiste local : « la pelle, la pioche et l'espérance »...

Lire la suite

15:30 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prisons, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mercredi, 30 juin 2010

Fonds de tiroir

Le PS de la Ville de Genève ouvre les candidatures pour sa liste au Conseil municipal (il la formera le 16 septembre). Mais attention : non seulement il faut que les candidatures soient motivées (bon, on ne demande quand même pas que les motivations exposées soient totalement sincères), mais en plus, il faut qu'elles respectent les statuts, et que les candidat-e-s aient demandé leur adhésion au parti avant le 17 septembre 2009... ben alors, si on peut même plus présenter n'importe qui, c'est le début du totalitarisme...

Fin mai, les parlementaires fédéraux membres des commissions de gestion du Conseil national et du Conseil des Etats se sont enfermés dans un hôtel (de luxe, tout de même) de Thoune pour examiner le rapport sur la gestion par le Conseil fédéral de la crise d'UBS. Chaque exemplaire du rapport remis aux membres du groupe de parlementaires qui le présente a été numéroté, les autres parlementaires n'ont pu le consulter que pendant trois heures, et seulement dans une version expurgée de ses conclusions. Tout ça pourquoi ? pour éviter les « fuites » vers les media. Les « fuites » de quoi? de la révélation bouleversifiante que Hans-Rudolf Merz a fait ce que les banques lui ont dit de faire et tu ce qu'elles lui demandaient de taire... depuis quand l'enfoncement de portes ouvertes constitue un délit, dans ce pays ? ça nous rappelle une vieille plaisanterie du temps de l'URSS déjà sénescente : un type bourré hurle dans la rue « Brejnev est un con ». Arrêté par la milice, traîné à la Loubianka, présenté à la Prokuratura, il est condamné à cinq ans de camp de travail. Pour injure ou propagande antisoviétique ? Non : pour divulgation de secret d'Etat...

La « Tribune de Genève » du 26 mai se fend d'un édito sur le bourrage de Champ-Dollon. Et elle a  ses solutions, la « Tribune de Yaka ». Originales, les solutions. Et qui ouvrent des perspectives nouvelles : « il faut construire au plus vite des pavillons provisoires » pour stocker les détenus, «accélérer la construction d'une nouvelle prison », pour pouvoir en stocker encore plus, « utiliser davantage le bracelet électronique », « appeler à l'aide les autres cantons » si leurs prisons ne débordenmt pas déjà, « négocier des accords avec certains pays pour que la peine soit exécutée chez eux ». Non, Jornot : la peine, seulement, pas le détenu... On n'en est pas encore dans les éditos de la « Julie » à réclamer l'ouverture de camps de travail et la transformation du stade de la Praille en stade de Santiago du Chili modèle 1973, mais, avec la clairvoyance que le canard manifeste déjà, on y vient, à grand pas... Heureusement que la «Tribune de Genève«  » est là pour nous souffler les bonnes solutions, yaka faire comme elle dit et les problèmes, ils sont réglés...

14:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ps, ubs, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mercredi, 12 mai 2010

Prisons : C'est quand qu'on débourre ?

600 détenus entassés à Champ-Dollon

ça tombe désormais à rythme régulier, une fois par mois : Record battu, Champ-Dollon a dépassé ce week-end les 600 détenus, pour 270 places. Non seulement il n'y a jamais eu autant de tôlards dans la prison genevoise, mais il n'y a également jamais eu à Genève une proportion aussi élevée, par rapport à la population résidante, de personnes incarcérées, entre Champ-Dollon, la Brenaz, la Clairière, Frambois etc... On n'en est pas encore au niveau qu'atteignent certains villes américaines, qui comptent plus d'un détenu pour 5 habitants, mais on y arrive doucement, notamment dans la région de Thônex, Choulex, Puplinge. En attendant la réalisation de cet enthousiasmant projet, le mécanisme tourne à plein : la police ramasse, la prison entasse. Jusqu'à quand ? Tant qu'on pourra. Tant que ça n'explosera pas. Un ancien détenu, interrogé hier par  « Le Matin », estime d'ailleurs qu'« un jour ça va péter, et qu'« il y aura des morts ». Aujourd'hui déjà, « les problèmes (entre détenus) se règlent à coups de poing », et tout, à Champ-Dollon, ne tient plus qu'à deux fils fragiles: la résistance physique et psychologique du personnel, et la résignation des détenus.

Lire la suite

14:02 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, prisons, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mercredi, 24 février 2010

Prisons genevoises : empiler, puis bourrer

Le 3 novembre a été posée la première pierre («... et sur cette pierre je bâtirai ma prison... ») de « Curabilis », établissement concordataire romand de 92 places destinées aux condamnés psychiquement atteints et considérés comme dangereux. Comme la Brenaz, comme la Clairière pour les mineurs, comme Champ-Dollon elle-même, le destin de Curabilis est tout tracé : être remplie en quelques années, déborder ensuite. Sachant que chaque fois que l'on créée des places de détention supplémentaires, elles sont immédiatement occupées, qu'il ne faut que quelques mois ensuite pour qu'elles soient suroccupées, que la prison qu'on voulait « désengorger » s'engorge à nouveau, et qu'il y a déjà à Genève deux fois plus de détenus que de places de détention, combien de temps faudra-t-il pour que Genève, à force d'empiler des prisons pour les bourrer ensuite, compte une proportion de détenus par rapport à sa population équivalant à celle du Texas ou de la Corée du Nord ?

Lire la suite

00:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : prisons, justice, champ-dollon, curabilis | |  Facebook | | | |

samedi, 19 septembre 2009

Des prisons comme s'il en pleuvait

Le Conseil d'Etat relance le secteur de la construction

86 places de plus à Champ-Dollon, 150 de plus à la Brenaz, une prison psychiatrique de 92 places (Curabilis), et une nouvelle prison de 350 places à Champ-Dollon, en plus de l'actuelle : d'ici à 2017, le nombre de places de détention aura plus que doublé à Genève ; il y a 500 détenus à Champ-Dollon aujourd'hui, il y en aura un millier dans dix ans si les pulsions geôlières du gouvernement sont suivies d'effet.  Et ça ne sera, évidemment, qu'un début. Parce que si l'histoire des prisons, ici comme partout ailleurs, nous enseigne quelque chose, c'est bien ceci : quand on construit une prison, on la remplit, quand on remplit une prison, on ne s'arrête de la remplir que quand elle déborde et qu'on en a ouvert une autre, qu'on remplira comme les précédentes, la nature carcérale ayant horreur du vide. " Il ne faut pas construire dans le but d'augmenter le taux de personnes incarcérées ", se défend, bêtement, le Conseil d'Etat. Augmenter le nombre de personnes incarcérées, c'est pourtant toujours le résultat qu'on obtient en construisant de nouvelles prisons, sans fermer les anciennes. Mark Muller souligne, tout fier, que " le domaine pénitentiaire est l'un de ceux où (le Conseil d'Etat) a le plus oeuvré durant cette législature ". On a les bilans qu'on mérite.

Lire la suite

00:50 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : politique, prisons, champ-dollon | |  Facebook | | | |

jeudi, 12 mars 2009

Quoi de neuf ? des prisons !

Impasses carcérales

A Genève, on dénombrait 502 détenus pour 270 places à Champ-Dollon le 14 janvier. Ouverte en janvier 2008, avec l'espoir qu'elle soulagerait Champ-Dollon d'une partie de la masse de détenus qu'on y entasse, la prison de la Brenaz, prévue pour 68 détenus, a été remplie en quelques mois. Et est aussi entrée en sur-occupation. Le sort du projet " Curabilis " (62 places pour détenus mentalement perturbés et dangereux) sera le même. Quand on construit une prison, on la remplit. Et quand elle est pleine, on continue à la remplir. Jusqu'à ce qu'on en construise une nouvelle. Pour la remplir. Et ainsi de suite. Ce mouvement perpétuel signe une impuissance.

Lire la suite

03:44 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : genève, prisons, champ-dollon | |  Facebook | | | |

vendredi, 24 octobre 2008

La prison ? Brisons-la !

" La privation de liberté (est) le plus sûr moyen d'insulter à l'être, de l'abaisser pour l'atteindre dans son âme, dans ce qu'il a d'unique et de singulier "
(Julien Green)

Dans un discours de 1847 à propos de la loi sur les prisons, Victor Hugo adjurait les parlementaires : " Dans le temps où nous sommes, on flatte beaucoup le peuple. Messieurs, ne le flattons pas, aimons-le "... Du temps où l'on " flatte le peuple ", pour mieux l'abêtir, nous ne sommes pas sortis : c'est au nom du " peuple " qu'on réclame l'agrandissement des prisons existantes, la construction de prisons nouvelles, d'établissements spécialisés pour les jeunes prisonniers, les prisonnières, les prisonniers souffrant de troubles psychiatriques, les prisonniers en instance d'expulsion vers des prisons pires que les nôtres -celles des pays qu'ils ont fui. C'est au nom du " peuple " qu'on réclame l'imprescriptibilité de certains crimes, l'enfermement à vie de certains criminels, quand ce n'est pas purement et simplement le rétablissement de la peine de mort, faute sans doute de pouvoir réclamer celui de la torture.

Le vol du temps
Là où le monde dont nous sommes, et voulons changer se révèle le plus clairement à nous, c'est là où il croit nous priver le plus sûrement de toute possibilité d'agir sur lui -et à plus forte déraison, contre lui. Sommes nous si sûrs de ce que nous faisons habituellement, qu'il nous faille en prendre le deuil lorsque nous ne pouvons plus le faire ? si efficaces " dehors " que nous serions impuissants " dedans " ? si libres dans la rue, au travail, en famille, dans nos organisations, que la prison serait l'ombre de cette lumière ? De quoi la prison nous ampute-t-elle ? De temps. Lorsque vous aurez dépouillé la prison de tout ce qu'elle a de stupidement, d'inutilement, de sadiquement vexatoire, et que vous serez débarrassés du fatras de prétextes politiques la recouvrant pour mieux en celer la réalité, vous la rendrez visible pour ce qu'elle est : la plus efficace et la plus formidable machine à voler le temps des hommes et des femmes qu'on y enferme. Pour le reste, la prison n'est pas un monde hors du monde : elle est la caricature du monde qui la produit, et ses tares sont celles de la société qui l'a instituée comme un lieu de mise à l'écart, un lieu de surveillance et un lieu de punition, et qui prétend encore contre toute évidence en faire un lieu de rééducation, de resocialisation et d'amendement -prétentions que la simple observation des faits suffit à rendre risible. Instrument de l'Etat de Droit, elle laisse les droits derrière sa porte, et le droit du plus fort et du plus riche régner en ses murs, en y produisant plus de violence encore que celle dont elle prétend préserver la société. La prison est une survivance d'âges obscurs dont nous peinons à nous défaire. Post tenebras lux ou Post tenebras semper tenebrae ?


02:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (51) | Tags : prison, justice, champ-dollon | |  Facebook | | | |