cahuzac

  • Au prétexte d'un Cahuzac : Mentir vrai et vrai mentir

    Imprimer

    Jérôme Cahuzac est un menteur, et alors ? Est-ce d'avoir menti à tout le monde, à son président, à ses collègues, à son parti, aux députés, aux journalistes, est-ce d'avoir nié ce qui s'est avéré et affirmé ce qui s'est révélé faux, qu'il est le plus coupable, ou des actes qu'il a commis, d'abord celui d'avoir fait en tant que contribuable ce qu'en tant que ministre il faisait mine de réprouver ? Depuis quelques semaines, donc, on traque le mensonge, on proclame un devoir de vérité supérieur à tous les autres devoirs. On aurait ainsi le droit d'être un Cahuzac à condition de le revendiquer -ou d'être pardonné d'avoir menti à condition de se répandre ensuite en quelque chose qui tiendrait à la fois de l'aveu dans un procès stalinien et de la contrition dans une réunion d'alcooliques repentants :  « Bonjour, je m'appelle Jérôme, et je suis un menteur »...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • « Offshore Leaks » : Les crapauds, le nénuphar et le marécage

    Imprimer

    Deux millions et demi de pièces concernant 120'000 sociétés  « offshore », examinées par près de 90 journalistes d'une trentaines de media : cela s'appelle « Offshore Leaks » et c'est un chapelet de mines prêtes à exploser sous les pas des puissants de partout et de leurs commis d'à peu près toutes les places financières. Dont, évidemment, la Suisse, et en particulier Genève. Au moins 300 personnes et 70 sociétés suisses (dont une vingtaine de banques ayant ouvert des sociétés dans des paradis fiscaux et légaux) sont concernées. Et comme il ne s'agit là que du résultat de l'étude de documents issus de deux intermédiaires sur les centaines de crapauds actifs dans le marécage dont  «Offshore Leaks» n'est que le nénuphar, on imagine l'ampleur des pratiques d'évasion, de soustraction et de fraude fiscales, d'évasion de capitaux et de blanchiment d'argent douteux, que les sociétés  « offshore » recouvrent et permettent : par elles, de riches particuliers détiendraient au total une trentaine de milliers de milliards de dollars -l'équivalent du produit intérieur brut des USA et du Japon réunis...

    Lire la suite

  • De quoi Cahuzac est-il le nom ?

    Imprimer

    Un ministre français du budget (et donc des impôts) carbonisé pour fraude fiscale, un ancien président de la République française inculpé pour abus de faiblesse, une Infante d'Espagne inculpée pour complicité dans les tripatouillages financiers de son mari, un ancien Président du Conseil italien traînant un stock de casseroles à rendre jaloux un quincailler : le « tous pourris ! » populiste a encore de beaux jours devant lui... Car de quoi Cahuzac est-il le nom ? Ce nom est un nom de famille, le nom d'une caste : celle qui peuple les allées du pouvoir ou aspire à les peupler, celle s'y prépare ou s'y vautre. La double ironie de l'« affaire Cahuzac » réside certes dans la chute d'un ministre « socialiste » qui voulait se faire passer pour le champion de la lutte contre la fraude fiscale et la pratiquait lui-même, mais aussi dans le fait que Cahuzac est tombé à la suite d'une enquête effectuée en Suisse, sur requête française. Et que si le secret bancaire était resté ce qu'il était, et ce que veulent réinstaurer l'UDC et ses alliés de droite, Cahuzac aurait pu continuer à se pavaner et à mentir comme un arracheur de dents...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : France, Politique 4 commentaires