lundi, 19 mars 2018

Au prétexte de la Catalogne

FIFDH.jpgLa démocratie, c'est l'autodétermination

La visite de Carles Puigdemont à Genève, la rencontre que nous avons eu avec lui, le débat auquel il a participé à la clôture du Festival international du film et forum des droits humains, hier soir (on y reviendra) sont l'occasion ici de refaire le point sur le conflit politique majeur qui a secoué (et secoue encore) l'Espagne depuis l'engagement, par le parlement catalan, sa majorité indépendantiste, son gouvernement et son président, dans un processus d'autodétermination. Refaire le point sur ce conflit, et sur ce qu'il signifie précisément du droit des peuples à l'autodétermination -c'est-à-dire le droit des peuples de se définir comme des nations, et le droit des nations à l'indépendance étatique, toute relative qu'elle puisse être. Car qui peut décider qu'un peuple devient une nation, sinon ce peuple lui-même ? Et qui peut décider que cette nation peut être un Etat, sinon cette nation elle-même ? Et l'autodétermination n'est-elle pas précisément ce qui distingue la démocratie de toute autre forme de régime politique ?

Lire la suite

15:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, catalogne, autodétermination, indépendance | |  Facebook | | | |

vendredi, 22 décembre 2017

Election de la Generalitat de Catalogne : Bones festes, Rajoy !

elections catalanes.jpgUne majorité de sièges pour les indépendantistes, mais pas une majorité de suffrages pour l'indépendance : les Catalans ont le sens de la contradiction et de la dialectique; leurs élections régionales, convoquées par le Premier ministre Rajoy (dont le parti subit une véritable déculottée) font apparaître trois "blocs" (qui n'en sont d'ailleurs pas vraiment) : les indépendantistes (de gauche et de droite) autour de 45 % des suffrages et une majorité absolue de sièges, les unionistes (de droite) non seulement opposés à l'indépendance mais également à plus d'autonomie, à 30 % des suffrages et un petit tiers des sièges, et les fédéralistes (de gauche), partisans d'une plus grande autonomie et de la fin du centralisme, mais opposés à l'indépendance, autour de 25 % des suffrages et d'un cinquième des sièges. Mais on retrouve aussi, et toujours, une gauche et une droite, certes traversées l'une et l'autre par le clivage sur l'indépendance, mais dont la distinction n'a pas pour autant disparu : la gauche (indépendantistes et fédéralistes additionnés) est à un peu plus de 50 %, la droite (unioniste et indépendantistes additionnés) à un peu moins. Quelle que soit la clef de décryptage utilisée pour tenter de tirer quelque conclusion que ce soit de ces résultats, deux choses semblent claires : aucune majorité "unioniste" n'est possible, et le chef du gouvernement espagnol s'est pris une double baffe : d'abord, son camp "unioniste" de droite est largement dépassé par le camp "indépendantiste". Ensuite, son parti à lui, Rajoy (le PP) plonge dans le tréfond des urnes, et n'aura même pas assez d'élus pour pouvoir former un groupe...

Lire la suite

15:43 Publié dans élections, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, catalogne, autodétermination | |  Facebook | | | |