lundi, 28 avril 2014

Après la commémoration de l'Expo 64, celle de l'« Affaire des Mirages » ?

Des «  Mirages » aux « Gripen »

Vous vous souvenez de l'« Affaire des Mirages », au début des années '60 (si vous étiez de ce monde en ce temps-là) ? Ce fut un scandale politique, le plus grave en Suisse de la deuxième moitié du XXe siècle, avec l'« Affaire des fiches ». Celle des « Mirages » (les avions de combat français de chez Marcel) fut provoquée par un énorme dépassement de budget lors de l'achat par l'armée suisse d'avions de combat Dassault Mirage III. Il s'ensuivit, après une polémique virulente dans laquelle s'illustra particulièrement le Conseiller national PS Helmut Hubacher, futur président du parti, l'institution en 1964 de la première commission d'enquête parlementaire de l'Assemblée fédérale suisse, puis, les conclusions accablantes de la commission, la démissiondu conseiller fédéral (radical vaudois) Paul Chaudet en 1966. Il se célèbre en ce moment le cinquantième anniversaire de l'Exposition Nationale -on a jusqu'au 18 mai pour éviter d'avoir à se préparer à une plus amère célébration...

Lire la suite

15:24 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : avions de combat, armée, mirages, gripen | |  Facebook | | | |

vendredi, 31 janvier 2014

Référendum contre l'achat des avions de combat « Gripen » : Combat aérien le 18 mai

SnoopyVsTheRedBaron.jpgLe Parlement fédéral ayant accepté de claquer trois milliards pour acheter 22 nouveaux avions de combat (des « Gripen » de chez Saab et Ikea), un référendum avait été  lancé par une large coalition d'opposants à cet achat somptuaire, que la majorité parlementaire (et gouvernementale) entend faire payer par un plan d'austérité frappant l'AVS, l'éducation, et même... la protection contre les inondations. Tout en présentant un budget militaire annuel de cinq milliards. Le référendum a abouti et on votera le 18 mai prochain. La droite s'est mise en ordre de bataille pour une campagne qui pourrait bien être payée en partie par le bénéficiaire du contrat.

Lire la suite

13:48 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : armée, avions de combat, gripen, saab | |  Facebook | | | |

lundi, 23 septembre 2013

Les Suisses tiennent à leur armée de conscription...

Damned, encore raté !

Il a plu des décisions historiques, ce dimanche, en Suisse : les conscrits de l'armée fédérale pourront désormais aller s'acheter des saucisses à trois heures du matin sur l'autoroute. Mais seulement après s'être fait vacciner. Et au Tessin, ils devront enlever leur burqa. Mais à quelqu'enseignement les défaites peuvent être utiles : le score calamiteux de l'initiative du GSsA (sauf à Genève et dans le Jura, mais pour des raisons où l'individualisme consumériste tient sans doute plus de place que l'antimilitarisme -après tout, il n'était plus question de supprimer l'armée, mais seulement l'obligation d'y servir) devrait le, et nous, dissuader à l'avenir de tenter d'appâter les mouches militaristes modernistes avec des propositions que des antimilitaristes, précisément, ne peuvent soutenir sans incohérence.

Lire la suite

15:57 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : armée, service militaire, conscription, gssa | |  Facebook | | | |

jeudi, 29 août 2013

Abolition du service militaire obligatoire : Sous le casque à boulons, la plage ?

Le 22 septembre, premier jour de l'année (1er Vendémiaire) dans le calendrier républicain, sera-t-il le jour de l'abolition de la conscription en Suisse ? Ce jour-là, en effet, l'initiative du Groupe pour une Suisse sans Armée recevra le verdict qu'elle sollicite du peuple. On la votera, cette initiative. Sans enthousiasme, en considérant qu'elle procède d'un faux calcul (élargir le cercle des adversaires de l'armée actuelle, mais au prix de la démobilisation d'une partie des antimilitaristes) mais convaincus par la mobilisation contre elle, à l'appel d'Ueli Maurer, de tout ce que notre beau pays compte de casques à boulons. Pesant aussi sur des têtes féminines : si l'initiative du GSsA pour l'abolition de la conscription devait être acceptée, la Suisse se retrouverait "avec une armée de délinquants commandée par des abrutis", a prophétisé l'udéciste genevoise Céline Amaudruz. Prophétisé, c'est peut-être vite dit : après tout, le commandant en chef, ministre de la Défense de ce pays est le collègue de parti d'Amaudruz, Ueli der Soldat...

Lire la suite

13:24 Publié dans Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : armée, service militaire, gssa | |  Facebook | | | |

vendredi, 09 novembre 2012

Genève, 9 novembre 1932 : La gauche unie. Sous les balles.

accusation-9-nov-1932.jpgLe 9 novembre est une sale date : celle du coup d'Etat de Bonaparte (le 18 Brumaire AN VIII) qui met fin à la révolution française, celle du coup d'Etat (raté, mais le pire est à venir) munichois de Hitler en 1923, celle du pogrom de la « Nuit de Cristal » dans toute l'Allemagne en 1938... et on en passe. Celle aussi, de la mort de Guillaume Apollinaire en 1918 et de Myriam Makeba en 2008. Et celle, en 1932, d'un massacre commis par l'armée suisse à Genève, contre une manifestation antifasciste. Nous le commémorerons ce soir.

OCCUPONS LA RUE CONTRE LE MILITARISME ET LA RÉPRESSION DES MOUVEMENTS POPULAIRES : Rassemblement à 17:45 devant la gare Cornavin, zone piétonne du Mont-Blanc (côté Poste du Mont-Blanc), puis manifestation jusqu’à La Pierre de Plainpalais.

Lire la suite

03:41 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : genève, armée, gauche, 9 novembre 1932 | |  Facebook | | | |

mercredi, 21 décembre 2011

Quand tout le monde (ou presque) est pacifiste...


Si vis pacem...


En janvier prochain, le Groupe pour une Suisse sans armée déposera son initiative populaire pour l'abolition de la conscription (mais pas, ou plus, celle de l'armée). C'est l'occasion de nous interroger sur ce que signifie, aujourd'hui, le pacifisme. Car si tout le monde, à quelques fous furieux près, veut la paix, ou dit la vouloir, nombreux sont ceux qui s'abritent derrière le vieux sophisme latin : si tu veux la paix, prépare la guerre. De quelle paix parle-t-on ? La paix des cimetières, celle imposée par le vainqueur, le conquérant ou le colonisateur, n'est pas celle que construit la justice sociale. Le socialisme est pacifiste. Mais il l'est, ou veut l'être, en construisant la possibilité de la paix sur la justice, l'égalité, les libertés, le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Or ces principes, sauf à se contenter de leur proclamation rhétorique, se conquièrent et se concrétisent dans des combats d'où la violence n'a jamais été absente et où les socialistes n'ont pas, et c'est un euphémisme, toujours été du bon côté : c'est un gouvernement dominé par les socialistes qui a engagé la France dans la Guerre d'Algérie et couvert la torture.

Lire la suite

13:51 Publié dans Droits de l'Homme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paix, politique, socialisme, armée, pacifisme, antimilitarisme | |  Facebook | | | |

mardi, 04 octobre 2011

Des avions démocratiquement furtifs passent sur l'Assemblée fédérale : quatre milliards soustraits au référendum populaire

Mercredi dernier, nous avons pu mesurer toute l'influence dont disposent les casques à  boulons et le lobby des avionneurs militaires sur le Parlement fédéral : à la suite du Conseil national, le Conseil des Etats s'est prononcé en faveur d'une augmentation du budget annuel de la défense nationale, le portant à cinq milliards, et en faveur de l'acquisition de nouveaux avions de combats, qui nécessitera quelques milliards supplémentaires qu'il faudra bien trouver quelque part -de préférence là où ils seraient bien plus utiles en temps de crise. Toutes les propositions du PS visant à soumettre au référendum populaire l'achat de ces nouveaux joujoux ont été balayées. Du coup, le PS annonce une initiative populaire donnant au peuple le droit de se prononcer, et lance déjà une pétition à l'appui de cette exigence : http://www.sp-ps.ch/fre/S-engager/

Lire la suite

14:52 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique, armée | |  Facebook | | | |

jeudi, 20 janvier 2011

Initiative pour la protection contre la violence des armes : Le débat plonge dans le ça...

bpWalker.jpgAu fur et à mesure que l'on s'approche de l'échéance du vote populaire, le 13 février, sur l'initiative  « pour la protection contre la violence des armes », le débat s'échappe du discours rationnel pour sombrer dans les affres de l'angoisse existentielle du mâle rupestre que l'idée même de ne plus disposer de sa pétoire militaire à la maison renvoie à la vieille terreur de la castration. Tout y passe : si l'initiative est acceptée, le tir sportif, la chasse, l'armée de milice, les traditions nationales, le principe du citoyen-soldat, l'honneur du mâle et du pays sombreraient derechef. Quelques voix pourtant tentent de ramener ce débat dans les limites d'un discours rationnel sur l'utilité, en 2011, de laisser près d'un million et demi d'armes militaires en stabulation domiciliaire ou en circulation plus ou moins contrôlée dans un pays de sept millions d'habitants. A Genève, où 18 % de la population dispose d'une arme à domicile, 15 % des suicides se font par armes à feu. En Suisse centrale, où 57 % de la population dispose d'une arme à domicile (trois fois plus qu'à Genève), ce sont 33 % des suicides qui se font par arme à feu (deux fois plus qu'à Genève).

Lire la suite

12:26 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : armes, armée, politique | |  Facebook | | | |

jeudi, 11 novembre 2010

Le 18 Brumaire de Christophe Darbellay

Casus belli

L'inscription dans le programme du Parti socialiste suisse de l'abolition de l'armée comme l'un des objectifs du parti a provoqué des haut-le-coeur à droite -et ce 18 Brumaire, le président du PDC a sorti sa hallebarde pour intimer au président du PSS l'ordre, assez bouffon en soi, d'extirper cette vieille revendication antimilitariste du programme socialiste, faute de quoi le président du PDC déferait la paix au président du PSS, na ! Le président du PDC s'autorise donc à exiger du président d'un parti avec lequel, jusqu'à preuve du contraire, le sien n'est pas allié, qu'il modifie un programme approuvé par un congrès. On répondra évidemment à cette étrange exigence par un haussement d'épaule, le programme du Parti socialiste n'étant pas là pour plaire au PDC. Et on se gardera de toute exigence réciproque : ce n'est pas parce que le Président du PDC exige la modification du programme du PS que le PS va exiger du PDC qu'il ait un programme...

Lire la suite

16:23 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : armée, politique | |  Facebook | | | |

mercredi, 06 octobre 2010

La « meilleure armée du monde » en modèle réduit

Encore 80'000 hommes de trop...

Le Conseiller fédéral Ueli Maurer veut, pour la Suisse, « la meilleure armée du monde » ? Il l'aura. En modèle réduit, d'un tiers. Le Conseil fédéral a décidé que l'armée suisse ne comprendra plus que 80'000 hommes (dont quelques femmes, qui militairement sont presque des hommes comme les autres, l'égalité progresse à grands pas cadencés) au lieu de 120'000 actuellement. Tout va se réduire dans cette armée Märklin : le nombre de brigades de défense (qui passent de neuf à deux), le niveau d'équipement de la troupe, le nombre de soldats pouvant être engagés à l'étranger, les jours de service, le nombre de places d'armes et de sites militaires, le budget... Le parti d'Ueli Maurer, l'UDC, estimait déjà que passer de 120'000 à 95'000 hommes relevait quasiment de la haute trahison. Maintenant qu'on descend encore un peu plus bas, à quelle sauce les udécistes vont-ils apprêter cette couleuvre ? Ueli der Soldat, lui, reste droit dans ses bottes rapiécées : « nous devons avoir et aurons un jour la meilleure armée du monde ». Meilleure, même, si tout va bien, que la Garde Suisse du Vatican et la Compagnie 1602. Nous, on est d'accord. A une nuance près cependant : réduire l'armée suisse d'un tiers et la limiter à 80'000 hommes, c'est bien, mais seulement comme premier pas. Parce que c'est encore 80'000 hommes de trop.

Lire la suite

14:55 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : politique, armée, maurer | |  Facebook | | | |

mardi, 27 avril 2010

Rapport sur la politique suisse de sécurité : Cultiver des mythes bouffés aux mites

Renvoyé par deux fois à son expéditeur, le rapport sur la politique de sécurité proposé par Ueli Maurer a finalement été, par lassitude, résignation ou désintérêt, accepté et publié par le Conseil fédéral à la mi-avril. Et ce texte a pratiquement fait l'unanimité contre lui, à force d'accumulation de lieux communs bouffés aux mites depuis la fin de la guerre froide, d'absence de priorités, de contradictions insurmontables et d'allergies inguérissables. Au bout du compte, le seul parti politique a avoir réussi à trouver quelque intérêt au pensum d'Ueli der Soldat a été... le « parti bourgeois démocratique », issu d'une scission du parti de Maurer. Un rapport creux à force de se vouloir consensuel, donc. Mais la médiocrité même de l'exercice a son utilité, paradoxale : le rapport de sécurité du Conseil fédéral dresse un diagnostic -non pas tant de la politique de sécurité, mais de l'incapacité politique et intellectuelle d'en concevoir une qui ait un sens à partir d'un instrument dont on ne veut pas se défaire : l'armée. Ueli Maurer aura décidement plus fait pour l'abolition de l'armée en trois ans de présence au Conseil fédéral que le GSsA en vingt ans d'activisme antimilitariste.

Lire la suite

16:46 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : armée, défense, sécurité, maurer | |  Facebook | | | |

vendredi, 09 avril 2010

Le dilemme des antimilitaristes : Abolir la conscription ou abolir l'armée ?

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) s'interroge : faut-il lancer une initiative pour l'abolition du service militaire obligatoire ? Pour les uns, une telle initiative se justifierait pour prendre de vitesse la droite que tente l'idée de rendre plus difficile l'accès au service civil, et plus lourd ce service (déja moitié plus long que le service militaire). Mais la suppression du service militaire ne serait pas celle de l'armée, et si elle remettrait à sa juste place, dans une vitrine de musée, le mythe du « citoyen-soldat », elle porte le risque de voir émerger, à la place de l'armée de conscription, une armée de métier plus contestable encore. Côté socialiste, le projet de nouveau programme du PSS considère certes que « le service militaire obligatoire est dépassé », mais veut le remplacer par un « système de recrutement volontaire ». C'est-à-dire, au moins à terme, par une armée de métier, même si la mission que les socialistes lui assigne serait de « contribuer avant tout à la protection de la population civile et à la promotion de la paix ». Mais pourquoi diable maintenir une armée, si c'est pour lui donner pour tâche celles de la Protection Civile et des Peace Brigades internationales ?

Lire la suite

14:53 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : armée, gssa | |  Facebook | | | |

jeudi, 21 janvier 2010

L'armée alarmée : le tribut à la tribu trébuche

La droite s'alarme : les demandes d'admission au service civil, dont la durée est supérieure de moitié au service militaire, ont triplé ou quadruplé depuis la suppression de l'absurde « examen de conscience » lors duquel on prétendait vérifier que le candidat au service civil était réellement tenaillé par un dilemme existentiel tel qu'on ne pouvait lui refuser le droit de ne pas faire le guignol dans une école de recrue, et bisser cette guignolade dans des cours de répétition. Quelques 7000 jeunes auraient choisi le service civil plutôt que le service militaire en 2009, contre 1600 à 2000 les années précédentes. Du coup, Ueli der Soldat et ses soutiens politiques prônent un durcissement des critères d'admission au service civil, pour sauver notre glorieuse armée de l'hémorragie qui la mine. Mais à force de se plaindre de l'état de notre glorieuse armée, Ueli der Soldat commence à fatiguer les seuls seuls partis (le PDC et les radelibes) prêts à soutenir des réformes militaires dont l'UDC ne veut pas par militarisme, et le PS et les Verts ne veulent pas par antimilitarisme.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

00:36 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : armée | |  Facebook | | | |

jeudi, 22 octobre 2009

Ueli der Soldat et les beaux navions

Il n'en dort plus, le Conseiller fédéral UDC, ministre de la Défense : son armée a besoin d'un demi-milliard de francs pour être encore capable de quelque chose, on ne les lui donne pas, et en plus, on veut lui faire acheter de nouveaux avions de chasse pour remplacer les Tiger F5 qui seront bientôt aussi utiles à la Suisse que des Messerschmidt, des Spitfire ou des Stormovik de la deuxième guerre mondiale. Lesquels ont au moins une valeur patrimoniale. Et donc, à bout d'insomnies, Ueli Maurer a lancé une sorte d'appel au secours : donnez-moi 500 millions, ou renoncez à l'achat de nouveaux avions ! ça tombe bien, une initiative du GSsA a abouti, qui demande précisément que l'on renonce à l'achat de nouveaux avions de combat. Et du coup, quelques casques à boulons songent à lancer une initiative dans le sens contraire : pour que l'on garantisse un tel achat. Mais qu'ils le fassent : avec un peu de pot, on pourrait voter le même jour sur les deux initiatives (si la seconde aboutit)…

Lire la suite

01:14 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : armée, avions, gssa, dassault, saab | |  Facebook | | | |

mercredi, 07 octobre 2009

A l'ost, rien de nouveau

Dissoudre l'armée ou la laisser moisir ?

Un petit morceau de l'armée suisse va probablement être dissout : le DRA-10 (détachement de reconnaissance de l'armée, composé de 40 hommes), dont le sort était suspendu à la décision des Chambres fédérales de lui donner pour mission de participer à la mission " Atalante " (la protection des navires dans la zone de piraterie au large de la Somalie). Or le Conseil National a refusé, par une majorité hétérogène (UDC, Verts, une partie des socialistes -contre Micheline Calmy-Rey) d'autoriser l'envoi des soldats professionnels du DRA-10 dans ces eaux dangereuses. Pour les opposants de droite (UDC), l'armée suisse n'a rien à faire à l'étranger. Pour les opposants de gauche, elle a mieux à faire des moyens financiers dont elle dispose pour des opérations dans l'est africain (ou le sud arabique) que les consacrer à financer une opération de police internationale : ces moyens, elle doit les consacrer à l'appui humanitaire, économique et politique aux populations. Du coup, le Conseiller fédéral Ueli Maurer, pour qui l'existence même d'une troupe comme le DRA-10 est contestable, devrait le dissoudre, ou le fusionner avec le détachement ad hoc de la police militaire. Et un petit morceau d'armée en moins, un…

Lire la suite

02:07 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : armée, atalante, maurer | |  Facebook | | | |

samedi, 12 septembre 2009

Swiss Somptuair force

L'initiative du GSSA demandant un moratoire de dix ans sur tout achat de nouveaux avions de combat sera soumise au vote en novembre prochain, en même temps que l'initiative anti-minarets, ce qui nous permettra au moins de débattre d'autre chose que des conneries tribales de l'extrême-droite. L'initiative du GSSA se justifie formellement par l'impossibilité de combattre les programmes d'armement par référendum. Il faut donc poser une règle générale et abstraite, même limitée dans le temps, si l'on veut combattre les pulsions somptuaires de notre glorieuse armée, en l'occurrence son souhait de remplacer ses F-5 " Tiger " par de nouveaux chasseurs-bombardiers. Un achat devisé à plus de deux milliards, mais qui signifiera au bout du compte un coût de quatre à six milliards, compte tenu des frais d'entretien et de modernisation. La décision finale ayant été reportée à une date ultérieure au vote de l'initiative, les lobbystes de chaque candidat à l'obtention du marché vont devoir s'activer un peu plus longtemps que prévu, pour un marché moins juteux qu'espéré : alors qu'on envisageait, il y a un an, d'acquérir 33 avions de combat pour notre glorieuse Luftwaffe, on n'envisage plus guère que d'en acheter une vingtaine. Et de dépenser un milliard de moins

Lire la suite

00:21 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : armée, avions, gssa, dassault, saab | |  Facebook | | | |

vendredi, 15 mai 2009

Jeu de l'avion dans le brouillard

Trois constructeurs européens en concurrence (féroce) pour vendre des avions de combat à la Suisse

La Suisse veut s'acheter de nouveaux zoulis navions de combat pour remplacer ses vieux " Tiger ", qui vont être retirés du service sans jamais avoir servi à grand chose. Trois constructeurs européens s'affrontent hors du regard public pour remporter un marché de 2 milliards et demi de francs (du moins si une initiative antimilitariste n'assèche pas le marché en question) : Saab veut vendre des Gripen, Dassault des Rafale, EADS des Eurofighters. Et tous les coups sont permis. A commencer par les coups bas, et à poursuivre par les coups tordus. Celui qui joue le plus gros dans l'affaire, c'est Saab : sa chaîne de production de " Gripen " pourrait être stoppée en 2012 faute de commandes. Du coup, Saab est aussi le plus actif, et a tenu des centaines de réunions en Suisse, avec des industriels, pour signer plusieurs dizaines d'accords de collaboration, dont un avec Pilatus.

Lire la suite

01:07 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : armée, avions, saab, dassault, eads | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 décembre 2008

Toto flingueur

Cours de jeunes tireurs
Toto flingueur


Le moment était bien choisi : à quelques jours de la célébration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, les autorités genevoises ont aidé les sociétés de tir militaire à inviter les jeunes, garçons et filles, de 16 ans résidant dans le canton, à suivre un " cours d'initiation au tir avec fusil d'assaut militaire ". Cette invitation n'a été envoyée qu'aux jeunes Suisses-ses. On part sans doute du principe que les métèques étant flingueurs de naissance, il est inutile de les former. Reste qu'un lourd doute place sur cette initiative imbécile : au moment où on se demande comment empêcher des frappadingues de sortir leur fusil militaire pour flinguer leur famille, leurs voisins ou les passants, était-il judicieux d'inviter les ados indigènes à s'initier aux armes ?

De l'infinitude de la connerie

Une initiative populaire fédérale a été lancée, et aboutira, " pour la protection face à la violence des armes ", l'abolition de la possibilité de garder à son domicile le fusil d'assaut est discutée au plan fédéral, Genève a pris les devant en organisant le dépôt dudit fusil à l'arsenal... mais on organise tout de même des " cours d'initiation au tir " pour adolescents et adolescentes, avec le même fusil d'assaut. Au tir sur quoi, au juste, avec une arme de guerre ? Sur des cibles, certes, mais pour apprendre à tirer ensuite sur quoi, ou qui ? Pas sur les animaux, la chasse est interdite à Genève et il ne s'agit pas de fusils de chasse; pas sur les ennemis potentiels de notre beau pays, il y a longtemps qu'un fusil d'assaut n'effraie plus que les proches de ceux qui le manient… Le plus amusant de l'histoire est sans doute que ceux qui organisent et promeuvent cet exercice à la fois absurde et inutile sont souvent les mêmes qui geignent sur l'accroissement de la violence des jeunes. Ces geignements n'aurait-ils donc pour motif que la déception de constater que cette violence n'use généralement que d'instruments artisanaux, genre couteau ou cocktail Molotov, alors que de belles et bonnes armes fabriquées avec amour par de braves travailleurs de chez nous dans de belles usines de chez nous roupillent au fond de l'armoire familiale ? Et tout cela de nous faire douter, au bout du compte, de la logique de la démonstration de Spinoza : rien d'infini ne peut être contenu dans un monde fini. Rien d'infini, sauf la connerie. Qu'il convient donc non seulement d'armer, mais de former à l'usage des armes.

04:28 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : armée, armes | |  Facebook | | | |

samedi, 08 novembre 2008

Une armée fédérale de guerre civile

A propos du 9 novembre…

On commémorera dimanche (à 17 heures 30, à la " Pierre ", sur la Plaine de Plainpalais, face à la rue Dancet) le massacre du 9 novembre 1932 -cette soirée où l'armée fédérale, appelée à l'aide par un Conseil d'Etat paniqué et se persuadant de l'imminence d'une révolution fomentée par les " rouges ", a tiré " dans le tas " d'une manifestation antifasciste, rassemblant toute la gauche genevoise, des anarchistes aux socialistes, protestant contre une parodie de procès organisée par l'extrême-droite locale contre les chefs du Parti socialiste, Léon Nicole et Jacques Dicker. On commémorera. Sans oublier que le massacre du 9 novembre 1932 se commet sur fond de crise économique et financière, à quelque temps de l'élection d'un nouveau président américain, un démocrate, triomphant de son concurrent républicain en mobilisant derrière lui les victimes de la crise…

" Plus jamais ça ", vraiment ?

L'armée suisse a beaucoup prêté à rire, ces derniers mois, entre les pitreries conjugales de son ancien chef, les trous de mémoire de son ministre de tutelle, les cafouillages de ses officiers et les pannes de son matériel. Historiquement, cependant, notre glorieux ost a de quoi susciter plus de méfiance que de ricanements : depuis sa création, l'armée fédérale a surtout été utilisée contre des Suisses et pour des opérations de répression des mouvements politiques et sociaux d'opposition : grévistes de 1918, manifestants antifascistes de 1932, autonomistes jurassiens de 1964… Crée, célébrée, engraissée en tant qu'instrument de la " défense nationale " (mais d'une défense nationale réduite à la défense d'un territoire, et délibérément rendue incapable d'être celle de la population qui y vit, et des droits de celles et ceux qui la composent), l'armée suisse n'a finalement jamais été pour l'essentiel qu'un instrument de la défense sociale -de la défense d'un ordre social, contre les forces qui le contestaient. Le 9 novembre 1932 n'est pas une dérive mais un révélateur. Et le 9 novembre 2008 ne devrait pas être qu'une commémoration, mais aussi une mise en garde.

01:18 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : genève, armée, répression | |  Facebook | | | |

dimanche, 31 août 2008

L'armée suisse après l' " Affaire Nef " : L'armée de crocodile

L'armée suisse a donc perdu sa tête cet été; on avait appris qu'elle en avait une à la faveur de la vraie-fausse démission de Roland Nef, généralissime des Helvètes tout fraîchement nommé, qui se définissait lui-même comme " conservateur en ce qui concerne les valeurs " morales, et qui a été promptement débarqué lorsque son comportement privé l'avait révélé comme un individu narcissique, à la capacité de discernement diminuée, au profil psychologique instable, au comportement déviant et au sommeil perturbé. L'homme idéal pour être la tête d'une survivance reptilienne : l'armée suisse.

Gaietés de l'escadron

L'épisode bouffon du passage de Roland Nef à la tête de notre glorieuse armée a certes de quoi faire ricaner. Mais il devrait aussi inciter à s'interroger non sur les procédures de nomination d'un chef, mais à l'utilité même de ce qu'il devait diriger -en l'occurrence, l'armée suisse. Un rapport interne du Département de la Défense, à la suite d'un exercice organisé en novembre 2007 pour tester Armée XXI, décrit une organisation inefficace des états-majors, des cadres mal formés, des systèmes informatiques incompatibles, des doctrines d'engagement confuses, des planifications illusoires... L'exercice Stabilo était fondé sur une hypothèse intéressante : un conflit ethnique extérieur menace la sécurité de la Suisse orientale, et le Conseil fédéral décidait, avec l'accord du parlement, de déployer 25'000 hommes pour y faire face. Pour faire face à quoi, au juste ? Une guerre tribale entre Tyroliens et Carinthiens ? L'armée suisse se cherche des utilités, s'invente des ennemis. Et s'offre des victimes : ses propres soldats (et quelques civils au passage, pour faire bon poids), qu'elle bousille régulièrement, soldats noyés dans une rivière, emportés dans une avalanche, occupants d'avions ou d'hélicoptères militaires tués dans des crash… L'armée suisse tue ses hommes, mais elle est toujours vivante, survivance inepte et inapte, avide autant qu'inutile, réclamant matériels et crédits, soutiens et respect, et ne méritant plus que l'attention qu'il convient de porter, pour peu que l'on se soucie de la diversité des espèces, aux derniers descendants des dinosaures.

02:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : armée, nef, suisse | |  Facebook | | | |