jeudi, 06 avril 2017

Un rapport de plus sur la Pénitentiaire genevoise : Bricoler la prison ou l'ouvrir ?

gramsciLa Cour des Comptes genevoise a rendu un deuxième audit sur l'Office cantonal de la détention, le bon vieux Service Pénitentiaire de nos jeunes années délinquantes. Le premier portait sur le service des ressources humaines de l'OCD. Il était ravageur. Le second l'est aussi : des indemnités versées de manière "inappropriée", des gardiens rétribués pour des services et des travaux qu'ils n'ont pas accompli, des indemnités versées pour surpopulation carcérale (250 francs par mois)ne tenant pas compte de de l'atténuation de cette surpopulation, une indemnité pour remplacement dans une fonction supérieure (dont celle du directeur général de l'Office) versée sans base légale, des cadres sans formation adéquate pour gérer les crises, des contrôles internes lacunaires... N'en jetez plus... Commentaire du Conseiller d'Etat Pierre Maudet, souvent mieux inspiré, et qui nous fait le coup de l'"héritage du régime précédent" : "nous avons hérité du bricolage du passé, et nous sortons pas à pas de cette situation". Par un nouveau bricolage ? En attendant, le débat de fond sur la prison, son rôle, son usage, son mésusage, ne se fait pas. Ou peu. Et mal. Il y a cent ans, pourtant, quand la Russie était encore en révolution, elle ouvrait les prisons, et pas seulement aux "politiques" : aux droits communs aussi. Laissons Gramsci en témoigner.

Lire la suite

14:38 Publié dans Genève, prison | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gramsci | |  Facebook | | | |