lundi, 29 février 2016

Refus de l'initiative UDC : Hourrah ? plutôt Ouf...

mouton noir.jpgVainqueurs ? Non : seulement soulagés...

Le rejet, d'une ampleur surprenante, de l'initiative udéciste de "mise en oeuvre" de l'initiative udéciste sur l'expulsion des "criminels étrangers", au terme d'une campagne qui aura mobilisé contre elle toute la gauche politique et toute la droite démocratique, les syndicats et le patronat, les juges, les procureurs et les avocats, les églises et les organisations de défense des droits humains, ce rejet nous soulage, mais peut difficilement passer pour une victoire de la Suisse "ouverte, solidaire et démocratique" dont nous voulons être. Tout au plus avons-nous évité une défaite supplémentaire de cette Suisse-là. Parce que si la délirante initiative de l'UDC a été repoussée, c'est en ayant tout de même été acceptée par une proportion de votantes et de votants (40 %) largement supérieure à l'électorat de l'UDC et de ses satellites cantonaux (dont la Lega et le MCG) et de ce qu'aurait mérité ce texte, et c'est aussi en laissant derrière elle s'appliquer désormais une réforme du code pénal qu'en d'autres temps nous aurions combattue avec la même énergie que celle que nous avons mise à combattre la soi-disant initiative de "mise en oeuvre"... qui ne mettait en oeuvre, une nouvelle fois, que l'obsession xénophobe de ses géniteurs.

Lire la suite

17:27 Publié dans Immigration, Justice, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : udc, xénophobie | |  Facebook | | | |

mercredi, 03 février 2016

Initiative UDC de soi-disant "mise en oeuvre" : A balayer (devant notre porte)

danger de tomber de haut.jpg Selon un sondage effectué le 12 janvier, l'initiative de UDC, pour (soi-disant) la "mise en oeuvre" de son initiative précédente pour l'expulsion des "criminels étrangers",  recueillerait 51 % d'avis favorables au plan national, contre 42 % d'opposants, avec seulement encore 7 % d'indécis. Tout se jouera sur la mobilisation des dernières semaines, notamment au sein de l'électorat des partis de droite qui appellent au rejet de l'initiative, mais dont une forte proportion des électeurs (38 % de l'électorat PDC, 46 % de l'électorat PLR) avait, à la date du sondage, l'intention de voter pour le texte udéciste. Il restait même, selon le sondage du 12 janvier, 12 % des Verts et 7 % des socialistes à convaincre de suivre le mot d'ordre de leurs partis respectifs et à refuser ce que la coordination genevoise contre l'exclusion et la xénophobie résume fort justement comme étant un "texte inique, mensonger, inutile et dangereux". Qu'il nous reste un peu plus de trois semaines à faire balayer. Devant notre porte, par nos concitoyens.
Campagne de "Stop Exclusion" sur https://www.facebook.com/stopex/

Lire la suite

16:34 Publié dans Genève, Immigration, Justice, votations | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

lundi, 01 février 2016

Démission de Christiane Taubira : Hollande et Valls à poil

 
Taubira, Hollande, Valls, PS"Je quitte le gouvernement sur un désaccord majeur" (le projet d'inscrire dans la Constitution la possibilité de déchoir des Français de leur nationalité), a résumé Christiane Taubira, ministre de la Justice du gouvernement de Manuel Valls, et ultime caution de gauche de ce gouvernement, après les départs successifs des socialistes Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filipetti, et des Verts. "Je choisis d'être fidèle à moi-même, à mes engagements, mes combats, mon rapport aux autres, à nous tels que je nous comprends", a-t-elle ponctué après sa démission. Les députés de gauche l'ont ovationnée. C'est beau. Il eût peut-être mieux valu qu'ils la soutinssent tout uniment  dans sa confrontation avec les tenants du virage à droite (toute) opéré par le président de la République et son Premier ministre. Le départ de Christiane Taubira laisse politiquement Hollande et Valls à poil. Et politiquement c'est pas beau à voir.
 

Lire la suite

16:10 Publié dans France, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : taubira, hollande, valls, ps | |  Facebook | | | |

lundi, 18 janvier 2016

Initiative de "mise en oeuvre" : De l'enfumage comme art politique

initiative de mise en oeuvre, UDCPour tenter de convaincre une majorité de votants dans une majorité de cantons de soutenir son initiative de "mise en oeuvre" de l'expulsion automatique des "criminels" étrangers (pour son propre électorat, aucune argumentation n'est nécessaire, il suffit de dire d'un texte qu'il est "contre les étrangers" pour que cet électorat l'approuve...), l'UDC va constamment brouiller les repères légaux, bidouiller les chiffres, dissimuler des faits et en inventer d'autres -bref, mentir comme une arracheuse de dents. Une arracheuse indigène, évidemment, et de dents importées, forcément. Son "tous ménages" de campagne est, dans ce domaine, exemplaire d'une démarche d'enfumage du bon peuple. Une démarche dont l'UDC est d'ailleurs coutumière, dont elle a fait un véritable art politique, et dont on ne peut que constater l'efficacité. Qui, déjà, disait (à raison, semble-t-il) qu'un mensonge répété devient une vérité ?

Lire la suite

17:29 Publié dans Immigration, Justice, Politique, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : initiative de mise en oeuvre, udc | |  Facebook | | | |

mardi, 05 janvier 2016

Une ânerie pour en appliquer une autre : Mise en oeuvre et en abyme

Selon un sondage réalisé à la mi-décembre, une majorité de Suisses (55 %) auraient alors approuvé l'étrange initiative de l'UDC "Pour le renvoi effectif des étrangers criminels", 24,5 % la refusant et 20,5 % se disant indécis. Deux mois auparavant, ils étaient même 66 % à approuver une initiative "de mise en oeuvre" qui se résume à demander qu'une initiative précédente soit appliquée, sans passer par aucune des procédures parlementaires prévues par la constitution. Un peu comme si l'idée étant venue aux Suisses de d'inscrire dans la constitution, en votation populaire, que le terre est plate, une initiative était lancée pour ensuite aplatir la terre. Car le problème de l'initiative initiale, celle sur le renvoi des "criminels" étrangers (la définition même du mot "criminel" par l'UDC étant pour le moins hasardeuse, et ignorante des catégories légales) est qu'elle est inapplicable. Quant à l'initiative ultérieure, celle de "mise en oeuvre", elle s'attaque frontalement à toutes les institutions politiques et judiciaires garantissant la sécurité du droit et des droits : le parlement, les tribunaux, la convention européenne des droits de l'homme...  Au point qu'au sein même de l'UDC, on essaie désormais d'en minimiser les effets, contre l'évidence même de son contenu...

Lire la suite

18:04 Publié dans Justice, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udc | |  Facebook | | | |

vendredi, 18 septembre 2015

Convention et Cour européennes des droits de l'homme : Des juges ou des droits étrangers ?

CEDH, Conseil de l'EuropeLe 28 novembre de l'année dernière, on a (ou aurait du) célébrer le 40e anniversaire de la ratification par la Suisse de la Convention Européenne des droits de l'Homme -une ratification qui impliquait l'acceptation de la juridiction obligatoire de la Cour européenne de Strasbourg. L'UDC avait, à sa manière, célébré cet anniversaire, en remettant en cause cette juridiction, en annonçant le lancement d'une initiative inscrivant dans la Constitution fédérale le principe (à rebours de toute l'évolution du droit depuis 1945...) la primauté du droit de l'Etat sur le droit international (celui de la Cour européenne, en l'occurrence). La Cour européenne a en effet un rôle, une fonction, insupportable aux udécistes : celle de faire respecter les libertés individuelles (et collectives) proclamées dans la convention européenne. Et dans la constitution suisse : "Tout comme la démocratie directe ou le fédéralisme, les droits de l'homme sont indissociables de la Suisse", déclare (optimiste) Simonetta Sommaruga. Dès lors, "un juge qui veille à la défense des droits de l'homme peut-il vraiment nous être étranger ?", s'interroge la présidente de la Confédération. A nous étranger, certainement pas -du moins pas plus que n'importe quel juge indigène. Mais à l'UDC, apparemment oui. Mais ce n'est pas tant ce juge qui lui est étranger que  la Convention européenne des droits de l'homme elle-même... et l'idée même de droits plus fondamentaux que les décisions d'une majorité électorale ou référendaire.

Lire la suite

14:30 Publié dans Droits de l'Homme, Europe, Justice, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cedh, conseil de l'europe | |  Facebook | | | |

vendredi, 16 janvier 2015

Abolition de la peine de mort : la Ville de Genève veut s'engager... Sans « mais » ni « sauf »...

MORTOPOR.jpgElle tient en une phrase de treize mots, la proposition que le Conseil Administratif de la Ville de Genève fait au Conseil Municipal, et dont celui-ci débattra mardi ou mercredi: « s'engager en faveur de l'abolition de la peine de mort ». Point (ou poing) final. Pas de « mais » ni de « sauf » : on s'engage ou non, mais si on s'engage, c'est sans restriction, sans exception, sans barguigner. On entendra certainement maugréer que, deux semaines après les sanglants délires djihadistes de Paris (et les massacres innommables, mais recouverts des fracas parisiens, commis au Nigeria par « Boko Haram »), le moment est mal choisi pour que le parlement d'une ville, fût-elle « capitale mondiale des droits de l'Homme », s'engage, comme il y est sollicité, pour l'abolition d'une peine définitive que l'on pourrait prononcer contre les terroristes et les massacreurs... et si au contraire nous étions précisément dans le moment de dire que nous ne voulons rien avoir de commun avec eux, qui la chérissent, la fétichisent, la pratiquent sans restriction, et finissent par se l'infliger à eux-mêmes, comme on s'offre un cadeau  ?

Lire la suite

14:38 Publié dans Droits de l'Homme, Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : peine de mort | |  Facebook | | | |

mardi, 13 janvier 2015

Petit débourrage de Champ-Dollon : quand on veut, on peut...

Pourvu que ça dure...

Quand on veut, on peut (et si on disait ne pas pouvoir, c'est qu'en fait on ne voulait pas) : en cinq mois, le nombre de détenus dans la prison genevoise, surpeuplée, de Champ-Dollon, a diminué de 18 % et est revenu à son niveau de décembre 2012, en passant de plus de 900 détenus à la mi-août à 734 détenus le 6 janvier. Toujours pour 387 places, il est vrai, ce qui signifie que la prison est toujours surpeuplée, mais qu'elle l'est moins qu'avant. Maigre progrès, mais progrès tout de même. Acquis comment ? en faisant ce qu'on assurait ne pas pouvoir faire : en cessant de bourrer la prison avec tout ce qu'on ramasse dans la rue comme petits délinquants et comme étrangers en situation irrégulière. C'est un (bon) début, mais ce n'est qu'un début : d'une année sur l'autre, en moyenne, le nombre de détenus continue à augmenter (comme ailleurs en Suisse). Et si la surpopulation carcérale de Champ-Dollon se réduit, c'est aussi parce que quand on a atteint la barre des 900 détenus et qu'on on a craint l'explosion, on a transféré une partie des détenus dans d'autres lieux d'enfermement. Le choix, décisif, d'une autre politique pénale reste donc à faire. Et les réflexes carcéromaniaques à défaire.         
      

Lire la suite

20:27 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prisons, champ-dollon, jornot | |  Facebook | | | |

mercredi, 04 juin 2014

Peine de mort : Du trash, sinon rien !

L'exécution ratée d'un condamné à mort, après plusieurs sinistres épisodes du même genre, a fait scandale aux Etats-Unis. Qu'on ne s'y trompe pas : c'est le ratage de l'exécution qui a scandalisé, pas la sentence de mort elle-même. Et donc pas la peine de mort en soi. Seulement la foirade de sa matérialisation. Fin avril, dans l'Oklahoma,  Clayton Lockett a mis trois quart d'heure à agoniser après l'injection du cocktail de poisons devant le tuer (bricolé sur place, le cocktail, et jamais testé -comment, et sur qui, aurait-on pu d'ailleurs le tester ? sur le procureur ayant requis la peine de mort ?) . Les médecins avaient prévenu : votre mélange est une vraie saloperie pour un vrai supplice. Le président Obama a chargé le Procureur Général d'enquêter sur l'application de la peine de mort. Pas sur son utilité, ou sa légitimité : sur son application. Parce que le précepte « c'est un sale boulot, on n'a qu'une excuse, c'est qu'on le fait salement », ça ne lui suffit pas, à Obama. Il veut juste savoir pourquoi on ne peut pas le faire plus proprement. Ce qui suggère qu'on puisse, précisément, commettre proprement l'homicide légal.

Lire la suite

00:14 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peine de mort | |  Facebook | | | |

lundi, 12 mai 2014

Initiative de la « Marche Blanche » : Exorciser la pédophilie ou la combattre ?

Dans nos sociétés de l'entant-roi, la pédophilie est le mal absolu, le crime de lèse-majesté, et le consensus semble général sur la nécessité de « protéger la société des pédophiles ». Comme si c'était la société qu'il fallait en protéger et pas les enfants. La « société » s'en est toujours fort bien accommodée de la pédophilie, tant qu'elle ne se voyait pas, ne se dénonçait pas : la pédophilie à l'intérieur du cercle familial, dans le champ des églises ou des pratiques sportives, « la société » ne mettait pas beaucoup d'acharnement à la combattre. Alors, on se rabat, comme l'initiative de la « Marche Blanche » soumise au vote dimanche, sur les actes pédophiles commis dans un cadre professionnel. Une initiative qui « joue aux apprentis sorciers », estime l'ancien juge fédéral Claude Rouiller. Aux apprentis sorciers, ou aux exorcistes ?

Lire la suite

16:57 Publié dans Justice, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : pédophilie, initiative, marche blanche | |  Facebook | | | |

jeudi, 24 avril 2014

Encore la prison ? Eh oui, la prison, encore...

Deux pour mille...

La prison, encore ? Eh oui, la prison, encore : en France, le syndicat des gardiens de prisons organise depuis plusieurs semaines des manifs devant les tôles pour dénoncer la surpopulation carcérale et le manque de moyens et de personnel pour y faire face. Surpopulation carcérale ? On a atteint le niveau de 60'000 détenus en France, soit, en gros, un pour mille de la population résidente. A Genève, on en est à plus du double : deux pour mille de la population résidente réside... à Champ-Dollon. Plus toutes celles et ceux qui résident dans d'autres lieux de détention. Pierre Maudet, dans « Le Temps » du 30 octobre 2012 déjà, détaillait, tout frais élu, son programme : « Mon ambition pour Genève : plus de prisons et des mesures de suivi ». Enfin... surtout plus de prisons, avec un objectif quantifié dans le flou : « doter le canton de Genève de capacités carcérales proportionnelles à la taille de sa population et adaptées à l'évolution de la criminalité ». Or Genève est déjà dotée de « capacités carcérales » triples de celles d'il y a 25 ans...  la population aurait-elle triplé en une génération sans qu'on s'en aperçoive ?

Lire la suite

15:53 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prison, champ-dollon | |  Facebook | | | |

lundi, 14 avril 2014

Premier (et seul) tour de l'élection du procureur Général de Genève : Qui perd, gagne !

vignette Bayenet  merci.jpgBon, évidemment, le colonel procureur restera Procureur Général, mais au risque de lasser, on le répète : avant même que soit jouée son élection, nous avions déjà remporté trois victoires, la première en imposant cette élection contre la tentation de la cooptation clanique, la seconde en imposant un débat politique sur la justice et la prison contre le « silence dans les rangs », la troisième en imposant l'évidence des qualités du candidat que nous soutenions. Ces victoires, nous les avons remportées sur tous ceux et toutes celles qui ne voulaient ni d'une élection du Procureur Général (parce que la démocratie doit s'arrêter aux portes du Palais de Justice), ni d'un débat politique sur la justice et la prison (parce que la justice et la prison sont, l'une au-dessus et l'autre au-dessous de tout débat), ni d'un candidat de gauche au poste de Procureur Général (parce que le candidat sortant, de droite, convenait à la corporation judiciaire de gauche). Pierre Bayenet n'a pas été élu ? La démocratie, grâce à lui, l'a été.

Lire la suite

14:59 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : élection, procureur général, bayenet, jornot, ps | |  Facebook | | | |

vendredi, 11 avril 2014

Election du Procureur Général : Cela s'appelle la démocratie...

Participation probabAerez !.jpgle à l'élection du procureur Général de Genève : 40 %

A en juger par le taux de participation enregistré vendredi matin (72'050 votes enregistrés, 29,59% de participation), on peut attendre un taux final de 40 %. Ou, a contrario, de 60 % d'abstention. Une participation électorale de 40 %, c'est médiocre, mais on a vu pire (en fait, on voit régulièrement pire aux élections municipales). Et cela fera tout de même autour de 100'000 citoyennes et citoyens (les étrangers n'ont pas le droit de participer à cette élection, cantonale) qui auront pu, grâce à la candidature de Pierre Bayenet, choisir, pour les six années à venir, le « troisième personnage de la République ». Cela s'appelle la démocratie.
Au fait, vous, vous avez voté ? Parce que sinon, il ne vous reste pour le faire que la bonne vieille méthode (la seule réellement compatible avec un usage réfléchi des instruments de la démocratie) qui consiste à vous lever dimanche matin pour vous rendre au local de vote de votre quartier, et glisser, avec vos petites mains, votre bulletin (la liste n° 6, par exemple) dans l'urne...

Lire la suite

16:58 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bayenet, jornot, ps, élection | |  Facebook | | | |

lundi, 07 avril 2014

Election du Procureur Général de Genève : On a déjà gagné !

élections, Procureur général, Bayenet, Jornot, PSOn aurait pu en militants disciplinés que nous sommes, s'en tenir à la non-position de notre parti : on ne soutient ni le candidat de droite, ni le candidat de gauche, on laisse la corpo décider,  les juges jauger et les procureurs se procurer. On a fait un autre choix: celui de prendre à la place de notre parti la responsabilité qu'il refusait d'assumer -celle de jouer pleinement le jeu d'une élection démocratique et d'un débat politique, entre la gauche et la droite, sur la justice, la prison, l'application du droit, les priorités de l'action pénale. Et on a déjà gagné sur ces trois tableaux. La candidature de Pierre Bayenet a imposé une élection démocratique, la campagne autour de cette candidature a imposé un débat politique, et cette candidature elle-même comme tout autre chose que ce que la corpo du Palais affectait d'y voir (une sorte d'opération kamimaze). « La sauce prend », titre « Le Courrier ». de samedi. Le quotidien truitier est peut-être un peu de parti pris, mais quoi qu'il en soit, en effet, « la sauce prend ».. On a même réussi à imposer une couleur : le « vert Bayenet ».... oui, bon, d'accord, là, on aurait pu s'abstenir.. Mais seulement là.

Lire la suite

16:08 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, procureur général, bayenet, jornot, ps | |  Facebook | | | |

vendredi, 04 avril 2014

Election du Procureur Général de Genève : Soutien à la candidature de Pierre Bayenet

élection, Procureur Général, BayenetLe Comité de soutien à Me Pierre Bayenet, candidat au poste de Procureur général de Genève, a le plaisir de publier ce samedi la liste de plus de 260 personnes qui expriment leur espoir d'un changement radical de politique judiciaire dans le canton de Genève.
La liste complète est publiée dans le quotidien genevois Le Courrier. On peut également la consulter sur le site internet www.bayenet.info
Le Comité de soutien remercie chaleureusement les députés et élus des communes genevoises Verts, socialistes et des coalitions Ensemble à Gauche et À Gauche Toute !, ainsi que les militants de base de ces partis qui se rassemblent autour des propositions de Me Pierre Bayenet.
Il relève notamment la forte présence de membres de l'Assemblée constituante attentifs au respect des devoirs et droits fondamentaux et démocratiques.
Le Comité salue la présence dans cette liste des principaux dirigeants syndicaux genevois, ainsi que que de militants syndicaux de base qui attendent du Ministère public qu'il poursuive sans hésiter les faillites frauduleuses, le dumping salarial et qu'il traque sans faiblir tous les cas de criminalité économique.
Le comité de soutien note la présence dans sa liste de soutien d'un grand nombre de travailleurs actifs dans la médiation sociale et culturelle, dans l'enseignement, dans la médecine mentale, au côté des migrants, des sans-papiers et des citoyens les plus précaires. Il salue également le courage des juristes et et des avocats qui s'engagent dans cette liste en faveur d'une autre politique de la justice. La confiance que ces acteurs et observateurs de terrain accordent à la candidature de Me Pierre Bayenet, confirme la pertinence de ses propositions sur la médiation judiciaire et la réinsertion des délinquants. Au même temps, la forte présence d'acteurs de terrain dans cette liste constitue un signal d'alarme contre la poursuite d'une politique de répression indiscriminée et de courte-vue, qui détruit le tissu social, désécurise et vide de son sens la notion du vivre-ensemble.
Le Comité de soutien relève également les signatures de militants pour le droit d'asile et d'activistes des Droits humains au niveau international, qui rappellent que Genève a un rôle particulier à tenir aux côtés des victimes de persécutions et dans la poursuite des crimes contre l'humanité.

Lire la suite

21:20 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élection, procureur général, bayenet | |  Facebook | | | |

jeudi, 03 avril 2014

Répression des actes pédophiles : Marche Blanche, initiative grise ?

On marche sur des oeufs, lorsque l'on évoque, en prenant avec elle quelque distance critique, une démarche comme celle de l'initiative de la « Marche Blanche » proposant -comme d'ailleurs l'a déjà fait une révision de la loi- un renforcement de la répression des actes atteignant à l'intégrité sexuelle des enfants ou des personnes dépendantes. Critiquer ladite initiative, lui préférer la loi, ce serait faire preuve de laxisme envers des comportements que l'on proclame désormais comme les pires de tous ceux que réprouve le droit pénal. Et pourtant, l'initiative de la « Marche Blanche » est moins immaculée, un peu plus grise, qu'il semble : elle a des défauts, des lacunes, et des prétentions impossibles à satisfaire en respectant les principes du droit... marchons donc sur des œufs , mais essayons d'y voir un peu clair dans un débat à tout moment menacé d'être submergé par l'émotion..

Lire la suite

16:29 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : votation, pédophilie, marche blanche | |  Facebook | | | |

mercredi, 02 avril 2014

Pâques électorales judiciaires genevoises : Ponce Pilate candidat...

Retrouver Ponce Pilate à Pâques a quelque chose d'assez logique, du moins dans une Passion (comme celle de Matthieu, donnée samedi au Victoria Hall). Mais retrouver le Procurateur de Judée candidat à la Procurature de Genève ? L'élection du Procureur Général de la Cité de Calvin nous offre ainsi ce pieux raccourci menant en 2000 ans d'une protestation d'irresponsabilité dans la condamnation à mort d'un trublion vers une revendication d'irresponsabilité sur la prison. Avec dans les deux cas, pour argument, celui d'agir comme l'opinion publique veut que l'on agisse. Le slogan du Procurateur de Genève pour sa réélection, c'est bien « compétence et fermeté » ?

Lire la suite

14:44 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : election, prison, champ-dollon, jornot | |  Facebook | | | |

lundi, 24 mars 2014

« Renvoi des criminels étrangers » : La droite bourgeoise, toute honte bue...

Prête à tout pour obtenir de l'UDC qu'elle retire sa deuxième initiative populaire sur le renvoi des délinquants et criminels étrangers, qui exige l'application intégrale de la première, acceptée par la majorité du peup,le et des cantons, le PLR et PDC se sont rangés derrière l'UDC pour imposer au Conseil National, par 104 voix contre 71 un durcissement délirant des possibilité de renvoi dans le pays dont ils sont ressortissants, même s'îls n'y ont jamais vécu et sont nés en Suisse, des délinquants et criminels étrangers frappés de la double peine de prison puis d'expulsion. Le projet adopté par la Chambre basse du Parlement fédéral (la Chambre haute, le Conseil des Etats, peut encore « rattraper » le mauvais coup -mais le fera-t-elle ?) a été qualifié de « totalitaire et liberticide » par la socialiste Ada Marra. De fait, ces qualificatifs s'imposent -mais on cherche encore celui qui qualifierait la veulerie de la droite bourgeoise, se mettant elle-même, toute honte bue, à la remorque de l'UDC...

Lire la suite

14:36 Publié dans Immigration, Justice, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : criminalité | |  Facebook | | | |

mercredi, 19 mars 2014

Prisons genevoises : de Saint-Antoine à Champ-Dollon : « Je me souviens »

prison-st-antoine.jpgPour une fois, « on » va écrire à la première personne du singulier. « Je  me souviens », non pas « on se souvient » ou « nous nous souvenons ». Ce n'est pas qu'« on » se prenne pour Georges Perec, c'est que même partagée par des milliers de personnes en même temps, des millions et des millions depuis le temps qu'elle sévit, la prison est une expérience aussi singulière qu'elle est collective, et que la mémoire qu'« on » peut en garder elle aussi est singulière : « on » n'y est pas entré pour des raisons impersonnelles, mais pour des actes commis -en toute connaissance de cause ou non- ou dont « on » est suspecté -à tort ou à raison. Et cette expérience singulière (e n'y étais ni par hasard ni par erreur) l'est dans la mesure ou chacun d'entre nous l'est aussi, singulier : la prison se vit personnellement. Et donc, parce que les derniers soubresauts de Champ-Dollon me remettent en mémoire à la fois les derniers temps de Saint-Antoine et les premiers temps de Champ-Dollon : « Je me souviens »...

Lire la suite

14:22 Publié dans Genève, Justice | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : prison, saint-antoine, champ-dollon | |  Facebook | | | |

mercredi, 12 mars 2014

Election du Procureur Général de Genève : Le choix du débat ou le choix du Palais ?

Suisse-Geneve-Palais-Justice-1-10.jpgLa campagne unitaire (on insiste sur le  « unitaire »...) de la gauche (on insiste sur le  « de la gauche » ...) pour la candidature de Pierre Bayenet au poste de Procureur Général de la Parvulissime République a été lancée hier matin. Nous en sommes, en partant de quelques évidences que nous sommes fort marris de devoir rappeler: Le poste de Procureur Général est soumis à élection populaire, donc à un  choix démocratique, pas à une cooptation corporatiste.  En avril prochain, ce choix démocratique se fera entre un candidat de gauche défendant un programme de gauche et un candidat de droite défendant un programme de droite -il s'agira donc d'un choix politique. Au moment d'un choix politique, le rôle d'un parti politique est d'y prendre position, et lors d'une élection qui matérialise ce choix politique, le rôle d'un parti politique de gauche est de soutenir le candidat de gauche. Le PS s'y est refusé, on le fait à sa place en faisant le choix du débat contre celui du Palais.

Lire la suite

15:12 Publié dans Genève, Justice, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bayenet, jornot, ps | |  Facebook | | | |