Cause toujours - Page 10

  • Loi genevoise sur la laïcité : Sacraliser l'Etat ?

    Imprimer

    sacre.jpgLe 10 février prochain, à Genève, on votera sur une loi cantonale sur la laïcité de l'Etat, attaquée par un référendum qui a obtenu 8300 signatures (6500 étaient nécessaires pour qu'il aboutisse). La Constitution cantonale pose (c'est la première à le faire à Genève) la laïcité comme principe fondamental de la République. Le Grand Conseil a jugé que cette proclamation ne suffisait pas, qu'il fallait une loi et en a donc bricolé une, qui enfonce quelques portes ouvertes et profère quelques truismes, exercices absurdes qui ne justifient pas que l'on appelle à refuser la loi. Mais on ne peut non plus l'accepter : elle sombre en effet dans une confusion parfaitement réactionnaire en confondant le rôle, le statut, la légitimité des élus et celle des fonctionnaires, en prétendant neutraliser les lieux politiques au point d'imposer aux parlementaires l'obligation, parfaitement hypocrite, de s'interdire toute exposition visible de leurs convictions religieuses, voire même politiques, et finalement en érigeant religieusement l'Etat en totem tout en plaçant la religion au-dessus des autres faits de culture, comme si le premier devait être sacralisé en même temps que la seconde, et chacun des deux préservé de l'autre. Que faire d'une loi qui ne mérite ni l'honneur d'un soutien ni l'indignité d'un refus ? On n'en fera rien : on votera blanc, ou nul. Parce que cette loi ne mérite rien de plus. Elle sera sans doute acceptée, et nous interdira de porter un "signe religieux ostentatoire" en séance du Conseil Municipal. Peu importe : passoire-à-thé-ancienne-en-métal-argenté-avec.jpgnotre "signe iréligieux ostentatoire", on l'arborera quand même : une passoire athée (à porter en sautoir ou en collier)...

     

    Lire la suite

  • Vers un nouveau Musée d'Art et d'Histoire à Genève

    Imprimer

    MAH escalier.jpgUn musée, ça sert à quoi ?

    Au printemps dernier avait fleuri le rapport du groupe d'experts chargé par le Conseil administratif de Genève plancher sur le futur du Musée d'Art et d'Histoire, et d'en proposer les grandes lignes. Pas de rupture dans ces propositions, mais une sorte de mise du musée au niveau des moyens que la Ville lui accorde (35 millions par an) -une mise à niveau qui serait un rehaussement des ambitions de l'institution, couplé à une extension matérielle. Le concours pour le poste de directeur du MAH a été lancé (le directeur actuel prendra sa retraite en 2019), le concours d'architecture pour la nouvelle enveloppe du musée est prévu pour le printemps 2020, le choix des lauréats pour le fin 2020 ou le début 2021. Mais la réflexion sur le contenu muséal (la fonction du musée) a précédé le choix du contenant architectural : c'était la logique même, mais il fallut la rétablir -le précédent projet de rénovation du musée avait fonctionné à l'inverse. Et donc, on va pouvoir débattre de l'idée force du projet élaboré par la commission d'expert : raconter Genève "dans toutes ses dimensions" (historique, artistique, scientifique...). Et répondre à la question première : un musée, et ce musée-là, ça sert à quoi ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève 5 commentaires
  • Qu'est ce qui est "trop coûteux" dans le système de santé ?

    Imprimer

    clystere-seringue___iniature-1470c32.jpgLe malade, c'est le système...

    A Genève, le Conseil d'Etat s'oppose à l'initiative de la gauche pour un plafonnement des primes d'assurance maladie à 10 % du revenu du ménage : la proposition est jugée trop coûteuse par le gouvernement cantonal, qui rappelle qu'il verse, pour 323 millions de francs par an, des subsides à 110'000 personnes pour les aider à payer leurs primes -ou les payer presque totalement à leur place. Mais qu'est ce qui est "trop coûteux", dans le système suisse de santé ? L'aide apportée à celles et ceux qui ne peuvent assumer le coût exorbitant des primes (obligatoires) d'assurance par tête (et non par ménage), ou ce système lui-même, ce qu'il condense d'absurdité dans la conception même d'une politique de la santé, voire la définition même de la santé, et l'impossibilité d'une part croissante de la population à en assumer le coût sur elle reporté ?

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Santé, médecine, Suisse 2 commentaires
  • Une vaillante centenaire : la grève

    Imprimer

    greve2.jpgLa grève d'il y a un siècle et un siècle de grèves

    Mardi et mercredi, à Genève, les maçons faisaient grève et manif, à l'appui de leurs revendications. Et les patrons du secteur étaient furax : les syndicats "sont dans une stratégie de lutte incessante", geignait le président de la Société genevoise de la Société suisse des entrepreneurs... Ben oui, coco, c'est ça, le syndicalisme ouvrier. Rien de tel qu'une bonne démonstration de terrain pour l'alphabétisation des élites patronales. Pour qui, la mobilisation des travailleurs de la construction n'est que "gesticulations inutiles, déloyales, choquantes, une violation crasse de la paix du travail". Dont on sait qu'elle n'est légitime que lorsqu'elle est utile au seul patronat, ce que résume avec une admirable concision le titre d'une annonce des syndicats patronaux genevois du secteur de la construction : "La grève du 16 octobre ne sert à rien". Un pays où ce sont les syndicats patronaux qui décident si une grève "sert" ou non à quelque chose n'est-il pas un pays merveilleusement organisé ?


    Mardi 6 novembre, à 19 heures à Fonction Cinéma (Maison des Arts du Grütli) Metroboulotkino célèbre le centenaire de la grève générale, avec deux films documentaires de Jacqueline Veuve : La grève générale de 1918 et  Genève, 9 novembre 1932, documentaire de Jacqueline Veuve (1973). La projection sera suivie d'une discussion avec Charles Heimberg, historien spécialiste de l'histoire ouvrière suisse.


    Vendredi 9 novembre, à la Salle du Faubourg dès 18 heures 30 (juste après la commémoration à 17 heures sur l'esplanade d'Uni Mail du massacre du 9 novembre 1932?, la Communauté genevoise d'action syndicale et le Collège du Travail invitent à une conférence et une table ronde sur la Grève générale de 1918 et les grèves et les luttes collectives d'aujourd'hui).

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Politique, Suisse, syndicats 3 commentaires
  • Une pétition pour sauver le Plaza

    Imprimer

    plazaAvant que sonne le glas

    Le plus beau cinéma de Genève risque fort d'être démoli pour laisser place à un centre commercial et à un parking. Une pétition pour empêcher ce saccage avait déjà été déposée au Conseil Municipal, qui l'avait acceptée. Une motion, avec le même contenu que la pétition, avait également été déposée au Conseil Municipal, qui l'avait aussi acceptée. Une initiative populaire a été lancée, et a largement abouti (avec plus de 11'000 signatures) -le Conseil d'Etat ayant trouvé judicieux de l'invalider, la cause est pendante devant la Chambre constitutionnelle de la Cour de Justice. En attendant quoi, l'autorisation de construire un centre commercial et un parking en détruisant pour cela la salle de cinéma est entrée en force -et le Conseil d'Etat refuse de la suspendre, comme le Parti socialiste vient de le lui demander, et comme le lui demande l'association des défenseurs du Plaza (https://www.facebook.com/groups/1447065642251760/). Le sort de la plus belle salle de cinéma de Romandie dépend aujourd'hui de la volonté (ou de son absence) d'un gouvernant (Antonio Hodgers, Conseiller d'Etat et président du Conseil d'Etat) de tenir politiquement sa propre parole médiatique. Aidons-le à se livrer à cet exercice de cohérence en signant la pétition qui lui est adressée, et dont nous reproduisant ci-dessous le texte. On signe la pétition ici :

    https://www.change.org/p/antonio-hodgers-ne-laissez-pas-mourir-le-plaza

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève, Patrimoine 1 commentaire
  • Une gauche socialiste à reconstruire

    Imprimer

    quidautre.jpgPercées vertes et déroutes socialistes dans trois élections en Europe

    Dimanche, en Bavière, en Flandre belge et au Luxemburg, des élections régionales, municipales et législative (selon les cas) ont vu la montée en puissance des Verts au détriment, surtout, des sociaux-démocrates. Ce "dimanche vert" et ce quasi "désastre rose" ne peuvent s'expliquer par la seule actualité climatique : ils s'expliquent aussi par la perte par les socialistes de leur boussole politique, entre ralliement plus ou moins honteux au libéralisme (disons : le "social-libéralisme" survivant à ses inventeurs, Blair et Schroeder) et volonté de retrouver les racines idéologiques et programmatiques du socialisme. En Bavière, le SPD tombe au-dessous de 10 % des suffrages, est même dépassé par l'extrême-droite de l'AFD alors que les Verts, avec près de 18 % des suffrages, deviennent la deuxième force politique du Land, derrière la CSU catho-conservatrice (qui elle aussi a subi une lourde défaite électorale à force de courir après l'extrême-droite en reprenant quasiment son programme xénophobe). En Belgique, les socialistes ne résistent qu'en Wallonie et à Bruxelles (où les Verts deviennent aussi, derrière le PS, la deuxième force politique), mais s'effondrent en Flandre. Qu'est-ce que cette déroute socialiste et cette percée verte disent de l'état de la gauche (et particulièrement de la social-démocratie) en Europe ? Pour le moins, qu'elle est en reconstruction...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Politique, PS 2 commentaires
  • "Juges étrangers" : Ne pas sous-estimer l'enjeu

    Imprimer

    bandeau initiative UDC.jpg

    Refuser un texte dangereux au prétexte qu'il ne changerait rien ?

    Selon un sondage Tamedia, l'initiative udéciste dite "contre les juges étrangers" serait repoussée lors du scrutin prévu dans un mois et demi, par 50 à 53 % de "non" contre 41 à 45 % de "oui". L'opposition au texte serait plus forte en Romandie qu'en Alémanie. Le texte ne serait accepté qu'au Tessin (mais le sondage distingue les régions linguistiques, pas les cantons). Les femmes refuseraient l'initiative plus nettement que les hommes. D'entre les arguments convainquant une majorité de sondés de repousser la proposition de l'UDC, le plus cité serait celui de la capacité de la Suisse de décider déjà quels textes internationaux elle va signer, cette décision pouvant d'ailleurs être rendue au peuple par voie de référendum obligatoire au facultatif. Refusera-t-on l'initiative pour la première raison qu'elle ne changerait rien ? Ce serait se tromper sur l'enjeu, en le sous-estimant : un refus clair, net, sans bavure, de ce texte doit s'imposer -car s'il est stupide, il est tout de même dangereux : il ne s'en prend pas à la cible qu'il se donne (les fantômatiques "juges étrangers"), mais à une autre, bien plus précieuse : la garantie des droits humains fondamentaux par l'adhésion, non de la Suisse mais des Suisses à ces droits et aux textes qui les garantissent. Et là, on n'est plus dans le droit (international ou national), on est dans les droits des gens, d'ici ou d'ailleurs -dans la politique, au vrai et profond sens du terme.

    Lire la suite

  • Faux-derches

    Imprimer


    marionnette.jpgQuand un Conseil d'Etat dévalué dévalue le patrimoine architectural

    Malgré un appel des architectes genevois et des défenseurs du patrimoine, le parvulissime gouvernement de la parvulissime république n'entend rien faire pour sauver la salle de cinéma "Le Plaza", construite en 1952 sur les plans de l'architecte Saugey, et que le propriétaire de l'ensemble (classé) dans lequel elle est insérée veut démolir pour construire à sa place un centre commercial de plus dans un quartier qui n'en manque pas, avec un parking de plus dans un quartier qui n'en manque pas plus. L'ensemble "Mont-Blanc Centre" qui abrite la salle a beau être classé, lui-même court désormais le risque d'être sérieusement affecté par des travaux qui ne pourront pas l'épargner. La salle avait été classée avec l'ensemble, mais ensuite déclassée pour de pure, et assez sordides, raisons financières : elle n'était pas assez rentable.. Qu'en pense le Conseil d'Etat ? Il n'en pense rien. Il pourrait suspendre l'autorisation de construire (c'est-à-dire de détruire) accordée au propriétaire, il ne le fait pas. Il pourrait rouvrir une procédure de classement, qui aurait cet effet suspensif, il ne le fait pas non plus. "Le Conseil d'Etat est très sensible à cette salle", fait-il dire à la secrétaire générale adjointe du département du Territoire. Vous avez dit "faux-derches" ?

    Lire la suite

  • Ouverture des commerces le dimanche : Un référendum nécessaire

    Imprimer

    referendum ouverture le dimanche.jpg

    Faire respecter la volonté populaire

    Le 21 septembre dernier (était-ce le dernier jour de l'été ou le premier de l'automne ?) la majorité de droite (MCG compris) du Grand Conseil genevois votait un projet de loi mitonné par le patronat et déposé par le PLR, autorisant l'ouverture des magasins trois dimanches par an sans que la condition, posée par le peuple en votation en 2016 d'une extension de la convention collective soit remplie. Le prétexte de cette loi est le même que celui de toutes les tentatives précédentes de la droite et du patronat : répondre à la concurrence transfrontalière, exercée par les commerces côté français. Comme si c'était une question d'horaires et pas de prix. Un référendum a été lancé par la gauche et les syndicats. Alors, si vous ne savez pas quoi faire dimanche, plutôt que des courses, faites acte de solidarité avec le personnel des magasins : signez et faites signer ce référendum. Et faites respecter la volonté populaire plutôt que les obsessions patronales.

     

    Lire la suite

  • Aquarius Helveticus

    Imprimer

    Aquarius2.jpgPour une fois que le drapeau de l'Etat peut être utile...

    25'000 personnes ont signé une pétition au Conseil fédéral, déposée mardi à Berne, demandant que la Suisse accorde son pavillon au dernier navire de sauvetage des migrants en Méditerranée, l'Aquarius, mouillé à Marseille dans l'attente d'en retrouver un -temps d'attente pendant lequel il ne peut assumer sa mission auprès des migrants en détresse.
     une dizaine de personnalités, dont une ancienne présidente de la Confédération, un ancien président du CICR, une ancienne procureure du Tribunal pénal international, un Prix Nobel, un évêque, ont lancé un appel faisant la même demande, également soutenue au Conseil national par une interpellation déposée par des élus de gauche, du centre et de droite. Mardi, on proposera au Conseil Municipal de Genève de se souvenir que cette ville est le siège du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, et que la convention qui proclame le droit fondamental à l'asile porte le nom de Genève, comme celles qui proclament le droit international humanitaire. On proposera donc à son parlement communal d'exprimer son soutien à la demande faite à la Suisse d'accorder son pavillon à l'Aquarius. Pour une fois que le drapeau d'un Etat peut-être utile aux hommes...

    Lire la suite

  • Référendum de gauche contre la réforme de l'imposition des entreprises : A vos paraphes !

    Imprimer

    droite-gauche.jpgC'est fait : le référendum de gauche contre la réforme de l'imposition des entreprises et du financement de l'AVS, la RFFA, est lancé. Il a (nous avons...) jusqu'au 17 janvier pour le faire aboutir. Et on le fera aboutir. Le référendum est lancé par les Verts et les Jeunes Verts, la Jeunesse Socialiste, solidaritéS, le Parti du Travail, le SIT, le SSP, le Cartel intersyndical de la fonction publique genevoise, le MPS, l'Avivo, Attac (et on en passe). Le front est large, vous y trouverez sans peine liste de signatures à votre goût.... Certes, les poids lourds de la gauche suisse, l'Union Syndicale et le Parti socialiste, soutiennent la RFFA. Mais le référendum étant lancé sur leur gauche (et dans leur propre gauche), dans les fédérations syndicales (Unia s'est prononcée contre la réforme, mais ne participe pas au référendum, contrairement au SSP), les cartels syndicaux cantonaux, les PS cantonaux, voire les sections, ce sont les militants qui décideront de la position de leur organisation. Et ils en décideront en ayant notamment à l'esprit les menaces qui continuent de peser sur l'âge de la retraite des femmes  : les partisans de la réforme assurent que son report à 65 ans n'est plus à l'ordre du jour ? Quand le "Temps" (du 1er octobre) demande à à la présidente du PLR suisse, Petra Gössi, ce qu'elle pense de la certitude affichée par le président du PSS, Christian Levrat qu'avec le "paquet" de la RFFA, qui lie réforme fiscale et soutien financier à l'AVS, "le relèvement de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans n'est plus à l'ordre du jour", la PLR répond : "Il se trompe. (...) Des mesures structurelles et axées sur les dépenses sont nécessaires". Comme le relèvement de l'âge de la retraite des femmes. Est-ce assez clair ?

    Lire la suite

  • 60 millions de travailleuses domestiques sans droit

    Imprimer

    balayeuse.jpgSortir du servage

    A Genève, l'opération "Papyrus" -dont nous persistons à savoir gré à Pierre Maudet de l'avoir rendue possible- a permis à des centaines de travailleuses domestiques sans statut légal d'en trouver un, et avec lui d'obtenir les protections légales auxquelles elles ont droit -en même temps que les obligations qui leur sont liées. Mais dans le monde, 90% des travailleuses domestiques (et elles sont plus de 60 millions) restent privées de sécurité sociale, de rente de retraite, d'indemnités de chômage, travaillent sept jours sur sept, et souvent plus de douze heures par jour. Les syndicats d'employées de maison ont réussi à faire adopter en 2011 par l'Organisation internationale du travail une convention (N° 189) protégeant travailleurs et travailleuses domestiques et définissant leurs droits. Ce texte toutefois n'a pas été ratifié par tous les Etats, et nombre de ceux qui l'ont ratifié mne l'appliquent pas. Les syndicats de travailleurs et travailleuses domestiques luttent dans des conditions extrêmement précaires. Le SOLIFONDS lance une campagne pour les soutenir, et soutenir ainsi l'accession de dizaines de millions de travailleuses et travailleuses à des droits humains minimaux, et pour que le travail domestique cesse d'être un servage.

    SOLIFONDS, mail@solifonds.ch, www.solifonds.ch, CCP 80-7761-7

    Lire la suite

  • Quand le gouvernement genevois oublie la traversée routière du lac...

    Imprimer

    rafiot.jpgLaissons couler le rafiot

    Le Conseil consultatif pour la traversée du lac a comme un doute sur l'utilité de son travail : ce projet n'a été évoqué par le gouvernement genevois ni lors de son investiture, ni lors de la présentation de sa "stratégie de mobilité", fin septembre. "Sans volonté politique, faudra-t-il poursuivre nos travaux après notre prochain rapport ?", s'interroge le président du Conseil consultatif, Raymond Loretan. Nous, bien sûr, on répondrait "Non, laissez tomber, ce machin n'est ni utile (il est même nuisible), ni finançable. Le porte-parole du Conseiller d'Etat Dal Busco, chargé de ce dossier plombé, se contente de dire que si cet ouvrage reste prioritaire, il n'est prévu que dans plus de vingt ans, ce qui nuance considérablement son caractère très hypothétiquement "prioritaire", d'autant qu'avant lui, d'autres ouvrages sont plus "prioritairement prioritaires" (et même, eux, en voie de réalisation), comme le "Léman Express" -dont la mise en service réduira plus encore, si c'est possible, la pertinence du projet de faire traverser le Petit Lac par une semi-autoroute, quand Annemasse sera à vingt minutes de Cornavin par le train... Il y a des rafiots qu'il faut laisser couler.

    Lire la suite

  • M le Maudet

    Imprimer

    Mlemaudit.jpgAffaire Maudet : Après l'amputation, la démission ?

    Pierre Maudet va-t-il rester encore longtemps Conseiller d'Etat, quand même la présidente de son parti lui conseille, certes à mots couverts -mais à mots quand même- de démissionner ?  Le Grand Conseil, qui a levé l'immunité de Maudet, a refusé de débattre en urgence d'un projet de résolution déposé par "Ensemble à Gauche", proposant que le parlement lui demande de renoncer à son mandat gouvernemental (une telle résolution ne pouvant avoir d'effet, outre celui de satisfaire ses auteurs, que si le principal intéressé y consentait : nul autre que lui-même ne peut le contraindre à la démission). De toute façon, privé de la présidence du gouvernement, de la responsabilité ministérielle de la police, de celle de l'aéroport et de la présidence de la Conférence des chefs cantonaux de justice et police, Maudet ne dirige plus grand chose (à part la surveillance des communes et les prisons...), et, déjà politiquement amputé puis couvert de goudron et de plumes, devenu un poids pour ses collègues, ne peut plus guère porter de projet et trouver de majorité au Grand Conseil (tant mieux d'ailleurs, quand il propose de construire une nouvelle prison ou remet en cause le secret médical dont peuvent bénéficier des détenus). Sa démission est sans doute, même encore entre parenthèse, même s'il déclare se refuser à cet "échappatoire", inscrite dans son propre agenda. Dis Tonton, ça serait comment, la vie politique genevoise sans Maudet ? Ben, ça va être comme la vie politique genevoise avec Maudet, mais sans Maudet. Un seul être vous manquera (quoique...) et pas grand-chose ne sera dépeuplé : nul n'est irremplaçable, et ce qui constitue la politique, ses grands enjeux, ses clivages fondamentaux, résiste au passage des personnages politiques. Même au passage de ceux qui, après avoir été porté aux nues par les media ont été par eux, et sans l'ombre d'une autocritique, plongés dans l'opprobre. Ainsi passe-t-on sans grande transition de M le Merveilleux à M le Maudit.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 5 commentaires
  • Trois hectares de zone piétonne en surface contre six niveaux de parking en sous-sol

    Imprimer

    bagnole-en-ville.jpgBon deal ou marché de dupes ?

    Le Conseil administratif de la Ville propose au Conseil Municipal un crédit de 28 millions de francs pour piétonniser une partie du quartier de Rive, dans le cadre d'un accord avec le promoteur privé d'un parking qui recevrait un droit de superficie pour installer sur six niveaux souterrains son aspirateur à bagnoles (500 places) et à motos (390 places). La proposition a été renvoyée mardi en commission. Trois hectares de zone piétonne contre six niveaux de parking : Bon deal ou marché de dupes ? Enterrer les véhicules individuels motorisés, après tout, ça se défend si c'est pour laisser toute place en surface aux piétons, aux cyclistes et aux transports publics. Sauf que les bagnoles et les motos, il faut bien qu'elles y arrivent, dans leur silo souterrain. Et elles y arrivent par la surface. Et ce ne sont, sauf exceptions, pas des habitants du quartier (à qui 100 places seraient réservées dans le parking) qui les conduisent, vu que des habitants du quartier de Rive, on peine à en trouver beaucoup.. Sans surprise, la droite soutient la proposition, les Verts et Ensemble à Gauche la combattent, le PS hésite : accepter le parking pour obtenir la zone piétonne, ou renoncer à la zone piétonne pour éviter le parking ? Une méthode, en tout cas s'impose : dissocier les deux propositions, séparer la carpe et le lapin, déficeler le paquet...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique, Transports, urbanisme 1 commentaire
  • LE DROIT INTERNATIONAL ? C'EST DU DROIT NATIONAL

    Imprimer

    CEDH.jpgOn votera le 25 novembre sur une initiative populaire lancée par l'UDC, visant à faire primer la Constitution fédérale sur le droit international : en cas de conflit entre les normes suisses et les normes internationales, il faudrait soit adapter les secondes aux premières et donc renégocier les traités et conventions de droit international, soit les dénoncer  L'UDC a donné à son texte le titre proclamatoire "Le droit suisse au lieu de juges étrangers" (mais qu'est-ce qu'on en a à foutre de la nationalité des juges ?) et le sous-titre prétentieux "initiative pour l'autodétermination". Titre et sous-titre arnaqueurs : en fait, la cible de l'initiative est évidente : c'est, plus précisément encore que le droit international "en général", la convention européenne des droits humains, la CEDH, texte adopté par le Conseil de l'Europe -dont il n'est pas inutile de rappeler que la Suisse est membre, et dont l'Assemblée parlementaire est actuellement présidée par une genevoise, Liliane Maury-Pasquier. Bon, elle est socialiste, ce qui doit la rendre plus étrangère encore à un udéciste de base (pensez : femme, socialiste et genevoise, on en a brûlé pour moins que ça quand on avait encore le sens des traditions)...

     

    Lire la suite

  • L'AVS pour faire avaler PF17 par la gauche et PF17 pour faire soutenir l'AVS par la droite ?

    Imprimer

    Chacun sa pilule et son sucre

    "Il n'y aura pas de réforme fiscale des entreprises sans compensation sociale suffisante", a martelé Christian Levrat au Conseil des Etats, en menaçant de lancer des référendums contre une réforme fiscale non compensée et une réforme de l'AVS qui contiendrait une élévation de l'âge de la retraite des femmes. Et le PDC de poursuivre en appelant à un compromis "porté par tous les grands partis" (sauf l'UDC), c'est-à-dire le PS, le PLR et le PDC. Et l'UDC de dénoncer un "birchermüesli politique" mélangeant deux objets marqués tous deux par un refus populaire en votation fédérale. Mais c'est précisément parce qu'il y a eu ces deux défaites de ces deux tentatives de réforme que les auteurs du compromis accepté par le Conseil des Etats l'ont conçu : pour désarmer les oppositions à chaque réforme en accordant aux unes, à gauche, un soutien à l'AVS en échange d'un soutien au PF17, et aux autres, à droite, un soutien au PF17 en échange d'un soutien à l'AVS. Chacun sa pilule et chacun son sucre.

    Lire la suite

  • Comment dire qu'on n'en a rien à foutre de l'"Affaire Maudet" sans passer pour un traître à la cause ?

    Imprimer

    balle dans le pied.jpgEt la politique, bordel ?

    Donc, selon le Ministère public genevois, le président du gouvernement genevois, Pierre Maudet, a menti : son voyage à Abu Dhabi n'était pas un voyage privé, cadeau d'un ami, mais un voyage officiel, à l'invitation du prince héritier, dont la Maison a pris à sa charge le vol en classe affaire et l'hébergement du Conseiller d'Etat, de sa petite famille et de son chef de cabinet ("des sociétés actives à Genève dans l'immobilier, en contact régulier avec Pierre Maudet (...) ont activement pris part à la mise sur pied de ce voyage", ajoute le Ministère public). Soit "un montant de plusieurs milliers de francs" selon le Ministère public, qui demande au Grand Conseil la levée de l'immunité du président du Conseil d'Etat, pour pouvoir le mettre en prévention d'"acceptation d'un avantage". Pas encore l'en inculper (comme il a été fait de son ancien chef de cabinet), mais presque. "La faute", titre la "Tribune de Genève", dont le nouveau rédacteur en chef (Pierre Ruestchi ayant été dégommé par les tamédiacrates), Frédéric Julliard, est "abasourdi" par la maladresse du premier de classe. A force d'être sacré "surdoué de la politique", Maudet a énervé tout ceux qui se fatiguent à ramer pour qu'enfin on les prenne au sérieux. C'est la malédiction du premier de classe : tant qu'il ne commet aucune "faute" (ou qu'il arrive à les celer), on en chante les louange. Mais au premier faux pas (par exemple avoir tenté de dissimuler la véritable source de financement de son équipée) gare à lui. Nous, les cancres, on peut faire toutes les conneries sans que personne ne nous en fasse grief. Mais au fond de la classe, près du radiateur, on attend quand même qu'on nous parle politique.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 2 commentaires
  • Miasmes xénophobes : Gros vents et petites brises

    Imprimer

    Manif identitaire.jpg

    Les vents politiques nous semblent souffler depuis les lieux des miasmes xénophobes ? Sans doute. Mais tout le monde ne se comporte pas en girouettes : en France, le Conseil constitutionnel a consacré, contre le ministère de l'Intérieur, et en faveur de Cedric Herrou le "principe de fraternité" en affirmant qu'une aide désintéressée à des étrangers en situation irrégulière ne saurait être passible de poursuite. Ainsi, le principe de solidarité affirmé par l'agriculteur des Hautes Alpes a-t-il été affirmé contre le "délit de solidarité" qui valait à Cédric Herrou d'être poursuivi pour l'aide qu'il apportait à des immigrants venus d'Italie. La plus haute juridiction française a rappelé que la Fraternité était proclamée, avec la Liberté et l'Egalité, par la devise de la République, et que la Constitution s'y référait comme à un "idéal commun".  Quelques jours plus tard, le philosophe Etienne Balibar publiait dans "Le Monde" (daté du 17 juillet) une tribune en appelant à l'instauration d'un "droit international de l'hospitalité", face au "retournement du droit de l'asile" en "obsession pour le refoulement de l'immigration  dite clandestine et l'identification des "faux réfugiés" : en usant de critères "extraordinairement restrictifs" pour "disjoindre l'obtention du statut de réfugié et le droit de circulation" et soustraire la souveraineté des Etats à toute véritable contestation, on ne fait plus place, comme motifs d'asile, aux "conditions de guerre civile ou de guerre économique, dictature ou restriction de la démocratie, catastrophe environnementale". Les Etats transforment ainsi "des masses de migrants en réfugiés sans refuge". De gros vents mauvais soufflent de Hongrie et d'Italie (entre autres contrées) ? Quelques brises moins pestilentielles permettent encore de respirer...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, France, Italie, Politique 1 commentaire
  • Après la disparition du "Matin" : Nuisance des tamediacrates

    Imprimer

     

    presse.jpg

    On n'avait pas plutôt tourné le dos à notre terre natale pour pouvoir regarder en face celle de notre lieu de vacances qu'un quotidien de plus passait l'arme à gauche en Romandie : "Le Matin" quotidien et imprimé a cessé de paraître, sur décision de son éditeur, Tamedia, qui avait refusé toutes les propositions des syndicats et de ses collaborateurs pour éviter sa disparition, dont une proposition de reprise du titre par la rédaction et des investisseurs. L'annonce de cette mise à mort avait suscité en juillet une grève des salariés du groupe de presse qui contrôle (notamment) la "Tribune de Genève", de "24 Heures", du "Matin" et du "Matin Dimanche". La grève n'aura pas fait fléchir les tamediacrates -qui ont même opéré une retenue sur les salaires des grévistes, à qui il avait été promis qu'ils ne seraient pas sanctionnés pour avoir fait grève s'ils reprenaient le travail, et qu'une médiation se déroulait sous la houlette du Conseil d'Etat vaudois -une médiation unilatéralement abandonnée par Tamedia, d'ailleurs. Et cerise sur le gâteau : hier, on apprenait que le Rédac'Chef de la "Julie", Pierre Ruetschi, était limogé, coupable qu'il fut (entre autres forfaits) d'avoir refusé de transmettre aux tamediaflics la liste des noms des grévistes de juillet... En 1998, au moment de la disparition du "Journal de Genève" et de la "Gazette de Lausanne" (qui avaient fusionné), son ancien directeur, Marian Stepczynski considérait que ce qui avait provoqué la mort de son quotidien. "c'est d'avoir appartenu à des gens qui ne connaissent rien à la presse". Les temps changent, en pire : Tamedia connaît quelque chose à la presse. Mais comme le prédateur connaît quelque chose à sa proie. Obsédée par la réduction des coûts, Tamedia coupe partout où elle peut, ferme des rédactions, fusionne des titres, licencie des journalistes. Et appauvrit donc sa propre production, réduit son propre lectorat, traite ses publications comme si elles parasitaient sa recherche de revenus publicitaires. Ainsi passe-t-on en vingt ans, du "Journal de Genève" au "Matin", de l'incompétence à la nuisance.

    Les larmes de crocodile ne coûtent rien aux crocodiles

    "Comment la démocratie peut soutenir la presse", nous explique (dans "Le Temps" du 29 août( le président du gouvernement genevois, Pierre Maudet. Après la disparition de "L'Hebdo" et du "Matin", et avec les menaces qui pèsent sur la "Tribune (encore) de Genève", le "Temps", le "Quotidien jurassien", la Romandie "risque bien d'atteindre des sommets en matière de réduction d'effectifs journalistiques" et de pluralisme de la presse, observe Maudet. La Romandie n'est d'ailleurs pas seule à être menacée : la Commission fédérale de la concurrence (Comco) ne voit aucune objection aux fusions et concentrations dans la presse. Le pluralisme médiatique, ce n'est pas son problème, à la Comco. Son problème, c'est la liberté du marché. Donc, la Comco autorise la fusion entre AT Medien et la NZZ, et le rachet de la régie publicitaire Goldbach par Tamedia. Et tout cela, "sans condition".

    La réduction du pluralisme médiatique est "assurément hostile à la formation d'opinion", constate Pierre Maudet. Assurément, en effet. Fin juin déjà, les gouvernements vaidois et genevois s'étaient "inquiétés" de l'appauvrissement de la diversité médiatique romande. Inquiétude justifiée, mais qui ne saurait à elle seule constituer une réaction politique, ni même remplir un mandat comme celui donné par la constitution genevoise : encourager la pluralité des supports d'information. Pas par fétichisme, mais par reconnaissance que le pluralisme médiatique est une condition de la réalité démocratique.
    Au nom du gouvernement qu'il préside, Pierre Maudet avance donc une proposition intéressante : un "portail d'accès libre aux articles en ligne, financé de manière indirecte et non linéaire par les internautes" et hébergé par les fournisseurs d'accès à internet (Swisscom, UPC, Sunrise etc...), qui majoreraient leurs abonnements mensuels d'un franc, redistribué aux titres consultés". On vous passe les détails de ce projet, baptisé (en anglais, forcément, en français ça ferait plouc "MyPressGE".
    L'idée n'est pas mauvaise. Elle est même bonne, et pas très difficile à mettre en oeuvre. Evidemment, "MyPressGE"ne sauvera pas à lui seul (ou elle seule) le pluralisme des media genevois. Il (ou elle) n'en a d'ailleurs pas la prétention. Il faudra aller plus loin, et aller plus loin, ce n'est pas encourager "la presse" en général, mais encourager la presse indépendante en particulier -les titres possédés par un groupe de presse dépendent trop de ces groupes pour qu'on puisse éviter, en les soutenant, de soutenir leurs propriétaires, sans empêcher ceux-ci, lorsqu'il leur en viendra l'envie, de les supprimer. Soutenir la presse indépendante, donc, et la soutenir matériellement, par une aide publique. Cela coûtera quelque chose, évidemment. Les discours sur les beautés du pluralisme médiatique ne coûtent rien, mais ne préservent rien non plus. Il valent ce que valurent les larmes versées sur "La Suisse", "Le Journal de Genève", "L'Hebdo", "Le Matin", le "Giornale del Popolo". Ce que valent les larmes de crocodiles. Qui ne coûtent aux crocodiles que le seul prix qu'ils sont prêts à payer : celui de l'hypocrisie.

    Lien permanent Catégories : Médias 0 commentaire