Cause toujours - Page 3

  • Réchauffement climatique : Le canari et les glaciers

    Imprimer

    glacier du Rhône.jpg

    Le 25 août de l'année dernière était créée une Association suisse pour la protection du climat (ASPC), exigeant des mesures concrètes de limitation de l'impact du réchauffement climatique, et dénonçant le manque d'ambition des autorités suisses (le Conseil fédéral, le parlement) dans ce domaine, et leur manque de sérieux dans le respect des engagements pris par la Suisse dans le cadre de l'accord de Paris. Au début de cette année, l'ASPC a lancé son initiative "pour les glaciers" (https://gletscher-initiative.ch/fr/). L'initiative* exige la fin des émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici à 2050, et qu'à partir de cette date plus aucun carburant ou combustible fossile ne soit mis en circulation en Suisse (sauf dans les cas où aucune substitution n'est possible). Dans les mines, naguère, les mineurs descendaient une cage avec un canari. Quand le grisou s'accumulait, avant d'exploser, il asphyxiait le canari. La mort de l'oiseau annonçait l'imminence de l'explosion, et l'urgence de remonter. Aujourd'hui, c'est le recul et la fonte des glaciers, et la mort annoncée d'une grande partie d'entre eux, qui annonce l'urgence climatique, et celle d'y répondre par des mesures plus que déclamatoires et vélléitaires, et faisant mieux que freiner un réchauffement dont les Suisses auraient bien tort de croire que ses conséquences les épargneront.

    * Des feuilles de signatures peuvent être téléchargées sur https://gletscher-initiative.ch/wp-content/uploads/2019/05/Gletscher_Init_Unterschriftenbogen_fr.pdf

    Lire la suite

  • Bonne nuit, les "identitaires", faites de beaux rêves...

    Imprimer

    tamtam.jpgDemain, l'Afrique...

    La croissance de la population mondiale continue, mais son rythme se ralentit : il était de 2 % il y a cinquante ans, il est de 1 % aujourd'hui. Les taux de natalité baissent dans les pays les plus "développés" et les plus riches, et dans ceux qui, comme la Chine, ont mené une politique de strict contrôle des naissance. On est ainsi passé de 4,7 enfants par femme en moyenne mondiale en 1950 à 2,4 enfants aujourd'hui, et 91 Etats connaissent une balance démographique naturelle déficitaire -autrement dit : le nombre des naissances y est inférieur au nombre des décès. En 67 ans (1950-2018), soit en moins de trois générations, selon les projection de l'ONU, la population humaine mondiale a tout de même quadruplé (elle est passée de de deux à huit milliards d'individus) et selon les projections de l'ONU, elle atteindra 8,5 milliards d'individus en 2030, 9,77 milliards en 2050, et 11,2 milliards en 2100. L'Inde sera le pays le plus peuplé dès 2030, devant la Chine. La part de l'Europe dans la population mondiale ne cessera de décroître, celle de l'Afrique de croître. Et en 2100, sur les dix pays les plus peuplés du monde, cinq seront africains. Bonne nuit, les "identitaires", faites de beaux rêves...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Démographie 1 commentaire
  • De la transparence et du secret de fonction

    Imprimer

    Patente secret de fonction.,jpg.JPG

    Comme tu choises, t'assumes

    Donc, au cas où vous n'auriez pas entendu leurs hurlements et ceux de leurs zavocats, trois conseillers municipaux de la Ville de Genève, dont deux cumulards (ils sont aussi députés) ont été convoqués par la police pour fournir des explications sur des fuites concernant les travaux de la commission des finances du Conseil municipal, touchant notamment un rapport du contrôle financier de la Ville sur les frais des fonctionnaires municipaux. Sur demande du président d'alors du Conseil municipal, l'UDC Eric Bertinat, le Conseil administratif avait porté plainte pour violation du secret de fonction (qui couvre en effet les travaux des commissions jusqu'à publication des rapports sur ces travaux)... et du serment qu'ils ont prêté en acceptant de siégfer au Conseil municipal. Ce serment s'appuie logiquement sur la loi telle qu'elle est, et si on réduit le champ du secret de fonction (si on en excepte par exemple les travaux en commission), on réduit du même coup le champ du serment prêté. Mais dans la situation actuelle, ce secret couvrant les travaux de commission, ce serment l'impose aussi, tant que la loi n'a pas changé. C'est d'ailleurs pourquoi Eric Bertinat, alors président (UDC) du Conseil municipal, n'avait pas vraiment le choix de demander ou non au Conseil administratif de déposer plainte contre ceux qui l'ont violé... La loi impose, elle ne rend rien impossible de ce qu'elle interdit, ni rien inéluctable de ce à quoi elle oblige. Et face à toute loi ou à tout règlement) celle ou celui à qui elle s'applique choisit d'y obéir ou non -qu'il s'agisse d'une limitation de vitesse ou d'un secret de fonction. Mais doit assumer  ensuite les conséquences de son choix. Sans pleurnicher quand il est sanctionné pour avoir fait le choix de ne pas respecter la loi ou le règlement.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 3 commentaires
  • 14 juin 2019 : La plus grande grève de l'histoire suisse

    Imprimer

    Manif14juin.jpgDans "grève", il y a "rêve"

    A en croire un sondage Tamedia réalisé avant la grève des femmes - grève féministe de vendredi, une forte majorité de la population (63,5 % des 19'000 personnes interrogées, 57 % des hommes, 70 % des femmes) la soutenait. Et selon un autre sondage (de "20 Minutes"), 18 % des femmes comptaient faire grève.  A voir, et avoir vécu, ce que ce pays a vécu vendredi, ces sondages voyaient juste : aucune grève, pas même la Grège Générale de 1918, n'a jamais été aussi suivie en Suisse. Et aucunes manifestations jamais été aussi massives depuis fort longtemps que celles de vendredi. Sans oublier que cette journée ne fut pas que celle de la grève et des manifs : elle fut aussi celle de centaines d'actions et de moments dans tout le pays, toute la journée (à Genève, ça a duré jusqu'à samedi, même sous l'orage et la grêle...), notamment, partout, à 15 heures 24 : c'est l'heure à partir de laquelle, en moyenne et compte tenu de l'inégalité salariale, les femmes salariées travaillent pour des prunes.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Suisse 1 commentaire
  • Genferei d'honneur : 40 ans de militantisme consacrés

    Imprimer

    Genferei-recto.jpgGenf ferraille

    Mercredi soir, aux Pâquis, 40 ans de militantisme ont été consacrés. Il y a deux consécrations possibles à Genève pour un engagement politique : une place au cimetière des Rois, ou une Genferei. La seconde étant d'ailleurs un bon argument pour pour pouvoir revendiquer la première. J'y puis donc songer : le Comité Occulte de la Genferei m'a accordé une "Genferei d'honneur" au prétexte que j'occuperais au Conseil municipal "une place très particulière... du côté du radiateur", que je n'hésiterais pas à "défendre à mains nues" et que, maniant " le sarcasme et la mauvaise foi", je serais digne du comité occulte. Certes, ce ne sont que les moindres des qualités qui me vaudraient une place au cimetière des Rois, mais je me contenterai de les voir reconnues. Et je puis donc, désormais, revendiquer cette place au cimetière des Rois. Entre Calvin et Grisélidis, pas loin d'André Chavanne. Calvin pour l'humour, Grisélidis pour la morale, Chavanne pour la sobriété.  Pour le reste, l'accessoire, l’anecdotique, Pierre Maudet et Rémy Pagani ont aussi été consacrés, mais eux ont tout fait pour ça. Des arrivistes, rien que des arrivistes. Des stakhanovistes de la Genferei. Sûrement dopés (et se faisant rembourser les substances dopantes).  Qu'importe : la lutte continue. Haut les coeurs !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Genève 2 commentaires
  • Manifeste pour la grève féministe et des femmes* du 14 juin

    Imprimer

    Femme bras croisés.jpgDe la parole à la grève

    Manifeste rédigé par les Collectifs romands pour la grève féministe et des femmes - 13.12.2018

    Un peu partout dans le monde, nous assistons à un renouveau des mouvements féministes: #metoo a contribué à diffuser et libérer la parole des femmes* et, grâce aux réseaux sociaux, a eu un écho planétaire. Un exemple: l’extraordinaire grève des femmes * de l’Etat espagnol le 8 mars 2018.

    En Suisse aussi, le sexisme, les inégalités et les violences à l’encontre des femmes* persistent, malgré un discours politiquement correct sur l’égalité et bien que l’égalité soit inscrite dans la Constitution fédérale depuis 1981.

    Au pays de la prétendue paix du travail, les femmes ont déjà fait une grève qui a mobilisé 500'000 personnes ! C’était le 14 juin 1991, dix ans après l’entrée en vigueur de l’article constitutionnel sur l’égalité. Ce jour-là, les femmes ont croisé les bras: la grève a eu lieu non seulement sur les lieux de travail, mais aussi dans les foyers, où elles ont arrêté de faire le ménage, ont suspendu leurs balais aux fenêtres, n’ont pas cuisiné ni pris en charge les enfants.

    La grève des femmes de 1991 avait surpris tout le monde. Un immense élan vers l’égalité avait secoué le pays: nous avons depuis lors obtenu des résultats concrets comme une Loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes, un congé maternité, le splitting et le bonus éducatif dans l’AVS, la solution dite des délais en matière d’avortement, des mesures de lutte contre les violences domestiques.

    Aujourd’hui, nous avons besoin d’un nouvel élan ! Le 22 septembre 2018, 20'000 femmes* et hommes solidaires ont manifesté à Berne pour l’égalité et contre les discriminations. Le début d’une mobilisation que nous voulons poursuivre jusqu’à la grève féministe et des femmes* le 14 juin 2019 !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Suisse 2 commentaires
  • Derrière la progression de la droite populiste, toujours la peur de l'immigration...

    Imprimer

    Manif identitaire.jpg

    Histoires de racines

    Les élections européennes de fin mai ont été marquées par une double progression : celle des Verts et celle des populismes de droite. Cette dernière progression, moins forte que prédite, a été largement expliquée par la peur de l'immigration et l'exigence d'un renforcement, contre elle, des frontières. Or les politiques migratoires restent pour l'essentiel des politiques nationales.-et l'Union européenne, en tout cas, a clairement montré qu'elle n'était ni capable, ni désireuse d'en mener une à leur place, ou au-dessus d'elles. De toute façon, "maîtriser l'immigration" par un renforcement des frontières nationales ou continentales relève de l'illusion : aucune frontière n'arrêtera jamais un migrant près à tout pour la franchir. Et toute l'histoire de l'humanité est une histoire de migration. Et tous les êtres humains vivant aujourd'hui sont migrants, enfants de migrants, descendants de migrants. Quant aux migrants proprement dit, ils ne pèsent pas plus de 3 % de la population mondiale. Qu'est-ce en effet qu'un migrant ou une migrante ? Rien d'autre qu'une personne vivant dans un autre pays que celui où elle est née (il n'y a pas d'autre définition de ce qu'est un migrant ou une migrante)... Un Suisse "de souche" établi en France est un migrant, ce que ne sont pas un Kosovar, un Kurde ou un Tamoul de la deuxième génération, né en Suisse... histoires de racines, de souches, de tronc, de branches, de feuilles...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : asile, réfugiés, Immigration, Suisse 1 commentaire
  • Urgence climatique et calculs électoraux

    Imprimer

    dev_durable.jpgTous verts...

    Beauté des campagnes électorales : les conversions les plus surprenantes (et les plus réjouissantes, quelque doute que l'on puisse nourir sur leur sincérité) à la défense de l'environnement et à l'urgence climatique se succèdent.
    En décembre dernier, le PLR (avec l'UDC) refusait au Conseil national la proposition, soutenue par la gauche, le PDC, le PBD et les Verts libéraux) d'une taxe (modique : de 30 à 50 francs) sur les billets d'avion pour inciter les Suisses à user d'autres moyens de transports, moins nocifs à l'environnement et au climat. Et dans le même mouvement, la même majorité (PLR, UDC) a plafonné à huit centimes la hausse maximale du prix de l'essence à la pompe. La proposition de taxer les billets d'avion ne venaient pourtant pas d'écolos extrémistes : elle venait du Conseil fédéral... où le PLR et l'UDC sont majoritaires, mais elle a échoué du fait de défections au sein du PDC. Ce qui n'empêchera pas plus le PDC que le PLR de se peindre en vert pendant la campagne électorale. Le PLR, d'ailleurs a entamé cet exercice de ripolinage verdoyant : un document de travail soumis à l'assemblée des délégués du parti national tente de placer le parti dans le mouvement "climatique" du moment, mais avec grande pusillanimité. Certes, on propose au parti d'accepter une taxe CO2 sur les carburants qu'il a jusqu'à présent toujours refusé, mais on la veut "incitative" et reversée à la population, ce qui en annulerait les effets., et fixée en tenant compte des prélèvements existants sur l'essence et le diesel, ce qui la limiterait à 10 centimes par litre. Quant à la taxe sur les billets d'avion, il n'est pas proposé au parti de la soutenir alors que 73 % des membres la soutiendraient selon un sondage interne. De même, il n'est pas question d'interdire les pesticides, sinon comme ultime recours. Bref, on est encore loin d'une conversion du PLR à l'écologie, telle que celle de la gauche dans les années septante...

    Lire la suite

  • Algérie : le mouvement populaire ne renonce pas

    Imprimer

    Algérie.jpg

    Purges en trompe-l'oeil

    Pur produit du système en place, le chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Gaïd Salah (et ses alliés au sein du système) s'est lancé dans une vaste opération purgative, dont il attend qu'elle contente les millions d'Algériennes et d'Algériens qui depuis des mois exigent qu'on en finisse avec un régime, des pratiques, des clans, des intérêts qui pèsent sur le pays depuis son indépendance (ou presque). Gaïd Salah et les siens s'attaquent aux oligarques qui ne sont pas dans leurs petits papiers (comme Ali Haddad, président sortant de la principale organisation patronale et patron du principal groupe de BTP du pays) et étaient proches du "clan Bouteflika", et en particulier du frère, Saïd, de l'ex-président démissionné par l'armée. Ali Haddad a été mis sous enquête pour corruption et transferts illicites de capitaux vers l'étranger. Les frères Kouninef, la famille Tahkout, Mohamed Bairi et une dizaine d'autres potentats du complexe politico-économique, dont Saïd Bouteflika lui-même, sont dans le collimateur d'une justice qui, a à faire oublier qu'elle était aux ordre d'un pouvoir dont Gaïd Salah était autant que Bouteflika l'incarnation. Lui qui, aujourd'hui, dénonce "les vastes opérations de pillage et de dilapidation qu'a connues le pays", et cette "poignée d'hommes" qui s'en sont appropriés les richesses, et dont il tente de faire les boucs-émissaires de la colère populaire. Nous revient alors le souvenir de ce congrès du Front des Forces Socialistes, il y a une quinzaine d'années, lors duquel on représentait le PS suisse, et où on avait annoncé à nos camarades algériens que leur pays était à "vendre", que ceux qui le vendaient étaient ceux qui le gouvernaient, et que d'entre ceux qui se pressaient pour en racheter une part il y avait... des Suisses. On s'était fait gourmander par l'Ambassadeur de Suisse à Alger. Et on lit aujourd'hui cette déclaration du président de l'Association algérienne de lutte contre la corruption, Djilali Hadjadj, selon qui "les plus malins (des) oligarques ont pris la fuite depuis quelque temps déjà et se sont mis en attente dans leur pays d'accueil". Dont, sans doute, la Suisse.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Démocratie, droits politiques 2 commentaires
  • Transports publics à Genève : entre sous-traitance et "révolution"

    Imprimer

    Léman Express.jpg

    L'entrée en fonctionnement du "Léman Express", prévue en décembre 2019 avec celle des 16 kilomètres du CEVA, va "révolutionner la mobilité dans le canton", annonce le ministre des Transports, Serge Dal Busco. En attendant quoi la droite veut sa petite réforme. Réactionnaire, la réforme : élargir les possibilités de sous-traitance des prestations des TPG à des privés. Le Grand Conseil est en effet saisi d'une proposition qui vise à rehausser le plafond de 10 % fixé par la loi aux services que les TPG peuvent sous-traiter à des entreprises privées. Quatre entreprises se partagent actuellement le marché ouvert par cette possibilité, et la sous-traitance atteint 9,7 % des activités de l'entreprise publique : une trentaine de lignes périphériques sont ainsi exploitées par des privés. En 2004 déjà, la droite avait tenté de rehausser le plafond de 10 %, et un référendum avait été lancé, avait abouti, et gagné (à deux contre un) en votation populaire. Le PLR est donc revenu à la charge en 2014, en proposant de faire passer le plafond de sous.traitance de 10 à 20 % des services. En commission du Grand Conseil, la droite avait un peu nuancé cette ambition, et fait adopter un plafond de 15 %. C'est toujours le rehausser de 50 %... et c'est donc toujours inacceptable : si une ligne sous.traitée revient 20 % moins cher qu'une ligne assumée directement, c'est par l'effet de la sous-enchère sociale : progression salariale réduite, conditions de travail plus pénibles. En rehaussant le plafond de sous-traitance, c'est l'extension de cette sous-enchère que projette la droite. Mais un plafond qu'on rehausse quand on en a envie, c'est quoi ? encore un plafond, ou seulement un parasol ?

    Lire la suite

  • Les primes d'assurance-maladie transformées en impôt

    Imprimer

    clystere-seringue___iniature-1470c32.jpgDes subsides pas subsidiaires

    Un quart de la population suisse doit se faire aider par l'Etat pour payer les primes d'assurance-maladie. Et au rythme actuel, ces primes vont augmenter au moins de moitié, voire doubler, en l'espace d'une génération : ce sera alors la moitié de la population suisse qui aura besoin de subsides pour les payer. Le nouveau président de l'Union Syndicale Suisse, Pierre-Yves Maillard, constatait l'année dernière, een tant que Conseiller d'Etat chargé de la santé dans le canton de Vaud, que "l'obligation de s'assurer a transformé la prime en impôt" que des assuré ne peuvent payer que si l'Etat en paie une partie (voire, pour les plus pauvres, la totalité). En 2016, les subsides à l'assurance-maladie ont coûté 4,3 milliards de francs aux caisses publiques (1,8 milliard aux cantons, 2,5 milliards à la Confédération), et dans certains cantons cette facture pèse à elle seule le quart de toutes les dépenses sociales.

    Lire la suite

  • Grève des Femmes, J-11

    Imprimer

    grève des femmes, grève, 14 juinBis repetita necesse est

    28 ans après la première grève des femmes de Suisse, il leur faut donc remettre ça : les revendications de 1991 ne sont toujours pas, dans la réalité, sur le terrain, satisfaites. Certes, il aura bien fallu des décennies pour que celles de la Grève Générale de 1918 le soient, mais ne nous assure-t-on pas que depuis un siècle, l'histoire s'accélère ? les femmes doivent pourtant refaire grève pour les mêmes revendications que celles portées lors de la grève de leurs mères et de leurs grand-mères... 38 ans après l'inscription dans la Constitution fédérale du principe de l'égalité entre femmes et hommes, ce principe reste à concrétiser. L'Union Syndicale Suisse le résume en trois mots, qui font slogan : "Salaire. Temps. Respect". C'est revendiquer plus, et plus profond, au fondement des inégalités, qu'une parité dans les lieux apparents du pouvoir -mais cela n'exclut pas cette revendication-là. Que le Grand Conseil neuchâtelois vient de repousser (il est vrai que le projet de loi qui lui était présenté était assez mal foutu). Comme si ce quota-là (la parité n'est rien d'autre qu'un quota) était plus douloureux que tous ceux que les élections connaissent déjà (quotas cantonaux pour les élections fédérales, régionaux pour certaines élections cantonales, de partis politiques dans les conseils d'administration etc...)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Femmes, Suisse 8 commentaires
  • Les ravages politiques du Brexit

    Imprimer

    Brexit.jpgLes Ides de May

    Sauf nouveau référendum pouvant annuler celui qui a imposé le Bre4xit, le Royaume-"Uni" quittera l'Union Européenne le 31 octobre prochain, au plus tard -il aurait déjà dû le faire, mais sur pression d'Angela Merker, l'Union a prolongé le délai du départ alors qu'Emmanuel Macron voulait s'en tenir au délai initial. La prolongation du délai de mise en oeuvre du Brexit à eu une une conséquence pataphysique : le Royaume-"Uni" a désigné dimanche 73 députées et députés au Parlement Européen, qu'il devrait quitter dans cinq mois. Dont 28 du Parti du Brexit de Nigel Farage. Un scrutin absurde, mais illustrant la profonde division de l'électorat britannique : les "brexiters" obtiennent 31,6 % des suffrages, mais les "antibexiters" libéraux 20,3 % et les "antibexiters" verts 12,1 %. Si on ajoute aux uns et aux autres les forces politiques qui, sur la question de la sortie ou non de l'Union défendent des positions comparables, on a une petite majorité de partisans du maintien dans l'Union, compte tenu des résultats des nationalistes écossais et gallois et des républicains nord-irlandais, de la division des travaillistes entre partisans d'une sortie négociée et partisans du maintien (et de celle des conservateurs entre partisans d'une sortie négociée et ceux d'une rupture "dure". Ajoutez à cela que la Première ministre a démissionné et que son parti fait son plus mauvais résultat depuis sa création il y a bientôt deux siècles, vous aurez le résultat politique ravageur du Brexit en Grande-Bretagne, avant même que l'on sache s'il sera ou non mis en oeuvre...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Europe 1 commentaire
  • A propos d'un vote bernois sur l'aide sociale

    Imprimer

    pauvreté-travail.jpgAidés ou assistés ?

    Episode cantonal dans la guerre de tranchées politiques sur l'aide sociale : dimanche 19 mai, alors que toute la Suisse votait sur la réforme de la fiscalité des entreprise (couplée avec le financement de l'AVS) et la loi sur les armes, le canton de Berne votait sur la révision de l'aide sociale. Et refusait les deux révisions qui étaient soumises au peuple : celle proposée par la droite, le Grand Conseil et le Conseil d'Etat, qui réduisait de 8 %  (voire de 15 % pour les jeunes de 18 à 25 ans, et même de 30 % après six mois) le "forfait d'entretien" (le revenu minimum accordé aux plus pauvres), fixé à 977 francs par personne et par mois par la Conférence suisse des institutions d'aide sociale, et celle proposée par la gauche, qui renforçait le soutien aux chômeurs en fin de droit. Le statu quoi a donc été ratifié, le forfait d'aide sociale ne sera ni abaissé, ni augmenté. Mais ce n'est qu'un épisode cantonal, uune pause, une trêve, entre ceux pour qui l'aide sociale est un droit et ceux pour qui celles et ceux qui la reçoivent ne sont que des assistés, pour ne pas écrire des parasites.

    Lire la suite

  • Elections européennes : le jour d'après

    Imprimer

    Pina Bausch.jpgEt maintenant ?

    Deux surprises dans les résultats des élections européennes : d'abord, le taux de participation est en forte hausse presque partout par rapport aux précédentes élections, alors qu'on l'attendait en baisse. Ensuite, les résultats globaux de l'extrême-droite sont en dessous de ses attentes, malgré ses succès en France (mais elle y était déjà en tête en 2014), en Italie). Pour le reste, la progression des Verts était prévisible, mais elle prend en Allemagne et en France des proportions inattendues -et les Verts sont au final les grands gagnants continentaux de ces élections. Quant aux socialistes, s'ils sont réduits à la portion congrue en France et défaits en Allemagne, ils sont gagnants en Espagne, au Portugal et aux Pays-Bas et résistent assez bien en Italie. Et les Brexiters arrivent largement en tête au Royaume-Uni, comme il y a cinq ans, où les Conservateurs se prennent une branlée historique. Résultat continental des courses nationales : les deux principaux groupes politiques du parlement européen (les conservateurs du PPS et les sociaux-démocrates) reculent lourdement et perdent leur majorité absolue, les libéraux se renforcent et deviennent, grâce à l'entrée des macronistes, des alliés indispensables aux deux autres grands groupes, et les Verts progressent fortement, comme les représentants de l'extrême-droite -mais ceux-ci dans le désordre de groupes parlementaires éclatés.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Europe, Politique 2 commentaires
  • Elections européennes : vingt-huit élections nationales

    Imprimer

    élections européennes.jpg

    Vague ou vaguelette "populiste de droite" ?

    Conseiller municipal d'une ville de province aux marches de l'Union européennes, on ne prendra guère de risque à, sinon prédire (nous ne sommes pas nécromanciens, et dans le marc de café, nous ne lisons rien, nous le buvons avec le café), du moins envisager que les élections européennes* de dimanche ne bouleverseront pas le parlement de l'Union : le système électoral, le fait qu'on a moins affaire à une élection continentale qu'à 28 élections nationales (Royaume-Uni compris, malgré le Brexit et la démission annoncée de la Première Ministre May), canalise les mouvements électoraux en les fragmentant. Les vagues deviennent vaguelettes. Le plus vraisemblable est que l'alliance de fait entre démocrates-chrétiens et sociaux-démocrates perdra la majorité absolue des sièges -mais qu'elle la retrouvera en s'élargissant aux libéraux. A côté de quoi on assistera tout aussi vraisemblablement à, sur la gauche, une poussée des Verts et sur la droite à une poussée des nationalistes réactionnaires et à une plus forte célébration de leur culte de la frontière. Mais de quelle frontière ? celle de chaque Etat membre avec les autres Etats membres ? Celle de l'Union Européenne avec le reste de l'Europe (dont la Suisse) ? Celles de l'Espace Schengen ?

    * On rappellera tout de même que l'Union Européenne, ce n'est pas "l'Europe"... l'Europe géographique, c'est, conventionnellement, celle "de l'Atlantique à l'Oural". Et la Suisse en est. L'Europe politique, cela peut-être celle de l'Union Européenne (mais elle a pied en Afrique, en Amérique, en Asie, en Océanie, avec les territoires d'outre-mer des Etats membres), et la Suisse n'en est pas, mais cela peut être aussi celle du Conseil de l'Europe -et celle-là va jusqu'à Vladivostok, puisque la Russie en est membre (comme la Suisse...), comprend toute la Sibérie et a sa "frontière" avec l'Alaska, dans le détroit de Béring...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : élections, Europe, Politique 1 commentaire
  • "Pour une politique culturelle cohérente à Genève" : Faire ensemble, enfin...

    Imprimer

    culture.jpgAvec 83,18 % des suffrages, c'est un véritable triomphe qu'à obtenu l'initiative "pour une politique culturelle cohérente à Genève". Il est vrai qu'elle n'était combattue que par la droite de la droite (l'UDC, le MCG), mais même une partie de son électorat l'a soutenue. Le canton est donc proclamé par la constitution grand coordinateur de la politique culturelle genevoise, en concertation permanente avec les communes.Ce qui va forcément impliquer, sauf à vider la nouvelle disposition constitutionnelle de toute substance, sa représentation dans les instances dirigeantes des grandes institutions actuellement en mains de la Ville et des communes (le Grand Théâtre, la Nouvelle Comédie, le Théâtre de Carouge... et pourquoi pas les grands musées municipaux ?), mais aussi sa participation financière au fonctionnement de ces institutions. Le débat politique va maintenant se déplacer au niveau de la mise en oeuvre de la disposition votée par le peuple. Et il va être serré, ce débat -les premières déclarations de la droite, en tout cas, le laissent présager. Il n'empêche : ce que le vote populaire a adoubé, c'est un principe qui nous est cher : "faire ensemble", entre le canton, la Ville et les 44 autres communes, une politique culturelle digne de Genève.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Culture, Genève, Politique, votations 1 commentaire
  • Ouverture dominicale des magasins genevois : Une "victoire de la tactique du salami"

    Imprimer

    salami.jpgC'est à l'usure que le patronat du commerce genevois de détail a gagné dimanche, par 52,1 % de "oui" dans un vote noyé dans neuf autres,  le droit d'ouvrir ses magasins trois dimanche par année. Une "victoire de la tactique du salami", résume le Comité unitaire qui avait lancé le référendum contre cette proposition. Les Genevoises et vois ont ainsi annulé par leur vote leur propre décision, prise lors d'un vote précédent, de lier ce droit à l'obligation de conclure une convention collective. On notera tout de même que les arrondissements de gauche ont refusé cette proposition patronale, qui n'a été acceptée en Ville de Genève que du fait du différentiel de participation électorale entre les quartiers populaires et les parcs à bourges.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Commerce, Genève, syndicats, votations 2 commentaires
  • Réformes de la fiscalité des entreprises : L'amer de toutes les batailles ?

    Imprimer

    normal_gauche-droite.jpg

    On gagne sur les armes, la culture et la caisse de retraite de la fonction publique cantonale, on perd sur la fiscalité et les ouvertures dominicales des magasins, on gagne à moitié et perd à moitié sur les primes d'assurance-maladie : les résultats des votations de ce dimanche ne poussent ni au désespoir, ni à l'euphorie. Et tout cela, finalement, est très suisse... Même la participation qui, à Genève, a atteint un niveau normal (45 %), alors qu'on craignait qu'elle plonge dans des bas fonds peuplés de l'indifférence des uns, de la méfiance des autres (après l'"affaire" dégonflée de possibles "fraudes électorales") et de l'incompréhension de quelques uns face à l'inflation des questions posées (onze, à Genève). Alors bien sûr, on peut se dire que si le PS n'avait pas dansé le tango et les Verts la valse, le "non" à la réforme fiscale cantonale aurait pu l'emporter... comme il l'a emporté dans la majorité des arrondissements de la Ville (sans toutefois emporter la Ville), et que le "non" à l'ouverture dominicale des magasins sans convention collective aurait aussi pu l'emporter, comme il l'a emporté en Ville et dans les villes. Le différentiel de participation entre les arrondissements et les communes de gauche et celles de droite (53 % de participation à Florissant-Malagnou, moins de 40 % aux Acacias. par exemple) explique en grande partie l'échec de la gauche sur ces deux objets -mais il n'y a aucune nouveauté dans ce constat. Globalement, la droite est majoritaire dans ce canton, et si la gauche n'arrive pas à mobiliser ses électeurs là où elle est majoritaire (dans les villes), c'est bien elle qui en est responsable... On est toujours responsable de ses défaites, si on ne l'est jamais complètement de ses victoires. Nous sommes donc responsables des nôtres.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Genève, Politique, PS, votations 1 commentaire
  • Réforme fiscale cantonale : NON à CETTE réforme-là

    Imprimer

    Affiche RFFA-RIE.jpgRéforme fiscale cantonale : NON à CETTE réforme-là

    Le patronat genevois panique : et si Genève refusait dimanche la réforme fiscale cantonale ? Et la Chambre de commerce sonne le tocsin. Et publie une recommandation de vote sous forme d'un bulletin de vote fictif. Décidément... Jeudi, le taux de participation, à quatre jours de la clôture du vote, plafonnait à 29 %. A ce rythme, on sera au final autour de 40 %. Moins que lors de tous les scrutins de 2018 et 2019 (sauf celui de juin 2018). Pas terrible, vu les enjeux. "J'en appelle à la mobilisation de tous", tocsinne le directeur de la Chambre de commerce. Nous aussi, on en appelle à la mobilisation de tous, Et de toutes : « le droit de vote, certains meurent pour l'obtenir », rappelle la députée (Ensemble à Gauche) Jocelyne Haller). Et nous, on rappelle que si l'abstention était subversive, les abstentionnistes seraient en tôle. Donc, si vous n'avez pas envoyé votre bulletin, prenez votre bulletin à vous, et rendez-vous au local de vote dimanche matin, pour voter NON à cette réforme-là. Et donner mandat à nos Magnifiques Seigneurs d'en présenter une autre. C'est à leur portée. Et si ce n'est pas dans leurs intentions, il convient de leur forcer (un peu) la main. Gentiment. Démocratiquement.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Fiscalité, Genève, Politique, votations 1 commentaire