mercredi, 08 mars 2017

Journée internationale DES DROITS des femmes : Une longue, longue marche

Man_Ray_Noire_et_blanche.jpgEntre la Journée internationale de la radio et de la télévision pour les enfants (avant-hier) et la Journée internationale de l'audition (après-demain), il y a, aujourd'hui la Journée internationale des Femmes, dans le titre que lui donnent les Nations-Unies, la Journée internationale des Droits des Femmes dans celui que lui donnent la gauche et les féministes. Dans le calendrier républicain, c'est le jour du mouron. Et dans le calendrier pataphysique, le jour du Sabbat. Tirez-en les conclusions que vous voudrez : ici, on en tirera celle d'un jour dédié à un combat permanent, à une longue, longue marche, avec des arrêts, des errances, des détours, des retours en arrière, des impasses. En Suisse, les femmes ne votent nationalement que depuis 1971, 53 ans après qu'une Grève Générale ait revendiqué ce droit pour elles aussi (il fallut d'ailleurs une autre grève, celle des femmes en 1991, pour que le prédicat constitutionnel de l'égalité, vieux de dix ans, accouche d'une loi), ne peuvent voter cantonalement et communalement dans toute la Suisse que depuis 1990 (à Genève même, il fallut s'y prendre à cinq fois pour qu'un vote des hommes ouvre le vote aux femmes), et ne peuvent ouvrir un compte en banque sans avoir à demander l'autorisation de leur mari que depuis 35 ans...

voir aussi le numéro du journal socialiste genevois "Causes Communes", consacré au féminisme : http://www.ps-geneve.ch/causes-communes/

Lire la suite

15:12 Publié dans Femmes, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : féminisme, journée des femmes | |  Facebook | | | |

samedi, 03 septembre 2016

L'indigence à la une

burkini.jpgLe tube de l'été : burqa, burkinis et ramdam
 
L'été, le ridicule ne tue pas. Ni sur les plages, ni dans les media. Depuis les années soixante, les "tubes de l'été" se caractérisent par leur totale indigence. Celui de cette année en nos contrées ne faillit pas à la règle. Or donc, on votera en Suisse sur une initiative populaire lancée depuis l'extrême-droite par un comité (le même qui avait fait aboutir l'initiative interdisant les minarets) où se mélangent harmonieusement udécistes, intégristes catholiques et fondamentalistes protestants, unis pour proposer d'inscrire dans la constitution fédérale une norme relevant de règlements municipaux : l'interdiction de se masquer le visage dans l'espace public. Une interdiction de principe, qui permet de rendre conforme à la légalité ce qui est l'intention initiale des auteurs de l'initiative :  l'interdiction de l'empaquetage à prétexte religieux (la burqa ou le niqab) des femmes musulmanes. La récolte de signatures pour cet texte n'est pas terminée, mais vu l'ambiance générale, il ne fait aucun doute qu'il obtiendra facilement et largement les 100'000 signatures valides nécessaires et que dans deux ans, on pourra se lancer dans un débat de derrière les fagots des bûchers pour hérétiques et infidèles. Ajoutez-y la polémique délirante lancée en France par quelques municipalité (de droite de la droite, pour ne pas dire pire) sur la présence de femmes en "burkini" sur les plages publiques ("d'un fait divers, on a fait une affaire d'Etat", résume la sénatrice écolo Esther Benbassa), et vous aurez le tableau presque achevé (pour la touche finale, voyez la question fondamentale du porc dans les menus des cantines scolaires) de nos ramdams (de l'arabe "Ramadan") estivaux.

Lire la suite

14:41 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : burqa, niqab, burkini, islam, islamophobie, laïcité | |  Facebook | | | |

mardi, 14 juin 2016

Alors quoi, encore une journée des femmes ?

feminisme2.jpgVingt ans après...

Il y a trente-cinq ans, le 14 juin 1981, la Constitution fédérale accueillait avec l'onction populaire l'expression du principe d'égalité entre femmes et hommes. Il y a vingt-cinq ans, le 14 juin 1991, 500'000 femmes se mettaient en grève ("les femmes bras croisés, le pays  perd pied") et manifestaient dans la rue contre la mauvaise volonté du législateur, rechignant à traduire en actes concrets le beau principe voté dix ans plus tôt. Il y a vingt ans, en 1996, une loi sur l'égalité était adoptée. Ce sont les vingt ans de cette loi que l'on va célébrer en Suisse aujourd'hui, 14 juin. Les vingt ans de la loi, pas les vingt ans de l'égalité. Parce que de la célébration d'un texte au constat de sa traduction dans la réalité, il y a encore toute la distance des luttes à mener. Sur tous les fronts, dans tous les domaines. Alors quoi, encore une journée des femmes ? Non, aujourd'hui, c'est une journée des luttes des femmes. Et ce n'est pas vraiment, et même pas du tout, la même chose.

Lire la suite

14:12 Publié dans Droits de l'Homme, Femmes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mardi, 31 mai 2016

Diagnostic préimplantatoire : mettre fin à une hypocrisie

DPI.jpgEn 2015, le peuple avait accepté (avec 62 % de "oui") l'inscription dans la constitution du principe de l'accès au diagnostic préimplantatoire (DPI, c'est-à-dire de l'analyse génétique et de la sélection, avant leur implantation dans l'utérus de la mère, des embryons provenant d'une fécondation in vitro). Mais ce principe constitutionnel en restait précisément au stade du principe, sans précision sur qui pouvait y avoir accès, et à quelles conditions. Ce sont ces précisions que la loi soumise au vote le 5 juin propose -le principe, lui, est acquis, quel que soit le résultat du vote populaire. Si ce résultat devait être négatif (les sondages prévoient le contraire), le parlement reprendra la main -et les couples qui souhaitent avoir accès à ces tests devront continuer à se rendre à l'étranger, où ils sont, en Europe, presque partout autorisés. Comme les femmes désireuses de mettre fin à leur grossesse devaient, si elles résidaient dans les Etats qui criminalisaient l'avortement, se rendre à l'étranger pour y recourir. Si elles en avaient les moyens.  C'est à ce genre d'hypocrisie qu'il convient de mettre fin, s'agissant du DPI comme il s'était agi de l'IVG.

Lire la suite

13:46 Publié dans Famille, Femmes, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dpi, diagnostic préimplantatoire. avortement | |  Facebook | | | |

vendredi, 13 mai 2016

Désir d'enfant ou droit à l'enfant parfait ?

Ogre.jpgLe fantôme de l'eugénisme

Le 5 juin, on votera sur la révision de la loi sur la procréation médicalement assistée, qui découle de l'inscription dans la constitution fédérale de la  possibilité d'un diagnostic préimplantatoire (DPI), autrement dit avant l'implantation d'un embryon lors d'une fécondation in vitro. Une opposition s'était déjà dessinée alors contre cette possibilité même -elle avait donc été largement battue, puisque le principe du DPI avait été accepté par 62 % des votants. L'opposition de l'année dernière, défaite sur le principe, s'est reformée pour combattre la loi qui le concrétise, et elle s'est élargie à certains des partisans du principe, tel le socialiste valaisan Mathias Reynard, qui reprochent à la loi d'aller trop loin en rendant accessible le DPI aux couples infertiles naturellement, et pas seulement aux couples porteurs d'une maladie génétique grave. Mais le coeur de l'opposition à la loi est le même que celui de l'opposition à l'article constitutionnel : ce sont les milieux chrétiens conservateurs (catholiques et protestants). Et ces milieux, aujourd'hui, brandissent le spectre de l'"eugénisme", et opposées avec eux à la loi, des associations de défense des handicapés proclament que la société doit "intégrer les handicapés, pas les éliminer". Nous pouvons le proclamer avec elles -mais le diagnostic préimplantatoire ne va "éliminer" personne, et il n'y a pas plus d'"eugénisme" dans le diagnostic préimplantatoire qu'il y en a dans une échographie ou une amniocentèse, qui elles aussi permettent de prédire ce que sera l'enfant non encore né, et qui, elles, peuvent conduire à des avortements -ce à quoi ne conduit pas le DPI.

Lire la suite

15:42 Publié dans Famille, Femmes, votations | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dpi, diagnostic préimplantatoire, eugénisme | |  Facebook | | | |

jeudi, 10 mars 2016

La laïcité par et pour les nuls

feminisme.jpgQue voile le voile ?

Surfant sur un épisode parfaitement marginal et insignifiant (une employée de la Ville ayant porté un voile supposé "islamique" pendant son temps de travail), le PLR de la Ville de Genève a déposé au Conseil municipal, en invoquant le principe de laïcité (et sans avoir consulté le moins du monde les représentants de ce personnel, ce qui en dit plus sur la conception radelibe du "dialogue social" que sur sa compréhension du principe de laïcité) une proposition de modification du statut du personnel de la Ville, imposant à ses membres de s'abstenir de "signaler leur appartenance religieuse par des propos ou des signes extérieurs lorsqu'ils sont en contact avec le public". On souhaite bonne chance à celles et ceux qui auraient à faire appliquer cette disposition (qui n'a finalement pas été votée, la proposition ayant été renvoyée en commission après l'un de ces épisode dont nous avons à Genève le secret), voire à sanctionner ceux et celles qui ne l'auraient pas respectées : ce voile est-il un signe religieux ou social ? Porter une croix ou d'une étoile de David autour du cou, est-ce signaler son appartenance religieuse par un signe extérieur ? Et souhaiter Joyeuses Pâques, ou Joyeux Noël, signaler son appartenance religieuse par un propos ? Disons en tout cas que la laïcité, comme principe institutionnel (et désormais constitutionnel) mérite mieux que ce à quoi on est en train de la réduire... et de la voiler...
     

Lire la suite

12:35 Publié dans Femmes, Genève, Politique, religion | Lien permanent | Commentaires (54) | Tags : voile, laïcité | |  Facebook | | | |

mardi, 08 mars 2016

8 mars : Une journée internationale de qui et de quoi ?

 
LA femme ? non : LES femmes...

L'a-t-on assez entendu, ces jours derniers, cette annonce que ce 8 mars était le "jour de la femme"... On commencera donc par rappeler que nous célébrons aujourd'hui la Journée Internationale DES droits DES femmes, non la journée de LA Femme. De la femme essentielle, ontologique, fantasmatique. Ce jour n'est pas le jour de la femme en soi, il est le jour de la femme pour soi. De la femme réelle dans le monde réel. Et le jour de ses droits, conquis et non concédés. Le jour d'un combat pour l'égalité -pas une égalité éthérée, rhétorique, mais une égalité concrète, à ras le terrain social. Et là où elle peut faire mal. Et pas dans la "moitié du ciel", mais sur la totalité de la terre... En Suisse, par exemple, où les femmes sont majoritaires dans la population vivant au-dessous du seuil de pauvreté, où les inégalités salariales persistent (les femmes sont payées en moyenne 20 % de moins que les hommes, et jusqu'à 30 % de moins dans des secteurs à hauts salaires), vingt ans après l'adoption d'une loi sur l'égalité salariale. En Suisse, par exemple, où une femme sur cinq est victime de violences de la part de son compagnon (voire de sa compagne). En Suisse et partout ailleurs dans le monde, où les femmes effectuent la majeure partie du travail effectué dans la société, et la plus majeure encore partie du travail non rémunéré.

A Genève, rendez-vous (pour celles et ceusses qui ne pioncent pas jusqu'à des heures que la morale militante réprouve) à midi, place Bel-Air, pour rappeler aux passantes et aux passants qui passent en quel jour et quel monde ils vivent...

Lire la suite

06:18 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mardi, 29 septembre 2015

Une affaire de couilles

heurtoir.jpgDe la sous-représentation des femmes au parlement fédéral

On lit, dans la brochure officielle éditée par la Chancellerie fédérale et accompagnant accompagne les listes électorales, ce rappel : "les femmes sont sous-représentées" au Conseil national : dans la Chambre basse sortante, on comptait 61 femmes pour 139 hommes, alors que les femmes sont majoritaires (52 %) dans la population résidente, et cette sous-représentation ne va certainement pas se réduire après les élections de cette année.  Ce qui ne gène d'ailleurs pas les élus du segment le plus à droite du paysage politique, lesquels, comme Oskar Freysinger, se repaissent des vieilles âneries patriarcales sur le déclin de la politique lié à la féminisation du personnel politique, et sur le caractère naturellement, organiquement, définitivement masculin du combat politique -dont les femmes seraient naturellement, organiquement, définitivement incapables d'assumer les rites et les pratiques... Parce que chez ces gens-là, Monsieur, La politique, c'est une affaire de couilles. Et si on privilégiait plutôt la tête ?

Lire la suite

16:51 Publié dans élections, Femmes, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

mercredi, 11 mars 2015

Initiatives contre le "voile islamique " : Du voile comme d'un écran de fumée

L'UDC valaisanne a lancé une initiative populaire visant à l'interdiction des couvre-chefs dans les écoles, mais ne se cache pas de viser le voile « islamique » sous toutes ses formes. On se doutait bien qu'elle ne visait pas les coiffes des bonnes soeurs ni le foulard des femmes d'Evolène, et l'argumentaire déployé pour expliciter leurs intentions le confirme : Jean-Luc Addor, co-président du comité d'initiative, explique  que « nous défendons les valeurs chrétiennes à l'école ». La laïcité vient donc de faire un grand pas en Valais -un pas de clerc : on fait mine de dénoncer le voile comme un « symbole de discrimination », mais cette parure égalitaire va à l'UDC comme un haut-de-forme à Guignol. Les discriminations, l'UDC n'a jamais craché dessus, elle s'en est même fait porteuse sur le terrain religieux en faisant interdire la construction de minarets mais d'aucun autre édifice religieux. En Valais comme ailleurs, le « voile islamique » (qui n'est d'ailleurs pas « islamique » mais, plus universellement, patriarcal) voile surtout des arrière-pensées politiques. Du voile comme un écran. De fumée.

Lire la suite

14:57 Publié dans Femmes, religion, Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voile islamique, burqa, udc, islamophobie | |  Facebook | | | |

vendredi, 06 mars 2015

C'est encore loin, l'égalité ? Tais-toi, et marche (demain à Berne)...

Un "Manifeste du 7 mars", signé par une centaine de femmes de toutes tendances politiques et de toutes insertions professionnelles, de Micheline Calmy-Rey à la présidente des "Business Professional Women" de Suisse en passant par la chanteuse Sina, la présidente du gouvernement bernois Barbara Egger-Jenzer et la présidente de l'Ubnion suisse des paysannes Christine Bühler, proclame "Egalité salariale, plus que jamais" et appelle, comme la Communauté genevoise d'action syndicale et la Marche mondiale des femmes, à la manifestation nationale de samedi, à Berne* avec comme mot d'ordre "Pas de nouveau pacte contre les femmes". 
    

 

* SAMEDI 7 MARS, BERNE : Manifestation nationale des femmes, 13 heures 30, Schützenmatte
NON à la retraite à 65 ans. OUI à l'égalité salariale
Train spécial gratuit au départ de Genève (10 heures 39), Nyon (10:53), Lausanne (11.15), Fribourg (midi)

Lire la suite

15:24 Publié dans Femmes, Politique, Suisse, Travail | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

mardi, 24 février 2015

Soutenir le mouvement des femmes marocaines, sans attendre le printemps...

Le "printemps arabe" de 2011 semble ne pas avoir touché le Maroc, malgré l'émergence du "Mouvement du 20 février", et on ne parle guère du royaume chérifien qu'à propos des enclaves espagnoles de Ceuta et de Mellila et du renvoi dans le désert (ou la Méditerranée) des migrants qui tentent par elles de gagner l'Europe. Le conflit sahraoui est tombé dans les oubliettes (il se poursuit cependant) et la répression, parfois entrecoupée de quelques concessions démobilisatrices, a jusqu'à présent suffi pour préserver le régime de toute menace politique intérieure. Que le bon roi M6 ait eu son compte secret à la HSBC genevoise ne semble pas avoir troublé outre mesure la quiétude de son pouvoir : les changements réclamés par le Mouvement du 20 février ne se sont traduits qu'à la marge, les partis islamistes ont été intégrés dans le gouvernement, et la répression a fait le reste. Pourtant, la société bouge. Ainsi, un mouvement de femmes a vu le jour et s'est renforcé. Il se bat aujourd'hui contre les violences conjugales, et contre l'exploitation des filles pauvres comme "petites bonnes" de la classe moyenne et de la classe possédante. Ce mouvement a besoin de soutien, et le mérite, sans que nous attendions pour le lui accorder que survienne un "printemps marocain".  Le SOLIFONDS* lance donc un appel à ce soutien : répondez-y...

* SOLIFONDS mail@solifonds.ch / www.solifonds.ch / Compte postal PC-80-7761-7

Lire la suite

17:26 Publié dans Droits de l'Homme, Femmes, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maroc, flddf | |  Facebook | | | |

mardi, 25 novembre 2014

« Ecopop » et le planning familial : OPA du nord sur les ventres du Sud ?

enceinte.jpg Sur Canal+ passait une série britannique particulièrement anxiogène (dont la première saison est disponible en DVD), « Utopia », qui nous narre les hauts faits d'un scientifique terrifié par l'hypothèse d'une surpopulation humaine de la planète, surpopulation qui menacerait la survie même de l'espèce, à quoi seul un plan radical d'élimination des miséreux pourrait parer, de telle sorte que la meilleure partie de l'humanité soit sauvée. La meilleure partie de l'humanité ? Nous, bien sûr. Le scientifique parano met donc au point un vaccin stérilisant les populations excédentaires. Les populations excendaires ? Les autres, évidemment. Une organisation puissante et clandestine est mise au service de ce projet : elle corrompt et tue pour en faciliter la réalisation -mais le scientifique finit par devenir complètement cinglé et le vaccin est transformé afin de préserver une seule «  race » humaine, ou plutôt surhumaine,  obtenue par manipulation génétique. Un cauchemar né du croisement chimérique des terreurs de Thomas Malthus et de l'imagination de Mary Shelley. On n'est pas -et on ne sera sans doute jamais, dans le monde décrit par Utopia... mais n'entendez-vous pas mugir dans nos campagnes ces féroces fantasme de surpopulation et la conviction qu'en sont responsables les pauvres du sud ? On n'a pas de vaccin stérilisant ces métèques ? Instrumentalisons alors le planning familial et les droits des femmes... 

Lire la suite

14:42 Publié dans Droits de l'Homme, Famille, Femmes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : démographie, planning familial, ecopop | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 mars 2014

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes : Genre d'inégalité, inégalité de genre

Le 8 mars, c'est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Et en Suisse, deux mois plus tard, on votera sur une initiative pour l'instauration d'un salaire minimum dont les salariéEs seront les première bénéficiaires, parce qu'elles sont les premières victimes des bas salaires. Dans notre prospère pays, en effet, où environ 330'000 employé-e-s gagnent moins de 22 francs de l'heure, 70% de ces travailleurs pauvres sont des travailleuses. Et l'écart entre les salaires médians des femmes et celui des hommes au plan national est de 18,4% (chiffres 2010). Au détriment des femmes, 18 ans ans après l'adoption de la loi fédérale sur l'égalité, qui interdit toute forme de discrimination basée sur le sexe. Au moment où un pseudo-débat sur une pseudo « théorie du genre » fait rage en France, il n'est pas inutile de rappeler que c'est cela, le « genre » : non pas la différenciation des sexes, mais celle des rôles sociaux attribués aux femmes et aux hommes. Des rôles construits. Et discriminants.

 

Manif 8 mars.jpg


Lire la suite

15:23 Publié dans Femmes, Politique, Suisse, syndicats | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : égalité, salaires | |  Facebook | | | |

lundi, 27 janvier 2014

Une croisade contre les femmes : l'interruption volontaire de solidarité

antiIVG.jpgIl y a quelques jours, des milliers de manifestants réclamaient, à Washington et à Paris (avant que le parlement français abolisse la « clause de détresse » dans la loi) la fin du droit des femmes à interrompre leur grossesse, et dans quelques jours on votera en Suisse sur une initiative lancée par des milieux très chrétiens  très réactionnaires, en tout oécuménisme intégriste catholique-protestant (les églises protestantes, cependant, appellent à voter NON), initiative qui demande que les interruptions volontaires de grossesse ne soient plus remboursées par l'assurance-maladie de base. Le débat fait rage également en Espagne, où le gouvernement de droite, soutenu par l'église catholique et son pape, veut rendre illégales plus de 90 % des IVG actuellement pratiquées -certains voulant carrément en revenir à la criminalisation sans exception prévalant sous Franco -en même temps qu'y prévalait la peine de mort...  Bienvenue dans le passé...

Lire la suite

14:52 Publié dans Femmes, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : avortement, ivg | |  Facebook | | | |

mercredi, 18 décembre 2013

Le droit à l'avortement en votation, le 9 février : Une initiative hypocrite

L'initiative populaire des milieux intégristes (catholiques et protestants, l'oecuménisme ne posant aucun problème aux intégriste pour autant qu'il se fasse sur le corps des femmes) s'avance masquée, jusque dans son titre : « Financer l'avortement est une affaire privée ». But de l'opération : dénier à l'interruption de grossesse le statut d'un droit, pour en refaire ce qu'elle était avant sa dépénalisation, c'est-à-dire un privilège. Un privilège qui se paie, par la prise d'une assurance complémentaire, facultative, dès lors que l'IVG ne serait plus remboursée par l'assurance de base, obligatoire. Cette méthode, parfaitement hypocrite, les milieux religieux fondamentalistes qui sont à l'origine de l'initiative, ne l'ont pas inventée : c'est la même qui est utilisée partout où les conquêtes des femmes sont remises en cause (même par des femmes. Au nom de la «responsabilité individuelle», on prétend faire ddu droit à l'avortement une « affaire privée », en laquelle la société n'aurait pas à intervenir autrement qu'en posant des limites, et surtout pas en garantissant matériellement ce qu'on proclame rhétoriquement comme un droit : celui d'interrompre une grossesse par un acte médical accompli dans les conditions d'une société développée.

Lire la suite

14:51 Publié dans Femmes, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : avortement, ivg, assurance-maladie | |  Facebook | | | |

jeudi, 28 novembre 2013

Un vieux débat sur un vieux métier : Que faire de la prostitution ?

Le débat est vieux comme le métier, et la controverse indissociable du débat : la prostitution fait problème. Qu'elle soit légale ou non, et si elle est prohibée, que l'on punisse celles (et ceux) qui s'y livrent ou ceux (et celles) qui en usent. On ne sait trop pourquoi, aujourd'hui, la question de son interdiction refait surface là où elle est autorisée (comme en Suisse), et la proposition de punir les clients là où elle est interdite mais tolérée (comme en France), toujours est-il que le plus vieux débat sur le plus vieux métier reprend vie. Et que nous avouons, aussi humblement que nous en sommes capables, n'avoir aucune réponse claire et définitive aux questions posées. Parce qu'interdire la prostitution ce n'est pas l'éradiquer, mais bien plutôt en dégrader dans la clandestinité les conditions pour les prostituées, en accroître les risques pour les clients et en refaire un marché pour les proxénètes qui, comme tous les trafiquants, vivent de l'interdiction de ce qu'ils commercent. Et parce que punir les clients, de toute évidence, ce ne sera jamais que punir les clients les moins argentés de la prostitution la plus visible, celle du trottoir.
Une hypocrisie de plus, sur un trottoir où elles fleurissent.

Lire la suite

14:52 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : prostitution | |  Facebook | | | |

vendredi, 27 septembre 2013

La burqa, son interdiction, son exploitation...

Le voile et les vapeurs

Interdire, parce qu'indignes et méprisantes, les vêtures discriminatoires dans lesquelles des femmes sont empaquetées, ne devrait poser de problème de conscience à personne -sinon à ceux qui somment ces femmes de se muer en fantômes, et à celles qui se rendent complices de cette sommation. Mais voilà : cette interdiction, parfaitement légitime en principe, le devient nettement moins lorsque ceux qui la prônent viennent d'horizons politiques et culturels qui cultivent le même mépris des droits des femmes que celui qu'exhibe le voile intégral... Chez ceux-là, le voile ne provoque des vapeurs que parce qu'il symbolise, pour eux, et à tort, à la fois l'islam et l'immigration.

Lire la suite

14:35 Publié dans Femmes, Politique, religion, Suisse | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : burqa, hidjab, niqab, voile islamique, islam | |  Facebook | | | |

vendredi, 08 mars 2013

Journée internationale des droits des femmes : Les fleurs du mâle

feminisme.jpgNous sommes le 8 mars. Le jour ou tout le monde est féministe. Même le roi d'Arabie Saoudite, le pape et Christophe Blocher. Au prix, évidemment, d'une légère distorsion rhétorique : ne plus célébrer la journée internationale des femmes (il est vrai que son origine, une proclamation de la Deuxième Internationale en hommage à une grève d'ouvrières et à toutes les femmes en lutte, devait être encombrante), mais la journée de LA femme. Pas une journée des femmes réelles, mais une journée de LA femme mythique. La femme des hommes, donc. Une généralisation sémantique qui est aussi une réduction politique. Qui fait bien notre affaire, à nous autres, hasardeux couillus : on va pouvoir s'offrir, entre la Saint-Valentin, le Salon de l'Automobile et la Fête des Mères, un jour d'hommage à LA femme. Quant à la solidarité avec les luttes DES femmes... « Ce qui est, est. Le reste, faut voir ».

Lire la suite

12:56 Publié dans Femmes, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : féminisme, égalité, genres, 8 mars | |  Facebook | | | |

jeudi, 31 janvier 2013

Parité des genres, limitation des mandats et de leur cumul : Du bon usage des entraves statutaires

Que circule le sang neuf !

Lundi soir, l'Assemblée générale du PS de la Ville de Genève a «toiletté» les statuts du parti municipal. En abolissant, notamment, l'obligation de la parité des genres sur les listes électorales pour le Conseil administratif. La proposition ne pouvait être suspectée de machisme, puisqu'elle émanait, entre autres, de féministes, soucieuses de permettre la présentation, un jour, de deux femmes au lieu que le parti se contraigne à présenter forcément un homme dès que l'on présente plusieurs candidatures. Peu importe, au fond : l'exigence de parité ou les quotas n'ont pas seulement pour fonction d'assurer une «représentation équitable des deux sexes dans les organes», comme le disent avec une poésie quasiment strauss-kahnienne quelques statuts socialistes, mais aussi d'assurer un renouvellement des représentations socialistes. De faire circuler du sang neuf, en somme.

Lire la suite

14:30 Publié dans Femmes, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, parité, cumul, ps | |  Facebook | | | |

mardi, 09 octobre 2012

Vivent les salopes ! (et les salopiots...)

Plusieurs centaines de femmes (et quelques dizaines d'hommes) ont participé samedi à la première  « marche des salopes » (slutwalk, en sabir mondialisé) organisée en Suisse, pour dénoncer les violences sexuelles dont sont victimes les femmes, et dont elles sont elles-mêmes rendues coupables lorsqu'à l'instar du flic canadien dont la parole fut à l'origine de la première « slutwalk », on leur dit que pour éviter les agressions sexuelles, elles ne devraient pas « s'habiller comme des salopes ». C'est quoi, s'habiller « comme une salope » ? C'est s'habiller comme on en a envie ? Pour aller sans risquer l'agression sexuelle là où on a envie d'aller, à l'heure où on a envie d'y aller ? Eh oui. Comme peuvent le faire les hommes.

Lire la suite

15:23 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, féminisme, salopes | |  Facebook | | | |