jeudi, 08 juin 2017

Quand Donald réchauffe la planète politique (USA compris) :

Trump planète.jpgTrump roule pour la Chine

Trump a donc décidé de retirer les USA de l'Accord de Paris sur le climat. Donald n'est pas seulement "climatosceptique", ou "climatonégationniste" il est carbonophile : il voit dans la relance du charbon le moyen de relancer la croissance économique et la création d'emplois. Il est donc opposé à toute imposition aux centrales thermiques (celles à charbon fournissent en gros un tiers de l'énergie consommée aux USA) de normes plafonnant leurs émissions de CO2. Et il a nommé le "climatosceptique" Scott Pruit, un proche des frères Koch, grands patrons des industries fossiles, à la tête de l'Agence de protection de l'environnement, dont il veut en outre ratiboiser le budget. Mais le charbon est en déclin inéluctable : le nombre d'emplois de l'industrie du charbon aux USA est passé de 88'000 en 2008 à 65'000 en 2015. Un coup des Chinois, sûrement : d'après Trump, ce sont eux qui ont "inventé" le "concept" de réchauffement climatique, pour empêcher l'industrie américaine d'être compétitive... En attendant, c'est à eux que sa connerie profite : on pensait qu'il était le candidat de Poutine ? Il est devenu celui du Parti communiste chinois... Et il dresse contre lui au sein même des USA des Etats, les plus grandes villes et des multinationales américaines. Beau travail : Trump nie le réchauffement climatique mais provoque un réchauffement politique jusque dans le pays qu'il est supposé présider...

Lire la suite

14:34 Publié dans Energie, Environnement, Monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : trump, usa, chine, climat | |  Facebook | | | |

vendredi, 19 mai 2017

Transition énergétique, énergie nucléaire, énergies renouvelables : Dimanche, on sort du fossile. Ou pas.

hommes-des-cavernes.jpgLa France a désormais son ministre de la "transition écologique", dimanche la Suisse aura, si le peuple en décide ainsi, sa loi de "transition énergétique". De transition de quoi à quoi ? pour résumer : des énergies fossiles aux énergies renouvelables. L'année dernière, le peuple avait refusé une sortie rapide du nucléaire. Cette année, on lui en propose une plus lente -mais l'objectif reste d'en sortir, et de réduire le plus massivement possible la part prise par les sources fossiles (le charbon, le pétrole, et donc l'uranium) dans la production d'énergie, en augmentant la part des sources renouvelables (solaire, éolien, hydrique). "Et si c'était non à la transition énergétique ?", s'interrogeait la "Tribune de Genève"... à la proposition soumise au peuple, il y a deux alternatives : le statu quo et la fuite en avant... relancer le nucléaire et gonfler les importations de courant étranger, l'un n'excluant d'ailleurs pas l'autre. Dimanche, on saura donc quel choix aura fait le Souverain helvétique. Au fait, vous l'avez envoyé, votre bulletin de vote ? Parce que sinon, c'est avant midi au local de vote que vous pourrez exercer votre droit d'aider la Suisse à sortir de l'âge du fossile.

Lire la suite

18:54 Publié dans Energie, Environnement, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nucléaire | |  Facebook | | | |

mardi, 09 mai 2017

Stratégie énergétique 2050 : Sortir du nucléaire ou y rester ? telle est la question

centrale nucléaire.jpg2050, pas 1984...

"Que nous apporte la nouvelle loi sur l'énergie ?", font mine de se demander dans une annonce publicitaire ses opposants de droite (il n'y en a pas de gauche). Réponse : moins de sécurité, une baisse de la qualité de la vie, des douches froides à 3200 francs, une hausse massive des coûts, la destruction du paysage par les éoliennes (les centrales nucléaires, en revanche, ne détruisent pas le paysage, elles l'agrémentent, si, si), la surveillance par l'Etat de la consommation d'énergie des particuliers, plus de bureaucratie et d'économie planifiée. 1984, quoi, avec une génération de retard. On est dans la "vérité alternative" à la Trump ou à la Le Pen : dire n'importe quoi pourvu que cela fasse effet. Restons sérieux  : la question à laquelle on répondra le 21 mai prochain, en votation populaire sur la "stratégie énergétique 2050", est de savoir si on veut rester dans un mode de production énergétique dominé par les énergies fossiles (dont le nucléaire) ou promouvoir, pour les remplacer, les économies de consommation et les énergies renouvelables : photovoltaïque, éolienne, géothermique, hydroélectrique (la liste n'est pas close). Ces modes de production énergétique ont certes, tous, des inconvénients -mais ils sont dérisoires si on les compare à ceux basés sur le charbon, le pétrole, l'uranium ou le plutonium. On ne va pas couvrir la Suisse de milliers d'éoliennes (même le chiffre de 1000 avancés par les opposants relève de la "vérité alternative") massacrant 100'000 oiseaux chaque année. On va revanche fermer les centrales nucléaires, et laisser disparaître les petites centrales hydroélectriques qui perturbent l'équilibre des rivières (et de leur faune) sans produire assez d'énergie pour que cela soit utile.

Lire la suite

14:58 Publié dans Energie, Environnement, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

mercredi, 19 avril 2017

Stratégie énergétique 2050" (SE2050) : Une opposition paranolithique

hommes-des-cavernes.jpgSoumise au vote le 21 mai prochain la "Stratégie énergétique 2050" (SE2050 pour les intimes) était approuvée par 56 %  des personnes (69 % des Romands, 62 % des Tessinois, 51 % des Alémaniques) interrogées les 6 et 7 avril dans un sondage en ligne Tamedia auprès de 11'000 personnes. Les sympathisants Verts, Verts libéraux, socialistes et PDC soutiennent massivement le projet Du côté de ses opposants, les trois quarts des sympathisants de l'UDC suivent le mot d'ordre négatif du parti, ainsi qu'une majorité des sympathisants PLR (alors même que le parti appelle à voter "oui"). Un étrange comité "environnemental" s'est en outre formé pour combattre cette "stratégie" de développement des énergies renouvelables. On y retrouve le président de la Fondation suisse pour la protection du paysage, le PLR Kurt Fluri, et l'ancien directeur de l'Office fédéral de l'environnement, le PDC Philippe Roch. D'autres opposants s'y ajoutent, comme l'ancien Conseiller fédéral PLR Pascal Couchepin, lequel explique que, "comme libéral, je suis opposé aux subventions en général" et donc, en particulier, à celles que le SE2050 propose d'accorder aux barrages et aux énergies douces. Couchepin refuse également le concept même de "sortie du nucléaire", au coeur de la proposition du Conseil fédéral et du parlement : "on ne peut pas diaboliser le nucléaire du futur". Comme s'il s'agissait de cela, quand ce sont précisément les opposants à la "stratégie énergétique 2050" qui la diabolisent en annonçant qu'elle ruinerait tout à la fois les finances publiques, les budgets des ménages, leur confort, le paysage et l'ordre juridique. Pour commencer. Avant de nous faire revenir au paléolithique. Mais au paranolithique, cette opposition y est déjà.

Lire la suite

15:37 Publié dans Energie, Environnement, Politique, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

mardi, 29 novembre 2016

Sortie du nucléaire : Hâte-toi lentement

Les cantons romands (sauf les bilingues, Valais, Fribourg et le Jura bernois) ont accepté l'initiative des Verts pour une "sortie programmée du nucléaire". Les deux cantons de Bâle aussi. Mais pas le reste de la Suisse. L'initiative a donc été repoussée  -tout en faisant le meilleur score (46 %) atteint depuis longtemps par une initiative antinucléaire dans ce pays. On ne sortira donc pas du nucléaire rapidement. On attendra. On attendra que nos centrales soient en bout de course, pour ne pas les remplacer. Peut-être. Si la "stratégie énergétique" concoctée par le Conseil fédéral passe la rampe d'un référendum lancé contre elle par l'UDC. Or l'échec de l'initiative des Verts n'était pas confirmé depuis cinq minutes qu'on entendait déjà des représentants du PDC et du PLR dire qu'après tout, si l'initiative a été repoussée, c'est que les Suissesses et les Suisses ne voulaient pas abandonner la filière nucléaire de production énergétique -alors que leurs partis invoquaient la "stratégie énergétique 2050" qui implique elle aussi la sortie du nucléaire (mais à plus long terme) comme contre-projet indirect à l'initiative. Cette duplicité a fonctionné. Les masques peuvent maintenant tomber. Et le combat antinucléaire reprendre.

Lire la suite

18:24 Publié dans Energie, Environnement, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : centrales nucléaire, stratégie énergétique 2050 | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 novembre 2016

Initiative sur la sortie programmée du nucléaire : Par ici la sortie

Dimanche soir, on saura si la Suisse entend réellement "sortir du nucléaire" ou si, comme le lui recommandent benoîtement les nucléocrates, les exploitants des centrales et les partis de droite (quoique leurs électeurs paraissent divisés sur la question), on attendra encore quelques dizaines d'années pour que se concrétise une "stratégie énergétique 2050" à laquelle ils feignent de s'être ralliés alors même qu'elle propose elle aussi une "sortie du nucléaire", mais bien plus lente -et surtout, plus incertaine, puisque soumise au bon vouloir d'un parlement dont la majorité (UDC, PLR, PDC) ne témoigne pas forcément de convictions environnementales à l'épreuve des critères financiers (et des intérêts privés). L'initiative des Verts a le mérite, essentiel de la clarté  : On dit qu'on veut "sortir du nucléaire" ? Eh bien on en sort, sans barguigner, sans pinailler, sans attendre plus longtemps que nécessaire : on ferme Beznau I (le plus ancien réacteur en fonction au monde) l'année prochaine, Beznau II, Mühleberg (dont l'exploitant a annoncé la fermeture en 2019), Gösgen et Leibstadt 45 ans après leur mise en fonction (la durée moyenne de fonctionnement d'une centrale qui ne vous explose pas à la gueule), à moins que la sécurité de leur fonctionnement ne soit plus garantie, auquel cas on les arrêterait avant. Ce qui se veut vraiment s'énonce clairement : la sortie du nucléaire passe par un "oui" dimanche... Alors si vous n'avez pas encore voté, va falloir vous bouger : vous avez jusqu'à jeudi soir pour voter par correspondance. Sinon, c'est dimanche matin au local de vote...

Lire la suite

15:47 Publié dans Energie, Environnement, Suisse, votations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuicléaire | |  Facebook | | | |

mercredi, 08 juin 2011

« Sortie du nucléaire » : La droite s'accroche

Aujourd'hui, le Conseil national devait dire qu'il est prêt à suivre le Conseil fédéral dans sa proposition de sortir, à pas lents et comptés, du nucléaire. Les groupes parlementaires avaient fixé leurs positions, ou leur absence de position : la clef du vote, cé'tait le PDC, appelé à la fidélité à son unique Conseillère fédérale, Doris Leuthard, éminente représente du lobby nucléaire jusqu'à Fukushima, partisane depuis de la fermeture progressive et du non-remplacement des centrales nucléaires. 80 % du groupe PDC devait la suivre. Et les 20 % de pro-nucléaires démo-chrétiens devaient s'abstenir, suivant en cela les radicaux-libéraux qui n'ont réussi qu'à donner ce courageux mot d'ordre. La gauche (socialistes et verts) ont voté la sortie, même si elle la souhaitait plus rapide, les Verts libéraux et les bourgeois-démocratiques l'ont votée aussi. Seule l'UDC s'est accorchée aux centrales nucléaires, et, consciente de l'impopularité de sa position, allume depuis des semaines des contre-feux xénophobes pour qu'on parle d'autre chose. Mais les milieux patronaux ne désespèraient pas : ils ont arrosé tous les parlementaires de droite d'un copieux dossier pour les convaincre de voter contre toute fermeture des centrales actuelles. Or la droite est largement majoritaire aux Chambres fédérales. Et après le Conseil national, il faudra encore passer devant lée Conseil des Etats Les jeux ne sont donc pas encore faits, et la porte de sortie pas encore ouverte.

Lire la suite

15:00 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, nucléasire | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 avril 2011

Après Fukushima, déjà une espèce en voie de disparition : les pronucléaires

Préservez la biodiversité ! Adoptez un nucléocrate !

On ne sait s'il fallait le craindre ou l'espérer, mais on aurait en tout cas dû s'y attendre : la catastrophe de Fukushima a eu un effet dramatique sur une espèce jusqu'alors fort vivante, apparemment douée, sinon de beaucoup de courage, d'au moins d'intelligence, mais une espèce que l'impact de Fukushima sur les opinions publiques semble avoir fait disparaître de la surface visible du globe : les pronucléaires. Oukisont passé, les pronucléaires ? Zont tous muté écolo ? apu de nucléocrates ? Impossible. Mais le manace est là, sur la survie de cette espèce certes nuisible, mais à laquelle, à force, depuis quarante ans, on avait tout de même fini par s'habituer...  Dès lors, luttons pour la survie des espèces en voie de disparition ! Solidarité avec les pronucléaires (s'il en reste) ! Adoptons un nucléocrate !

Lire la suite

14:49 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : fukushima, tchernobyl | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 mars 2011

L'effet Fukushima : 87 % d'antinucléaires en Suisse, vraiment ?

L'effet Fukushima : 87 % d'antinucléaires en Suisse, vraiment ?

Selon un sondage Isopublic publié dimanche dernier, 87 % des Suisse-sses réclameraient l'abandon de l'énergie nucléaire, 77 % à long terme et 10 % tout de suite, 74 % seraient opposés à la construction de nouvelles centrales nucléaires, 62 % demandent l'arrêt immédiat des centrales de Mühleberg et Beznau et 86 % souhaitent que la Confédération soutienne davantage les énergies renouvelables. Faut-il en déduire que les Suisses sont devenus anti-nucléaires ? Non. Car l'« effet Fukushima » a joué, et le petit nuage échappé de la centrale japonaise a irradié l'opinion publique. On verra ce qu'il en restera, de cette peur, lorsqu'il s'agira de prendre réellement des décisions qui coûtent (le soutien aux énergies renouvelables) ou qui pèsent (la réduction de la consommation d'électricité, par exemple). En attendant, ou plutôt sans attendre, la Maire de Genève, Sandrine Salerno, a lancé un appel aux villes de Suisse pour les inciter à agir afin de pousser le pays vers la sortie du nucléaire. Et là aussi, on va bien pouvoir vérifier ce que valent les plus récentes adhésions enregistrées au « principe de précaution »

Lire la suite

13:13 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : suisse, nucléaire, fukushima, décroissance | |  Facebook | | | |

jeudi, 17 mars 2011

Catastrophe nucléaire de Fukushima : La droite suisse irradiée

On s'attendait à une campagne électorale (pour les élections fédérales) dominée, comme d'hab', par les fantasmes xénophobes et les délires sécuritaires de l'UDC, et puis voilà que la terre a le mauvais goût de trembler au Japon, qu'un tsunami y déferle et que des réacteurs nucléaires décident de vivre leur vie. Et du coup, on contemple avec une certaine incrédulité l'exercice de transformisme auquel est en train de se livrer, irradiée, la droite pronucléaire, convertie en catastrophe (le mot s'impose) au principe de précaution. Et on attend avec impatience la demande de l'UDC de convoquer une session spéciale de l'Assemblée générale en prévision d'une vague de réfugiés japonais déferlant sur la Suisse comme un tsunami migratoire.

Lire la suite

17:14 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fukushima, nucléaire, mühleberg, beznau, atel | |  Facebook | | | |

jeudi, 02 décembre 2010

Nouvelles centrales nucléaires : Le test bernois du 13 février

Le 13 février prochain, les Bernoises et les Bernois se prononceront sur la construction d'une nouvelle centrale nucléaire à Mühleberg, que le Conseil d'Etat les appellent à refuser. Par ailleurs,  ATEL (Aar-Tessin Electricité) a déposé une demande d'autorisation pour la construction d'une nouvelle centrale nucléaire à Soleure, près de l'actuelle centrale de Gösgen, et une troisième demande a été déposée pour une nouvelle centrale à Beznau. Dans les trois cas, il s'agit de remplacer des centrales à bout de course. Et dans les trois cas, les arguments d'un refus sont les mêmes : à l'avenir, la production d'énergie devra se baser sur des sources renouvelables, la technologie nucléaire reste porteuse de risques considérables, elle produit des déchets à la dangerosité millénaire, son bilan économique est mauvais. Les Verts et le PS ont déjà annoncé qu'ils combattraient par référendum ces demandes, qui seront vraisemblablement soutenues par la majorité de droite des Chambres fédérales. Le vote pourrait avoir lieu en 2013, et si les citoyen-ne-s s'inclinent devant le lobby nucléaire, la première des nouvelles centrales pourrait cracher ses gigawatts dès 2025.

Lire la suite

12:19 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse, nucléaire, mühleberg, beznau, gösgen | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 novembre 2010

Nouvelles centrales nucléaires : Le compte à rebours (du bon sens) est lancé

Les experts (ne peuvent pas se tromper, puisque ce sont des experts) de l'Inspection fédérale suisse de la sécurité nucléaire ont donné un avis favorable à la construction de trois centrales nucléaires, pour remplacer, sur les mêmes sites, les actuelles centrales en bout de course de Mühleberg, Gösgen et Beznau -qui continueront d'être exploitées pendant un certain temps, parallèlement aux nouvelles centrales, qui n'entreront pas en service avant 2027. Cet avis favorable (sous l'angle de la sécurité et de la gestion des déchets) a été donné avec une certaine précipitation, mais pour le lobby nucléaire, qui a réussi à installer l'une des siennes (l'actuelle présidente de la Confédération) à la tête du ministère de tutelle, il faut faire vite. Prendre de vitesse les défenseurs d'une politique énergétique alternative, et pousser le plus fort possible à la consommation d'électricité, pour pouvoir ensuite agiter le spectre de la pénurie et en faire un argument en faveur de nouvelles centrales nucléaires.

Lire la suite

11:17 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nucléaire, mühleberg, gösgen, beznau | |  Facebook | | | |