vendredi, 20 janvier 2017

T'as fait ta prière ? Ben non, j'avais piscine...

piscine.jpg

L'égalité des droits prime la posture religieuse

La Cour Européenne des droits de l'Homme a confirmé au début du mois un jugement suisse qui refusait d'accorder à des élèves (musulmanes en l’occurrence) une dispense de cours de natation, dispense exigée par les parents pour des motifs religieux (ils refusaient que leurs filles prépubères participent aux cours de natation obligatoires, à Bâle, au prétexte que ces cours sont mixtes et que leur croyance religieuse leur imposerait de préparer leurs filles à respecter l'exigence religieuse de couvrir leur corps). Les parents avaient été condamnés à une amende, ils avaient fait recours en clamant que leurs droits parentaux avaient été bafoués, leur recours avait été rejeté, ils ont fait appel à la CEDH, qui a confirmé les décisions qu'ils contestaient : pour la Cour, l'égalité des chances et des sexes prime le respect de prescriptions religieuses particulières. On peut saluer ce jugement. D'abord parce qu'il est logique : soit les cours de natation sont obligatoire, et obligatoirement mixtes, soit ils ne sont pas obligatoires. S'ils sont obligatoires, parce qu'on considère que savoir nager est tout de même utile, pour des filles comme pour des garçons, ils le sont pour toutes et tous. Et s'ils ne sont pas obligatoires, il n'y a pas de raison d'en dispenser qui que ce soit pour raison religieuse, puisque n'importe qui peut s'en dispenser pour n'importe quelle raison. T'as fait ta prière ? Ben non, j'avais piscine...

Lire la suite

14:44 Publié dans école, religion | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

vendredi, 20 mars 2015

Ecoles genevoises : Et si on essayait de ne pas se tromper d'adversaire ?

Candolle, quel dol ?

Le Département de l'Instruction publique genevois a annoncé plusieurs mesures pour «désengorger» l'école post-obligatoire, et d'entre ces mesures, deux soulèvent une virulents opposition, dans la rue, sur les réseaux sociaux et dans les établissements concernés : l'affectation des bâtiments de l'actuel Collège de Candolle à une Ecole de Culture Générale, etde l'actuel Cycle d'Orientation de la Seymaz à un collège. Et puis, surtout, on a quelque peine à expliquer l'oubli général en lequel les opposants aux décisions du DIP tiennent les véritables raisons de la « crise des locaux scolaires » à Genève. Parce qu'enfin, qui vote (ou plutôt ne vote pas) les crédits nécessaires à la constructions de nouveaux bâtiments scolaires, ou même à l'entretien des bâtiments existants ? Anne Emery Torracinta toute seule ? son département ? Non : le Grand Conseil. C'est-à-dire sa majorité politique. Et si on s'en prenait plutôt à cette majorité, de ses décisions, plutôt qu'à celle qui doit « faire avec» (ce qui « ne » pose de problème politique fondamental « que » celui, récurrent, paralysant et inassumé, de la participation minoritaire de socialistes à des gouvernements de droite...) ?

Lire la suite

16:06 Publié dans école, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

lundi, 01 septembre 2014

La Suisse se mord les langues

languesDouillou schpik englschwiz
   
Le PS (entre autres) est inquiet : Il a appelé la Confédération à intervenir (le Conseiller fédéral Alain Berset avait déjà évoqué une intervention de la Confédération contre l'abandon de l'enseignement du français à l'école primaire) pour empêcher que des cantons renoncent à l'enseignement, dans le cadre de la scolarité obligatoire, d'une deuxième langue nationale, et va proposer une modification de la loi sur les langues afin d'y ancrer l'apprentissage des langues nationales à l'école primaire :  ce à quoi il appelle ainsi à répondre, c'est à l'offensive lancée en Suisse alémanique contre l'enseignement du français. Le parlement Thurgovien a accepté une motion de l'UDC demandant la suppression de l'enseignement du français à l'école primaire. Nidwald suit.  Paradoxalement, c'est le parti qui a accoutumé de célébrer avec le plus de trémolos dans la youtze patriotique l'"unité nationale" et l'"identité suisse" qui est à la pointe dans l'offensive contre l'enseignement du français, pour y substituer celui de la langue actuelle du mondialisme, l'anglais (ou ce à quoi ce mondialisme le réduit).

Lire la suite

14:02 Publié dans Culture, école, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : langues | |  Facebook | | | |

lundi, 16 avril 2012

« Plus d'école », c'est bien beau, mais avec quels moyens ?

Le mercredi scolaire, et après ?

Le syndicat des enseignants du primaire, la Société Pédagogique Genevoise (SPG) a décidé fin mars de « geler » sa participation à la «concertation» organisée par le Département de l'Instruction Publique sur la mise en place de l'école le mercredi matin pour les élèves de huit à douze ans. Pourquoi ? parce plus d'école, comme promis, c'est bien beau, mais qu'il y faut des moyens. Or la SPG craint que les promesses faites lorsqu'il s'agissait de convaincre une majorité de votantes et de votants d'accepter le « mercredi matin scolaire »  ne soient précisément que des promesses, n'engageant que celles et ceux qui y ont cru avant de voter comme on souhaitait qu'ils votent.

Lire la suite

15:10 Publié dans école | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, enseignants | |  Facebook | | | |

jeudi, 09 février 2012

Mercredi scolaire : Travailler plus pour gagner... euh... savoir plus ?

La campagne pour ou contre le « mercredi scolaire » démarre enfin. Trois jours avant les vacances scolaires, c'est malin. Et en plus, Mark Muller sème la crème en reconnaissant que jusqu'à présent il avait dit n'importe quoi, ce qui ne surprendra personne mais va faire les gros titres des canards jusqu'à dimanche... La campagne démarre donc assez tardivement. C'est explicable du point de vue des partisans du projet, qui peuvent compter sur l'envie des parents de faire assumer par l'école une demie-journée de gardieennage de plus, quoi que l'on fasse de cette demie-journée. De la part des opposants au projet, à commencer par la SPG, c'est un peu plus surprenant, mais bon : mieux vaut tard que jamais. Et donc, on en remet une petite couche de notre côté, histoire d'entretenir la flamme...

Lire la suite

16:11 Publié dans école | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : genève, votation, rousseau, piaget | |  Facebook | | | |

lundi, 30 mai 2011

Genève : une demie-journée d'école en plus ?


Au boulot, les mioches !

Le Grand Conseil (sauf le MCG) a accepté de modifier les horaires scolaires en introduisant des cours le mercredi matin, comme le Département de l'Instruction publique le demandait. Mais un référendum a été annoncé par le syndicat des enseignants du primaire, la Société pédagogique genevoise (SPG), soutenu par solidaritéS et plusieurs associations de parents (mais pas toutes, ni par leur fédération, fort divisée). En Suisse, les écoliers genevois sont les derniers à bénéficier d'une journée non-scolaire entière, coupant en deux la semaine d'enseignement. Ce fut longtemps le jeudi (mais on allait à l'école le samedi matin), c'est actuellement le mercredi. D'ailleurs, quitte à ré-introduire une nouvelle demie-journée d'école, et à supposer qu'on ne puisse l'éviter (ce dont on se permettra de douter), pourquoi le faire le mercredi matin, et pas le samedi matin ? Pour ne pas perturber les achats du week-end ?

Lire la suite

14:25 Publié dans école | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève | |  Facebook | | | |

jeudi, 01 juillet 2010

Produire des exécutants ou faire naître des citoyens ?

Histoire et géographie au Cycle d'Orientation :
Produire des exécutants ou faire naître des citoyens ?


La Direction du Cycle d'Orientation genevois envisageait, dans une nouvelle grille horaire, de ratiboiser d'un tiers le temps des cours d'histoire et de géographie. Contre l'avis de Charles Beer, et des enseignants de ces deux disciplines.  Réduire l'enseignement de l'histoire au moment même où l'on envisage celui des « grands textes fondateurs de notre civilisation » pourrait paraître, à un esprit candide, parfaitement contradictoire. Mais ça ne l'est que si l'on persiste, candidement, à penser que le rôle de l'école n'est pas de fabriquer à la chaîne de bons producteurs et de bons consommateurs, mais d' « aider l'élève à se situer dans le monde en citoyen lucide et responsable », pour reprendre les mots de Charles Heimberg dans  « Le Courrier » du 26 juin. Or apparemment ce n'est pas à cela que l'école devrait servir selon ceux qui la pensent aujourd'hui, mais à produire des exécutants dociles et efficaces de « l'économie », pour les besoins des maîtres de cette économie et d'eux seuls.

Lire la suite

12:30 Publié dans école | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, histoire, enseignement | |  Facebook | | | |