mercredi, 07 décembre 2016

Ouverture des commerces genevois : L'année des quatre dimanches

consommation

Le 27 novembre dernier, à Genève, l'initiative syndicale s'opposant à l'élargissement des possibilités d'ouverture dominicale des commerces, a été refusée par les citoyens et yennes. L'initiative n'était soutenue que par la gauche, en sus des syndicats. Elle n'en a pas moins obtenu plus de 47 % des suffrages, en étant acceptée en Ville et dans les villes de la ceinture. Et si elle a été refusée, c'est que lui était opposé un contre-projet (qui, lui, a été accepté) limitant les possibilités d'ouverture dominicale des commerces à trois dimanches par an jusqu'à 17 heures (plus le 31 décembre, jour férié dans une République qui commémore ce jour là, non la fin de l'année, mais la Restauration de son Ancien Régime, en oubliant au passage de quoi il était fait et comment il fut restauré). Le contre-projet et l'initiative étaient tous deux une réponse à une  décision du Conseil fédéral, prise par ordonnance (et donc impossible à contrecarrer par un référendum) d'autoriser l'ouverture des commerces tous les dimanches de l'année dans les zones touristiques se situant à moins de 15 kilomètres à vol d'oiseau d'une frontière nationale -ce qui englobe tout le territoire genevois. Mais l'ordonnance fédérale laissant aux cantons la capacité de légiférer de manière plus restrictive qu'elle, c'est ce que Genève a fait, en posant comme condition à l'autorisation d'ouverture dominicale (ou fériée) quatre fois par an, l'application (et l'élargissement à tout le secteur) d'une convention collective de travail. L'année des quatre dimanches, en échange d'une  meilleure protection des travailleurs : le PLR et l'UDC s'y sont vainement opposés alors que le patronat du secteur l'acceptait. Les "partis de l'économie" ne sont pas tels qu'ils voudraient qu'on les considère

Lire la suite

16:22 Publié dans Commerce, Genève, votations | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : consommation | |  Facebook | | | |

vendredi, 11 novembre 2016

Ouverture des commerces le dimanche et protection des travailleuses : Un deal défendable

On va voter à Genève, dans deux semaines, sur une initiative syndicale s'opposant à l'élargissement des possibilités d'ouverture dominicale des commerces. Cette initiative était d'abord une réponse à la décision du Conseil fédéral, prise par ordonnance et donc impossible à contrecarrer par un référendum, d'élargir ces possibilités à tous les dimanches dans les zones touristiques se situant à moins de 15 kilomètres à vol d'oiseau d'une frontière nationale -ce qui englobe tout le territoire genevois. Mais l'ordonnance fédérale laisse aux cantons la capacité de légiférer de manière plus restrictive qu'elle -ce que Genève s'apprête à faire, si l'initiative ou le contre-projet parlementaire passe le cap du vote populaire le 27 novembre prochain. Car contre-projet il y a : d'une réponse à une offensive patronale, on est passé à l'usage de l'initiative comme moyen de renforcer la protection des salariés de toute une branche, en posant comme exigence l'application (et l'élargissement à tout le secteur) d'une convention collective de travail. Cette exigence a été reprise dans le contre-projet à l'initiative (et elle explique l'opposition de la droite libérale à ce contre-projet) : le deal, c'est un peu plus d'ouverture des magasins le dimanche, en échange d'une convention élargie. Et ça se défend -on peut donc aussi voter "oui" au contre-projet... et même, si l'on privilégie la protection des travailleurs (surtout des travailleuses, en l’occurrence) , le privilégier en cas d'acceptation des deux textes.

Lire la suite

18:13 Publié dans Commerce, Genève, syndicats, Travail, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : consommation | |  Facebook | | | |

jeudi, 20 octobre 2016

Consommer 7 jours sur 7, pourquoi ?

supermarche.jpegOuverture dominicale des magasins : on vote (contre) à Genève
 
Le 27 novembre, on votera à Genève sur une initiative populaire interdisant toute ouverture dominicale des magasins (sinon celles déjà autorisées dans les gares, les aéroports, les stations-service ou dans les zones dites touristiques), initiative à laquelle est opposé un contre-projet autorisant une ouverture trois dimanches jusqu'à 17 heures, avec l'obligation de respecter une convention collective, étendue à l'ensemble du secteur (si la convention est résiliée, l'autorisation d'ouverture dominicale tombe). Le contre-projet autorise également, et sans autre restriction que celle, minimale, du respect des usages professionnels, l'ouverture des magasins le 31 décembre (jour férié à Genève). Ce compromis, négocié entre le Conseil d'Etat et les syndicats, et amendé par le PS et le MCG, la droite n'en voulait pas : pour elle, il allait trop loin en direction des exigences syndicales (et s'éloigne donc trop des exigences patronales). Ici, on soutient l'initiative et on ne refuse pas un compromis qui forcerait au respect d'une convention collective. Mais surtout, on persiste à se poser la question : à quel besoin, et même à quelle utilité, répondrait une ouverture dominicale plus fréquente des magasins ? A une irrépressible pulsion consumériste ?

Lire la suite

20:11 Publié dans Commerce, Economie, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

mardi, 09 février 2016

Parce que la Suisse est ce qu'elle est...

Initiative contre la spéculation sur les denrées alimentaires : Parce que la Suisse est ce qu'elle est...
 
L'initiative de la Jeunesse Socialiste contre la spéculation sur les denrées alimentaires, soutenue par toute la gauche, ainsi que par des organisations agricoles, syndicales (comme l'USS), environnementales, d'entraide et de solidarité internationale, exige que les denrées alimentaires soient exclues des opérations spéculatives effectuées en Suisse (mais elle autorise le recours à des instruments financiers par des producteurs ou des négociants cherchant à se prémunir des aléas du marché), et que la Suisse s'engage à lutter contre la spéculation alimentaire au niveau mondial. Une exigence prétentieuse ? La Suisse n'est pas n'importe quel pays, dans le jeu financier international : elle est, dans le commerce des matières premières alimentaires, une plate-forme importante, et le lieu d'installation d'acteurs importants de ce commerce. C'est précisément parce que la Suisse est ce qu'elle est que l'initiative socialiste y est importante...

Lire la suite

15:09 Publié dans Commerce, Développement durable, Economie, votations | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 janvier 2016

Lutter contre la spéculation sur les denrées alimentaires : Première nécessité oblige

Dans le menu de goinfres qui nous est proposé pour les votations fédérales, cantonales, municipales du 28 février prochain (14 objets à Genève, par exemple : on vous laisse calculer vous-mêmes le nombre de combinaisons possibles à partir des trois mots d'ordre possible pour chacun d'entre eux -oui, non, blanc...), il y en a un qu'on aurait tort d'oublier : l'initiative socialiste (plus précisément : de la Jeunesse Socialiste) contre la spéculation sur les denrées alimentaires. Elle propose l'interdiction à tout agent financier privé ou public d'investir sur le marché des matières premières et des denrées agricoles et mandate la Confédération pour qu'elle s'engage à lutter contre une spéculation sur des biens qui, plus que tout autres, méritent d'être qualifiés de bien de "première nécessité" (celle de la survie).

Lire la suite

13:57 Publié dans Commerce, Développement durable, Monde, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : alimentation, spéculation, js | |  Facebook | | | |

vendredi, 09 octobre 2015

La Ville de Genève, "zone hors Tisa"

Stop Tisa.jpgMercredi, le Conseil Municipal de la Ville a voté une résolution proposée par les partis de gauche (et soutenue... par le MCG et l'UDC...) proclamant Genève "zone hors Tisa", exigeant la transparence sur les négociations de l'accord TISA (Accord sur le commerce des services), s'opposant à toute obligation de privatiser les biens et les services publics et enjoignant le Conseil administratif (qui accepte de le faire : "les services publics ne sont pas des biens comme les autres" et doivent être défendus contre la volonté d'en faire des marchandises, a résumé la Conseillère administrative Sandrine Salerno) d'intervenir auprès du Conseil. fédéral pour l'inciter à ne pas engager la Suisse dans la voie dessinée par TISA. La Ville de Genève rejoint ainsi les communes romandes qui se sont déjà déclarées "hors TISA", comme, à Genève, celles de Carouge, Meinier, Puplinge et Plan-les-Ouates, et dans le canton de Vaud celles de Lausanne et Renens. En face, le PDC a estimé qu'en adoptant cette résolution, le Conseil Municipal "outrepassait les compétences communales", et le PLR a cru y voir une "alliance entre l'UDC et les socialistes pour fermer les frontières"... Mauvaise foi ou myopie ? Les deux, mon colonel...

Lire la suite

16:19 Publié dans Commerce, Economie, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tisa, agcs, libre-échange | |  Facebook | | | |

mercredi, 25 septembre 2013

Après la victoire des saucisses à Lüscher : On s'est fait shoper...

Le peuple a tranché, comme on dit : on pourra donc s'acheter des saucisses dans les « shops » des autoroutes entre une et cinq heures du matin. Voilà, voilà... Sauf que ce vote idiot ne fait qu'en précéder d'autres que nous devront tâcher de rendre moins idiots. Parce que quoi qu'en disent, faussement modestes, les partisans de la modification de la loi sur le travail acceptée dimanche dernier par 56 % des votants, leur succès d'étape les regonfle pour la suite. Et la suite ce sont plusieurs propositions déjà acceptées par le parlement : ouverture des commerces de détail dans tout le pays de 6 heures du matin à 8 heures du soir, ouvertures dominicales partout, et travail de nuit, le dimanche et les jours fériés pour les vendeuses et les vendeurs. Un vrai projet de société tel que les aiment ceux pour qui acheter n'importe quoi, n'importe où, à n'importe quelle heure est un droit fondamental face auquel les droits des travailleurs et, surtout, des travailleuses ne sont que des accessoires gênants.

Lire la suite

16:08 Publié dans Commerce, Politique, Suisse, Travail | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : shops, nocturnes, horaires | |  Facebook | | | |

mercredi, 13 février 2013

Prolongations des heures d'ouverture des bistrots : Oui... euh, non... oh et puis merde...

Ainsi, on devrait se mobiliser contre le refus des demandes faites par des bistrots de prolonger leurs heures d'ouverture de minuit à deux heures. On s'est beaucoup mobilisés auparavant pour refuser de prolonger les heures d'ouverture des magasins. Va-t-on récolter pendant la journée des signatures contre la prolongation des heures d'ouverture des uns, et pendant la soirée des signatures pour la prolongation des heures d'ouverture des autres ? Dénoncer le discours consumériste à midi, et le proclamer à minuit ? On nous avait déjà fait le coup avec le Moa, on nous le refait avec les 28 bistrots : il en irait de la vie même de la ville.
Ne tient-elle vraiment qu'à cela ?

Lire la suite

12:22 Publié dans Commerce, Genève, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : consommation, bistrots | |  Facebook | | | |

vendredi, 25 novembre 2011

Samedi 26 novembre, « journée sans achat » : Parce qu'une vie ne s'achète pas...

Demain, dernier samedi de novembre (on nous pardonnera cette concession à la normalité grégorienne), nous célébrerons, comme chaque année depuis bientôt vingt ans, la « journée sans achat ». Nous la célébrerons chacun à notre manière, cette journée de résistance au consumérisme, lancée pour s'interroger «collectivement et pacifiquement» sur le sens de notre soumission volontaire aux injonctions de la société de consommation, et sur les conséquences de cette soumission: épuisement des ressources naturelles, accroissement des pollutions industrielles, perte du lien social, omniprésence de la publicité. Et surtout, oubli de cette évidence ontologique : une vie ne s'achète pas.

Lire la suite

13:02 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : consommation, décroissance, marchandise | |  Facebook | | | |

mardi, 30 novembre 2010

Prolongation des heures d'ouverture des magasins : Non, c'est non ! Faut vous le dire combien de fois ?

Dimanche, pour la deuxième fois à Genève, et la vingt-troisième fois en Suisse depuis 1996, le peuple des consommateurs a dit clairement (à 56,2 % des suffrages) qu'il n'avait pas besoin qu'on lui ouvre une heure de plus la Migros ou la Coop du coin ou le centre commercial d'un peu plus loin, et que les dizaines de magasins déjà ouverts jusqu'à 22 heures, minuit, ou 24 heures sur 24, lui suffisent. Mais ce vote, aussi clair et net que le refus au plan fédéral de l'initiative fiscale socialiste, le patronat du secteur de la grande distribution, ses porte-voix politiques (le député Jeannerat, notamment), son journal (la «Tribune de Genève») et son ministre, Pierre-François Unger, refusent d'en tenir compte. Et Unger d'annoncer qu'il va se repointer devant le Conseil d'Etat avec une nouvelle proposition de trois dimanches d'ouverture des magasins. Le vote n'était pas clair ? Faut recommencer ? Atteindre les 75 % de « non » pour que ces braves gens comprennent qu'ils devraient se la coincer ? « Non », c'est « non », c'est pas « p'têt ben qu'oui » !

Lire la suite

13:06 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : genève, migros, unger | |  Facebook | | | |

vendredi, 26 novembre 2010

Samedi, Journée sans achat : ne plus acheter, pour ne plus se vendre

Elle n'est organisée qu'une fois par an, quand elle mériterait de l'être au moins une fois tous les deux jours : la Journée sans achat, demain samedi, tiendra stand à Genève, place du Molard (de 10 à 17 heures), à la veille d'un scrutin qui verra le bon peuple des consommateurs, dont font d'ailleurs partie les travailleuses et les travailleurs des grands magasins, se prononcer sur le projet du patronat de ce secteur, et de ses chefs de rayons politiques, de prolonger les heures d'ouverture de leurs souks, sous les prétextes les plus divers et, pour certains, les plus fantaisistes. La coïncidence de la votation et de la Journée sans achats est fortuite, mais ce hasard objectif est heureux  -il permet de poser publiquement la question qui fâche, au moment où la frénésie consumériste de la fin de l'année expose ses premiers symptômes : la qualité d'une vie se mesure-t-elle à la quantité des biens qu'on la passe à accumuler, ou à la qualité des liens qu'on se donne le temps de tisser, hors de toute incitation marchande ?

Lire la suite

16:03 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : décroissance, consommation | |  Facebook | | | |

mercredi, 27 octobre 2010

Extension des heures d'ouverture des (grands) magasins : Inutile, exploiteuse, gaspilleuse

Le 28 novembre prochain, le sort de la loi sur les heures d'ouverture des magasins (LHOM) sera scellé : la gauche et les syndicats ont lancé et fait aboutir un référendum contre les modifications apportées à la loi par le patronat et ses commis-voyageurs politiques, modifications devant permettre une extension des heures d'ouverture des magasins. Disons plutôt, clairement, des grands magasins et des centres commerciaux. Le patronat affirme que cette extension est  « vitale » pour le secteur  et qu'elle répond à « un besoin exprimé par la population ». Foutaise : les commerces genevois peuvent déjà ouvrir 67 heures et demie six jours sur sept par semaine, et les épiceries, les dépanneurs et les marchés ouverts le dimanche suffisent amplement pour le reste du temps. Bref : la  « libéralisation » des heures d'ouverture des  magasins n'a pas d'autre sens que celui de permettre aux plus gros d'entre eux de surexploiter leur personnel.

Lire la suite

15:45 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, consommation | |  Facebook | | | |

samedi, 19 juin 2010

Horaires d'ouverture des magasins : Faites chauffer le référendum !

Par 62 voix (toute la droite, y compris les défenseurs autoproclamés du petit commerce) contre les socialistes et les Verts, le Grand Conseil a adopté jeudi soir une nouvelle loi sur l'ouverture des magasins, qui prévoit une ouverture jusqu'à 20 heures en semaine, 19 heures le samedi et une ouverture dominicale quatre fois par an. Avec le gaspillage d'énergie (éclairage, climatisation, alimentation de l'informatique) que cela implique, et vive le développement durable !   L'adoption de la loi, cousue main et sur mesure pour les grands magasins, et l'annonce par les syndicats et la gauche du lancement d'un référendum (on votera le 28 novembre), scellent l'échec des négociations entre le patronat et les syndicats SIT et UNIA du secteur. Les syndicats étaient pourtant prêts à faire des concessions sur les horaires, en échange de concessions « significative » du patronat, sur les conditions de travail, mais le patronat a refusé toute compensation salariale du surcroît de travail, toute protection contre les plus longues (jusqu'à 14 heures) journée de travail, et toute mesure réelle de lutte contre la dégradation des conditions de travail dans le secteur. Au final, on se retrouve avec une loi qui dégrade les conditions de travail de gens qui sont déjà parmi les plus mal payés de la République, et avec une loi qui ne répond à aucun objectif rationnel ni aucun besoin réel de la clientèle, mais à une sorte de pulsion patronale (encouragée par la droite politique) dont les employées et les employés du secteur seront les premières victimes, suivies de près par les petits commerces, incapables, contrairement aux grands magasins et aux grandes chaînes de distribution, de compenser les surcoûts d'une ouverture prolongée. Un référendum est sur le feu, préparez vos stylos...

Lire la suite

14:26 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : genève, politique, magasins | |  Facebook | | | |

samedi, 30 janvier 2010

un geste pour les grands magasins ?

Le projet de loi concocté par les commis politique du patronat du commerce de détail afin d'étendre hors de nécessaire les heures d'ouverture des magasins (et donc les heures de travail de leur personnel), a été renvoyé en commission. S'il en ressort tel qu'il y est entré, un référendum sera lancé contre une loi qui péjore les conditions de travail (déjà assez calamiteuses) des salariés de base du secteur, piétine les négociations pour le renouvellement de la convention collective, et ne profitera qu'aux grandes surfaces et aux centres commerciaux -les petits commerces ne réalisent lors des « nocturnes » que des chiffres d'affaires inférieurs à ce qu'elles leur coûtent, et souffrent bien plus de la crise que les grands distributeurs, qui, eux, se portent très bien (le chiffre d'affaire de Manor a augmenté de 3,5 % entre 2007 et 2008, le bénéfice de la Coop a atteint le record de 390 millions de francs, et celui de la Migros a atteint 701 millions, pour un chiffre d'affaire, lui aussi record, de près de 26 milliards, en hausse de 13,5 % en un an. ). On nous appelle à « faire un geste pour les commerçants genevois » ? D'accord. Mais précisons : pour les grands commerçants genevois. Et comme répondrait à notre place Sacha Guitry : « Un geste, mais lequel ? Ne nous tentez pas, cruels !»...

Lire la suite

00:35 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : genève | |  Facebook | | | |

samedi, 28 mars 2009

Un souk, c'est un souk

C'est le printemps, le patronat de la vente et les partis politiques à son service bourgeonnent et, comme chaque année, à pareille époque (ou à un autre moment, peu importe la saison, l'occasion faisant les larrons) repart en guéguerre pour " élargir " les horaires d'ouvertures des magasins (surtout des grands et des supermarchés).

Lire la suite

02:30 Publié dans Commerce | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : genève | |  Facebook | | | |